Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Frissons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Liam Cullen
Elève assidu
Liam Cullen

Nombre de messages : 212
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12426
Date d'inscription : 20/03/2008

Frissons - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Frissons   Frissons - Page 2 EmptySam 7 Nov 2009 - 11:32

Epilogue


La femme du casino leur avait fait quêter des vêtements de ville propres avant de leur laisser sa suite le temps qu’ils se remettent de leur émotion et se vêtissent.

Durant tout ce temps, Liam n’avait plus émis un son. Il restait cloitré dans son mutisme et la paralysie de son sens visuel. Ce n’était pas la situation qui l’avait traumatisé au point de lui retirer la parole, ni Solace qui la lui avait volé.

Il pensait, tout simplement, tout calmement.
Il pensait à des choses diverses et sans liens entre elles. Solace était-elle toujours vivante ? Qui d’elle ou d’Armand l’avait emporté ? Qui ferait le ménage dans le couloir du quatrième étage pour ramasser les morceaux épars des deux gardes du corps d’Armand que Solace avait éviscéré ? Que faisaient les autres élèves de Poudlard ? Quelle heure pouvait-il être ? Retrouverait-il la vue avant de retourner au pont Alexandre III ?... les questions fusaient mais il n’éprouvait aucune hâte à y répondre.

La suite 2155 était redevenue calme. Il était assis sur le rebord du lit, crevé. Le choc à la tempe lui faisait toujours mal, comme si son cœur battait sur la blessure. Sa main était endolorie. Isis l’avait pressé très fort pendant tout le chemin. Il ne s’en rendait compte que maintenant. Ses cheveux étaient encore un peu humides, mélange de sueur et de la toilette rapide qu’il avait faite au lavabo de la suite de Solace. Il se sentait vide. Las. Ne ressentait plus vraiment d’envie ou de dégoût.

Il appela après Isis en souriant. Tout était bien qui finissait bien. Mine de rien, dans quelques jours, cette soirée lui paraitrait la plus dingue qu’il avait jamais vécu, après la mort de son frère :

- « Isis de Poufsouffle, dit-il d’une voix portée mais stagnante, tu viens me faire un câlin. J’en ai besoin. »

Il éveilla son ouïe pour combler le vide de sa vue et l’imaginer s’approcher de lui. Il ouvrit un de ses bras et quand elle y fut réfugiée, il bascula en arrière, tout en la gardant calée contre son épaule. C’était le dernier instant de calme dont il avait besoin avant de retourner à la vie normale.

Ils restèrent allongés sans bouger ni parler pendant un long moment.

Ensuite, il fallut se laver, se soigner, se rendre présentables pour des jeunes sorciers. Ils mirent la robe et le costume dans un sac puis la femme du casino revint dans la suite. On sentit le trouble dans sa voix. Quelque chose n’allait pas mais ça n’avait rien à voir avec les évènements de ce soir. Elle expliqua que le levé du soleil avait un peu de retard et que cela était très étrange… comment le soleil pouvait-il avoir du retard ? Paris, au-dessus des égouts, était toujours plongé dans le noir tandis que la vie matinale reprenait lentement.

Isis et Liam furent conduit par le boulevard du souffle jusqu’à une bouche d’égout qui communiquait vers l’extérieur, tout près de l’île Saint Louis. Là, Liam demanda à ceux qui les encadraient de bien vouloir les laisser. Ils feraient la suite du chemin tous seuls. Malgré l’ordre qui leur fut assigné de ne les laisser seuls qu’une fois arrivé à destination, ils les abandonnèrent au milieu de Paris.


Le Serpentard saisit la main d’Isis :

- « Conduis-moi de l’autre côté du quai, demanda-t-il, derrière Notre-Dame, il y a un jardin… je voudrais y aller avant de rentrer. »

Ils prirent le pont et remontèrent au bout de l’île Saint-Louis jusqu’à Notre-Dame. Les rues étaient vides et silencieuses, presque inquiétantes. Le soleil qui ne voulait poindre angoissait les murs de Paris qui se ternirent de points d’interrogation. Malgré son handicape, Liam parvint à escalader la petite grille qui protégeait le jardin. De grands arbres feuillus et des haies taillées à quatre épingle coupaient cette partie de Notre-Dame du reste de Paris. Liam n’avait vu ce jardin qu’en photo mais dans son esprit, il se dessinait les contours des bosquets avec une précision idéale.

Il marcha avec Isis jusqu’à sentir que les graviers étaient devenus du gazon. Liam marcha la main tendue devant lui jusqu’à ce qu’elle rencontre un des murs de l’église. L’endroit était joli, encore bercé par la lune inquisitrice et le parfum de verdure et de fleurs. Ils devaient en être entourés.

Il s’assit sur l’herbe et invita Isis de Poufsouffle à s’asseoir entre ses jambes étendues, se servant de lui pour s’adosser.

- « Voilà, soupira-t-il content, c’est le Paris que j’aime ! Un bâtiment historique merveilleux, un jardin enchanteur, une fille et du silence. Dommage que je ne puisse rien y voir. »

La soirée, ce qu’ils avaient vécu, peut-être n’en reparleraient-ils jamais. Peut-être que, dans les couloirs de Poudlard, ils prétendraient que rien s’est jamais passé. Peut-être qu’ils n’auraient plus l’occasion de se retrouver ensemble... peut-être.

Chaque histoire a son chapitre final… le leur s’arrêtait au pied de Notre-Dame, par un silence, une caresse, un baiser ou des froissements de vêtements qui racontent des promesses qui meurent quand la dernière page est tournée.



Frissons - Page 2 Pt28962


Slytherin
7ème année (encore) - 18 ans
Frissons - Page 2 1239845080_chaussettes
ATTRAPEUR
Fratrie: Seth (7ème année), Japhet (6ème année)
Cousine: Victoria (6ème année)

The finest art of contradiction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Frissons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: En dehors de Poudlard :: A travers le Monde :: Paris-
Sauter vers: