Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Le Menteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seth Cullen
Créature Magique
Seth Cullen

Nombre de messages : 313
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12901
Date d'inscription : 13/02/2008

Le Menteur Empty
MessageSujet: Le Menteur   Le Menteur EmptyMar 1 Avr 2008 - 18:49

Le menteur

à Eden,
on est tous menteur mais lui, il ne faut pas qu'il te détruise.

Ne le redoutez pas, plaignez-le, ça vaut mieux. Depuis son tout premier mensonge, il a oublié qui il était. Il a cent identités, des dates de naissances à toutes les années. Pourquoi a-t-il menti le premier ? Il voulait ressembler à ses songes. Le menteur est un clown triste, son cirque balade ses roulottes tout au long du grand spectacle de la vie. Il la parodie sa vie, s'inspire des détails des nôtres pour bâtir des forteresses de souvenirs inouïs. Prince le jeudi, ingénu le vendredi, en détresse le samedi, arrive le mardi, il est le clodo du coin de la rue qui touche le RMI. Il s'invente des problèmes qui n'existent jamais. Il les résout magiquement par un succédané.

Il est homme, il est femme, il n'a pas de sexe ou d'âge. Il est homo, bi, ou hétéro, il n'a pas de sexualité. Il est le bon, il est le truand, il est le cow boy, il est l'indien, il a perdu la moralité. Jamais méchant, il vit par procuration la misère et les bonheurs pour remplir ses journées.

Il a au moins six femmes, dont deux sont des chimères et trois, des célébrités. La dernière est sa voisine... mêmes ses sentiments sont utopiques. Il ne la désire pas. Seulement, il l'imagine. Elle est si idéale et il préfère l'ersatz. En plus, la vraie a un mari. Elle ne le connaît même pas. A peine, se croisent-ils, dans la cage d'escalier.

Le menteur est si seul, ne lui en voulez pas. Rien n'est assez juste pour lui. Il se pique au m'as-tu-vu. La vie est bien trop dure. Ses rêves sont plus solides. Ne les lui brisez pas. Il souffre déjà de savoir que son univers est erroné. Ce qu'il veut, le menteur, c'est qu'on l'aide à se croire. Que vous coûte un mensonge si ça le rend heureux ? C'est bien ainsi qu'il pense... mais ne se l'avoue pas. Il fera tout pour rendre complice, les oreilles qui traînent, les yeux par trop naïfs, les cœurs par trop mourants.

Dans sa mythomanie, il a eu six diplômes. Médecine, géographie, langues, théâtre, archi et même génie civil. Il veut construire des ponts entre deux galaxies, guérir rien qu'en parlant les malades et les fous. Il a tant voyagé qu'Air France est sa maison. Il parle au moins dix langues, mais pas la vérité.

Le menteur est parfait, jusque dans sa tristesse, jusque dans sa colère. Si on le soupçonne un peu, c'est nous les ignorants. Nous n'y connaissons rien, nous n'avons pas la foi. Il pleure que le monde est pauvre en amis de bonne foi. Alors on se sent coupable... ça y est on doute un peu. Il gagne sa bataille et nous le cautionnons car, après tout, ça serait bien de savoir construire des ponts entre New York et Mars pour sauver les humains. Nous sommes les marionnettes du théâtre écœuré de son existence.

Le menteur ne s'ennuie jamais car il a plein de pensées. Elles sont toutes fausses, bien sûr, mais elles l'occupent beaucoup. Il doit demain prouver à sa mère, à son père, à son frère, que Marie, la voisine, voudrait bien l'épouser. La famille est heureuse, elle se meurt de joie. Le menteur est heureux, il crée des émotions. Il savoure son impact sur nos cœurs bernés.

Il faudra d'autres farces pour le tirer de ce pas. Il t'appellera, dira qu'il ne le sent trop pas. Tout ça, c'est bien trop vite. "Ô présenter Marie !" Il s'exclame, il déclame, il voudrait qu'on le plaigne. "Un jour peut-être, c'est sûr, oui, oui, mais pas maintenant." Toi ça te semble étrange mais il joue avec toi. Il sait qu'un jour aussi, tu t'es senti pareil, pressé par ta famille d'agir un peu trop vite. Alors tu compatis et puis tu mens pour lui. Sa mère va t'appeler: "toi, tu connais Marie ?" Tu réponds "Sûr que oui, c'est une fille bien jolie. Elle est un peu timide mais elle est folle de lui." Bien sûr, tu n'en sais rien. Tu ne l'as jamais vue. C'était juste un coup de main, pas vraiment un mensonge. Tu fais le perroquet pour aider ton ami. Le menteur satisfait te promet que demain, il te la présentera car toi, t'es trop sympa.

Mais voilà que demain, le roi de l'entourloupe, déçu et presque aux larmes, te fait une confidence. Tu es de connivence, tu écoutes très inquiet. Il y a les ponts et chaussées qui l'envoient en mission, attention, c'est top secret, il part pour l'étranger. Tu ne le revois plus... le mensonge est parfait car tu ne sauras jamais s'il te disait vrai.

Le menteur est à plaindre, il n'est pas trop à craindre. Il se noie dans ses biographies, dans ses identités, dans ses histoires faussées, dans ses rêves effacés. Il fuit la vérité comme la peste bubonique. La vérité le blesse, ses mains sont trop gelées. Elle lui refile le rhume dès qu'il cesse de bouger. Alors, il court, il court, jusqu'à être essoufflé.

Un jour, je l'ai rencontré, ce menteur éhonté. Il m'a longtemps parlé des soirées idéales, des filles siliconées et de ses prises de tête en tant qu'agent secret. J'ai gardé le silence, je n'ai pas protesté. Je l'ai juste écouté. Je n'en ai rien pensé.

Et puis un beau matin, dans sa chambre d'hôtel, je lui faisais parvenir un gros ouvrage broché. Ca titrait La menteuse, car il était une fille, et les pages racontaient, tous ces joyaux mensonges qu'ont fait de moi un auteur, best seller adulé.

Donc, je le remerciais de ne savoir rien faire avec toutes ces idées pourtant si terre à terre. Moi, je vis bien ma vie avec toutes ses conneries, j'en ai des magasins à vider en dix tomes. Je lui dois des royalties mais il ne les veut pas, il dit qu'il doit partir pour le Guatemala. Il a eu un vrai job auprès des autochtones. Il se dit désolé et me raccroche au nez. Je ne le crois pas mais ne le lui dis pas. Pourtant six mois après, dans ma bibliothèque, ouvrant un vieux journal, je verrai en première page, son visage allongé dans un brancard guatémaltèques. L'avion s'était crashé.


Ravenclaw
17 ans pour toujours - 7ème année
BATTEUR
Japhet - 6ème année - Serdaigle
GARDIENNE
Liam - 7ème année - Serpentard
Revenir en haut Aller en bas
Liam Cullen
Elève assidu
Liam Cullen

Nombre de messages : 212
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12789
Date d'inscription : 20/03/2008

Le Menteur Empty
MessageSujet: Re: Le Menteur   Le Menteur EmptyMar 13 Mai 2008 - 20:42

    Please, do it. Do me.
    Sleep as a feather on the ground
    Escaped from my pillow heart.
    Tease the dream I’ve made for two
    Surrounded by my arms around you.
    Flavour each part of my very inside,
    Give me more than just your word,

    Seize the day as you did it for my City Man,
    Come true and explode my senses

    Make me a man and delete all pains,
    Be the beating of my heart,

    And play the game until the end of ages.


Slytherin
7ème année (encore) - 18 ans
Le Menteur 1239845080_chaussettes
ATTRAPEUR
Fratrie: Seth (7ème année), Japhet (6ème année)
Cousine: Victoria (6ème année)

The finest art of contradiction
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Menteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Le royaume du flood et du hors jeu :: Club d'écriture-
Sauter vers: