Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre Desperide
Personnage Inactif
Cassandre Desperide

Nombre de messages : 164
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 13329
Date d'inscription : 23/03/2007

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyJeu 24 Jan 2008 - 20:41

Elle la tenait serrée dans ses mains, froissée, humide de ses dernières larmes. Courant à travers un horizon de formes floues, sans s'arrêter, le souffle rauque, sentir la douleur cuisante et lancinante de sa côte...


Le soleil ce matin avait montré le bout de son nez, traversant les rideaux pour venir réveiller la jeune fille endormie et l'arracher à ses songes mouvementés.


Elle devait bouger, sortir, sa tartine de confiture dans une main, plus aucun sens, plus aucun son, plus aucun goût. A quoi bon ?


S'étirant de tout son long, la jeune fille enleva sa chemise de nuit blanche qui recouvrait ce corps changeant, dont deux petites pointes tiraient le tissu désormais. Une journée ensoleillée, quelques cours, un nouveau livre à entamer...


La salle est toujours pleine à l'heure du petit déjeuner, les hiboux recouvrent le plafond artificiel, quelques fientes tombent par ci par là, provoquant hilarité matinale, sa chouette avait rasé la table avant de laisser tomber la lettre. Puis elle avait cessé de penser. Le temps s'était arrêté d'un seul coup. Elle entendait encore les battements de son coeur, effacant le reste du décor alors que ses yeux parcouraient l'écriture
familière.


Montée douce amère-goût salé sur des lèvres-vue brouillée


L'arbre reconnu, agréable refuge qui la cachait aux yeux du monde. Tête heurtant le tronc rassurant, respiration saccadée, suffocation, sursaut, martelage du sang qui bat sa cervelle, lui donne un mal de chien...


Lentement, retour au souffle fin, invisible, léger, l'encre s'est effacée, a coulé sur sa robe défaisant les lettres formées par la plume. Ca y est, l'écriture part en croisière, emportée par le propre torrent qu'elle a su créer.


Il y a une bosse qui l'empêche de bien s'appuyer contre la surface du tronc, quelque chose dans son dos qui lui fait mal. Son sac qu'elle retire et vide sur le sol, chute abrupte d'ustensiles divers, de livres... L'un s'ouvre à quelques mètres d'elle, pas n'importe lequel il semble. Un livre qui lui appartient et dont le contenu est différent de tous les autres.


Citation :
« C'est, en effet, l'étonnement qui poussa, comme aujourd'hui, les premiers penseurs aux spéculations philosophiques. Au début, leur étonnement porta sur les difficultés qui se présentaient les premières à l'esprit; puis, s'avançant ainsi peu à peu, ils étendirent leur exploration à des problèmes plus importants, tels que les phénomènes de la Lune, ceux du Soleil et des étoiles, enfin la genèse de l'Univers. Or, apercevoir une difficulté et s'étonner, c'est reconnaître sa propre ignorance. Ainsi donc, si ce fut bien pour échapper à l'ignorance que les premiers philosophes se livrèrent à la philosophie, c'est qu'évidemment ils poursuivaient le savoir en vue de la seule connaissance et non pour une fin utilitaire. Et ce qui s'est passé en réalité en fournit la preuve : presque toutes les nécessités de la vie, et les choses qui intéressent son bien-être et son agrément avaient reçu satisfaction, quand on commença à rechercher une discipline de ce genre. Il est donc évident que nous n'avons en vue, dans la Philosophie, aucun intérêt étranger. Mais, de même que nous appelons homme libre celui qui est à lui-même sa fin et n'est pas la fin d'autrui, ainsi cette science est aussi la seule de toutes les sciences qui soit libre, car elle seule est sa propre fin. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
Isis Kitlee

Nombre de messages : 1141
Age : 32
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14599
Date d'inscription : 15/02/2006

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyVen 25 Jan 2008 - 13:51

Dernier jour de la semaine avant le weekend.

Elle se réveilla par le miaulement de ses chats. Cela suivit par les cris, hurlement plutôt, de Destiny qui savait pas parler autrement. Après, elle du subir un match de boxe contre sa personne pour être allée réveiller Joséphine. Une boxeuse au bois dormant cette Meringue...


- Meringue, bouge...
- Mais euh
- Bouge, ou je t'avada la tête...
Chut, Misis, tais toi... veux dormir
- ... Oh regarde, on dirait Leonhart qui tourne autour d'Adel

Ca avait marché. Joséphine s'était levée d'un bond en criant des "où ? Où ca ? Elle va se faire avad... Misis, salle teigne". D'accord, Isis n'en était pas fière de cette ruse, parce que Leonhart... Adel méritait mieux que Leonhart. Isis la détestait, s'était physique, un peu comme Sacha, mais en plus pire.


Cours que cet après midi car elle était dispensée de vol le matin. Petit déjeuner dans la grande salle présidé par les deux chimères BRIME.
BRIME : nouvelle race résultant d'un mariage entre un humain femelle qui devait pas avoir toute sa tête et un humain mâle que ne devait pas avoir toute sa tête non plus. Malheureusement au cours de la conception 'normale' d'un être humain il y eu une mutation chromosomagique qui dérégla une partie de leur cerveau. Ce qui eu pour conséquence d'enlever tout 'le bon sens' à ses bestioles. Le célébre professeur Des Foihoncpaskoicréékomnom définit les BRIME comme des "Bête Résolument Irrespectueuses Mesquines et Emmanchés*".

Voilà, Isis avait lu l'article sur eux. Elle avait pris peur et les évitait soigneusement. On sait jamais, si ca se trouve ils sont porteurs d'un virus magique qui fait qu'on devient BRIME quand on les approches de trop prés. Non, elle ne faisait pas une crise de Lunamaboule, c'est juste que... bon peut etre un peu.


Préférant la prévention, parce que voilà tout le monde sait qu’une goule avertit valent mieux que deux BRIMEs, elle partit faire un tour dans le parc.

Une fois dehors, Isis regarda les sombrals volaient au-dessus de la forêt interdite. Le meneur du clan vint même la voir en atterrissant au milieu de la clairière. Il accompagna silencieusement Isis dans sa promenade, acceptant avec plaisir les caresses sur le bout de son museau. Depuis sa tentative de suicide la jeune femme approchait souvent le clan de Sombral de l'école. Elle devait être la seule élève.

Peu après, le dernier de la troupe qui avait quelques mois seulement vint de poser par très loin de son père et de l'humaine. Il s'amusa avec un sac... qui n'était pas celui d'Isis. Un bruit lui fit peur et il s'envola terrifier et pris de panique. Son père lui suivit et le ramena au bercail laissant la jeune fille de nouveau seule dans le parc.

Isis récupéra le sac et regarda autour d'elle. Personne. Elle l'ouvrit et fouilla pour récupérer le nom du propriétaire mais de nouveau le bruit se fut entendre.


- Y a quelqu'un...

Pas de réponse. On attend silencieuse encore un bout de temps. Toujours rien.
Alors on reprend la recherche.
De nouveau le bruit. Prenant son courage à deux mains, elle s'avança vers le lieu d'ou il provenait. on retient sa respiration. On ne panique pas, et on essaye d'arrêter de trembler comme une fille parce qu'on a l'air d’une idiote. Et... un pic vert qui creuser un vieille arbre.

pense : Isis t'es trop nulleuh ma vieille... même Meringue elle n’aura pas eu peur... que dis je, elle se serait enfouie directe.

Soulagée elle se retourna pour rejoindre son point de départ quand elle vit un forme humaine qui était adossé contre un arbre. elle s'en approcha et remarqua que c’était... hum... Cassandre peut être.



- Euh... Bonjour Cassandre... ce ne se serait pas ton sac par hasard ?

Isis lui sourit mais ca n'allait pas l'air d'aller.

- Tu vas... Cassandre ca va ?

Elle venait de remarquer le livre ouvert comme si dans l'herbe mouiller il état à sa place. Elle vu aussi que Cassandre... n'allait pas bien.


Spoiler:
 


Dernière édition par le Ven 25 Jan 2008 - 15:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Desperide
Personnage Inactif
Cassandre Desperide

Nombre de messages : 164
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 13329
Date d'inscription : 23/03/2007

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyVen 25 Jan 2008 - 14:57

L'odeur fraîche de la terre amplissait ses narines. Le livre était toujours ouvert et la brise avait tourné quelques pages...


Ils survolaient les arbres, s'amusant à frôler leur cime puis remontant en flèche. Des Sombrals. Une vie bien insouciante dans la forêt de Poudlard. Comme elle aimerait pouvoir passer sa journée avec sa famille à voler paisiblement, nourrie par Hagrid. La troupe disparut de son champs de vision, sans doute étaient-ils allés se poser un peu plus loin. Ce qui la frappait le plus avec ces créatures c'était qu'elles soient carnivores. Ils ressemblaient beaucoup aux chevaux mais ne broutaient pas, ils leur fallaient de la viande crue, cela accentuait encore leur réputation morbide.



Cassandre n'entendit même pas les bruits de pas témoignant de l'arrivée imminente de... la charmante Poufsouffle, Isis Kitlee. La Verte n'aurait jamais imaginé qu'elle puisse la rencontrer maintenant, là, au moment où son état était déplorable. D'un autre côté, Isis était quelqu'un qui respirait la bienveillance et tomber sur elle vallait bien mieux que sur n'importe qui d'autre.


- Euh... Bonjour Cassandre... ce ne se serait pas ton sac par hasard ?



Les informations mettaient du temps à parvenir à son cerveau, sa voix semblait coincée aux tréfonds de sa gorge, elle aurait beaucoup du mal de sortir. Amorçant un début de réponse, ce ne fut qu'un son rauque qui parvient à ses oreilles. Deuxième tentative pour s'exprimer correctement.

- Salut Isis.


*Pour un début, c'est un début ma vieille...*


- Je...



*Ne me lâche pas maintenant, tu ne vas pas craquer, concentre toi sur ce que tu as à dire, et ne pense surtout pas à ce que tu tiens dans ta main droite, cad...Non j'ai dit de ce concentrer sur ce que tu as à dire pas...*



- Fais voir, je ne crois pas avoir perdu de sac quand je suis partie en courant du château
.


En règle générale, lorsqu'une question l'embêtait, la Serpentarde faisait comme si de rien n'était, elle ignorait complètement la requête, arrêtant momentanément son ouïe, mais là c'était différent. Elle n'était pas sûre, vu son esprit embrouillé, d'avoir bien saisi la deuxième question d'Isis. Peut-être pour une fois avait-elle une bonne excuse, celle d'avoir mal compris. Mais en réalité, son bon sens lui dictait tout autre chose. Certes elle pouvait avoir mal entendu mais au vu des circonstances, Isis ne pouvait lui demander qu'une seule chose.
Après il avait la façon de la tourner, "comment allez vous gente demoiselle si ca avait été" Xael, ou encore un t'as pas l'air d'avoir le moral toi, etc


*C'est marrant, cette question induit déjà une réponse en fait. Quand on la pose, c'est parce qu'on voit que la personne en face de nous va déjà mal. Je ne vais pas faire d'autodérision ou de théâtre, encore moins ma victime. La minimisation n'est pas non plus mon genre. Adoptons la neutralité, évitons tout débordement.*




- Je...



Eclats du miroir inerte qui se brisent à nouveau. Cassandre a repris son visage dans ses mains, dans une attitude de pudeur pour cacher son expression à autrui. Elle n'a jamais fait de bruits en pleurant, pas un gémissement, pas un seul soupir, elle pleure, mais dans la dignité, dans l'épenchement retenu, toujours...


Oui mais voilà, les choses ne se passent pas comme on les planifie, les sentiments partent toujours un peu n'importe comment, on ne peut pas tout contrôler n'est ce pas ? Si je ne peux pas dire, je peux au moins penser.


* Isis, j'aurai préféré t'épargner cette image de moi, personne n'aime être en position de faiblesses face à ses failles intimes. Et surtout pas moi...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
Isis Kitlee

Nombre de messages : 1141
Age : 32
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14599
Date d'inscription : 15/02/2006

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyDim 27 Jan 2008 - 18:13

Isis aurait su réagir si Joséphine était tombée en larme devant elle.
Elle l'aurait pris dans ses bras... hum rectification, Joséphine aurait squatté ses bras. Elles seraient rester silencieuses tous les deux avant que l’une prenne la parole. Une bêtise, une phrase qui ne veut rien dire, une remarque sans sens qui n’avait qu’un seul but les faire sourire toutes les deux. Isis aurait sécher les larmes de son amie d’un revers de main tandis que Joséphine lui expliquerait dans des termes simples, presque en code secret ce qui n’allait pas. Isis essayera de la consoler avec ses maladresses, ses blagues pas drôle, son tact inexistant et puis elle resterait assise à rigoler comme deux folles. Elles parleraient de tout et de rien, referait le monde à leur manière de gamine de 16 ans. Imaginerait leur future rose, loukoum et rempli de bonheur sans imaginer une seule seconde que le futur qui les attendait leur ferait affronter un nombre incalculable d’épreuve.


Là, Isis ne se sentit pas à sa place. Elle ne connaissait pas Cassandre. Elle n’était pas proche d’elle. Elle ne pouvait décemment pas la consoler, ce n’était pas son rôle. Isis avait l’impression de lui imposer sa présence.

Toutes les deux avaient joué dans la pièce de théâtre qu'elle dirigeait l'année dernière. « Pirate malgrès tout » un chef d’œuvre d’humour Isisien. Mais, durant ce laps de temps, on ne peut pas dire qu'elles se soient beaucoup parler. Isis devait gérer plus de chose que prévue, elle avait laisser certaine répétition être dirigée par Althéa qui avait accepté volontiers de reprendre le relais pour décharger la secrétaire du BDE à cette époque.

Et puis, Cassandre était si différente d’elle. Pour la poufsouffle, Cassandre rejoignait le club très très fermé des serpentards 'philosophe précoce'. Ce club comprenait peu de monde, Ernest Dudikoff qui venait d'obtenir son diplôme, De Lansley qui était à Azkaban et le petit surdoué Icare Di Fantero qui à 11 ans décrivait la pensé philosophique de je ne sais pas quoi je sais pas comment. Isis surnommait Icare "le peti’ surdoué des serpy". D'ailleurs, elle s'était toujours demandé pourquoi il s'était amouraché de Destiny qui est bête comme un scrout comme tout Poudlard le sait.

Pour en revenir au cas de Cassandre. Cette jeune fille de 2 ans sa cadette, était la philosophe du club sélecte que personne comprend et qui finisse mal. Parce qu'à y réfléchir, Ernest il s'est évaporé dans la nature après être devenu un Caïd. De Lansley... pas besoin de trop élaborer sur le sujet. Et Icare, à part qu'il parle comme un mec aussi vieux que Flamel lui-même on ne peut pas dire qu’il soit pas du genre «suspect ». Ce club comprenait des petits génies de la philosophie, mais ils tournaient tous mal.
Cassandre était pour ainsi dire mal barré dans la vie.


Toujours aussi nigaude, Isis ramassa le livre par terre. Un ivre de philosophie moldus. Voilà, elle le savait. Cassandre était une psychopathe de la philosophie. Elle finirait à l’obtention de ses aspics… ben la fugue c’est pris, Azkaban aussi… peut être en cavale et recherchée par 3 Aurors.


- Cassandre... Tu veux que j'ailles cherche un... une de tes amies ?

Isis n'en voyait pas vraiment ce qu'elle pourrait lui apporter à la jeune fille devant elle. Elle avait besoin de chaleur humaine pas d'une élève inconnue qu'elle connaissait à peine pour la consoler. Et puis Isis ne savait pas trop quoi lui conseiller.

Elle ne pouvait décemment pas lui dire : « Tu sais Cassandre, c’est pas grave ce qui t’arrive en ce moment, dans 3 ans tu finiras en cavale recherchée par toute la panoplie d’auror du royaume uni. Puis 1 ans après, ta tête sera mise à pris pour 1 million de mornille et tu deviendras la première sorcière recherche par la communauté internationale magique Le Sacha Elle la prendrait pour une folle, c’est sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Desperide
Personnage Inactif
Cassandre Desperide

Nombre de messages : 164
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 13329
Date d'inscription : 23/03/2007

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyJeu 7 Fév 2008 - 15:22

Spoiler:
 

Depuis un bon moment la Poufsouffle ne disait plus grand chose. Cassandre en avait presque oublié sa présence, une seule chose comptait, la lettre qu'elle tenait dans les mains. Le livre qu'Isis avait ramassé n'était rien d'autre qu'un de ses bouquins ennuyeux pour la plupart des gens, merveilleux pour une poignée d'autres, et autant dire que peu ils voyaient un intêret. C'était exactement comme son don, maudit parce que même s'il était porteur de vérité, personne n'en voulait. Trop dur, trop dangereux, trop douloureux. Un fardeau, encore un, a porté seul. Entre ça, sa mère et son enfance, Cassandre commençait sérieusement à se sentir lourde, pourrait-elle un jour se défaire de ce poids ? Elle savait qu'elle devait prendre son envol, larguer les amarres et être enfin elle-même, que chaque parcelle de son être résonne enfin sans culpabilité aucune. Juste acceptée, épanouie...
La réplique tomba, achevant son état final en une mélancholie améliorée.



Citation :
- Cassandre... Tu veux que j'ailles cherche un... une de tes amies ?



Triste ironie, elle n'allait pas lui balancer qu'elle était sans amie, mais sans amie proche, oui. Personne à Poudlard n'était suffisament proche d'elle, au point de pouvoir la consoler, la complicité était un mot banni de l'école. Il n'y avait personne qui en valait la peine, ni la Rouge à qui elle s'était confiée, ni son Cousin, ni même... Personne




- C'est inutile. Il n'y a... personne... à chercher. Merci de ta sollicitude. Tu peux me rendre mon livre, je doute qu'il ne t'intéresse, et à moins que tu veuilles continuer à applaudir le spectacle de mes larmes tu peux t'en aller.



Ce ton était devenu agressif, les derniers mots qu'elle avait prononcé c'était détaché distinctement de sa bouche, assassinant sa dernière bouée de secours. Un acte suicidaire classique, raté le denier bateau qui peut vous sauver. Elle n'avait strictement rien contre Isis, c'était une Poufsouffle et dans cette maison, les élèves étaient plus insignifiants qu'autre chose, mais certains ou du moins, une, sortait du lot.


Soudain d'un geste déliberée, elle froissa la lettre en boule la jeta loin devant elle et tourna sa tête du côté de l'arbre de façon à cacher l'expression de son visage. Ses larmes de tristesse, elle pouvait les montrer, mais celles d'amertumes non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
Isis Kitlee

Nombre de messages : 1141
Age : 32
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14599
Date d'inscription : 15/02/2006

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyJeu 7 Fév 2008 - 16:01

Isis ne répondit pas à l’incisive remarque de la jeune fille en larme en face d’elle. Elle ravala ses propres reproches, ses répliques toutes faites et sa claque qu’elle lui aurait bien fait dans la petite tête de linotte made in serpentard. On ne savait pas ce que les enfants de Salazar buvaient mais ils semblaient tous touchés du syndrome : y a que moi sur terre qui a des malheurs, laissez-moi dans ma piètre vie semée d’embûche.

Laissez moi rire. Isis elle avait beau être à pousouffle, maison de bon à rien pour certain, de clown pour d’autre mais de toute manière regroupant des gens rempli de bonheur ou tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Isis avait perdu ses parents.
Isis avait fait un tentative de suicide.
Isis avait du affronter l’enlèvement de sa meilleure amie.
Isis a perdu son meilleur pote au cours d’un ramdam fait par Juge
Isis a du supporter De Lansley chez les ombres
Isis a des visions et se retrouve comme morte à chaque fois qu’elle apparaissent
Isis a du s'occuper de sa meilleur amie Joséphine en gnomette de 4 ans pendant qu’elle était en pleine dépression
Toute l’école lui prête des rumeurs d’aventure diverse alors que la seule qui est réelle n’es pas parvenu à leur oreille
Et elle ne connaissait pas encore son futur qui n'avait rien de folichon

Tout ça, bien sur, ils ne l’avaient pas, c’était une insignifiante poufsouffle qui avait ce privilège. C’était sa vie à elle, c’était son malheur.
Alors des remarques aussi peu intéressant que «à applaudir le spectacle de mes larmes» et les sous-entendu «de toute manière tu ne sais pas ce que c’est de souffrir ». Isis avait envie de leur faire avaler, ravaler, bouffer jusqu’à ce qu'ils les régurgitent.

Elle était blessé de la remarque de cette 4eme année. Elle la maudit intérieurement. Mais elle ne fit rien. Elle ne prononça pas. Elle fit comme si elle n’avait pas attendu.

Parce que Cassandre n’avait personne. Isis ne lui en voulait pas. Avoir personne était la chose la plus dur.
Si Isis n’avait eu personne elle serait au fond du lac noir, fallait pas se leurrer. Si elle essayait de s’en sortir c’était pour ce qu’elle aime.



Isis ramassa la feuille en bouchon et la mit avec le livre sur le sac à dos qu’elle avait trouvé un peu plus tôt. La curiosité habituelle ne fit pas effet. Elle ne regarda pas la lettre, qui vu dans l’état qu’elle était, devait être la cause de se mal être.

Cassandre avait personne. En faite non, elle aurait une poufsouffle qui ne se délectait pas de ses larmes mais qui connaissait les épreuves.
Isis s’assit contre le tronc de l’arbre et attendit silencieusement que sa camarade se calme et qu’elle se sente un peu mieux. Elle regarda le paysage, puis les sombrals qui volaient au centre de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre Desperide
Personnage Inactif
Cassandre Desperide

Nombre de messages : 164
Maison : Serpentard
Année : 4ème année
Gain de Gallions : 13329
Date d'inscription : 23/03/2007

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptyJeu 7 Fév 2008 - 18:47

Cassandre n'avait pas envie de raconter ce qui allait mal. Elle ne comprenait pas non plus l'attitude de la Poufsouffle. De tous ces chagrins celui-là n'était pas un de moindre. A vrai dire, l'espoir nourri et finalement déçu est toujours dur à vivre, surtout lorsqu'on sait qu'il est irrémédiable. Il n'y avait plus aucune chance que sa m... non c'était tellement dur à accepter. Peut-être aurait-elle dû rentrer à la maison, pour combattre la fatalité, cette menace finalement accomplie. Mais si elle rentrait, sa douleur ne ferait qu'empirer, car malgré toute la sueur qu'elle dépenserait à se faire reconnaître, l'échec ne serait que plus cuisant.


*Maman, pourquoi en es-tu arrivée là ? Si je pouvais revenir en arrière je donnerai tout. Que peut-on faire contre l'innocence violée d'une enfant ? *



Comme la jeune fille l'avait fait tant de fois auparavant pour se rassurer, elle se mit à réciter à haute voix, le poème écrit maintenant il y a quelques années. Cette fois, le cercle vicieux était bouclée.


"Elle pestait, époustait, s'étouffait en vain,

Face à la marée montante

Des choses ou plutôt devrais-je dire des tâches

De ces irrémédiables et perpétuels chagrins

Qui toujours finis, recommençent

Pour arrancher la sueur qui tombe goutte à goutte

De son front

Si seulement le ton de l'animosité latente

cessait

Si seulement ce regard, ces soupirs,

Pouvaient une fois s'en retourner.

Mais la porte claque

Quand défilent jours, mois, années,

Je ne vois que ceux-là

Ces souffles chauds, ces éclairs aveuglants

Et la détresse folle

S'étant liée les impuissances de l'être.

Peut-on soulager en aimant rien qu'un peu ?

Comment dois-je faire pour que témoigner cessse d'être l'apercevoir

Je ne peux qu'être là, ressentir l'exil de ces gouttes perdues

de cette sueur qui s'évapore."



- J'ai perdu ma mère.



Souffle, dans un dernier effort;


- Elle n'est pas morte, je suis juste inexistante à ses yeux. M-ma mère a perdu cette fois-ci, complètement sa mémoire.


*Et j'en suis en partie responsable, j'ai juste tué quelqu'un quand j'avais 7 ans sous les yeux de ma mère, non je crois que je n'irai pas jusque là, une personne au courant à Poudlard suffit amplement.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis Kitlee
Préfète
Isis Kitlee

Nombre de messages : 1141
Age : 32
Maison : Poufsouffle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14599
Date d'inscription : 15/02/2006

Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) EmptySam 9 Fév 2008 - 21:42

- C'est un très beau poème Cassandre.


Isis l'avait soufflé doucement en espérant que le vent emmène ses mots près de sa serpentard.

Elle se demanda ce qui pouvaient être le plus destructeur. Perdre sa mère ou de la voir vivante et être une inconnue à ses yeux. Une larme aux yeux, elle imagina que les deux avaient leur part de souffrance.


Isis tourna la tête et regarda la jeune fille toujours adossée à l'arbre. Elle ne savait toujours pas quoi dire ou faire. Elle préféra les gestes au silence.


Elle prit sa baguette et la fit tourner devant elle en murmurant une formule runique.

Dan les airs en face d'elle apparaissait le visage de sa mère. La moldus qui l'avait élevé. Une belle femme aux yeux de la poufsouffle.


- C'est ma mère, elle est morte. Je fais apparaître son visage quand elle me manque... je suis d’une nullité en poésie. Le peu que j’ai tenté était une catastrophe à proprement parler.

Isis sourit à la serpentarde.

- C'est un sort qui ne marcherait pas pour toi, mais il doit exister un moyen pour qu'elle te reconnaisse. "Une mère ne peut jamais oublier son enfant, c'est ancré dans sa chair". C'est ma mère qui le disait.

Elle ne pensait pas que ca pourrait aider la jeune fille. Mais si ça la faisait régir, elle serait contente. Si Isis ne le faisait pas elle savait que s’apitoyer sur son sort ne servait à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty
MessageSujet: Re: Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)   Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Car elle est sa propre fin (PV Isis Kitlee)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: