Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 calme et air vif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 14 Oct 2007 - 15:03

Althéa sortit de son dernier cours de la journée. Enfin elle allait pouvoir souffler un peu ! Ce n'était pas comme si elle détestait les cours, non... Mais elle ne prenait pas de plaisir particulier à s'y rendre dès 8h du matin jusqu'à maintenant ! Etre tiré du lit si tôt, c'était vraiment contre nature ! Donc la jeune fille était contente de partir et sortit d'un pas pressé de la salle. Elle s'arrêta un moment devant une fenêtre qui donnait sur la cour. Pour une fois, le soleil pointait le bout de son nez et illuminait les dalles grises de la place. Bon d'accord, cela ne changeait rien à la température comme le montrait la buée sur les vitres. N'empêche, que cela faisait du bien au moral !

La percé du soleil fit sourire Althéa qui décida dans profiter. Elle fixa son attention avant de repartir sur les arbres. Leur léger balancement et leurs branchages qui s'agitaient lui apprirent qu'il y avait un peu vent. Cette fois-ci, l'observation lui tira une grimace. Si elle voulait profiter du soleil, elle avait intérêt de se mettre à l'abris de cette brise. Sinon, elle était condamanée à glaglater tout le reste du temps avec un bon rhume à la sortie ! C'est que, mine de rien, Althéa était très frileuse !

Elle se décida enfin à y aller et se dirigea vers la sortie. Elle croisa quelques connaissances dans les couloirs et leur fit un petit signe de la tête. Peut-être les retrouverait-elle ce soir dans la grande-salle. Mais elles pourraient attendre alors que le soleil, lui, commencerait dans 1h ou 2 à descendre. Elle pressa donc le pas et descendit le dernier escalier quatre à quatre.
Arrivée enfin dans la cour, un frisson la parcouru. L'air frisquet qui s'opposait à la chaleur de l'intérieur, lui fit le plus grand bien. Bon dieu de chaudron ! Un peu d'air ! Un peu de souffle ! Après une journée enfermée, cela revigorait !

Elle descendit encore quelques marches, dépassa un groupe de première année très bruyant... Elle contourna ensuite un arbre et trouva l'endroit recherché. Un peu à l'écart du brouhaha et du passage des élèves, se trouvait une petite cache derrière un mur. Cela ressemblait un peu à une grotte taillée dans la roche sauf que ce n'était pas assez profond pour en être une. Mais bon, cela abritait assez du vent et en fin d'après-midi, l'endroit était orienté en plein soleil.

Althéa posa son sac par terre puis s'accroupie. Elle resserra ses genoux près d'elle pour garder un minimum sa chaleur et enfouie ses main dans ses manches. Ainsi protégée du mieux qu'elle pouvait du froid, elle ferma les yeux laissant le soleil caresser son visage. Que c'était bon de ne rien faire pendant un moment ! Ne plus penser à rien surtout pas aux cours... Juste le soleil, le calme,... Et l'air froid qui la délogerait sûrement bientôt de son angourdissement bien-heureux. On ne pouvait quand même pas avoir tout, non ?

Enfin, Althéa était recroquevillée contre le mur, l'arrière chaudron contre le sol (ici aussi c'était froid ! >.<). Son visage était tourné vers le soleil et un sourire étirait paisiblement ses lèvres. Qui pouvait même imaginer, la voyant là, toutes les trolleries qu'elle avait déjà faites ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 14 Oct 2007 - 23:07

La musique est le langage des passions, mais toutes les passions ne gagnent pas à être mises en musique. [Christoph Martin Wieland]


Un Jour d'Octobre ...

Après plusieurs jours de pluie et des nuages menaçants, le soleil vint enfin montrer le bout de son nez en fin d'un après midi avec une légère brise venue pour ne pas oublier quel mois on était. On pouvait encore sentir la fraîcheur des journées mais il était vrai que voir un peu de lumière du soleil dans ce décor si somptueux quand il était mis en valeur, faisait énormément de bien pour le moral. Eneas était le premier à dire cela! D'ailleurs, cela faisait une heure que Mark et lui avaient terminé les cours et comme d'habitude depuis leur rencontre, ils se retrouvaient pour passer un peu de temps ensemble. Cette fois ci, le parc les accueillait à bras ouvert et Eneas avait décidé d'emmener sa guitare acoustique avec lui... Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas gratté sa guitare. Il espérait secrètement ne pas avoir perdu le coup de main... C'est ainsi que les deux complices sortirent dehors pour se prendre un petit bain de soleil tout en détente.

Il faisait encore trop froid pour ne pas sortir couvert! Eneas justement, avec son écharpe verte autour du cou et Mark possédait toujours ses gants noirs... Ils trouvèrent non trop loin de la cachette où s'installera par la suite Althéa, un chêne où ils seraient à l'abri de vent. Ils s'installèrent à terre et commencèrent à parler de toutes choses... Mark confia une nouvelle fois sa peur envers Killian, rajouta qu'il ne voulait pas que Purdey s'affiche avec un gars comme lui et Eneas, le rassura à son tour comme quoi sa petite amie était fière d'être avec lui et qu'il n'avait aucune crainte à se faire. Le reste de la conversation fut plus abstraite. Ils parlèrent durant une heure sans qu'Eneas ne toucha sa guitare une seule fois. Mark avait essayé de le convaincre de jouer mais Eneas préféra attendre encore un peu ... Et pourtant, l'heure tourna et les minutes se suivirent... Resnald devait s'en aller pour jouer son rôle de Prefet amoureux d'une belle vipère de Serpentard... Eneas se retrouva alors seul.

La solitude lui faisait-il peur? Oh non que très peu! Au contraire, il aimait se sentir seul et ce qui était bien dans cet endroit, c'est que très peu de personne venait dans ces environs. Il était donc plus facile de se retrouver avec soi-même. Eneas resta là, à rêver dans son coin... Depuis cette rentrée, il s'était passé pas mal de choses notamment avec Mark mais aussi avec sa cousine... Charlotte Leonhart... Leur relation semblait toujours aussi complexe mais avec le temps, peut-être qu'une seconde chance se fera connaître? En tout cas, pour ce qui est d'Eneas, il se sentait mieux... Mieux dans sa tête, mieux dans sa peau... Il dormait beaucoup mieux malgré l'absence de prémonition nocturne. Mais il ne s'inquiétait plus autant qu'avant... Il allait bien et c'était le plus important. Tant qu'il n'avait pas un certain manque...

D'ailleurs, son dernier rêve le perturbait moins qu'avant même si le contenu était extrêmement important. Eneas avait fini par penser qu'il avait encore du temps et des choses à accomplir avant d'en arriver là. Il ne fallait pas se tracasser sinon nerveusement, il ne l'aurait pas supporté. Et il pouvait dire merci à son ami d'être présent pour "adoucir" en quelque sorte cette solitude qui était devenue trop pesante en ressassant toujours les problèmes en tête...

Bref, Eneas regarda autour de lui ... Il n'avait guère aperçu la présence d'Althéa recroquevillée sur elle même dans ce petit passage à l'extérieur du château. Il n'était pas loin pourtant! Mais il était ailleurs et justement, pensant être loin de la foule, il prit sa guitare entre les mains puis gratta trois notes d'affiler... Ouf, elle n'était pas désaccordée. Un sourire fin vint se dessiner sur ses lèvres... Il se rappela d'une chanson d'un chanteur moldu qu'il s'était surpris à écouter un jour lors d'un voyage en famille [dixit famille Leonhart] Il se souvenait avoir appris par coeur la musique ainsi que les paroles du refrain... Et c'est ce qu'il fit, il essaya de jouer par la mémoire.


All of my life
I've been in hiding
Wishing there was someone just like You
Now that You're here
Now that I've found You
I know that You're the One to pull me through


C'était ça? ... Ouais, c'était bien ça! ... Bon c'était ressemblant et pas si mal que ça dans l'ensemble. Des paroles qu'il aimerait ressentir un jour ... si c'était possible. Enfin heureusement qu'il était loin des oreilles qui couraient dans l'école... Du moins, c'est ce qu'il pensait. Il ne se doutait pas que non loin de lui, une personne se trouvait là à voir une facette d'Eneas qu'il ne montrait que très rarement. D'ailleurs, dans quelques minutes... son monde allait s'écrouler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyMar 16 Oct 2007 - 20:56

Althéa était bercée par le calme et la douceur du moment. Il n'y avait aucun bruit, juste la chaleur du soleil qui chatouillait le bout de son nez. Certaines personnes, la voyant ainsi inactive et simplement heureuse d'être là auraient pris peur : " Tu es sûre que tu vas bien ? Tu n'as pas de problèmes ? T'as pas le moral ?" Si sa mère aurait été là par contre, les recommandations auraient fusées : " Habites-toi chaudement ! Mets bien ton écharpe et tes gants... Tu ne veux pas rester à l’intérieur ?" Quand aux professeurs, s'ils l'avaient trouvé ici, ils auraient eut diverses réactions : Rogue la toiserait assurément d'un air supérieur avec un regard du genre qu'est-ce-qu'elle-prépare-encore-celle-là-comme-trolleries- ?; quelques uns imagineraient sûrement qu'elle souhaitait tomber malade pour sauter des cours, d'autres enfin ne la remarqueraient même pas.

Bref, la pensée de toutes ces choses faisait qu'Althéa appréciait encore plus le moment présent. Simple, tranquille, en accord avec elle-même, repos, dodo... Non ! Ne pas s'endormir ! Ou le réveil risquerait d'être très dur : changée en glaçon !

C'est alors qu'elle entendit de la musique. Trois notes jetées dans le vent semblables à une illusion... Do, ré, mi... Une si petite mélodie qu'Althéa crut qu'elle l'avait imaginé. Elle releva doucement les yeux. Sa première vision fut une magnifique tâche dorée, le tout un peu flou. Un clignement des paupières lui permit quand même d'éclaircir sa vision. Elle essaya de chercher autour d'elle d'où aurait put venir les quelques notes portées par la brise. Elle tendit l'oreille.

C'est alors qu'elle entendit une voix d'homme s'élever. Elle était douce, harmonieuse... En un mot : jolie. Althéa sursauta légèrement. Elle croyait être seule dans ce petit coin paisible mais la voix venait d’à côté ! La jeune fille regarda les alentours et remarqua alors un grand arbre qui s'élevait en face de sa cachette. Comment n'y avait-elle pas pensé ! Il devait avoir une ou deux personne(s) derrière !

Althéa, complètement réveillée et prête à l'action, décida sur la champ de trouver le propriétaire de cette si jolie et émouvante voix. Elle décolla en un effort ses jambes de contre elle, et se releva. Un frisson la parcourut quand son corps fut exposé en entier à l'air vif du dehors. Mine de rien, elle c'était bien réchauffée resserrée sur elle-même !
Althéa sortit ensuite courageusement une main de sa manche et se saisit de son sac. Elle se mit ensuite en marche. A vrai dire, elle n'avait qu'à faire environ six pas pour se retrouver devant l'arbre.

Elle s'y rendit discrètement, comme quoi le cours de Rogue pouvait avoir certains avantages, pour ne pas briser la mélodie. Arrivée à destination, la jeune fille ne put se résoudre à provoquer l'arrêt de la musique par son entrée en scène et décida d'attendre que celle-ci fût finie pour se manifester. Les paroles étaient très belles et la guitare qui les accompagnait les mettait en valeur.

La chanson s'arrêta alors. L'inconnu avait fini, c'était à elle de jouer.
Althéa passa donc sa tête de l'autre côté de l'arbre. Sa tignasse rousse s'éparpilla comme elle n'était pas attachée. Elle ne vit que le côté du jeune homme qui était accoudé au tronc et ne le reconnu pas au premier regard. C'est qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de vraiment discuter avec lui, et si elle le connaissait, ce n'était que de nom.

- C'était magnifique !, commença-t-elle enthousiaste. Je peux venir ?

Et Althéa, n'attendant même pas la réponse, passa toute entière de l'autre côté de l'arbre. Elle se retrouva devant Eneas qu'elle reconnut enfin vaguement comme étant un ami de Marc. Son écharpe la renseigna aussi sur la maison de celui-ci : serpentard. Et bien, elle ne connaissait pas ce talent de musiciens et chanteurs aux verts ! En même temps, peu de personnes des autres maisons l'avaient de toute manière : une voie pleine d'émotion et des doigts dits de fée. Ca c’était de la surprise !

Elle lui tendit alors la main dans un élan soudain :

- Althéa..., je sais pas si... enfin voilà...
, lui dit-elle en grimaçant légèrement. Toi c'est Eneas... C'est bien ça ?

Elle lui fit un grand sourire et lui montra le sol de la tête.

- Je peux m'assoire ? Tu sais que tu chantes et joues drôlement bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyJeu 18 Oct 2007 - 18:31

Alors qu’il n’y avait guère de bruit là où se trouvait Eneas, le jeune homme ne put s’empêcher de continuer à jouer avec plus d’entrain et de liberté. Il se souvenait de l’intro à présent et des paroles du chanteur … « Deliver Me » Chaque mot représentait magnifiquement bien ce qui se cachait au fond de lui. Des images sans raison, revinrent le hanter dans sa tête et ce fut comme si plus rien n’existait autour de lui. C’était en quelque sorte un appel au secours qu’il allait devoir donner un jour … plus tôt qu’il ne le pensait. La musique adoucissait les mœurs à ce que l’on pouvait dire d’elle… Et il vrai que pour Eneas, gratter sa guitare le faisait transporter dans un monde inconnu aux yeux des autres. Le monde qu’il avait lui-même choisi. C’était ainsi… Il se cachait comme bien du monde derrière une carapace impassible et secrète. Il refusait de montrer cette véritable image aux yeux de tous, pour la seule et simple raison qu’il ne se pardonnerait jamais d’être aussi vulnérable. Il se devait d’être dur avec lui-même, il se devait d’endurcir son caractère pour ne pas chuter. Tant de chose se cachait en lui que seule la musique arrivait à faire découvrir. C’était un besoin, une nécessité, une échappatoire comme l’était également l’écriture de ses jeux de maux.

Qui aurait pu donc penser qu’en cet instant précis, une autre personne participer à ce « spectacle » ? Eneas n’aurait jamais osé s’il avait su… D’ailleurs c’était pour cela qu’il s’était installé à l’abri des regards non ? Continuant pensant être seul, il se délivra de ses craintes et laissa parler sa voix. Il venait de reprendre un des couplets avant de recommencer le refrain puis il s’arrêta là, l’esprit ailleurs. Quand soudain, une voix cette fois ci féminine vint interrompre ce bon moment. Quoi ?! Quelqu’un d’autre était présent ! Et cette personne l’avait entendu ! Mais pourtant, jamais personne ou presque ne venait par ici… A croire qu’il était tombé sur un jour sans.

Eneas sursauta et essaya de tourner sa tête pour voir qui avait osé …. Sans une réponse à sa question, la jeune fille à la fine silhouette et aux cheveux roux vint se poster devant lui, toute guillerette et souriante. Il n’était pas difficile de reconnaître la personne. Alors qu’elle commença à se présenter et demander si le prénom du jeune Serpentard était bien Eneas, lui-même regarda d’un air ébahi la main qui lui tendit la Préfète de Gryffondor… Aucune réaction. Oui il se souvenait d’elle… Déjà à la Serre il y a peu de temps, le jour où Althéa lui avait adressé la parole sans qu’elle n’ait aucune réponse et enfin, le dernier jour de l’année en Juin dernier quand elle avait fait son petit strip-tease à l’adresse de Sacha et Charlotte. Il fallait bien avouer qu’elle avait réussi à semer la zizanie même si l’intention au départ, semblait plus que pathétique.

Pour ne pas lui faire perdre son temps, Eneas ne serra guère la main d’Althéa et rangea sa guitare à ses côtés. Sans la regarder et tout en s’occupant de ne pas abîmer sa guitare, il lui répondit après avoir émit un petit rire forcé…


- Je devrais te remercier pour ce compliment bien que je ne veux guère avoir ce genre de conversation avec toi. Je ne suis pas venu ici pour que l’on me lance des fleurs…

Ainsi, la froideur d’Eneas refaisait surface. Il était d’autant plus déstabilisé d’apprendre qu’une personne inconnue, outre son entourage protégé, l’avait entendu. Elle voulait s’asseoir… Que cela ne tienne, la place ne semblait guère réservée mais s’il devait s’attendre à ce genre de banalité, la patience allait lui manquer certainement. Althéa lui faisait toujours face, attendant un signe de réponse pour s’asseoir… Au moins, la politesse était respectée chez elle outre le fait qu’elle l’avait surpris. Insistante, Eneas ne put s’empêcher d’hausser les épaules. Il avait aussi hésité à la planter là ! Pas qu’il n’aimait pas les Gryffondors, non ce n’était pas le problème puisqu’il ne possédait aucun préjugé sur les maisons… Tout simplement parce que c’était Althéa qui l’avait découvert sous une facette qu’il n’aimait pas dévoiler… Mais Malheureusement pour lui, il retrouverait sûrement Charlotte dans la Salle commune et depuis le jour dernier, il n’avait guère envie de tomber face à face avec elle.

- Si toi tu me connais, je peux dire aussi que … Je sais qui tu es Althéa Belrin… Préfète des Gryffondors et Strip-teaseuse talentueuse. Ta réputation n’est que célèbre au sein de Poudlard. J’ai cru même apercevoir qu’avec toi, on pouvait perdre très vite son sang froid… Une véritable Gryffondor !

Eneas laissa un sourire se dessiner au coin des lèvres, était-il ironique ou tout simplement joueur ? Qu’importe… Juste que la réaction de Charlotte face à Althéa ne lui avait pas échappé l’an dernier. Et c’était bien cela le plus réjouissant à remarquer. Etait-ce normal ou le vent devenait réellement plus vigoureux à l’annonce des paroles d’Eneas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 21 Oct 2007 - 10:28

Eneas effleura la main qu'elle lui tendait. Un bref serrement qui surpris la gryffondor. Ce n'était pas un bienvenu, juste la plus stricte politesse. Elle fronça légèrement les sourcils mais ne releva pas plus que cela le geste. Puis il lui répondit : une réponse qui semblait forcée, tourné plus ou moins de manière à ne pas la voir. Quel changement avec il n'y avait que quelques instants ! Elle en était époustoufflée !
Althéa se pencha pour le regarder. C'était vraiment étrange ces paroles froides.

- Tu sais les roses ont parfois des piquants cachés. Recevoir des fleurs peut parfois faire mal.

Il était froid et cela ne collait pas à toute la douceur qu'il avait mis dans sa chanson. C'était à cause d'elle qu'il avait retourné sa veste si vite. Dommage l'autre coté était en fourrure et semblait beaucoup attrayant.

Elle eut un petit sourire sarcastique.
« Préfète de Gryffondor » «Ex Strip-teaseuse », ça c'est mon titre. Le seul problème avec les titres, c'est qu'ils sont des vêtements un peu collants. Si dur à en changer. « Perdre son sang froid » ? De quoi, il parle là ? Pas capiche... c'était peut-être une rose ?

- C'est quoi pour toi une véritable gryffondor ? Est-ce l'opposé total du serpentard ?

Il avait rangé sa guitare et elle la regarda à regret. Elle aurait aimé qu'il continue.

- Tu veux que je te dise un truc. En fait, les serpentards sont les personnes les plus fragiles que j'ai jamais rencontré ! Prends un serdaigle ou un poufsouffle, ils connaissent leur limite. Ils savent s'assumer. Un serpentard... il a peur de tout ce qui bouge trop près de lui. Il a tellement peur qu'il se referme pour éloigner ce qui approche.

Elle se pencha et le regarda droit dans les yeux. Elle continua sur sa lancée sans même penser à s'arrêter. A lui de l'écouter !

- Pourquoi tu es encore là ? Fuis emmène ta guitare, va retrouver Mark ! Tu te sentiras fort à coté de lui. Parce que là, fais attention : pas très loin je crois qu'il y a une gryffondor qui t'a vu joué un morceau de guitare; et pas n'importe lequel, un qui te tenait à coeur. Mais fais encore plus attention parce qu'elle l'a trouvé magnifique...

Elle en avait un peu trop fait. Peut-être, était-ce cela dont il parlait quand il disait qu'elle faisait perdre son sang froit aux autres. Elle disait juste ce qu'elle pensait. Cela n'est pas une habitude très courante. Mais elle ne pouvait s'en empêcher : elle parlait aussi vite qu'elle pensait. Parfois, elle aimerait bien se mordre la langue encore plus vite.
Elle se recula et s'allongea à coté de lui. Elle posa sa tête sur son sac. Ses yeux se perdirent dans les nuages. Puis un sourire naquit sur ses lévres. Ses yeux se baissèrent pour regarder Eneas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyJeu 25 Oct 2007 - 1:42

Alors qu’Eneas n’avait pas eu la ferme intention de provoquer la jeune demoiselle en face de lui, du moins volontairement, celle-ci n’hésita pas à mettre les points sur les « i » et les barres sur les « t » Peut-être qu’en plus de la contrariété qu’il avait acquise ses dernière secondes en apprenant qu’une personne l’avait aperçu, ses ressentiments distants envers les Gryffondors s’étaient fait ressentir dans sa voix. Il est vrai qu’il avait toujours eu du mal à cacher sa méfiance auprès de cette maison, pas parce qu’il fallait être ainsi quand on atterrissait à Serpentard… Oh non si vous croyez Eneas aussi influençable, vous êtes tout simplement naïfs ! Non l’explication était plus simple : il avait eu un mauvais exemple chez lui… Deux mauvais exemples pour être plus précis… Le premier étant son père et ensuite sa sœur qui avait suivi la lignée. Tout deux n’étaient que de simples individus sans scrupules pour Eneas et tout deux avaient fait leurs études à Gryffondor. Pourquoi ne serait-il pas d’un abord agréable malgré cela? Son inconscient parlait pour lui. Althéa avait senti le malaise, et n’étant pas une de ces personnes à se taire ou à se faire écraser, voici le résultat d’un brillant phénomène ! Eneas resta silencieux à l’écouter parler… Non il n’affichait ni colère ni agacement. Il l’écoutait tout simplement comme si chacun avait son temps de parole et qu’il fallait mettre en avant le respect d’autrui. C’était bien cela que l’on apprenait aux jeunes enfants non ? Le respect d’autrui… A croire si cela existait toujours dans ce monde et ce malgré la magie.

Il retrouva donc ce qu’il avait eu le temps de remarquer dans la grande salle l’an passé… L’audace de la Miss aurait pu très bien déplaire à plusieurs de ces confrères. Notamment Mark ou Charlotte puisque c’était les deux seuls personnes qu’Eneas connaissait vraiment… D’ailleurs, Charlotte avait déjà jeté son venin sur la Préfète des Gryffondors si ses souvenirs étaient bons. Mais pour Eneas, ce n’était pas une contrainte de l’écouter. Il aimait cette franchise que peu de personne osait mettre en avant… Justement, il était bon de voir quelqu’un prendre ses responsabilités et assumer ses propos. Eneas avait été trop habitué à se confronter à des gens qui allaient par quatre chemins pour expliciter un seul sujet. Il était devenu un peu pareil dans l’usure… Et ce qui surprit d’autant plus le « Petit Prince », c’était qu’Althéa n’avait guère tort dans le fond. Les Serpents étaient tous des âmes effrayées par autrui. Personne ne se libérait vraiment et l'on cachait la véritable identité. La seule façon juste de se protéger n’était autre que rejeter ceux qui osaient s’approcher de trop prés. Eneas en faisait parti même si il pouvait devenir sociable quand il le voulait… Il n’était pas désagréable mais il avait des opinions et des objectifs très précis, recourant parfois à la ruse. D’ailleurs, c’était pour cela qu’on l’avait envoyé à Serpentard. Pour son sens de l’observation et sa malignité si Eneas se souvenait bien des paroles du choixpeau… En son fort intérieur, il savait très bien qu’il aurait été aussi bien dans la maison où sa mère avait été élève : Serdaigle. Et ô combien il aurait été fier aussi…

Alors qu’Althéa entamait à présent le passage où elle défia Eneas de rejoindre Mark pour se cacher sous ses jupes de sorciers ; Eneas lui ne put s’empecher de penser que sa relation avec Mark avait bien agité le monde de Poudlard. On avait même plus le souvenir d’un Eneas solitaire et sombre des années précédentes. Il fallait à tout prix qu’on le prenne pour son double… Jamais l’un sans l’autre. Eneas ne pouvait pas dire le contraire, il était vrai que depuis qu’ils s’étaient rencontrés, ils passaient le plus souvent du temps ensemble. Et en quelque sorte, c’était une bonne façon de ressortir toutes les souffrances de Mark qui lui, comme la plupart des Serpentards, était un esprit torturé. Comme de bien entendu, le Préfet avait eu à son tour l’occasion de soulager ses plaies. Merlin avait sûrement souhaité mettre Eneas sur sa route pour cette simple et bonne raison… C’était amusant à présent de voir à quel point on pouvait facilement coller une étiquette sur le dos. Oui, Eneas s’amusait à entendre les diverses rumeurs qui couraient sur lui. Le cousin de Charlotte Leonhart ne parle que très peu ou alors on l'entend lorsqu’il a une intention derrière la tête…
Tu connais ses raisons de ses absences répétées l’an passé ? On dit qu’il fait des cauchemars plus atroces les uns comme les autres et qu’il se réveille toujours en hurlant et en étant en sueur… Il parait qu’il s’enfermait de longues heures dans la chambre où habituellement il dormait, et cela jusqu’au jour couché ; je pense qu’il s’envolait avec son balais par la fenêtre pour retrouver un groupe de Trolls. On ne le voit jamais avec une fille à part sa cousine lors de ses premières années. Serait-il attiré par les hommes, lui qui traine toujours avec Mark ? Quelle relation y’a-t-il entre les deux ? Il en entendait de ces bêtises ! Le Serpentard en avait marre, bien évidemment mais que pouvait-il y faire ? De toute manière, quoi que les autres pensaient de lui, il était assez indépendant pour savoir ce qu’il voulait et ne pas tomber dans ce propre piège. Non personne ne pouvait savoir… S’ils savaient …

Eneas laissa Althéa s’installer prés de lui, la regardant s’allonger. Il repensa à ses paroles et ne put s’empêcher de faire un sourire au coin des lèvres, non ironique. Il tourna doucement la tête vers le paysage, fronçant les sourcils à la vue d’un rayon de soleil. D’un air absent mais très doux, il souffla


- Oui… Je comprends pourquoi Charlotte s’est énervée. Tu as le don de toucher le point faible, là où il ne faut pas où il est facile de perdre le contrôle…

Pendant un an, Eneas n’avait plus eu de contact avec sa cousine sauf depuis quelques jours à présent. Mais durant ce temps si long, Eneas n’avait jamais vu une seule fois Charlotte perdre son sang froid comme elle l’avait perdu le dernier jour à Poudlard. Il ne connaissait pas son histoire avec Althéa mais il se basait sur ce qu’il avait vu … Le visage du jeune « Petit Prince » refit face à celui de la Gryffondor agréablement bien installée. Il soupira un instant puis reprit

- Pour être sincère avec toi, je ne pense pas que les Gryffondors sont si différents des Serpentards. Ils ne sont pas opposés… Au contraire, il y a beaucoup de ressemblance sauf que vous avez des qualités essentielles pour établir un équilibre que les Serpents ne possèdent pas ou … qui restent encore cachées.

Ces paroles n’étaient que sincères. Son ton calme définissait l’acceptation. Il aurait pu très bien réagir de manière défensive, pour une fois, encore se protéger, éloigner l’autre pour éviter de voir sa vulnérabilité. Mais même si Eneas n’acceptait de posséder cette vulnérabilité, il était fort bien obliger d’approuver ce que la jeune fille disait. Le jeune homme s’humidifia les lèvres, hésitant puis avec beaucoup d’attention, il reprit sa guitare… la caressant comme un objet fragile. Il recroisa le regard d’Althéa et continua

- Les Serpentards sont dans leur propre bulle. La plupart ont un passé ou un présent qui ne peuvent que les affaiblir. Et malgré cela, ils ne veulent pas d’affection ou d’estime qui leurs rendrait encore plus sensibles aux choses. Ils estiment être seuls à pouvoir régler et connaître leurs tourments… S’exposer n’est que trop dangereux… pour eux… et pour les autres.

Peut-être avait-il trop parlé ? Ces choses là étaient, semblait-il, intimes non ? Il venait de décrire les pensées d'une partie des Serpentards non? En passant, il venait de décrire ses propres pensées ... Pourtant Eneas sortit ces mots sans aucune retenue. Comme s'il n'avait pas réfléchi et pourtant, le genre de parler sans réfléchir ne faisait pas parti des habitudes du jeune homme. A elle de le prendre comme elle le voulait… Alors qu’il finissait de dire ce qu’il avait à dire, Eneas regratta avec légèreté les trois cordes de sa guitare. Un rythme modéré sortit alors de cette invention des plus magiques qu’il soit… Sous le regard d’une élève autre que la famille de celui qui jouait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyVen 26 Oct 2007 - 22:21

Althéa était aussi confortablement installée qu'on pouvait l'être quand on était allongée par terre exposé à l'air froid avec pour seul accoudoir un arbre et un sac. Mais elle était bien : les bras sous la tête, les yeux perdus dans le vague... Eneas contre toute attente l'avait écouté avec soin sans l'interrompre. Encore un talent qu'elle n'avait pas l'habitude de trouver chez les personnes appartenant à Serpentard. Mais, une fois de plus, cette qualité qui était d'écouter sans juger pour ensuite réfléchir et décider de son opinion, était de toute manière rare au soin même de Poudlard. Elle avait dit ce qu'elle avait sur le coeur, ne méditant elle-même peut-être pas assez. Tourner sept fois la langue dans sa bouche ne lui était pas inconnu mais elle n'avait encore jamais réussi à y penser au bon moment Dès fois, c'était un défaut ; d'autres, une qualité. On pouvait seulement en conclure qu'Althéa était Althéa et qu'elle était loin d'être parfaite...
Pourtant, ne dit-on pas que les défauts d'une personne définissent ses qualités ?

Un court silence suivirent les paroles de la Gryffondor. Celle-ci observa la danse des nuages dans le ciel. Son esprit vaguabondait avec eux. Elle pensait à Eneas : la présence chaude à côté d'elle... Etonnant quand même, ce retournement de situtation : elle était venue pour être seule et sûrement lui aussi. Ils se retrouvaient là, côte à côte, et ce n'était finalement pas pour lui déplaire d'avoir un peu de compagnie. Pourtant, que connaissait-elle de lui ? Il était l'ami de Marc ? Il était le cousin de Charlotte ? Inutile. Cela ne lui apprenait rien. Ses amies n'étaient pas elle, Eneas n'était pas ses amis. Sa famille ne lui ressemblait pas alors pourquoi serait-ce le cas pour lui ? Elle avait son chemin, il avait le sien.
On dit bien que si le destin bat les cartes, c'est pourtant nous qui les jouons !

Althéa refusait donc de définir son compagnon sur les rumeurs et ses rencontres. Alors elle essaya de se rapeller ce qu'elle avait elle-même aperçut de lui : doux, sensuel, peut-être un brin rêveur, puis froid, renfermé... Le moins que l'on puisse dire c'était qu'Eneas avait de quoi surprendre...
Et qu'elle préférait la première version de lui...

Un rayon de soleil arriva alors droit sur le visage d'Althéa l'éblouissant d'un coup. Elle ferma les yeux ne voulant pas mettre une main devant elle pour cacher le soleil. Elle enleva pourtant ses deux bras de derrière sa tête avant d'en remonter les manches, exposant ainsi sa peau au soleil. Malgré l'air froid, les rayons qui caressaient ses bras suffisaient à lui donner une agréable sensation de chaleur. C'est installée comme ceci qu'elle entendit Eneas prendre la parole. Il parla d'un ton calme, presque doux, qui la surprit de nouveau tout comme les paroles qu'il prononça. Elle avait l'habitude de l'ironie avec les Serpentards comme l'avaient si bien habitués Mark, Casey, ou même sûrement Sacha et Charlotte.
Pourtant, lui, il lui offrait la sincérité. Et cela lui fit plaisir.

Althéa releva légèrement la tête pour lui répondre.

- Les Gryffondors ne sont pas les opposées des Serpentards... Je suis d'accord. Ceux de ma maison ont peut-être des qualités qu'ils vous manquent comme vous avez des caractères spécifiques à vous seuls. Un équilibre... Oui, je pense que c'est cela...


Elle contempla Eneas et sembla noter chez ce dernier une légère hésitation. Pourtant tout son être inspirait le calme et le contrôle de soi. C'est alors qu'il reprit délicatement sa guitare sous le regard illuminé de la jeune fille. Voilà un beau cadeau, un très beau cadeau qui lui faisait ! Puis son regard recroisa celui d'Althéa qui pétillait de joie à l'attente d'une éventuelle nouvelle chanson.

Elle reprit pourtant son calme et son sérieux un instant pour lui répondre. Il semblait presque se livrer et elle se devait de l'écouter. Et puis, ce serait mentir que d'affirmer qu'elle n'était pas intéressée par ses paroles ! En tout cas, il lui montrait une facette encore nouvelle de lui-même : d'un jeune homme posé et réfléchi. En même temps, il lui donnait une définition de Serpentard des plus intéressante.

- J'imagine que tout ce que tu dis est vrai... Pourtant, je ne comprends pas que quelqu'un dans la difficulté ne puisse pas être aidé. Je ne comprends pas pourquoi certains s'enferment, limitant les relations et ainsi les bons moments. Car pour moi, se protèger des peines et des souffrances nous interdit également le plupart des joies de la vie... Et cela, je ne peux pas comprendre que des personnes puissent le refuser... Mais bon, je ne suis pas eux et je n'ai pas comme tu le fais remarquer leur histoire.


C'est alors qu'Eneas gratta les trois même notes qui avaient attiré Althéa ici. Une mélodie s'éleva doucement, tranchant sur la sévérité de certaines paroles. Althéa ferma les yeux un instant pour se laisser berser par les notes. C'était magnifique ! Tellement différent de ce qu'elle aurait pû attendre du Serpentard !
Quand la musique ralentit pour finir par se taire, Althéa releva doucement les paupières. Elle regarda droit dans les yeux Eneas et prononça simplement un mot :

- Merci...

A lui de l'interpréter comme il le souhaitait. Elle-même se demandait pourquoi... Le remerciait-elle vraiment seulement d'avoir joué de la guitare ? N'était-ce pas aussi pour être pour ici avec elle ? Pour les paroles échangées ? Pour le moment commun ? Où juste parce qu'il fallait reconnaître que cela lui faisait plaisir de se retrouver là...
Althéa secoua la tête en essayant de s'extirper des ses pensées.

- En fait, lui demanda-t-elle, se rappelant une question qui la titillait, pourquoi as-tu dis que s'exposer était trop dangereux pour la personne comme pour ses relations ? Si j'ai bien compris évidemment...

Elle laissa la question en suspend dans l'air semblant chercher elle-même une réponse...


Dernière édition par le Mer 23 Jan 2008 - 14:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptySam 17 Nov 2007 - 2:16

Eneas se livrait-il en effectuant une nouvelle fois ses capacités de musiciens devant Althéa ? Il n’en était pas si sûr. Bien que la musique fût pour lui un monde particulier auquel il était difficile de le voir s’épanouir, il n’avait en aucun cas l’intention de se dévoiler par quelques notes de musique. Mais il fallait avouer que l’ambiance qui venait de régner entre les deux jeunes gens étaient plus agréable, plus doux et ils s’affranchissaient sur un terrain d’entente. Un terrain où la conversation amicale était la bienvenue. Qui aurait cru ? La Jeune Gryffondor avait attiré l’attention du Serpentard avec ses questions pertinentes… Peut-être voulait-il donc lui offrir la possibilité de voir une facette d’un Serpentard tout aussi différent. Car dans le fond, les Serpentards ne sont pas si dissemblables que les autres. Juste qu’ils exercent le plus souvent l’art de la ruse ou de la manipulation pour fausser les pistes. Etait-ce un crime ?

La présence d’Althéa n’était guère gênante, elle réclamait au contraire un jeu des plus simples et des plus agréables. Mais au lieu de proposer cela, le Petit Prince attendit. Oui il attendit les réflexions de la jeune fille alors qu’il continua à s’exercer les doigts sur les cordes de sa guitare. De temps en temps, son regard se posa sur le visage de la Gryffondor. Un visage serein que le soleil aimait saisir par ses rayons. Il ne faisait plus aussi froid que tout à l’heure mais il y avait toujours cette brise légère qui venait les surprendre discrètement, comme pour tenter de réveiller un secret endormi entre les deux jeunes adolescents. Et enfin la voix mélodieuse d’Althéa parvint à bousculer ses sens. L’oreille tendue, il l’écouta et un sourire involontaire vint se dessiner d’un trait léger, comme d’un coup de crayon. Oui, elle avait raison. Se protéger des peines et des souffrances interdisait les moments de joie de la vie. Il n’y avait rien de plus vrai.


- Et ne t’est-il jamais arrivé de penser que personne n’était à l’abri des peines et des souffrances ? Qu’il était impossible de s’en protéger ? Pour ma part, je pense que des moments douloureux sont non seulement indispensables mais aussi inévitables.
On ne peut pas se cacher … On essaye juste d’en éviter le plus possible. Je t’accorde que cela est fort dommage pour les moments de douceur, de bonheur dans la vie. Et si je te disais qu’on se contentait de peu ?

Un regard mystérieux vint éclairer le visage d’Eneas. Il s’humidifia les lèvres puis prit une feuille verte qui était tombée de l’arbre à cause de la force incontrôlée du vent. Il eut cette fameuse idée de caresser le bras d’Althéa qui se trouvait non loin de lui, par cette feuille joliment formée. Il voulait qu’elle ressente cet instant de plaisir et de délice. La cherchait-il ? Jouait-il ? Ou Essayait-il seulement de lui montrer un exemple ? … Les personnes extérieures à leur intimité du moment penseraient à une provocation effectuée par Eneas. Une provocation certes sensuelle mais aussi dangereuse. Or, personne n’était rentré dans cette intimité justement, ils étaient seuls à pouvoir comprendre.

- Ce frisson qui te parcourt : Il ne dure pas. Il est fugace. Mais il restera marqué sur ta peau par le souvenir. Un souvenir peu commun, peu ordinaire.
Ces instants là… Ce sont ceux là que je considère comme des moments de joie ou de bonheur. Ils sont peu, ne durent que peu de temps mais sont marqués à vie.
Et tu vois...A ce stade, même les Serpentards ont le plaisir de les ressentir.

Tout en ayant dit cela, Eneas avait joué avec sa feuille d’arbre sur le bras de la jeune fille mais il arrêta à présent. Il ouvrit la main d’Althéa qui s’était refermée sûrement lors de cette sensation de frémissement puis il y déposa délicatement la feuille en question avant d’ajouter :

- Nous ne vivons ces moments qu’avec très peu de personnes, mais là encore, rares sont ceux dont on a le privilège d’établir une affinité. Et peut-être alors que cela nous suffit…

Il regarda avec attention Althéa. L’émotion qui se dégagea de son visage fut difficile à cerner. Etait-ce le soleil qui rendait flou la perception ? Eneas n’en savait trop rien mais cela n’était pas important. Un « Merci » pour lui était ce qui comptait. Il avait dégageait de ce simple mot un sac rempli de sentiments perplexes, tous aussi significatifs les uns comme les autres. Et enfin une question motrice arriva à lui rendre cette âme troublée et perturbée par sa propre réponse. Pourquoi serait-il dangereux de s’exposer pour sa personne comme pour ses relations ? Justement la preuve était ici.

- Althéa, je ne compte pas tout te dévoiler aujourd’hui même. Cela serait dommage pour la suite ne penses-tu pas ?
Et si je te proposais un jeu…

Il avait levé un sourcil comme si c’était une question qu’il posait à Althéa mais on sentit tout de même dans son regard que c’était plus une obligation qu’autre chose. Il garda sa guitare tout contre lui, prêt à s’en servir pour son service cette fois ci. Une lueur d'ingéniosité traversa la signification de ses yeux.

- On dit qu’à chaque période importante de notre vie, une musique, une chanson a traversé ce moment. Serais-tu capable de te souvenir des chansons qui ont pu être actrices à différents moments de ta vie ? Mais surtout, serais-tu capable de dévoiler une partie de toi à un Serpentard, tel que je suis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 9 Déc 2007 - 14:40

Eneas... Ce nom devenait synonyme de perplexité. Renfermé ou ouvert ? Séducteur ou timide ? Althéa se laissait porté par ce caractère bien particulier aux multiples facettes. Le jeune homme se présentait comme un mystère et la jeune fille avait de plus en plus envie de le comprendre et de le résoudre. Ses paroles étaient pesées, pleines de vérités. Des vérités qui faisaient plus mal à l’entendre qu’Althéa ne voulait bien le reconnaître. Bien sûr la vie était pleine de faux-semblants, de peines et de souffrances. Il ne fallait pas croire qu’elle avait été épargnée. Mais elle avait eu une famille présente pour elle, même si elle était loin à présent. Et elle avait su s’entourer d’amis à Poudlard pour affronter la vie avec tout le soutient qui lui fallait ou presque.

- On se contente de peu… Ou plutôt, on se contente de tout. Mais je persiste à dire qu’il y a deux visions des choses : on peut se contenter de ce que la vie nous donne, ou alors on peut en profiter… Même si parfois c’est dur.

Puis soudain, Althéa vit le visage du serpentard s’éclairer mystérieusement. Il s’empara doucement d’une feuille tombée à côté de lui et la fit glisser sur le bras de la gryffondor. La caresse de la plante fit parcourir de frissons le corps de la jeune fille. Doucement, il déplaçait la feuille, et Althéa ne bougeait pas. Elle ne pouvait pas faire un geste, le regardant faire. Elle pensa qu’elle préférait le contact des doigts d‘Eneas sur sa peau. Elle secoua la tête pour essayer de chasser cette idée. Pourtant, elle sentait ce désir sur son bras au rythme des ronds qu’il décrivait dessus. Elle enfonça les mains dans la terre, comme si elle se retenait à la réalité. Les paroles du serpentard la sortirent de nouveau de ses pensées. C’était bien la première fois qu’elle écoutait avec tant d’attention.

Alors comme cela il considère ce moment comme un instant de bonheur… Je devrais me sentir honorer, non ?, pensa-t-elle hésitant tout de même entre le plaisir et le sarcasme.

Mais elle n’ajouta rien ne jugeant pas nécessaire une intervention. Dès fois, le silence valait mieux que n’importe quelle réponse. Eneas arrêta alors de caresser son bras avec la feuille de l’arbre. Au lieu de ça, il s’empara de sa main et la lui ouvrit. Ensuite, il posa le plus naturellement du monde, la feuille sur sa paume. Althéa lui jeta un regard surpris. Vraiment, cette après-midi était riche en événements !
Il reprit alors la parole. Elle ne choisit pas les mots qu’elle lui répondit. C’étaient ceux qui lui venaient en premiers, les plus vrais, les plus justes…

- Peut-être… Mais quand je vis un moment comme celui-là et qu’il me plait, j’essaye de le reproduire et non de l’écarter. Même si cela ne marche pas tout le temps, j’essaye…

Eneas la regarda alors, essayant sûrement de comprendre les sentiments qui habitaient Althéa. Mais celle-ci avait le même sourire en coin qu’à l’accoutumé. Un masque joyeux ? Peut-être… Même elle avait besoin de faire le point de temps en temps. Surtout dans une situation semblable ! Un vrai sourire étira tout de même ses lèvres quand Eneas lui proposa un jeu. Il ne révélait pas tous ses secrets ? Cela ne l’étonnait pas. Non, c’était plutôt la formulation de celui-ci qui lui plut. Les paroles même d’Eneas entraînaient un autre rendez-vous après celui-ci.

Le sourcil du serpentard se leva. Le coin de la bouche de la gryffondor se releva. Les yeux de celle-ci pétillaient. Le regard de celui-ci était résolu. Eneas tenait sa guitare contre lui, Althéa avait re-enfouillit les mains dans ses manches. Il la provoquait, la testait. Et même si ce qu’il lui demandait de faire fit parcourir un nouveau frisson sur son corps, Althéa releva la tête.

- J’accepte.


Un nouveau sourire illumina son visage. Elle regarda droit dans les yeux Eneas. Non, elle ne reculerait pas. Ou le plus tard possible. Il allait voir ce qu’il allait voir… Elle n’était pas gryffondor pour rien…. Enfin, elle n’était surtout pas Althéa pour rien !

- Donc si j’ai bien compris, je te dis une chanson qui a compté pour moi dans ma vie ? Ou qui me fait penser à un moment important ?


Althéa se radossa au tronc de l’arbre un instant. Elle laissa dériver ses yeux dans les nuages réfléchissant à un air qui lui viendrait en tête. Une légère brise vient lui agiter les cheveux. Elle n’y fit pas attention. Un moment, une musique… Elle pensa en premier lieu aux bals de Poudlard. Un air d’une de ses soirées lui revint alors en tête. Elle ne se rappelait pas laquelle. Elle avait le nom de la chanson sur le bout de la langue.

- Un-Break My Heart
, murmura-t-elle enfin.

Elle ouvrit les yeux et se tourna vers Eneas. Elle avait les yeux brillants pour une raison qu’elle n’arrivait même pas à savoir.

- Tu connais ? On fait quoi après ?




Spoiler:
 


Dernière édition par le Mer 23 Jan 2008 - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyMar 1 Jan 2008 - 23:05

Cette rencontre avec Althéa était bien étrange. Il arrivera parfois que la vie te mettra sur ton chemin des gens qui t’étonneront et qui te permettront de tirer de leurs opinions un message, une leçon à en tirer disait sa mère quand il était plus jeune. Il s’était toujours rappeler de cette petite indication en y croyant fortement et justement, quand il regardait Althéa dans les yeux… Il avait l’impression qu’elle en faisait partie. Peut-être ne garderont-ils pas contact par la suite des événements mais en cet instant précis, la jeune préfète ne se doutait même pas des centaines de questions qu’elle animait en lui… Elle avait son propre dialecte qu’il était parfois difficile pour Eneas de comprendre dans sa totalité. Mais il appréciait cette conversation qu’ils entretenaient. Les propos de chacun semblaient avoir un sens et il était agréable d’observer les différences… Althéa était une personne optimiste, qui justement voulait croquer la vie à pleine dent. Le Serpentard ne connaissait pas le passé de la miss mais il serait curieux d’observer ce qui l’avait amenée à penser ainsi. Encore un phénomène des plus curieux puisqu’Eneas n’était pas du genre à s’intéresser au passé des autres…

Eneas ne put s’empêcher de la regarder attentivement lors de sa première réponse.
« Mais je persiste à dire qu’il y a deux visions des choses : on peut se contenter de ce que la vie nous donne, ou alors on peut en profiter… Même si parfois c’est dur. » Cette phrase dut l’atteindre en pleine poitrine car le sourire qu’il venait d’afficher s’avéra mélancolique. Il la regarda en silence puis soupira légèrement :


- J’aimerai être aussi positif que toi…

Il ne put s’empêcher de dire cela avec sincérité. C’était comme un voile qui lui passait devant les yeux. Même si au fond de lui, il rêvait d’être comme l’était Althéa, il n’y arriverait probablement pas. Sa mère l’avait fait trop têtu. Il avait appris trop de choses concernant le monde adulte, n’avait jamais appris à vivre sa jeunesse à fond, portait toujours sur lui un devoir énorme qui le forçait à se priver des choses de la vie et était fait de secrets que même la pensée optimiste s’évanouirait avec le temps… Bref, il ne s’attarda pas sur sa phrase et rejoint alors sa mystérieuse idée pour illustrer son exemple. A en voir la réaction de sa jeune collègue de Poudlard, elle appréciait cet instant… C’était son but justement. Eprouvait-il du plaisir à lui produire cela en retour ? Oui, bien évidemment … ne vaut-il pas mieux un plaisir partagé plutôt qu’un plaisir solitaire ? Il ne ressentait peut-être pas les frissons, les frémissements de ce brin d’herbe mais il l’imaginait. Ainsi en voulant donner totale satisfaction à Althéa, il s’y prenait avec douceur et volupté. Mais à quoi jouait-il ? A rien justement… Il ne jouait pas. Il lui posa délicatement la feuille sur la paume délicate de la préfète et essaya de déceler une quelconque réponse aux propos de celle-ci. « Le reproduire et l’écarter » Eneas fronça légerement les sourcils

- N’as pas tu peur qu’à force de reproduire ce moment, tu t’en lasserais plus facilement ?

Parlaient-ils toujours des mêmes choses ? Etait-ce vraiment ciblé sur les instants de bonheur qu’ils vivaient quotidiennement ou tout juste un moment qu’ils établissaient entre eux ? Eneas ne saurait le dire tellement il était perdu. Surprenant tout simplement. Qui aurait cru ce matin qu’il discuterait des instants fugaces du bonheur avec une gryffondor ? Il n’avait jamais établi de grandes différences entre les maisons. Même si le fait d’avoir été admis à Serpentard devait le forcer à garder une fierté des plus démesurées. Pourtant ce qu’il vivait avec Althéa était un bienfait. Il aimait être en sa présence…

Discuter ou rester silencieux auprès d’elle ne le dérangeait pas. Ils établissaient leurs points de vue sans en venir à la magie mal intentionnée… Eneas était auparavant, une personne assez solitaire qui n’avait que très peu d’amis et malgré son côté sociable peu développé, il restait toujours à l’écart. Cette année, étrangement par le biais de Mark, il apprenait à se tourner vers les autres… à parler sans avoir la crainte de se dévoiler. Il était mieux dans sa peau, dans sa tête et une partie aussi en raison de l’évolution de sa relation avec sa cousine. Mais Mark, Charlotte, ils n’étaient pas là … La personne qui lui faisait face était Althéa et il appréciait énormément cette personnalité.
Ainsi elle acceptait dévoiler une partie de sa vie ? Eneas s’en trouvait ravi mais resta silencieux. Il laissa la jeune fille réfléchir tout en assurant ce qu’il venait de dire


- Exactement, un instant de ta vie que tu n’es pas prête d’oublier et où une chanson particulière a pu t’accompagner …

Dit-il d’un ton absent. Pendant ce temps il regarda la nature, les gens qui se trouvaient bien loin d’eux… Le froid avait comme disparu. Le soleil réchauffait de nouveau à l’aide de ses rayons… Ils étaient bien là prés d’un arbre les deux élèves de maisons antagonistes et ils s’y sentaient bien. Alors il entendit enfin la chanson choisie par Althéa et fit un léger sourire au coin des lèvres. Une expression mystérieuse vint s’ajouter, comme pour marquer le temps de ce moment

- Après ? … C’est simple… Pense très fort à ce moment et regarde…

Il ferma les yeux, et sa main se laissa guider par son inspiration sur les cordes pincées. Un cœur et une âme se transmettait par cette mélodie connue aux oreilles de la gryffondor. Ce cœur et cette âme se trouvait être la sienne et Eneas le ressentait, se laissant guider. Il ne connaissait pas particulièrement cette chanson mais puisqu’Althéa se trouvait aussi proche de lui en cet instant et qu’elle lui avait permis d’entrer dans un passé peu lointain, il avait comme par magie, le sentiment de connaître la partition par cœur. Bien évidemment, le son n’était pas le même… le morceau se laissait écouter en acoustique. Alors qu’Eneas se mettait à chanter légèrement le refrain, il semblait que les deux jeunes adolescents étaient publics d’une scène qui se déroulait justement devant leurs yeux. Une image déphasée apparaissait dans un nuage de fumée… Ils ne se trouvaient plus dans un parc mais dans une salle de bal ou plutôt dans la serre n°47 décorée pour la saint-valentin. Et juste devant eux, on y voyait Althéa de quelques mois en moins avec un jeune homme brun se regardant avec sincérité dans les yeux… un voile de romantisme, un brin de bonheur… Les paroles seules résonnèrent alors que la Althéa d’aujourd’hui et Eneas étaient partis du parc pour un voyage musical.


Un-break my heart
Say you'll love me again
Undo this hurt you caused
When you walked out the door
And walked outta my life
Un-cry these tears
I cried so many nights
Un-break my heart
My heart


Le Serpentard termina enfin par un accord. La réalité revint prendre ses droits. Un regard lancé sur la jeune préfète, il prononça avec sérieux :

- C’est une très jolie chanson que tu m’as donné là… En espérant que le jeune homme en question ne t’ait pas causé le même tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyMer 2 Jan 2008 - 21:43

Althéa avait déplacé légèrement sa tête pour que le soleil l’éclaire et la réchauffe d’avantage. L’étrange sentiment de mélancolie qu’elle avait ressentit à l’évocation de la chanson se retira peu à peu. Il ne lui restait à l’esprit que sa présence aux côtés d’Eneas et les dernières paroles de celui-ci. Elle prit le temps d’y réfléchir un instant comme elle en avait pris bizarrement l’habitude depuis le début de la conversation. Le serpentard semblait étrangement sincère dans ses dires comme si cela était naturel. Pourtant, elle savait combien il était difficile à certains de s’exprimer ainsi. Elle lui était reconnaissante de le faire pour elle… Et presque fière qu’il lui face cette faveur. Ce qui ne l’empêchait pas d’être en désaccord avec lui sur certains points.
Elle se rappelait encore ses paroles comme s’il venait de les prononcer : « N’as pas tu peur qu’à force de reproduire ce moment, tu t’en lasserais plus facilement ? ». Non, vraiment, elle ne le pensait pas.

Eneas lui expliqua alors la suite du programme. Il lui suffisait de penser au moment qu’évoquait la chanson et de regarder. Facile à dire. Et si elle ne savait pas à quel souvenir remonter ? Althéa s’efforça quand même de retrouver où et quand elle avait entendu cette mélodie. Ce dont elle était sûre, c’était qu’il s’agissait d’un des bals qu’organisait Poudlard. Des sensations commencèrent à lui revenir. Puis son compagnon commença à jouer de sa guitare. Il semblait par une étrange magie connaître toutes les notes. Puis il chantonna le refrain de la chanson alors qu’une scène apparaissait devant les yeux ébahis de la jeune fille. Dans une légère fumée, elle vit une serre se dessiner. La salle était toute décorée et semblait rayonner de couleurs et de lumières. Mais quand est-ce qu’un bal avait bien pu se dérouler là-bas ?

Althéa laissa une de ses mains retomber en dehors de sa manche pourtant source de chaleur. Elle pâlit légèrement en voyant la scène évoluer. Comment n’y avait-elle pas pensé ! Pourquoi avait-il fallu que ce soit cette chanson qui lui vienne à l’esprit ? Un air mélancolique se refléta dans les yeux de la gryffondor. Il s’agissait du dernier bal de la Saint-Jean…

Elle se reconnut alors dans la serre, un peu plus jeune de quelques mois, les yeux éperdus de bonheur. Elle arborait un sourire d’ange heureux. Et elle se souvenait qu’elle l’était vraiment sur l’instant. La plus heureuse même. Pourtant, la Althéa du présent sentit son coeur se gonfler sans qu’elle puisse ne l’empêcher. Devant elle, dans la fumée, se tenait un jeune homme. Lui aussi rayonnait de bonheur. Les deux jeunes gens semblaient s’aimer et c’était en effet ce qu’ils faisaient. Le nom de ce deuxième personnage ? Lionel… Comment l’oublier ?
La musique l’entraîna alors pour revivre ce court passage de sa vie. Et malgré l’amour que dégageait la scène, Althéa sourit tristement dans la réalité.

Eneas tira alors les dernières notes de la chanson. Il eut un instant de silence entre eux comme si chacun se remettait doucement en route. Le passé était rendu au passé et le présent revenait à toute allure. Le serpentard prit alors la parole pour lui dire que sa chanson était très jolie mais qu’il espérait que la personne qu’il avait aperçut ne lui avait pas causé la même chose : « Un-break my heart ». S’il savait… Il avait fallu que le soir de la Saint-Valentin, quelqu’un passe cette chanson triste. Spécialement dédiée à elle sûrement, dédicacée même par miss Destinée. Enfin, n’avait-t-elle pas retenu depuis le temps que les bons moments qui avaient été quand même nombreux ce soir-là, chassant les mauvais ? Pourtant, si cela avait vraiment été le cas, elle n’aurait pas évité d’en reparler avec ses amies. Mais surtout en ce moment même, elle n’aurait pas eu les larmes au bord des yeux…

Non, elle ne pleurerait pas ! Althéa serra les points sans répondre à Eneas. Bon dieu de larmes, ne pouvaient-elles pas partir ? De toute manière, elle ne pleurerait pas. Elle avait passé un moment formidable avec Lionel, un point c’était tout !

- Si, elle est très belle cette musique…, murmura-t-elle alors avec une voix légèrement tremblante.

Qu’est-ce qu’il lui prenait, hein ? Elle n’allait pas s’apitoyer comme cela sur son sort ! Le passé était le passé. Il fallait s’en servir pour le présent et non le rejeter. Mais n’était-ce pas ce qu’elle faisait ? Et puis, basta ! A quoi lui servirait-il de se rappeler de cela… A rien à part lui faire du mal inutilement !
Elle ne pleurait pas, elle ne pleurait pas !

- Je ne pleurerais pas !, s’exclama-t-elle involontairement à voix haute.

Althéa ne put s’empêcher de baisser la tête, sûrement par reflexe, tout en rougissant à la suite de son exclamation. Une fille qui rougissait encore, cela avait sûrement de quoi surprendre ! Puis comme si de rien n’était, elle releva sa frimousse vers le serpentard. Elle avait les yeux encore brillants de larmes et ses cheveux s’affolaient autour de son visage en des vagues lentes, poussés par la brise du dehors. Elle regarda alors Eneas et poussa un léger soupir. C’était le jeu, non ? Ne s’y était-elle pas engagée ? Et dire qu’elle allait parler avec un serpentard de cette soirée alors qu’elle avait évité le sujet même avec ses amis !
Pourtant cela ne lui sembla pas si étrange que cela…

- Le garçon que tu as vu, commença-t-elle doucement. Il s’appelle Lionel. Tu sais, l'ancien préfet de Gryffondor, celui qui était avant moi… Il s’est trouvé que je l’aimais et qu’il éprouvait la même chose pour moi. On s’est déclaré notre amour à ce bal… Le Bal de la Saint-Jean, le bal des amoureux…

Althéa fit une courte pause. Elle détourna les yeux de son compagnon et les ferma pour les exposés au soleil. Elle laissait celui-ci sécher ses larmes coincées entre ses cils en attendant que quelqu’un puisse faire pareil pour son cœur. Il ne fallait pas croire pourtant qu’elle était malheureuse, non. Elle avait des amis formidables, une maison formidable !… Et juste un petit ami tout simplement inexistant. Mais elle ne pleurerait pas, elle l’avait promis. Elle se l’était promis !

- Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et puis, il est parti du bal. Sans me dire au revoir… Sans m’embrasser. Quelques temps plus tard, il quittait Poudlard. Je ne sais toujours pas pourquoi. Je n’avais même pas eu l’occasion de lui reparler.

Sa voix s’était tout doucement détendue tandis qu’elle racontait en quelques mots l’histoire de la chanson qui était la sienne. Althéa se tourna alors de nouveau vers Eneas et le regarda.

- Voilà, tu sais tout…

Mais bizarrement, malgré ses yeux légèrement rouges et encore humides, Althéa se sentait bien. Elle ne pleurerait pas. La présence d’Eneas l’apaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyVen 11 Jan 2008 - 22:39

Les lueurs du Soleil réchauffaient ce lieu de rencontre avec force. Elles illuminaient l’instant comme pour laisser ancrer un souvenir serein et bienfaisant. Le moment était à la confession et Althéa, bien qu’elle s’était laissée prendre au jeu, se confiait avec toute la sincérité du monde. Eneas en était honoré… Lui-même essayait de se rappeler de cette soirée. Où était-il ? Qu’avait-il fait ? Il était venu seul malgré quelques propositions indécentes qui ne l’avaient guère intéressé pour la seule et simple raison qu’il n’y avait aucun amour, aucun sentiment dans un couple se formant par intérêt. Mais il n’avait également trouvé aucun plaisir à s’y rendre en solitaire… La fête des amoureux n’avait pas été une soirée mémorable même s’il avait apprécié à observer les états euphoriques de ses collègues de Poudlard. Avait-il remarqué Althéa à cette époque ? Pas un moment qu’il puisse s’en souvenir. En ce temps encore, il ne la connaissait pas et n’aurait donc su dire s’il avait porté une quelconque attention sur sa personne. Et maintenant, juste quelques mois après, il revivait un moment fort de sa vie, ou alors tout simplement un souvenir indélébile de ses années à Poudlard…

Devenaient-ils à ce point, proches ?


Eneas finissait tout juste les quelques notes et déjà il s’apercevait de l’état nostalgique et peinée qu’avait causé ce souvenir. Il essaya donc de rester discret, silencieux pour soutenir la gryffondor. Il ne voulait pas la forcer à parler… Il avait juste espérer que la peine qui se reflétait dans les paroles de cette chanson n’était pas ce qu’elle ressentait. Mais la réaction de celle-ci était bien trop forte pour être ignorée. Il fut même un peu désarçonné par le raisonnement émis à voix haute par Althéa. Elle ne pleurerait pas ? Elle essayait donc de se convaincre de ne pas écouter son cœur ? Pour agir ainsi, il fallait avoir gardé une souffrance en soi en silence. Elle n’aurait pas eu besoin de lui dire qu’elle parlait de cela pour la première fois, Eneas l’avait deviné. Althéa avait rougi de sa façon d’agir mais était-elle coupable ? C’était lui qui lui avait proposé de choisir une chanson déterminante… Il resta alors pensif, tout en continuant à regarder la Préfète avec sympathie. De la pitié ? Non, ce n’était pas vraiment ce qu’il éprouvait envers elle… Tout le monde pouvait connaitre un chagrin d’amour… Car d’après ce que le Serpentard venait de voir, il s’agissait bien de cela.

Comment le bonheur pouvait laisser place à un manque aussi rapidement ?


Puis, Althéa s’expliqua. On pouvait ressentir une certaine détermination dans son regard, comme pour définir qu’elle était enfin prête à en discuter. Eneas posa donc sa guitare avec soin à ses côtés et écouta attentivement les paroles de la gryffondor. Il compatissait, comprenait et ressentait peut-être au fond ce qu’elle voulait dire. Lionel, ancien préfet des Gryffondors… Oui, maintenant il s’en rappelait. Du moins, il l’avait déjà aperçu de vue comme tout le monde… Eneas fut surpris d’éprouver une légère colère envers lui. L’abandon était un sujet sensible pour le Serpentard. Il voyait l’effort que faisait Althéa pour reprendre le contrôle de ses émotions… Une fois, elle tournait la tête en ayant l’espoir que le soleil sécherait également ses yeux humides, et une autre fois elle contrôlait elle-même sa tristesse. Non, elle n’avait pas pleuré mais était-ce tout autant une bonne chose ?

Une des larmes qui étaient coincées entre ses cils perla pourtant sur sa joue droite. Le « Petit Prince » avança donc sa main délicatement près du visage d’Althéa pour ensuite effacer d’un coup soigneux cette larme solitaire qui n’avait aucune raison d’atténuer la bonne humeur de la jeune Préfète. Cette main mate qui avait osé toucher une infime peau douce de sa consœur vint se poser sur un des genoux de celle-ci avec pour seul but, une consolation.


- Tu ne dois pas culpabiliser à cause de son départ … Ni culpabiliser d’avoir avoué tes sentiments qui étaient en accord avec les siens.

Il n’était pas vraiment doué pour consoler une personne à propos de l’amour. Lui qui était si instable et vulnérable dans ce domaine là… Il n’avait connu qu’un amour mais celui-ci n’avait pas vraiment d’importance. D’ailleurs, étrange que cela puisse paraître, Eneas ne consolait pas grand monde. A part Charlotte, il n’était pas du genre à être le confident… Pourtant, sa cousine éprouvait du plaisir à se confier à son cousin par le respect qu’il pouvait apporter aux sentiments et à la compréhension dont il faisait preuve. Celle-ci d’ailleurs, lui avait souvent répété qu’il aurait fait un très bon Serdaigle… Pourquoi pas oui ? De toute manière, Eneas n’accordait que très peu d’importance aux maisons même s’il faisait parti d’une de celles qui en accordaient le plus.

- Excuse moi d’avoir du te refaire vivre ceci. Bien que, je pense que c’était dans ton intérêt… Il m’a semblé que tu avais gardé cela trop longtemps enfoui en toi…

Il enleva sa main et soupira légeremment les épaules. Ce qu’il allait dire ne lui ressemblerait pas, mais alors pas du tout ! Il serait le dernier à pratiquer ce qu’il allait bientôt conseiller … et pourtant quelque chose en lui, voulut qu’il le dise.

- Tu contiens tes larmes, mais parfois, les larmes ça évacuent beaucoup de choses…

Eneas ne comprenait pas son attitude. Il semblait naturel avec elle, sans aucun complexe. Ils discutaient peut-être par le biais d’un jeu … mais ce jeu n’était pas malsain où ils étaient obligés d’établir des non-dits. Bien au contraire, ici, ils évoluaient sans les non-dits, sans orages à l’horizon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 20 Jan 2008 - 17:38

Althéa venait de finir de parler. Elle avait tout dit. C'était même la première fois qu'elle reparlait de cet épisode à quelqu'un. La jeune fille regarda ensuite Eneas, attendant sa sentence ou tout du moins sa réaction. Il avança alors la main vers son visage. Elle le laissa faire, les yeux agrandis de surprise. La main du serpentard était ferme et décidée. Pourtant, c'est avec beaucoup de douceur qu'il recueillit sur un de ses doigts une larme encore coincée entre ses cils. Il lui effleura légèrement la joue au passage. Elle frissonna. Elle voulut dire quelque chose mais sa bouche se referma sans rien émettre. Le contact avait été léger mais avait suffit à l'ébranler d'une manière inexplicable.

Eneas posa alors sa main sur son genou. C'était sûrement juste un geste de soutien mais Althéa sentit la chaleur de cette paume réchauffé agréablement sa peau. Elle appuya sa tête contre l'arbre, attendant les paroles du serpentard qui allaient sûrement suivre. Que dirait-il ? La trouverait-il trop émotive ? Trop naîve ? Trop elle-ne-savait-pas-quoi ? Retirerait-il sa main ? Elle espérait que non. Le contact était bizarrement agréable. Pourtant, ce n'était pas comme si une telle scène se passait tous les jours.

Mais rien de tout cela arriva. Eneas laissa sa main là où elle était, et prononça des paroles de soutien. Elle ne devait pas culpabiliser. Tiens, elle n'avait jamais imaginé que c'était ce qu'elle faisait. Mais après que le serpentard le lui est dit, elle se rendait bien compte que c'était ce qu'elle faisait. Elle s'en était toujours voulue de ne pas avoir su parler à Lionel ou le retenir. Ce n'était qu'en cet instant précis qu'elle sentit son coeur se libérer d'un grand poids dont elle n'avait jamais soupsonné l'existence. Non, elle n'était pas seule responsable. Une histoire se construisait à deux et non à un.

Eneas reprit alors la parole pour s'excuser. Althéa le regarda avec surprise. Il n'avait aucune raison de s'excuser ! C'était elle et elle seule la responsable de sa propre souffrance. N'avait-elle pas choisie la chanson ? Enfin, la prévenance du vert la toucha et elle eut le premier sourire depuis qu'Eneas avait joué de sa guitare.

- Non, non !, protesta-t-elle doucement. Tu n'as pas à t'excuser ! Et je dois dire que tu as raison... Je devais en parler.

Althéa prit une inspiration est continua :

- Je ne pensais pas un jour te dire cela mais... Je suis contente que ce soit à toi que j'ai confié tout cela...

Eneas enleva alors sa main et la gryffondor ne put retenir une légère grimace boudeuse. La chaleur de sa paume la quitta. Elle aurait voulu la retenir, mais pourtant, elle ne bougea pas. Malgré sa grande bouche et son caractère fougueux qui n'hésitait pas à faire entendre sa propre opinion, Althéa était loin d'être douée pour les sentiments. Elle passait un moment formidable et indéniablement intense avec le serpentard mais son esprit était trop embrouillé pour qu'elle puisse analyser quoique ce soit. D'ailleurs, avait-il vraiment quelque chose à analyser ?

- Tu contiens tes larmes, mais parfois, les larmes ça évacuent beaucoup de choses…

Althéa releva la tête vers Eneas, surprise de nouveau par ses paroles. Elle lui sourit gentillement.

- Oui, tu as sûrement raison... Mais moi, les larmes, cela ne me réussi pas. La dernière fois que j'ai vraiment pleuré, j'ai failli tuer ma maman ! Alors tu vois !

Althéa grimaça. Cet évènement l'avait marqué plus profondement qu'on ne pouvait l'imaginer. C'était à partir de ce jour là qu'elle avait décidé d'être heureuse coûte que coûte et de rendre heureux les gens qu'elle aimait. Et même les autres si cela était possible. Mais ce n'était malheureusement pas la cas avec tout le monde... Charlotte par exemple ne pouvait tout simplement pas la voir. Tout cela remontait d'ailleurs au pari avec Sacha : le strip-tease. La jeune fille grimaça de nouveau à ce souvenir. Elle leva alors les yeux au ciel, oubliant le passé pour n'être qu'au pied d'un arbre au côté d'un garçon : les deux pieds bien encrés dans le présent.

- Tu ne trouves pas que la vie est belle ?, dit-elle alors.

La question lui était venue naturellement et avait franchie ses lèvres sans même qu'elle n'y pense. Elle s'empara alors de la feuille que lui avait mis Eneas dans la main. La jeune fille la leva ensuite à hauteur de son visage et la contempla. Elle la fit tourner entre ses doigts.

- Une si petite chose qui est pourtant à elle-même une merveille...

Ses paroles n'avaient pas grand sens mais Althéa ne s'arrêta pas là. Doucement, elle effleura avec la feuille les lèvres du serpentard. Ce qu'elle faisait, elle le faisait sans réfléchir. Elle s'étonnait elle-même des gestes qui lui venaient. Elle sourit alors à Eneas d'un de ces sourires qui étirent le coin de la lèvre et qui font pétiller les yeux. Et Althéa posa le petit bout de plante dans la main qui était précédement sur sa jambe. Elle effleura la paume du jeune homme au passage, bien décidée à lui faire ressentir ce qui se passait dans son propre corps... Et cela, même si elle n'arrivait pas encore à le définir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 10 Fév 2008 - 1:24

Les choses allaient beaucoup trop vite pour qu’Eneas puisse comprendre ce qui leur arrivait. Pourtant, cela arrivait sans demander leur consentement… Ils tiraient un lien particulier tous les deux alors qu’ils venaient à peine de se rencontrer. N’était-ce pas étrange ? Ils venaient de deux mondes différents, semblaient être opposés à tout les points de vue et pourtant, ils ne s’étaient jamais sentis aussi à l’aise. Du moins, c’était ce que renvoyait l’image d’une Althéa sereine et confiante … confiante en ce qui concernait la personne d’Eneas lui-même.

C’était une situation où il fallait se méfier, bien trop naturelle et plaisante pour qu’elle puisse être réelle. N’étaient-ils pas censés s’éviter, notamment d’un premier point, pour le bien de leurs maisons respectives ? Alors que la Gryffondor parla à cœur ouvert et avoua qu’elle était contente qu’il fut le premier à entendre ses sentiments envers un évènement pas si lointain, Eneas se rendit compte à quel point ils s’aventuraient sur un chemin imprudent… Cette pensée ne put qu’accroître lorsqu’il apprit qu’elle avait failli tuer sa mère. Il aurait voulu la dissuader à temps, de parler ainsi à cœur ouvert mais il ne put le faire. Comme si l’envie de la connaître un peu plus, de la découvrir comme font toutes ces personnes normales le prenait au plus profond de lui. D’ailleurs, cette étrange sensation de vouloir la prendre dans ses bras lui parut indispensable durant quelques secondes mais… alors qu’il s’apprêta à le faire, Althéa avait changé de conversation comme si ce souvenir douloureux n’était pas encore un sujet qu’il fallait aborder.

« La Vie est Belle » Eneas fut surpris d’entendre cela de la bouche d’Althéa alors qu’elle venait tout juste de réaliser une culpabilité qu’elle s’était toujours affligée à tort. Mais au bout du compte, il se rendit compte que ce n’était pas si surprenant que ça. La Jeune Gryffondor était une éternelle optimiste et s’il y avait bien une chose qu’il avait appris aujourd’hui à ses côtés, c’était ce petit détail qui faisait tout son charme. Une fille à la fois forte et fragile mais qui n’avait personne sur qui se reposer vraiment. Il avait du mal à ne pas l’apprécier… Il voyait en elle bien plus qu’une élève de Poudlard dont il fallait se garder d’y accorder une quelconque importance.


- Althéa ...

Ce prénom, si doux et si ferme à la fois s’échappa de ses lèvres, étouffé par une émotion qu’il ne contrôlait plus. La jeune femme venait tout juste d’effleurer les commissures de sa bouche avec la feuille qu’il lui avait offerte. Mais elle ne s’était pas arrêtée là et c’était ce qui devenait le plus irrésistible … Elle voulait lui faire ressentir ce qu’elle ressentait ? Gagné. Sa peau s’imprégna des frémissements qu’avait produit ce brin d’herbe comme elle le voulait et la paume de sa main était encore toute engourdie par le frôlement de la main d’Althéa. Comment de si petits instants avaient la possibilité d’arrêter le temps ? S’ils continuaient à ce jeu, où arriveraient-ils au final ?

Sans réfléchir, Eneas retint donc la main de la jeune Gryffondor avant qu’ils reprennent un tout autre sujet, oubliant ainsi ce qu’il venait de se passer et surtout avant de retomber dans une situation semblable. Au fond, il ne voulait pas faire comme si de rien était … Mais il voulait aussi continuer ce jeu intriguant, si ce n’était qu’un jeu… Or Eneas redoutait le contraire. Pourtant maintenant qu’il tenait la main d’Althéa avec beaucoup de fermeté, il regarda ses yeux pétillants avec intensité et caressa légèrement de son pouce celui de la gryffondor. Il ne put s’empêcher de parler avec gravité :


- Que sommes-nous en train de provoquer Althéa ? Sais-tu seulement où cela peut nous mener ?

Un moment de silence. Rien qu’une minute où les deux regards se perdirent ensemble. Peu importe que le vent se fût enfin levé annonçant les dernières heures d’après-midi. Peu importe qu’il y ait quelques élèves plus loin qui les observaient, curieux de savoir ce qui se passait… Eux seuls existaient ! Eneas enleva sa main avec effort et continua en défiant son regard

- Il se passe quelque chose d'étrange depuis cette rencontre. Aussi bien pour toi que pour moi … N’est ce pas ?

Eneas n’était pas vraiment doué non plus pour exprimer ses sentiments. C’était difficile à croire ? Et pourtant… Il ne parlait pas beaucoup de ces choses là le jeune Serpentard. Et, ressentir ce qui pouvait être ce qui l’empêcherait d’être indépendant lui faisait peur. D’autant plus quand des attirances s’étaient vite produites.

- Je crois qu’il vaudrait mieux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyMer 13 Fév 2008 - 15:50

Eneas venait de souffler son prénom et Althéa n’avait jamais entendu plus doux murmure. Beaucoup, énormément même, de gens l’avaient déjà appelé. Chacun à leur manière. Mais jamais elle n’avait sentit son cœur tressauter à cette prononciation. Jamais elle ne s’était sentie si légère, jamais elle… si…

Elle déposa alors la feuille qu’elle tenait dans la main du jeune homme. Et si elle frissonna légèrement à ce contact, ce ne fut rien par rapport à quand il lui retint sa main dans la sienne. Elle comprit tout un coup que c’était là et uniquement là qu’elle avait envie de se trouver. Dans ses bras. Contre lui… Pourquoi alors lui était-il si difficile de l’accepter ? Pourquoi ne voulait-elle pas lâcher prise ? Etait-ce si dur de ne pas pouvoir contrôler ce qui lui arrivait ? De multiples questions l’assaillirent soudain sans qu’elle ne puisse y répondre.

Eneas caressa son pouce et ce simple contact la remplit d’allégresse. Il tenait sa main avec fermeté et Althéa avait envie de poser sa tête contre son épaule. Comment de si petites choses pouvaient-elles provoquées un tel tsunami dans son cœur et dans son corps ?

Le serpentard plongea alors son regard dans ses yeux et Althéa faillit oublier le reste de Poudlard. Il mit des mots sur les questions informulées qui les traversaient. Comment allaient réagir les gens s’ils les voyaient ici ? Un vert et une rouge ! Ils allaient crier, ouvrir des yeux ronds et partirent en courant raconter ce qu’ils avaient vu à tout le monde. Ils seraient peut-être montrer du doigts avec des regards dans leur dos et des murmures comme « J’ai vu Althéa et Eneas ensemble, tu penses qu’ils… ? ». D’ailleurs, il y avait déjà des curieux qui les observaient du coin de l’oeil. Mais elle se rendit compte que tout cela n’était que des excuses. Qu’elle serait même fière qu’on associe son prénom à celui d’Eneas. Et si leurs maisons n’étaient pas d’accord, bin, elles n’allaient qu’à aller se faire mijoter dans le premier chaudron venu !

Eneas retira alors sa main mais ses yeux restaient encrés dans les siens. S'il continuait de la regarder ainsi, elle se sentirait l'âme de franchir des montagnes ! En balai quand même... Rien, rien ne pourraient les arrêter. Mais les arrêter de quoi au juste ?

- Oui, il se passe quelque chose… répondit-elle simplement.

Il y avait vraiment quelque chose pour qu’elle ressente un manque quand il retirait sa main de la sienne. Pour qu’elle veuille se baigner pour toujours dans son regard.
C’est alors qu’Eneas mit fin à leurs hésitations. Ils valaient mieux qu’ils arrêtent tout là. Voilà ce qu’il dit. Ou ce qui ressortait de ses paroles en tout cas... Le voulait-il vraiment ? La gryffondor sentit à ses mots son cœur se déchirer. Allaient-ils vraiment choisir la solution la plus simple ? Ne pas se mettre en danger, préserver leur quotidien… Ne pouvaient-ils pas reconnaître ce qui leurs arrivaient ?

Parce qu’elle devrait bien se l’avouer un jour…

Althéa se leva. Elle regarda autour d’elle un peu perdue. Elle sentit l’air froid contre sa peau. Elle ne tenait plus la main chaude d’Eneas.

- Si tu crois que c’est ce qu’il faut…


Elle se retourna et une larme coula de sa joue. Allait-elle vraiment partir comme cela ? N’allait-elle vraiment pas reconnaître ce qu’elle éprouvait ?
Elle fuyait. Elle n’avait aucune excuse. N’était-elle pas sensée être courageuse ? Un lion, une rouge…

Une fille.


Elle avança encore de quelques pas et soudain se retourna vers Eneas. Ses joues étaient rouges et ses yeux humides mais elle s’en fichait.

- Moi, ce n’est pas ce que je veux !

Elle était en colère. Autant contre elle-même que contre lui à vrai dire. Etaient-ils tellement trolls pour laisser passer leur chance ? Elle n’avait jamais cru au coup de foudre… Mais il n’y avait que les idiots pour ne pas changer d’avis ! Et il lui semblait le connaître depuis tellement longtemps ! Comment avait-elle pu passer à côté de lui avant ? Il était sincère, beau, timide, têtu, sensible, courageux, renfermé,…
Mais surtout, il était là.

- Je t’aime Eneas… souffla-t-elle, éperdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12921
Date d'inscription : 10/08/2007

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyDim 17 Fév 2008 - 0:39



“ Je t’aime Eneas”


Le monde semblait avoir changé. Une seule phrase, un seul verbe pouvait donner l’impression de toucher le paradis terrestre ou … au contraire, semer le désarroi. Y avait-il un amour sans crainte et sans contrainte?

La vie pouvait parfois être si surprenante. Elle réservait des évènements bien plus étranges les uns aux autres. Qui aurait pensé qu’un jour, en ce lieu de détente, une Gryffondor et un Serpentard allaient ressentir une attirance, au-delà du physique ? Qui aurait cru qu’en une journée on puisse se sentir aussi proche d’une personne, pourtant inconnue le matin même ? Qui aurait cru tout simplement que des sentiments peu communs allaient grandir en eux ?

Comment empêcher ce que l’on éprouve pour ne pas se sentir chamboulé et perdu ? Les sentiments étaient si compliqués et à chaque moment que l’on décidait de vivre une histoire, on se laissait guider par une aventure hasardeuse. Les relations anodines ne suscitaient jamais ce genre de question… Mais lorsque des sentiments exprimés ou étouffés par des regards et des conflits intérieurs se dessinaient, le chemin à deux était beaucoup plus difficile à saisir.


« Je t’aime Eneas »




Il vaudrait mieux simplement tout arrêter avant qu’il ne soit trop tard – C’était bien ce que s’apprêtait à dire Eneas. Les circonstances n’étaient guère propices … Il faisait tout simplement une erreur en accordant ce genre de sentiments évoluer en lui. N’était-ce pas trop tôt ? N’était ce pas insensé ? Il était aveuglé par son émotion sans même penser aux conséquences. Il laissait tout simplement exprimer ses envies sans même se rendre compte de ce qui se produisait. Car, cette fois ci, le Petit Prince se doutait du résultat.

Le côté raisonnable du Serpentard était revenu en plein fouet. Quand il s’agissait de sentiments, celui-ci avait du mal à se laisser emporter. Il ne croyait jamais aux relations limpides et simples sauf quand c’était lui qui les provoquait. Peut-être était-ce pour cela qu’il ne recherchait que des relations superficielles ou basées sur un jeu. Comme ce jeu que Selene et lui avaient élaboré quelques semaines auparavant … Là aussi, le danger était à portée de main mais c’était lui qui avait instauré les règles. Il avait donc le contrôle. Or ici… tout lui échappait. Au fond, il savait que l’amour n’était pas simple. Depuis des années, il s’était construit une carapace pour éviter ce genre de situation. Il avait plutôt bien réussi jusqu’à ce jour. Pour lui, c’était une évidence. S’il se laissait aller dans ce chemin, il ne se reconnaitrait plus… et emporterait la personne désirée dans une sombre situation. Eneas préférait éviter.

Pourtant il n’avait pas choisi de rencontrer Althéa, de se sentir ébloui par une effusion soudaine. Alors qu’il y avait toutes les raisons pour la mépriser, Eneas l’avait appréciée et s’était même étonné à penser qu’elle aurait pu être une personne importante dans sa vie. Ce fut à ce moment qu’il avait pris peur de ses pensées et de son comportement. Le Coup de Foudre n’existait pas. Il n’y croyait pas… C’était un phénomène qui lui échappait alors, il ne pouvait y croire. Mais alors que se passait-il entre eux ? Attirance physique ? Sûrement pas. Eneas ne pouvait l’expliquer.

Althéa ne l’avait pas contredit. Pourtant si elle l’avait fait, tout aurait pu être si simple. Mais pour qui ? Pour elle ? Pour leurs maisons respectives ? … Il ne fallait pas être des elfes de maison pour savoir que quelque chose clochait sous ce raisonnement. Depuis quand Eneas s’occupait du regard des autres ? Au fond, il réagissait d’une façon si distante que pour le bien de la Gryffondor et peut-être même le sien aussi. Il allait fuir. Il allait éviter les complications et le bonheur en même temps. C’était le mieux à faire et… à en croire Althéa, elle acceptait cela en silence.

Le jeune homme la vit se lever, le regard perdu comme si elle recherchait un foyer où elle se sentirait en sécurité pour évacuer un trop plein d’émotions. Le cœur du Serpentard n’en fut que déchiré. Celui-ci le sentait envahi par une tristesse indéfinissable. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il qu’Althéa lui fasse cet effet ? Pourquoi maintenant ? Il n’arrivait même pas à prendre le contexte de façon détaché et impassible. Il se leva à son tour, peut-être pour retenir la jeune fille… Peut-être pour la prendre dans ses bras et l’embrasser avec douceur pour effacer la peine qu’il lui avait causée en disant ces quelques mots. Oui peut-être allait-il le faire… ou dire quelque chose ?

Rien. Il la laissait partir, ne sachant pas s’il la reverrait, s’ils parleraient avec autant de confiance. Il aurait sûrement des regrets plus tard mais au jour d’aujourd’hui, il se disait que c’était peut-être mieux. Après tout, ils n’étaient peut-être pas prêts…

Or, Eneas se trompa sur le compte de la Gryffondor. Elle s’était retournée. Les yeux rougis comme il y avait déjà quelques minutes, ayant laissé coulés ces larmes pour un autre homme… Un brin de détermination dans sa voix. Cela paraissait « trollique » mais Althéa était de plus en plus belle, terrassée par ces sentiments. Le Petit Prince fut soulagé de la voir ainsi, défendre leur relation non définie. Il commença à sourire… Il ne voulait pas la perdre. Après tout, ce qu’ils avaient établi pourraient être encore sauvé.


« Je t’aime Eneas »

Pourtant, son espoir fut brusquement freiné. A ce moment précis, il savait qu’ils ne pourraient être amis. Un choix était à présent fixé. Son cœur s’arrêta de battre pendant la mi-seconde. Il resta muet, la regardant en essayant de chercher une quelconque solution dans son regard. Alors était-ce vraiment cela qui habitait aussi son cœur ? Mais il ne pourrait lui dire la même chose. C’était trop tôt, trop prématuré et sûrement trop intimidant. Non, il n’était pas prêt… pas prêt à se perdre malgré l’envie et la curiosité.

- C’est trop tôt… souffla-t-il

Eneas la regarda avec douceur. Il prit sa guitare, il était temps de rentrer. Il s’avança vers la jeune Gryffondor et c’était comme s’il pénétrait dans son regard. Pourquoi avait-il peur au fond de lui ? Pourquoi il pensait que cette phrase ne lui était pas destinée ? Peut-être qu’après avoir revécu la Saint-Valentin de l’an passé, Althéa avait eu besoin d’amour et alors, peut-être que ces mots étaient pour cet autre jeune homme Lionel. Oui … Peut-être… Ces pensées lui firent mal mais il ne fallait pas s’y attarder.

Une de ses mains vint se poser délicatement sur la joue de la Gryffondor, un peu comme toute à l’heure. De ses doigts, il caressa ses cernes provoqués par la fatigue et les larmes. Enfin, il finit par la prendre dans ses bras, l’enrobant complètement. Et qu’importe que des regards indiscrets s’éternisent sur eux… Eneas s’en fichait. D’ici où elle se trouvait, Althéa pouvait entendre les battements de son cœur alors elle comprendrait. Il savait qu’elle comprendrait …


- Je suis désolé …

Se détachant d’elle, Eneas lui prit la main et finit par l’embrasser au coin des lèvres. Léger et tendre. Quelques secondes de douceur impossible à qualifier. Mais il valait mieux ... Si différents. Elle était joyeuse et positive. Lui était sombre et torturé. De parfaits antagonistes. Il retourna vers le château, la laissant ainsi reprendre ses esprits et se rendre compte qu’il lui avait laissé une chose dans sa main: Ce brin d’herbe qui les avait réunis…



Le soir même, Eneas s’était installé à une table. Illuminé par une bougie étincelante, il avait laissé son inspiration parler sur un bout de parchemin. Les paroles se suivirent sans trop de difficulté, la mélodie avec… Il composait une chanson ? Oui cela en avait tout l’air. Quand cela fut terminé, il attendit Noel pour l’envoyer à Althéa. Puis, il ne la revit plus depuis ce jour…


Middle of nowhere
Finally you can breathe
Nobody knows your name
It's easier

Shut your eyes tightly
Clench your fists 'til they almost bleed
Cautiously, lightly
Gently expose what's underneath

And all you feel now
Is the scarlet in your day
Even it's real
You can't stay...

So there you go
You're gone for good
There you go
You're gone for good

Your mind is swollen
From months of thought without release
They've taken their toll on you
This very moment
Of timis and fragile honesty
Is precious and rare and fleeting

And all you feel now
Is the scarlet in your day
Even it's real
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Althea Belrin
Personnage Inactif
Althea Belrin

Nombre de messages : 858
Age : 27
Maison : Gryffondor
Année : 6ème année
Gain de Gallions : 13693
Date d'inscription : 26/11/2006

calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif EmptyMer 20 Fév 2008 - 15:40

Le temps sembla s'arrêter. Althéa se trouvait devant Eneas. Ils étaient tous les deux debouts et se faisaient face. Elle avait les yeux qui la picoraient mais ce n'était rien comparé au tintamarre de son coeur. Elle attendit. La sentence tomba :
Il était trop tôt.

Ce fut comme si une vague emportait les derniers restes de la chaleur du jour. Elle frissonna. Pour Althéa, elle n'était pas allée trop vite. Ni trop lentement. Elle avait dit ce qu'elle ressentait quand elle le ressentait. Elle était comme ça. Elle n'arrivait pas à réfléchir de manière à analyser ses sentiments en même temps que ceux des autres et à agir de la façon la plus apte à réussir à plaire à l'autre. Et les yeux d'Eneas semblaient tellement contredire ses propos !

Il prit sa guitare et s'approcha d'elle. L'heure des adieux semblait tellement proche... Il leva sa main vers son visage pour le caresser doucement. Althéa ne bougea pas. Le contact était léger et apaisant. Elle ferma les yeux.

Eneas la prit alors dans ses bras. La jeune fille sentit son torse contre sa poitrine, ses bras fermes qui l'enserraient, sa chaleur et sa présence... Mais surtout, elle sentit les battements de son coeur s'harmoniser avec les siens. Elle poussa un soupir. C'était là qu'elle était le mieux. C'était là sa vraie maison. C'était là son amour, envers et contre tout.

- Je suis désolé...

Althéa ouvrit les yeux et regarda Eneas. Oui, bizarrement, elle le croyait. Même si ça faisait mal. Même si ça serrait le ventre. Il s'empara de sa main et comme pour le reste, elle le laissa faire. Elle ne voulait pas l'effrayer. Elle ne voulait peut-être même pas s'effrayer elle-même... Elle n'était pas douée pour les jeux de séduction, c'était tout simplement un fait.

Eneas se pencha alors vers elle et l'embrassa. Elle ne put rester impassible et même si le baiser sur le coin de ses lèvres était léger, elle le lui rendit avec toute la tendresse qu'elle avait en elle et qui était restée trop longtemps cachée. Elle avait imaginé le vert possessif et meneur, son baiser avait été doux et respectueux. Ils étaient différents certe, mais personne ne lui enleverait à l'idée qu'ils pouvaient former un "nous".

Il partit alors, lui laissant seulement dans la main le souvenir d'une après-midi : une petite feuille. Elle le regarda disparaître sans bouger. Elle ne pouvait plus faire un geste.
Puis doucement, un sourire vint étirer ses lèvres.



Althéa ne croisa que quelques fois Eneas à la suite de leur rencontre. Toujours, l'un ou l'autre était pressé ou entouré de personnes de leur maison. Ils n'avaient pas pu se reparler. Puis à Noël, la jeune fille avait reçu une lettre. Le coeur battant, elle l'avait enfouie dans une des poches du jean qu'elle portait alors. Le soir seulement, quand les festivités avaient cessé, elle avait sortit le parchemin. Elle l'avait posé sur le lit et l'avait contemplé sans bouger. Son coeur commençait à s'affoler dangereusement et elle se résolut à le déplier. Elle le dévora plus qu'elle le lut. Elle n'avait jamais été d'une patience redoutable. Une chanson était écrite dessus. Eneas...
Elle leva les yeux pour apercevoir dehors une étoile briller. Ses yeux étaient embués de larmes. Jamais personne n'avait provoqué tant de sentiments contradictoires en elle. Espoir, désespoir, motivation, tristesse... S'enchaînaient en elle à une vitesse hallucinante.
Mais de ce mot, elle n'en tira qu'une seule leçon qui n'était sûrement pas celle attendue : elle ne devait pas abandonner car cette histoire valait tous les efforts du monde. Elle l'aimait. Et lui aussi, elle en était sûre.

Althéa ouvrit le tiroir de sa table de chevet pour en tirer une des choses les plus précieuses qu'elle détenait. C'était une feuille. Plus très verte d'ailleurs... Elle prit sa plume et traça dessus un unique coeur. Rien d'autre. Ni signature, ni parole. Elle posa alors la plante sur sa paume tendue et murmura quelque chose.
L'instant d'après, celle-ci s'envolait vers la fenêtre pour piquer un plongeon vers le dortoire des serpentards. Son chemin était plein d'obstacles, de bourrasques de vent et de fenêtres fermées, mais la feuille arriva à destination. Hasard ou destinée ? Rien n'importait à part le fait qu'elle se posa doucement sur l'oreiller d'Eneas.

Image hébergée par servimg.com




FIN
ou plutôt début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




calme et air vif Empty
MessageSujet: Re: calme et air vif   calme et air vif Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
calme et air vif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: