Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une explosion fendit la nuit... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Dim 14 Déc 2008 - 19:02

Londres moldu, 23 décembre, Piccadily Circus.


Antiochus Ackroyd n'était pas un homme de compagnie. Le peu de paroles qui sortaient de sa bouche étaient prononcées lors des cours à Poudlard, ou dans le bureau de Stankovitch. Le mot ami lui était pratiquement étranger mais il s'en moquait. Pour lui la vie n'était pas qu'une affaire d'empilement de connaissances ou de faux prétexte pour faire croire à ses semblables qu'on vaut plus que lui. Lui avait toujours été sur une corde raide.

Quand il était mangemort, une hiérarchie était établie et chacun guettait le premier faux-pas de l'autre pour grimper. Quand il est devenu auror, tout le monde le mit en quarantaine comme un pestiféré.
Il accepta cet état de fait en travaillant sans relâche pour se faire apprécier juste pour ses compétences. De ses années noires il a gardé un goût certain pour écraser la gueule de ceux qui ne le supportent pas, le tout avec un certain panache.

Aujourd'hui c'était son anniversaire.
Comme d'habitude il le passait seul. Sa mère lui avait envoyé un hibou, auquel, comme d'habitude, il ne répondrait pas.
Depuis qu'il avait appris ses véritables origines, Antiochus avait réussi à remiser un peu de sa haine, surtout depuis que le vieux Cornfall était mort.

Il avait traîné tout l'après-midi sur le Chemin de Traverse, avait mangé au Chaudron Baveur, et passé un peu de temps sur l'Allée des Embrumes. Il était maintenant temps de rentrer.

Plutôt que de transplanner directement, Antiochus, la tête un peu embrumée par le whisky-pur-feu, se décida à partir à pied. Il marcha une heure avant d'atteindre Piccadilly Circus. De là, il ne lui restait plus que dix minutes de marche pour rejoindre son appartement de St James Place.

La place grouillait de monde. On aurait pu croire qu'une fourmilière s'échappait des bouches du Tube. protégé par son anonymat, Antiochus se fraya un chemin jusqu'à la fontaine. Là, il s'assit et contempla les enseignes lumineuses qui avaient contribué à la renommée du lieu.

18 h 30. La nuit s'étendait au-dessus des immeubles. Le professeur allait reprendre sa marche lorsqu'un souffle chaud lui brûla le visage et le fit tomber au sol. Une explosion fit voler en éclat les vitrines d'un fast-food et propulsa des millions de tessons de verres sur la foule effrayée. Un attentat. L'explosion avait été intense, terrifiante.

Antiochus leva les yeux autour de lui pour essayer d'apercevoir quelque chose. Dans ce qu'il restait du fast food, il vit trois personnes en robe mais il ne pouvait distinguer leur visage. Il était trop loin. Les trois hommes tenaient une baguette à la main, mais chose étrange, derrière eux, une dizaine de moldus se tenaient fièrement dressés, armes au poing. Jamais Antiochus n'avait vu ça.
Joyeux anniversaire Ackroyd!

Que devait-il faire?




HJ: ouvert à qui veut. J'espère un peu d'action. Wink


Dernière édition par Pr. Antiochus Ackroyd le Dim 18 Jan 2009 - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Jeu 25 Déc 2008 - 23:50

- Yeurk ! Mais ce n'est pas bon ! lâcha-t-elle, en recrachant dans sa serviette en papier ce qu'elle mâchouillait trente secondes auparavant.

Deux voix se mêlèrent alors en un rire qui fit sourire notre petite Serdaigle emmitouflée dans plusieurs couches de vêtements pour lui tenir chaud. Elle marmonna un
'pas gentil de se moquer' alors qu'elle même et le couple reprenait leur marche. Sa petite main se fourra en douceur dans celle de sa mère alors qu'elle contemplait les illuminations de Londres.

Cette année, ils avaient tous trois décidés qu'il serait amusant de passer les fêtes de Noël à Londres, dans l'animation de la capitale. Aussitôt dit, aussitôt fait, sa petite maman avait réservé deux chambres contiguës dans un hôtel du centre de Londres pour quelques jours. Elle ratait le voyage scolaire à Seagaard mais entre ses parents et un voyage scolaire, son choix avait été vite fait : elle préférait passer Noël avec sa petite famille. Et même si Londres ne valait pas le grand Nord, c'était déjà beaucoup pour la provinciale qu'elle se sentait en regardant les grands bâtiments. C'était à chaque fois une redécouverte pour elle. Comme quand elle retournait à Poudlard après les vacances d'été. On oubliait la grandeur de l'école de sorcellerie pendant deux mois et quand on y retournait, on était toujours soufflé...


- Tu feras attention n'est-ce pas ?
- Pardon..?
- Je te disais de faire attention à toi. On te laisse ici. Et n'oublie pas, une heure, pas plus.
- Promis.
- Et ne dépense pas trop d'argent.
- J'essaierais.

Et après encore moult recommandations - ne parle pas à des inconnus, ne t'éloigne pas des rues principales mais si tu passes quand même outre cette recommandation et qu'il t'arrive quelque chose, crie à l'aide le plus fort possible, etc - ils fondirent la foule et laissèrent Ehlana seule sur la place grouillante de monde et de boutiques qui n'attendaient qu'elle... et son porte-monnaie, plus surement.

Resserrant son écharpe bleue rayée d'argent - Serdaigle même pendant les vacances ! - elle tourna les talons pour rejoindre le côté plus animé de la place où trônait une agréable fontaine qui était bien moins prise d'assaut que le reste du passage. Ehlana s'y dirigea dans l'espoir de se sentir moins étouffée par la foule.

Mais ce ne fut pas la tranquillité qu'elle y trouva mais plutôt une déflagration de fin du monde qui, si elle ne l'envoya pas à terre, lui fit courber le dos et l'emplit d'une terreur sans nom et jamais ressentit. Elle pensa à beaucoup de chose et en premier lieu à ses parents, pensant déjà que s'en était fait de sa vie et de tout ce qu'elle avait connu. Elle pensa à sa pauvre maman qui serait brisée, à son cher papa qui la soutiendrait mais, au fond, serait plus touché encore car c'était bien de lui dont elle était la plus proche, dont elle tirait sa curiosité et son côté tout Serdaigle.

Mais quand elle releva la tête, ce n'était pas le néant, juste cette foule auparavant grouillante qui criait, hurlait même, qui se bousculait pour quitter cet endroit de malheur qui s'était abattu sur leur tête en un déluge de bouts de verre aussi meurtrier que si on les leur avaient mis sous la gorge. Ehlana se risqua finalement à relever la tête mais son regard n'accrocha rien de l'horreur tout autour d'elle, trop concentrée à juguler une peur qui se faisait de plus en plus violente.


- Qu'est-ce qui s'est passé ? balbutia-t-elle alors, proche de la panique. Et il était bien sûr évident la question était destinée à son professeur qu'elle n'avait pas vu mais qui ne manquerait pas de l'entendre malgré la foule qui se pressait de tout côté.

C'était un fait reconnu : les professeurs détenaient les réponses à toutes les questions sinon ils ne seraient pas prof !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Ven 26 Déc 2008 - 21:16

Le Professeur s'accroupit derrière les rebords de la fontaine et sortit sa baguette. Pas très loin de lui se tenait une jeune fille debout. Il ne la reconnut pas immédiatement, mais face au danger, il voulut simplement la mettre à l'abri. Dans la nuit et la semi obscurité dans laquelle paraissait se complaire la place, il bondit, la prit par la taille et la fit venir avec lui à l'abri de son rempart de fortune. Quand elle fut à côté de lui, il reconnut d'abord l'écharpe de Serdaigle. Puis, il reconnut ses traits. Ehlana Kalten. Serdaigle de son état, préfète, quatorze ans...

Il n'avait pas entendu sa question, mais sentait bien qu'il devait une explication à la demoiselle. Il était professeur... Que pouvait-il lui dire? Sa mère disait souvent qu'il n'y avait pas de hasard dans la vie, qu'on méritait chaque épreuve que Merlin mettait sur notre route. Etait-ce encore une épreuve qu'on lui infligeait?

- Un attentat. Cependant... quelque chose n'est pas normal. Il ne s'agit pas d'un simple attentat moldu.

Autour d'eux montaient des cris de douleurs, gémissements, de peur. Toujours immobiles, le groupe qui était à l'origine de ce désastre laissait échapper quelques cris de satisfactions et éclats de rire. Le tatouage qu'Antiochus avait sur le cou commençait à picoter sa peau. Le feu brûlait de sortir de sa peau. Cet élément était celui qu'il avait le plus de mal à contrôler. Il allait même parfois jusqu'à contrôler le professeur qui en perdait toute faculté de raisonnement. Ce n'était pas le moment. C'était le seul auror sur place, il lui fallait faire quelque chose.

- Baissez-vous et ne tentez rien de complètement stupide si vous en êtes capable.

Pendant ce temps, il sortit sa baguette et essaya de rassembler ses esprits pour réfléchir et oublier ce maudit tatouage qui le brûlait à présent.


Que faire? Il en était toujours là. Un lancétincelles? Il préviendrait les autres mais serait immédiatement repéré. Les attaquer seul? Suicidaire! Les armes moldues le balaieraient plus vite qu'un avada. Rien de concret ne lui venait à l'esprit.

- Vous autres moldus saurez bientôt ce que votre condition implique! Lança l'un des trois sorciers debout.

Antiochus leva la tête et aperçut un adolescent à la frêle constitution. Il devait avoir l'âge d'un étaudiant de Poudlard, mais il ne le connaissait pas. Son visage était éclairé par les flammes qui brûlaient encore à l'intérieur du fast-food. Il était si juvénile! Et en même temps, pour qu'il prenne la parole devant les autres, il devait posséder une quelconque supériorité sur les autres. Avant, les mangemorts agissaient comme ça. Le plus en vue dans la Cour de Voldemort prenait les devants. Pourquoi cela changerait-il aujourd'hui?

Le professeur jeta un regard sur ladolescente à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Dim 28 Déc 2008 - 1:10

Elle se sentit sur le point de hurler comme lui avaient recommandé ses parents avant de la laisser seule, si elle avait eu le temps d'ouvrir la bouche et de faire fonctionner ses cordes vocales entre l'instant où elle fut emportée par elle ne savait qui et le moment où elle reconnut son professeur de Défense Contre les Forces du Mal comme le propriétaire des explications sur cette explosion et la foule en panique.

- Parce qu'il existe plusieurs types d'attentats ?

Sa question gardait les accents de l'incrédulité qu'elle ressentait. Dans sa tête, un attentat restait un acte qui avait pour seul but de faire le plus de mal possible, un coup de poing sur une table de négociation entre le pays visé et le pays qui attaquer d'une manière aussi lâche. Et pour ce qu'elle en savait, l'Angleterre n'était plus en guerre et s'il restait quelques soldats dans le pays concerné par la dernière en date - celle en Irak - ce ne pouvait pas être la raison d'un tel acte.

Sa naïveté ayant repoussé l'idée des moldus, elle se tourna naturellement vers 'elle', les sorciers, même si elle ne parvenait pas à trouver une raison qui expliquerait que des sorciers attaquent un fast-food moldu quand le secret de leur existence était du genre polichinelle.

Et comme mû par une conscience extérieure, elle obéit sans discuter aux ordres professoraux, même si elle avait une réplique cinglante sur le bout des lèvres quant à une éventuelle action stupide de sa part. Ehlana rongea son frein en silence et s'accroupit, juste assez pour obéir mais aussi pour garder à l'œil les trois hommes debout. Elle remarqua comme son ainé l'extrême jeunesse apparente de celui qui avait proféré une telle menace à l'encontre de ses pauvres moldus qui fuyaient toujours les lieux.

La petite Serdaigle sentit sa fibre moldue vibrait à ses menaces qui venaient confirmer que ce scroutt était bien sorcier. C'était de toute façon tout sorcier de dénigrer les peuples qui n'avaient aucune trace de magie en eux. Une valeur abjecte qui hérissait toujours Ehlana quand elle en entendait parler. Pourquoi les moldus seraient-ils donc pire que les sorciers ? Ils faisaient tous deux la guerre, étaient tous deux humains, l'un palliant par la technologie ce que l'autre faisait grâce à sa baguette...

Elle entendait aussi au loin les hurlements des sirènes des pompiers et policiers moldus qui tentaient de rejoindre les lieux de l'accident. L'incendie déclenchait en même temps que l'explosion commençait déjà à lécher les bâtiments alentours comme si ils s'agissaient de fétus de pailles. L'un des hommes tourna la tête vers la rue par lesquels les secours devaient arriver et prononça ensuite quelques mots à l'oreille du plus jeune - le chef du trio ? Celui-ci acquiesça aux paroles de l'autre et arbora un sourire qui fit couler des sueurs froides dans le dos d'Ehlana. Il avança de quelques pas et sa main se releva à nouveau, prête à frapper, c'était à parier.


- Il faut..., commença-t-elle en amorçant le geste de se lever. Mais en même temps, que pouvait-elle bien faire ? Elle était mineure, en territoire moldu et donc sous le coup de l'interdiction de pratiquer la magie en dehors de Poudlard. Si quelqu'un devait agir - magiquement parlant - ce n'était pas elle et cela la désolait.

Maudite loi stupide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Dim 28 Déc 2008 - 9:52

- Non. Le but est identique mais celui-ci est spécial en ce qu'il mêle moldus et sorciers dans un but commun.

Une rafale provenant d'une arme automatique fusa au-dessus de leurs têtes. Les moldus accompagnant les trois sorciers avaient sans doute voulu montrer qu'ils étaient partie prenante dans l'opération et qu'il fallait aussi compter avec eux pendant que le jeune chef avait levé sa baguette. A cette prise d'initiative individuelle, le jeune sorcier lança un sortilège de mort sur un moldu qui tentait maladroitement de s'enfuir...

Cet acte figea définitivement l'assemblée qui commençait à prendre la mesure des ces trois sinistres personnages. Satisfait de son effet, il saisit le moldu armé par le col de sa veste et lui fit apparemment comprendre que s'il recommençait, le prochain sur la liste serait lui.


- Taisez-vous et baissez-vous! Il ne faut rien du tout, il faut observer pour l'instant. Nous ne sommes que deux. Si nous pouvons faire quelque chose, nous le ferons. Mais ce n'est pas le moment pour l'instant.

Sur Regent Street, les bruits de sirènes se rapprochaient. Les trois sorciers se mirent en travers et pointèrent tous trois leur baguette droit devant. Un éclair simultané jaillit de leur extrémité et illumina les bâtiments alentours jusqu'à ce que le bruit d'une autre explosion ne prenne le relai. Des flammes grimpèrent par dessus les immeubles...

Il fallait se rendre à l'évidence, il n'y aurait pas de secours dans l'immédiat. Pris dans sa folie, l'adolescent lança un sortilège enflammé sur la vitrine du magasin de sport qui se situé derrière la fontaine de la place, juste derrière Ehlana et son professeur.

Conscient de la chance qui s'offrait à lui, Antiochus utilisa le feu à son tour. Les flammes sortait du magasin prises d'un frénétique instinct de destruction. Le professeur tendit la paume de sa main en avant, la douleur dans son cou était intense. Il aurait du mal à canaliser l'élément qui le brûlait au plus profond pour enfin sortir. Il en sortit un jet de flammes vers les terroristes moldus dont les vêtements s'enflammèrent. La simulation du retour de flamme était parfaite et avait dévié l'attention des sorciers vers leurs accompagnateurs.
Antiochus et Ehlana disposaient à présent de quelques instants pour tenter quelque chose.


- Retournez-vous et essayez de voir combien il y a de blessés derrière nous et combien sont dans un état grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Lun 29 Déc 2008 - 14:14

Ce n'était pas en restant planquer derrière une fontaine qu'ils feraient de toute façon quelque chose, pensa-t-elle, prête à se retourner malgré la peur qu'elle avait de voir devant ses yeux des moldus morts ou proches de l'être, ou mutilés, ou gémissant. La douleur n'était pas quelque chose qu'elle avait rêvé de côtoyer à ce jour.

Mais elle fut d'abord plus intéressée par l'essai magique de son professeur. Comment avait-il donc fait pour créer des flammes comme ça, sans baguette et avec seulement une main ?! Les yeux grands ouverts, elle se rappela à temps qu'elle devait se taire et mener à bien sa 'mission'. Elle se mordit alors la langue pour s'empêcher de parler et opéra un demi-tour, les yeux hermétiquement clos.

Elle inspira plusieurs fois pleinement avant d'ouvrir un œil pour jauger une première fois la situation. Elle vit surtout les flammes créent par le sortilège du sorcier à la baguette facile et meneur de cette tuerie. Prenant alors ce qui lui restait de courage à deux mains, elle ouvrit les deux yeux pour mesurer toute l'étendue de la scène macabre qui se jouait en cette soirée.

Elle attrapa alors instinctivement le bras de son professeur, les larmes montant sans cérémonie à ses yeux. L'idée de tant de morts avait été assez abstraite dans sa tête, prise par la vitesse des événements et le début d'antipathie - normal me direz-vous - qu'elle avait ressentit envers lui. Mais devant ce spectacle, il était surtout l'adulte réconfortant, la présence vivante pour une ado de quinze ans face à l'horreur d'un carnage qu'elle n'avait vu qu'à la télé ou dans les journaux. Et c'était bien pire quand on y faisait face.

La mort était crue, ce n'était pas simplement un cadavre joliment habillé dans un cercueil, lavé et rasé de près, offert à la vue de la famille et des amis. C'était des corps tombés dans des positions parfois grotesques, le sang coulant sans vergogne sur les pavés ou le macadam, des stries sur le visage causées par les éclat de verre projetés par la force de l'explosion.

Ehlana tourna la tête à droite et à gauche, pour continuer son inspection, les joues mouillées. C'étaient des larmes silencieuses qui coulaient maintenant, symbole de la tristesse instantanée qu'elle ressentait pour les malheureux qui avaient vu leur vie écourtait d'une manière aussi tragique. Elle ne fit pas le compte exact du nombre de morts, ni de celui des blessés mais le nombre des seconds semblaient plus importants que les premiers. Première nouvelle réconfortante de la soirée.


- Je dirais une dizaine de morts, dont celui touché par l'Avada, et beaucoup plus de blessés, principalement par le verre ou brûlés... je crois...

Elle essuya ses joues avec ses manches et renifla assez peu élégamment en revenant à sa position initiale et en prenant la mesure de ce qui s'était passé de ce côté pendant qu'elle faisait les comptes du sien. Il devrait se contenter de ce rapport parce qu'il n'était pas question qu'elle pose encore ses yeux sur ce qui était derrière eux.

Ces images allaient la hanter pendant des semaines.


- Vous croyez que le Ministère va envoyer des personnes sur place rapidement ? demanda-t-elle, soucieuse, en regardant les alentours.

Aucune trace de secours pour l'instant et s'en devenait angoissant. Elle ne voulait pas finir sur la liste des personnes décédées de la rubrique nécrologique de la Gazette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mar 30 Déc 2008 - 16:32

Le regard du professeur était fixé sur les corps tordus de douleur des moldus transformés en torche humaines. Leurs cris étaient insoutenables, mais cela n'affectait en rien le professeur qui semblait presque fasciné, attiré par le feu. Toute véléhité d'action fut éteinte par ce macabre spectacle tandis que le professeur ressentit de l'apaisement en sa nuque. Lorsqu'il reprit pleine possessio de ses facultés intellectuelles, il passa une main sur son tatouage et fit une petite grimace. Le feu était l'élément le plus difficile à contrôlerlorsqu'il se trouvait dans une situation d'extrême tension.

Les yeux d'Ackroyd ne quittaient plus les trois sorciers à présent. On aurait dit qu'ils se délectaient de la scène qui leur était offerte. Un rire jouissif s'échappa de la bouche du meneur. C'était surréaliste de voir une telle jouissance envers la mort de la part d'une personne si jeune. Avait-il été pareil à l'époque? Aurait-il fait de même en voyant Cornfall s'écrouler si l'occasion lui en avait été donnée?


Point positif pour l'auror: ils pensaient à un incident naturel, ce qui lui laissait une certaine latitude pour agir. Ehlana posa sa ain sur son bras et le fit définitivement revenir à lui. Instinctivement il posa sa main sur la sienne et la serra un instant avant de la retirer pour saisir sa baguette.

- Merci. dit-il dans un souffle tandis qu'il réfléchissait à la suite des opérations.

- Je ne pense pas que le Ministère soit encore au courant. Je ne peux pas les prévenir: un lancétincelles ou un patronus et nous sommes perdus.

Antiochus était pris entre plusieurs feux: protéger l'adolescente qu'il connaissait, protéger le reste des moldus blessés, prévenir les secours, et neutraliser les assaillants. Il ne pouvait choisir.

Pendant ce temps, un blessé moldu rampait au sol en direction d'une arme tombé par l'un des terroristes. Le professeur encouragea Ehlana à se baisser encore un peu plus sur le rebord de la fontaine en passant un bras par dessus ses épaules. Il craignait de sombres représailles si le moldu arrivait à faire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mar 30 Déc 2008 - 20:26

L'adolescence était une période vraiment étrange dans la vie d'une personne. C'était pendant ce laps de temps tout de même assez long que l'enfant grandit, mûrit (un peu), commence à discerner ce qui est bien ou mal... et a la fâcheuse tendance à faire enrager tous les adultes qu'il connait avec des crises puériles ou non, en prenant des décisions contraire à ce qu'on lui disait, recommandait ou ordonnait et qui était pourtant dans son intérêt. Mais l'ado qui veut s'affranchir ne voit pas l'histoire de la même façon que l'adulte.

Ehlana avait elle aussi très bien remarqué le moldu agonisant qui tentait de rejoindre l'arme. Il y avait plusieurs hypothèses quant à la suite des événements. D'abord, ce moldu allait réussir à attraper l'arme mais se ferait tuer avant d'avoir pu s'en servir. Ou il allait réussir à l'atteindre, à l'utiliser et à blesser et peut-être tuer un des terroristes mais se ferait bien vite lui même tuer par l'un des autres en retour. Ou plus probable, il allait faire la pire erreur de toute sa vie et se faire proprement assassiner par le jeune sorcier qui, déjà, se tournait vers la forme humaine à terre et lever sa baguette en sa direction.

Mais c'était sans compter sur ce trait caractéristique des ados de faire tout le contraire de ce qu'on leur disait. Et dans ce cas précis, ça allait bien au delà de la simple envie de désobéir dans l'espoir de provoquer une réaction chez la personne qui avait donné l'ordre. Dans l'état émotionnel dans lequel Ehlana se trouvait, elle ne supporterait pas de voir trépasser ce moldu devant ses yeux. Il était déjà dur de contempler des corps sans vie mais s'en était une autre que de voir la mort frappée sans état d'âme.

Cela alla alors très vite. Le moldu arriva finalement jusqu'à l'arme, tendit la main dans l'espoir de s'en saisir mais la Serdaigle fut plus rapide à dégainer sa baguette et à lancer un sortilège qui allait leur coûter cher.


- Expelliarmus !

Le faisceau rouge du sortilège fusa et fit s'éloigner le dangereux objet hors de portée. Mais cela détourna aussi l'attention des pyromanes vers le point de départ du sort : Ehlana et Antiochus.

Après quelques ordres lancés et que la jeune fille n'entendit pas de où elle se trouvait, deux moldus et un sorcier se détachèrent du groupe et s'avancèrent dans leur direction alors que ceux qui restaient, après s'être assurés que les trois avaient compris ce qui étaient attendus d'eux, se détournaient pour vider les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mer 31 Déc 2008 - 11:10

- Maintenant, plus d'initiative personnelle jeune fille! siffla-t-il à l'oreille de l'adolescente.

Si le professeur pouvait comprendre que laisser ce pauvre malheureux se faire descendre était inhumain aux yeux de la jeune fille, il avait plus de mal à intégrer le fait qu'elle préfère se sacrifier pour lui.

Voilà exactement ce qu'Ackroyd redoutait quand il lui avait dit: "Ne tentez rien de stupide si vous en êtes capable". C'était malheureux à dire, mais il valait mieux un moldu mort et eux vivants, pouvant faire quelque chose, que le reste.

Maintenant, après cette réaction louable mais stupide, ils se retrouvèrent dans la pire des situations. Les trois terroristes s'avançaient vers eux, l'air enragé. Point positif pour Antiochus, ils n'étaient plus que trois. Point négatif, ils étaient repérés.

- Sortez de là! hurla le sorcier fou de rage tandis que les deux moldus qui l'accompagnaient envoyèrent une rafale de balles avec leurs armes automatiques.

Elles fusèrent juste au dessus de leurs têtes.

- Venez nous chercher... répliqua Antiochus d'un ton narquois.

Trop heureux de cette diversion, quelques moldus qui n'avaient été que légèrement blessés s'enfuirent comme ils purent.

- Je vais essayer quelque chose. Si ça marche, stupéfixez le moldu de gauche. Ne faites rien d'autre. fit-il à voix basse à la jeune fille.

Ackroyd rampa au sol et pointa sa baguette sur une borne à incendie située derrière leurs assaillants.

- Sectum Sempra!

Un éclair blanc fusa sur le capuchon de la borne, le brisa en mille morceaux, et laissa échapper une gerbe d'eau d'une pression telle, qu'elle fit tomber le mage terroriste. Les deux moldus se précpitèrent pour l'aider à se relever. D'autres moldus, ne comprenant rien à la situation, continuèrent à fuir comme ils le pouvaient. Il ne restait plus que les blessés les plus graves et les morts.

- Maintenant! cria-t-il à Ehlana. Stupefix!

Le moldu visé par le professeur s'écroula sous le choc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mer 31 Déc 2008 - 15:21

Ehlana acquiesça au persifflement mais déjà prête, intérieurement, à recommencer si l'occasion lui était donnée. Ils avaient plus de chance de survie avec leur magie que des moldus à terre sans rien. Et quitte à devoir voir apparaitre le Ministère pour lui confisquer sa baguette, autant leur donner une excellente raison de le faire en en abusant pour faire ce qui lui était demandé et sauver leur peau en même temps que celle de tous les blessés.

Plus les trois approchés, plus l'emprise de sa main sur sa baguette se faisait plus forte, jusqu'à en avoir les jointures blanches à force de serrer. Hier encore, elle n'aurait pas cru devoir lancé un jour un 'Stupefix' pour autre chose qu'un cours ou un entrainement, voir un duel si elle était du genre à faire des duels. Ce n'était pas un jeu maintenant, elle ne risquait pas simplement de se retrouver à l'infirmerie de Poudlard, aux mains d'Alexandrei. Mais elle ne braderait pas sa sécurité ni sa vie et même si ce n'était encore qu'une gamine de 5ème année, elle allait leur donner autant de fil à retordre qu'elle le pourrait.

Ils n'avaient pas encore avancer bien vite que la borne explosa alors et libéra son torrent d'eau qui déséquilibra et peut-être sonna le sorcier. L'ouverture espérée venait de se créer. Le premier moldu n'avait pas encore touché le sol qu'Ehlana arma sa baguette pour viser le second.


- Stupefix ! lâcha-t-elle assez fort mais pas assez pour que toute la place et ce qu'il restait de moldus ne l'entendent. Précaution surement inutile vu qu'il ne restait heureusement presque plus personne mais autant ne pas jouer avec le diable.

Ehlana se releva, la baguette levait juste assez pour avoir l'occasion de s'en servir en cas de besoin et s'approcha prudemment de leur trois assaillants. Celui qu'elle avait touché avait basculé en arrière, figé dans la position dans laquelle il était quand il avait été touché par le sortilège. Celui touché par Antiochus était dans le même cas et le sorcier voyait des étoiles, à quelques pas de la borne qui crachait toujours son eau. Par mesure de sécurité, Ehlana le ligota grâce à un sortilège et ramena sa baguette vers elle avec un second.

Elle contourna alors les trois corps pour s'arrêter devant la rue par laquelle le reste de la troupe et plus particulièrement le commanditaire de cette folie, étaient partis. Le quartier devait être bouclé maintenant et les secours ne tarderaient plus, ils ne pouvaient alors pas être bien loin, sauf si les sorciers avaient abandonné à leur sort les moldus qui les accompagnaient. Ce qu'Ehlana n'espérait pas car sans ça, impossible de retrouver sa trace et jamais il ne pourrait être puni pour ce qu'il avait fait.


- Ils sont partis par là, annonça-t-elle, en pointant du doigt la rue chichement éclairée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Jeu 1 Jan 2009 - 18:43

- Ils ont déjà sûrement tansplanné. Occupons-nous de ceux-ci. dit-il en désignant les trois agresseurs du menton. En revanche de ceux-ci nous pourrons peut-être tirer quelque chose.

Antiochus regarda tout autour de lui. Les blessés étaient légion. La place moldue était jonchée de corps sans vie ou faiblement animés, gémissant ou appelant à l'aide. Alors, il propulsa un lancétincelle dans le ciel et se dirigea vers le sorcier toujours inanimé. Une gerbe d'étincelles rouges se propagèrent et plannèrent dans le ciel noir de Londres. "Les secours feraient bien de s'activer avant que les moldus ne s'activent." pensa-t-il.

Il lui lança un sortilège de saucissonnage et fit un signe de tête à Ehlana qui en disait long sur l'acte de bravoure qu'elle venait d'avoir. En attendant, Ackroyd s'approcha du vil mage et s'accroupit devant lui. Il l'attrapa par sa tignasse noire et leva sa tête vers lui. Voyant qu'il ne revenait toujours pas à lui, il lança un enervatum en informulé.

Lentement, l'autre ouvrit les yeux et son regard regagna vite la haine qu'il dispensait quand il avait encore le contrôle de la situation.

- Qui êtes-vous? Que cherchiez-vous par cette action?

Le mage répendit un sourire sarcastique sur son visage et répondit provocateur:

- Vous croyez que c'est comme ça que vous me ferez parler? Je suppose que vous êtes auror... ça se voit. Votre naïveté est extraordinaire.

Ackroyd descendit sa main sur son cou et s'approcha dangereusement de lui en pointant sa baguette sur sa carotide de l'autre.

- J'ai un cursus différent de mes collègues... finit-il en désignant sa marque des ténèbres sur son avant bras. Ne me tentez pas de vous en donner la preuve.

Si Kalten n'avait pas été là, il lui aurait volontiers donné un aperçu de ses talents en magie noire. Il le lui démontra en enfonçant un peu plus sa baguette.

L'homme écarquilla les yeux. il allait se mettre à table lorsque surgit derrière lui un de ses camarades. Il saisit Ehlana et pointa à son tour sa baguette dans son cou.

- Mon ami contre la vôtre.

Antiochus resserra sa prise sur son otage. Pour la première fois de sa carrière il se retrouvait face à cette situation et il n'était pas à l'aise. L'otage en questio n'était qu'une gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Ven 2 Jan 2009 - 2:30

Ehlana soupira mais finit par se ranger à l'avis prononcé. Elle fit demi-tour pour rejoindre le trio et son professeur.

Si elle fut choquée par la brutalité déployée pour soutirer des informations, elle n'en dit rien. Elle ne voulait pas se faire rabrouer sèchement. Et pourtant... ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse et c'était certain, dans l'esprit de la petite Serdaigle, qu'elle n'aimerait pas se retrouver à la place du sorcier aux prises avec Antiochus Ackroyd. Ehlana resta sagement à distance respectueuse, n'entendit simplement que la provocation de celui qui était le plus mal placé pour faire de telles remarques.

Le reste lui passa bien au dessus de la tête. Elle écoutait mais ce fut prononcé si bas qu'elle n'entendit rien. Elle ne vit rien venir non plus et sans avoir pu tenter quoi que ce soit, elle se retrouva incapable de bouger, un bras passait autour de son cou lui maintenait la tête en arrière. Ça aurait aussi bien pu s'arrêter là si elle n'avait sentit le bout d'une baguette - qui n'était certainement pas amicale - contre son cou.

Mû par un début de panique qui n'avait pas totalement disparu depuis la première explosion, Ehlana se débattit entre les bras qui la tenaient, tout en lâchant quelques imprécations contre celui qui avait autant d'honneur que le dernier des trolls :


- Lâchez-moi ! Vous vous attaquez à des moldus sans défense et après à une ado par derrière ! Espèce de lâche abject et !...

Et un coup sur la tête la sonna assez pour qu'elle en perde ses mots. Les yeux brouillés par des larmes de rage et de douleur, elle laissa retomber ses mains qui avaient agrippé le bras autour de son cou. Sa tête lui tournait tellement...

- Donnez votre baguette à mon camarade et éloignez-vous, sinon, c'est son cadavre que vous retrouverez.

Ehlana frissonna violemment à la fin de la tirade et ne put empêcher les larmes de couler plus librement. Comment le pourrait-elle ? Elle savait parfaitement qu'il ne plaisantait pas, elle avait assez vu de morts ce soir pour le savoir. Et on ne s'attendait quand même pas souvent à mourir sous la baguette d'un de ses semblables tous les jours, et encore plus quand on avait même pas 15 ans.

- Pourquoi faites-vous ça..? murmura-t-elle faiblement.

Elle n'était pas en mesure de parler plus fort avec le poids autour de sa gorge et les larmes qui la lui nouaient. Et elle ne put le voir mais Antiochus ne pourrait pas passer à côté : le sorcier afficha un air jubilatoire, comme s'il pensait à une chose qui le mettait en joie. Un sourire mauvais naquit sur ses lèvres, alors qu'il prenait un plaisir certain à répondre à la question d'Ehlana.


- C'est se soumettre ou mourir. Vous l'apprendrez bientôt. Ce soir, ce n'était qu'un avant-goût. Votre baguette maintenant. conclut-il reportant ses yeux sur le professeur de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Ven 2 Jan 2009 - 11:14

Aucune émotion ne vint trahir le visage fermé de l'ancien mangemort. Autour d'eux, le temps paraissait avoir suspendu son vol sans que les heures ne fussent propices à quoi que ce soit.

Pour l'instant, l'équilibre des forces était parfait. Ce qui importait le professeur était simplement de gagner du temps pour que la jeune Kalten ne s'en sorte sans rien de plus que quelques bleus. Pour l'instant Ackroyd n'avait pas encore pris de décision et les secondes lui donnaient une impression d'éternité au mauvais présage.

Pas de folie. Pas d'acte inconsidéré.
Ackroyd laissa lentement descendre son bras armé sans pour autant desserré son étreinte autour du cou de son otage. Poussé dans ses derniers retranchements, il n'eut d'autre choix que d'acéder à la requête du mage, non sans avoir une idée derrière la tête.

Gagner du temps.

- Qui êtes-vous? Agir dans l'anonymat n'apportera pas un grand écho à votre action. demanda-t-il d'une voix calme et posée.

L'autre ricana devant un tel semblant de bêtise. Comme s'il allait le lui dire.

- Vous le sautrez bientôt. Jetez votre baguette ou je l'exécute!

- Et votre ami? Si vous exécutez la mienne, j'exécute le vôtre. fit le professeur en durcissant son regard.

Il n'était pas sûr de ce qu'il faisait. Il n'était pas sûr que cela marcherait, mais c'était là la seule solution qu'il avait trouvée pour faire défiler les aiguilles de sa montre.

- Quand un combattant tombe, dix autres se lèvent. Nathan peut mourir, il n'est pas le seul dans nos rangs qui ne cessent de grossir.

Considérant qu'il devenait trop dangereux de poursuivre ce jeu d'échecs et que l'issue devait être proche, Antiochus laissa tomber sa baguette à ses pieds et poussa l'homme vers son collègue. L'autre fit de même et la jeune Ehlana atterrit dans ses bras ce qui constitua une aubaine inespérée. La tenant contre lui, il eut le temps de glisser sa main dans la poche intérieure de sa cape et de serrer ses doigts autour du précieux objet.

Le terroriste les tint en joue, sûr de son pouvoir sur eux. Mais derrière lui, on entendit bientôt trois bruits caractéristiques d'un transplannage. Enfin la cavalerie arrivait. Trois aurors avaient répondu à son appel.

Antiochus sortit définitivement sa baguette de secours et la pointa droit sur les deux sorciers qui se retrouvaient pris au piège. mais avant qu'ils ne puissent faire quoi que ce soit, les deux hommes réussirent à transplanner à son tour et ainsi à se sauver.

- Miss Kalten, vous allez bien? Demanda le professeur à la jeune fille qu'il tenait toujours contre lui.

- Alors Ackroyd, on joue les petits Potter?

Ackroyd secoua la tête et laissa la jeune fille libre de tout mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Dim 4 Jan 2009 - 14:50

Ehlana pensait à sa dernière heure qui allait arriver bien trop vite à son goût. Elle était là, au prise à l'ennemi et la seule personne sur laquelle elle pouvait compter faisait la conversation avec le tueur. Il n'avait tout de même pas l'intention de la sacrifier ?! Elle regretta instantanément ses pensées peu charitables mais elle avait de plus en plus de mal à réfléchir correctement quand sa vie ne tenait qu'à un fil.

Le cauchemar de cette soirée n'allait donc pas prendre fin incessamment sous peu. Il y avait d'autres malades en liberté, comme ceux qui avaient fait de la place un enfer sur Terre. Qu'est-ce qui poussait les Hommes à être la pire des bêtes envers d'autres êtres humains ? Quelle tare pouvait bien provoquer ce comportement impossible ? Qu'est-ce qui les poussait à de tels actes ? De quel rang pouvait-il bien parler ? Et quel était leur but, hormis répandre le sang ? Autant de questions auxquelles l'homme qui la tenait ne voudraient surement pas donné de réponses, au vu de la mauvaise volonté qu'il mettait à répondre aux interrogations de son professeur.

C'est quand elle ne s'y attendait plus qu'elle sentit que la prise autour de son cou se déserrer et son corps partir droit devant. Surprise, elle se serait retrouver sur les pavés s'il n'y avait eu l'Auror pour la rattraper au vol. Terminé ? Pas encore. Trois nouveaux sorciers apparurent derrière. Ehlana crut défaillir en pensant à une nouvelle fournée de tueurs en capes, mais le départ précipité des vrais tueurs et les paroles bonne enfant des seconds détendirent visiblement la Serdaigle.

Elle remercia dans un souffle son prof quand celui ci la relâcha et entreprit de lui répondre en regardant plus ou moins craintivement les trois nouveaux Aurors :


- J'ai juste mal à la tête, après le coup qu'il m'a donné...
- Un médicomage va vous arranger ça.

Ehlana hocha lentement la tête pour montrer qu'elle avait compris et pour ne pas empirer son mal de crâne. Combien de temps était passé depuis la première explosion ? Elle avait perdu le fil, avec tous ces événements bouleversants. Voila comment un bon début de soirée finissait mal...

- Mes parents... il faut que je les prévienne...
- Nous allons les contacter mais mieux vaut que l'on ne pas faire ça ici. Les moldus vont bientôt arriver et une équipe du Ministère aussi, pour tout remettre en ordre.

Nouvel hochement de tête pour acquiescer. Ehlana se contenta de ramasser et de rendre sa baguette au professeur quand, alors qu'un autre allait commenter le désastre de la nuit, un concert de 'plop' sanglant envahit les alentours. Un, deux, trois, quatre, cinq et elle arrêta les comptes à cinq, pour ne pas éteindre tout espoir de s'en sortir vivante en son cœur. Les baguettes volèrent ensuite dans un bel ensemble alors que le jeune en cape, du début, se détachait du lot et s'approchait des quatre Aurors et de la Serdaigle...

- Vous vous êtes bien amusé mais c'est terminé maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Lun 5 Jan 2009 - 21:44

Ackroyd commençait seulement à se détendre que les terroristes refirent leur apparition pour sauver les leurs. Ainsi le calvaire n'était pas fini. Antiochus Ackroyd a toujours su que la vie pouvait s'arrêter d'un instant à l'autre. Il ne fait pas partie de ces prétentieux qui pensent dompter les lois de Merlin à coups de gallions et de potions.
Cette fois, il se demandait si le moment n'était pas venu. Le piège qui s'était refermé sur eux semblait méticuleusement préparé. Quatre aurors et une jeune sorcière encerclé. Instinctivement, les quatre auros se mirent dos à dos entourant ainsi la Ehlana.

Le jeune sorcier se trouvait derrière Antiochus qui sentait poindre une lueur d'espoir. Il avait toujours sa baguette de secours dans sa poche intérieure, il s'agissait maintenant de l'atteindre sans éveiller les soupçons.
C'était une baguette qu'il avait gagnée suite à un duel quelques années auparavant. Vu son passé, la paranoïa avait gagné quelques parcelles de sa personnalité. Et avoir une seonde baguette sur lui était un moyen de se sentir plus en sécurité. Les années passées, traqué comme une bête avait largement contribué à cette manie.

- Nous allons vous montrer l'étendue de notre puissance! La médiocrité de cette société...

- De quelle médiocrité parlez-vous? Vous n'êtes qu'une bande d'imposteurs en quête de gloire média...

Un jet de lumière verte jaillit de la baguette de l'adolescent qui envoya l'auror qui venait de parler ad patres. Le regard fixe, perdu à jamais, John Lavourish venait de s'éteindre et son corps s'écroula. Le groupe se souda et se retourna face au tueur. Le professeur en profita pour sortir sa baguette et la tint le plus discrètement possible contre lui.

Les baguettes des autres aurors gisaient à leurs pieds. Il suffirait de pas grand chose pour que la situation tourne en leur faveur. Ackroyd se trouvait derrière son élève et tapota son dos de sa baguette pour lui faire comprendre qu'il était à nouveau armé.


- Vous comprenez que nous ne sommes pas de vulgaires mangemorts! Nous faisons partie des troupes d...

Les sirènes des secours moldus retentirent dans la nuit et déconcentrèrent les combattants noirs l'espace d'une seconde. Antiochus en profita pour lancer un imperium sur le jeune sorcier. Un sortilège interdit, certes. Mais l'extrême sensibilité de la situation exigeait des actions à la mesure des dangers qu'ils couraient. Des dizaines de morts jonchaient le sol. Un auror était tombé. Il n'en fallait pas plus à l'ancien mangemort pour utiliser ce sort plus que controversé.

Le jeune sorcier ne bougeait plus. Caché derrière la jeune fille, Antiochus pouvait agir à sa guise. Sans que les autres ne comprennent son geste, il abaissa sa baguette sur la poitrine de son camarade le plus proche et lui envoya un sortilège de stupéfixion sur la poitrine. Les deux aurors devant Ehlana comprirent immédiatement ce qui s'était passé et se jetèrent au sol pour reprendre leur baguette. L'un d'entre eux rendit sa baguette à Ehlana. La bataille pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mar 6 Jan 2009 - 15:17

Déboussolée et de nouveau prête à laisser libre court aux larmes menaçantes, Ehlana n'eut le temps d'esquisser un geste vers l'Auror qui tomba à ses pieds. La barrière humaine autour d'elle fut prompte à se ressouder mais à l'intérieur, c'était le chaos. Ehlana s'accroupit face au corps sans vie, pas pour se faire du mal, mais pour un dernier hommage à l'homme à terre. Elle n'avait rien demandé, n'aurait rien pu faire, mais elle avait sa mort sur sa conscience. Si elle n'avait pas été là, peut-être serait-il encore vivant maintenant...

Elle sentit comme une décharge les paroles du sorcier, manqua crier de rage, autant à cause de ses paroles que par l'arrivée impromptue des moldus. Les troupes de qui ?! Il eut ensuite une attitude plus qu'étrange aux yeux de la Serdaigle, qui regarda, le yeux ronds, le meneur se retournait contre ses propres alliés, lançant un sortilège contre l'un d'eux qui tomba tête la première. Le cercle se brisa alors que les Aurors, habitués à une vitesse d'action qu'Ehlana n'avait pas, plongeaient déjà récupérer les baguettes et l'un lui rendit même la sienne.

Plus prompte à réagir maintenant qu'elle avait récupéré sa précieuse baguette et tandis que les deux Auros entamaient déjà les hostilités avec leurs ennemis, la Serdaigle se pointa et lança un 'protego', bien faible rempart contre l'agresseur mais assez pour la rassurée quelque peu.

Mais l'art des batailles rangés était l'une de ses choses qu'elle n'avait jamais appris à faire. Elle pouvait réciter par cœur nombre de ses cours, utiliser facilement des sortilèges pas forcément connu en cours de Sortilège et Enchantement et voir même pas de son année, tenir une conversation sur le génocide de 1754 mais se battre... Elle ne savait pas faire ça.

L'un de leurs opposants devait surement se dire la même chose car il se détacha du groupe pour s'appocher d'elle. Un simple 'protego' ne fut cependant pas assez puissant pour éviter le sortilège
* qui toucha sa précieuse écharpe aux couleurs de Serdaigle dans la précipitation qu'elle mit à se déporter pour éviter la catastrophe. D'abord une étincelle, qui se transforma en presque incendie mineure.

Effarée, elle déroula très vite l'écharpe d'autour de son cou et qui finit par terre alors qu'un des deux Aurors, la voyant attaquer, accourait pour apporter son secours.

C'était normal après tout de vouloir éteindre un feu. Quand un incendie sévissait, les pompiers moldus n'accouraient-ils pas pour le circonscrire ? Et bien Ehlana avait le même réflexe : un feu, elle l'éteint. Sauf qu'elle n'avait pas mesuré la dangerosité du geste qu'elle allait faire.

Sa malheureuse écharpe grésillait sans fin par terre, mais les flammes n'étaient pas assez haute, pensa-t-elle, pour qu'elle risque quelque chose de grave à piétiner les restes bleus et argents avec le pied. C'est là qu'Ehlana mesura toute l'étendue de sa bêtise. Au lieu de s'apaiser, le feu continua sa course, se scindant en deux, l'un continuant son œuvre destructeur avec l'écharpe, l'autre commençant à brûler le bas de son jean. Elle pouvait sentir la chaleur sur sa jambe et la douleur irradiée bientôt dans sa cheville, remontant vers le mollet et genou. Elle était maintenant devenue combustible...

Elle ne retint pas une cri d'affolement et de souffrance mêlés. Baguette vainement pointée vers la source d'affliction, l'eau ne fit rien pour arrêter la progression du brasier. Jusqu'à maintenant au prise avec un Auror qu'il avait jeté à terre, le jeteur de sort s'avança alors vers la collégienne qui avait lâché sa baguette et entreprit de balancer sa jambe meurtrie, croyant étouffer toute flamme mais sans voir que les courants d'air qu'elle créait ne faisaient qu'entretenir plus que calmer le résultat du sort.


- Avada... commença alors le sorcier qui lui faisait face...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mar 6 Jan 2009 - 16:20

Le sorcier n'eut pas le temps de finir l'incantation qu'un tourbillon mêlant vent et poussière se leva autour de lui, fit voler sa baguette en éclats et arracha certains de ses vêtements. La colère du professeur était telle que la spirale grossit, projeta hors de son sein le corps du sorcier contre le pan d'un mur de pierre. Sa tête heurta violamment le sol pendant que son corps retomba dans un lourd fracas. La posture qu'il avait prise avait quelque chose d'inhumain. Le tatouage sur le coeur d'Ackroyd acheva de le frigorifier alors que les pupilles du professeur reprirent une activité normale.

Pendant ce temps, le meneur reprit ses esprit. Ackroyd ayant rompu tout contact de baguette à sorcier, l'imperium n'avait plus aucun effet sur lui.

Sa première action fut de faire exploser le nouveau camion de secours moldus qui venaient de faire son apparition.
Ensuite, voyant que la situation tournait à son désavantage, il disparut dans un bruit de transplannage caractéristique. Courage, fuyons.

Le troisième auror, Adam Everton avait immobilisé deux mages noirs, Ackroyd en avait tué un sans vraiment le vouloir, et le quatrième était toujours au sol, inconscient. Adam lui lança un sortilège de saucissonage pour l'immobiliser définitivement.

Après son "coup d'éclat", Ackroyd s'était dirigé vers la jeune fille en flammes. Il savait pertinamment que l'eau ne ferait rien sur ces flammes là. Le dernier auror, Sam Tabass, essayait de taper le vêtement de la jeune fille pour étouffer les flammes, mais la cause était entendue. Alors le professeur eut une idée...

- Dissendium...

Une légère inflexion de la baguette vers le haut, un quart de tour de poignet, et une lueur d'un jaune très pâle s'échappa du bout de sa baguette. Elle s'infiltra dans les coutures du jean d'Ehlana qui se séparèrent sans faire d'histoire. Les restes de son pantalon furent totalement décousus par la petitue lueur qui parcourut tous les fils tenant ensemble les deux parties du jean. Les lambeaux de la face du pantalon tombèrent devant, les autres derrière, et le feu continua son oeuvre sur le tissu en laissant la jeune fille tranquille, mais fort dévêtue. Contrairement à ce qu'elle pensait, elle n'était pas le combustible, seul ses vêtements l'étaient.

- Cette fois je crois qu'on ne risque plus rien. ajouta le professeur d'une petite voix.

D'un geste lent, il défit les deux boutons de sa cape de velours et la tendit à la jeune fille qui en avait bien besoin. Avant de détourner définitivement le regard il examina rapidement ses brûlures.

- Ne traînons pas ici. Adam, Sam, embarquez ceux-là au bureau. J'accompagne la demoiselel à Sainte-Mangouste. Si nous pouvons, nous reviendrons pour la prise de témoignage.

- Merci Antiochus. dit le dénommé Adam à Ackroyd.

- Merci à vous d'avoir répondu au signal... Je ne sais pas ce que nous serions devenus.

Les deux hommes donnèrent un hochement de tête et allèrent so'ccuper des prisonniers... Mais c'était trop tard. Les trois hommes étaient mystérieusement morts...

Ackroyd ne s'en aperçut pas. Il se tourna vers Ehlana et se contenta de lui dire:

- Accrochez-vous à mon bras, nous allons transplanner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mar 6 Jan 2009 - 20:39

La pudeur n'avait pas sa place quand on venait d'éviter de peu de finir en torche humaine. Ehlana préféra serrer les dents plutôt que de s'offusquer de sa tenue légère mais se drapa tout de même dans la cape gracieusement tendue. Ses gestes étaient saccadés par la douleur et un seul regard vers les chairs calcinés prouvait bien qu'elle ne jouait pas la comédie de la souffrance.

Curieusement, toute concentrée sur la douleur de sa jambe, elle en oubliait de ressentir de la tristesse pour les morts de la soirée. Cela restait dans un coin de son cœur, mais supplanter pour l'instant par son propre cas.

Mais juste avant qu'elle n'attrape le bras de son professeur, elle vit les deux Aurors qu'il restait s'approcher du corps sans vie de leur compagnon et une partie de ses larmes fut versée pour cet homme qu'elle ne connaissait pas mais dont la vie l'avait quitté parce qu'il était présent à Piccadilly ce soir...


    Ste Mangouste


C'était toujours autant l'effervescence à Ste Mangouste. Ehlana y avait rarement mis les pieds mais cela lui rappelait un peu Poudlard pendant les heures de pointe, les inter-cours. Mais ici, pas de gamins turbulents, juste des médicomages affairés et des malades malades (ils ne seraient pas ici sinon...). Et en plein milieu, elle et Antiochus.

La cape toujours serrée, Ehlana claudiquait plus qu'elle ne marchait et même comme ça, chaque mouvement lui tirait une grimace qu'elle avait de plus en plus de mal à cacher. Le moindre effleurement de tissus sur la peau brûlée était une torture, chaque souffle de vent un calvaire. Comme des milliers de piques chauffés à blanc qui s'enfonçaient plus profondément à chaque fois. Même quand elle s'était fracturée la cheville et démontait la mâchoire après un TP de Vol, elle n'avait pas montré son tourment autrement que par les traits de son visage déformés par ce qu'elle ressentait ou la crispation de ses membres. Et aujourd'hui encore, c'était la même chose. Elle se retenait toujours de hurler à la mort, retenant au dedans sa douleur qu'elle aurait pu expulser à chaque cri de bêtes à l'abattoir qu'on allait égorger.

Tenant toujours d'une main le bras secourable de son prof, Ehlana arrêta de l'autre un médicomage qui s'apprêtait à passer à côté d'eux comme si ils n'étaient pas là. Elle n'y croyait pas mais celui-ci s'arrêta tout de même pour aviser la blessée qu'elle était et l'accompagnateur qu'était Ackroyd.

Incapable de prononcer un mot ou de faire un geste de plus, la Serdaigle se contenta de serrer un peu plus fort le bras du médicomage car la douleur a forte dose avait des répercussions totalement à l'opposé de ce que l'on pourrait bien croire en voyant la blessure. Là, c'était les montagnes russes, un coup à droite, un coup à gauche et une forte envie que le manège se termine pour régurgiter son petit-déjeuner.

Et à situation dramatique, effort dramatique. Le médicomage concentra toute son attention sur la grande brûlée, poussant la prévenance jusqu'à la maintenir en position verticale.


- Que s'est-il passé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Antiochus Ackroyd
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 52
Gain de Gallions : 11634
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mar 6 Jan 2009 - 21:49

- Vous ne croyez pas que vous devriez la mettre dans une chambre d'abord?

Ton sec et cassant, plus froid que l'air londonien de ce soir là. Ackroyd venait pour la première fois de manifester un tant soit peu d'intérêt pour son étudiante. L'air sévère qu'il avait pris avait suffi à faire opiner du chef le médicomage qui les emmena dans une chambre individuelle en marchant devant eux. Excédé par cette conduite cavalière, Antiochus passa un bras autour de la taille de la jeune fille et la porta pour le reste du trajet. Ils arrivèrent dans une chambre rouge foncé, au calme. Le professeur posa son étudiante sur le lit qui l'attendait et remonta sa cape sur ses cuisses pour ne pas trop la découvrir mais pour montrer l'étendue de ses blessures.

- Voilà ce qui s'est passé. Nous avons été pris dans un attentat sur Piccadilly Circus. Vous n'avez pas encore eu de blessés?


- Si bien sûr. Mais pourquoi n'arrivez-vous que maintenant? demanda-t-il d'un oeil suspicieux derrière ses petites lunettes.


Ackroyd lâcha un lourd soupir et répondit.

- Parce que nous avons bien été obligé de nous débrouiller face aux terroristes. Voulez-vous bien la soigner maintenant? J'aimerais qu'elle puisse venir témoigner au bureau des aurors.

Surpris par l'effronterie de ce personnage, il en avait oublié la pauvre blessée. Il se tourna immédiatement vers elle et se pencha sur ses jambes en murmurant des "Mmm, hum", ou encore des "Bien, bien", ou enfin des "Alors voyons...".
Au bout de quelques secondes, il remit ses lunettes droites sur son nez et sortit sa baguette. Il la dirigea sur Kalten.

- Lontidudina inflamare.

Le morceau de bois projeta un puissant jet de lumière blanche. Dès qu'il la dirigea sur les blessures, elle changea de couleur, passa du rose bonbon au carmen, vermillon, pour finir pourpre juste au-dessus des genoux.

- Les brûlures sont profondes et étendues. Je vais y appliquer une pâte qui devrait vous soulager rapidement.

Il sortit de la pièce sans se soucier des deux personnes qui s'y trouvaient. Ackroyd détourna le regard et alla se poster devant la fenêtre en perdant son regard dans la nuit. Il repensait à ce qui s'était passé et repassait le fil des évènements pour essayer de se remémorer de quelques détails. Dans ses moments là, le calme absolu était une nécessité.

Lorsque le le médicomage revint, il portait dans ses bras un gros bocal trabsparent conenant une pâte orangée. Cette pâte avait la propriété de cicatriser et de reformer rapidement les tissus brûlés.

- Je vous avertis, l'application risque de faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Lèche-Botte Préférée de JLI
avatar

Nombre de messages : 847
Age : 29
Maison : Serdaigle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13880
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   Mer 7 Jan 2009 - 21:08

Et elle était repartie pour de la marche. Un sautillement, un deuxième avant qu'elle ne doive serrer les dents après la conduite chevaleresque de son prof. Sa respiration se bloqua dans sa gorge et elle n'expira qu'une fois assise sur les couvertures d'un lit, la jambe juste assez relevée pour ne pas toucher le tissu.

Ne préférant même pas regarder les dégâts, Ehlana laissa le médicomage à ses grommellements en s'allongeant complètement. Sa colonne vertébrale se détendit d'un coup et une sensation de bien-être toute relative s'insinua en elle. Relative car elle avait toujours aussi mal et que si il ne se dépêchait pas fissa de faire quelque chose, ça allait barder.

Yeux clos, elle n'entendit que le médicomage qui lança un quelconque sortilège qui n'aida pas la Serdaigle à se sentir mieux. Par désespoir, elle ouvrit un œil, jute à temps pour voir le médicomage sortir de la chambre. Se relevant sur un coude, Ehlana regarda derrière elle, pour être sûre qu'elle n'était vraiment pas toute seule. Ste Mangouste, c'était Ste Mangouste après tout et les hôpitaux n'étaient pas la chose la plus rassurante possible. Et même si Antiochus n'était pas le compagnon le plus tranquillisant, c'était déjà beaucoup pour l'ado désorientée qu'elle était.

Le silence s'installa quelques minutes jusqu'à ce que le médicomage ne revienne enfin avec son bocal. Ehlana le regarda s'avancer, pas très rassurée et elle avait bien raison. Elle se mordit les lèvres alors qu'il tirait un siège et s'installait à côté du lit.


- Mal comment ? Sur une échelle de 1 à 10..?
- Mal, répéta-t-il, borné.
- C'est comme les potions, plus c'est mauvais, plus.. AAAAAAAAAAAAAAAAHHH !

Elle n'avait pas pu finir ses explications intelligentes que le médicomage en avait profité pour appliquer sa pâte orange sur ses brûlures et le choc avait tiré un braillement tout sauf féminin de la bouche de la Serdaigle.

- Ôtez vos sales pattes de ma jambe !! cria-t-elle en la lui retirant de ses mains.
- Mademoiselle...
- Ne me touchez, vous m'avez compris ! Plutôt me couper la jambe !
- Ne dites donc pas de bêtise et laissez-moi faire mon travail.
- Non ! J'en ai marre ! Marre de cette soirée, je veux rentrer chez moi !...

Ehlana cacha aussi vite qu'elle s'était énervée ses larmes derrières ses mains. Assez de cette stupide fierté qui la retenait de dire et faire ce qu'elle voulait. A défaut d'être polie, elle avait été sincère et sa maudite pâte ou ses soins étaient la goutte d'eau qui faisait déborder le vase, la baignoire même. Ça ressemblait plus à un raz de marée maintenant qu'à un paisible court d'eau.

Et le médicomage, ne sachant plus quoi faire, entre sa conscience professionnelle et les ordres de sa patiente, se retourna vers Antiochus, à la recherche d'un peu d'aide, à n'en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une explosion fendit la nuit... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une explosion fendit la nuit... [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: En dehors de Poudlard :: Londres et Chemin de Traverse-
Sauter vers: