Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13197
Date d'inscription : 10/08/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyMar 14 Aoû 2007 - 6:17

L'esprit sage est le miroir du ciel et de la terre, dans lequel toutes les choses se réfléchissent. [Tchouang-Tseu]

Dimanche 2 Septembre 2007

La vie n’apportait rien qui puisse être facile à gérer. Elle ne se déroulait toujours pas de la façon dont on voulait. Par contre, elle offrait avec sincérité et bon sens différents obstacles auxquels il fallait faire face. Tout le monde en était conscient… Eneas en était conscient.
La vie lui semblait encore bien plus dure depuis qu’il avait accepté de rendre un devoir de divination pour rattraper ses quelques points en retard. Celui ci, normalement aurait du être fini depuis la fin des longues vacances d’été, ce qui était d’autant plus dur…
Attendez ! Revenons légèrement en arrière… « Quelques points en retard » ?? C’était une bien étrange formulation pour l’associer à Eneas Penn… Effectivement, Eneas avait assimilé plusieurs points de retard. La cause ? Ses absences en cours, justifiées par de nombreux passages à l’infirmerie certes… mais justement trop souvent répétées l’an passé. Ce qui ne l’avait guère aidé à gagner des points, en plus de l’absence de ses notes.

Ainsi voici ce qu’était son marché pour chaque matière : Un devoir au choix en relation avec la matière donnée ! Cela paraissait faisable, accessible pour Eneas qui allait consacrer ses deux mois de vacances à des heures de travaux pratiques et intellectuels. C’était un fait, le jeune serpentard n’aurait guère accepté une quelconque faiblesse au sein de ses études. Et pourtant le marché dont il avait été l’auteur, semblait bien compromis et beaucoup plus difficile à atteindre…
A peine quelques jours après la rentrée, la bibliothèque fut le lieu qui regroupa le plus de monde… A croire que les professeurs avaient profité des vacances pour surcharger les élèves de recherches pour le jour de la rentrée… Autant de Serdaigles que de Poufsouffles ou encore de Gryffondors semblaient présents, tous à l’affût d’une aide bienveillante pour leurs venir en aide. Etrangement, les Serpentards avaient choisi de ne pas faire acte de présence, sûrement pour éviter de croiser l’émeute … ou alors avaient-ils tous fait les devoirs escomptés ? Bref, cela ne changeait pas au fait que la Bibliothèque n’était pas un des lieux favoris de cette maison…

Midi s’afficha alors sur une horloge… L’heure du repas approchait mais Eneas n’éprouvait pas le besoin de manger, il n’avait aucune envie d’assouvir une faim qui n’existait même pas. Installé à une table, loin des regards, il préférait continuer ses exploits en divination loin d’une foule stressée et surexcitée par un temps qui avançait bien trop vite, et qui semblait trop court. Cela faisait deux heures d’affilées qu’il n’avait pas bougé de ce lieu mythique ! Trop occupé à chercher parmi les livres de sa bibliothèque personnelle et ceux d’ici comme « Lever le voile du Futur » de Cassandra Vablatsky ou « Présage de mort : que faire lorsque l'on sent venir le pire »… Pourtant une autre envie le démangeait tout autant ! Et s’il s’accordait quelques minutes de pause ? C’est alors qu’il posa sa plume bleue sur la table, poussa les quelques livres s’identifiant au sujet de son devoir : Les rêves prémonitoires. Il sortit par la suite, d’une sacoche noire qu’il portait toujours avec lui, un cahier ressemblant fortement à un journal intime de grande valeur mais qui pourtant commençait à paraître usé par le temps ainsi qu'une plume destinée à ce sujet !

D’une encre rouge, vinrent alors se former les pensées du jeune Eneas.


Dimanche 2 Septembre 2007 à 12h05

La journée n’est pas encore terminée. Et pourtant j’ai l’impression de m’être déjà métamorphosé en papillon éphémère qui sent sa fin proche… La divination reste la seule matière à finir. Mais l’envie me manque… Oui l’envie me manque. Je n’ai guère l’envie de donner ce devoir par la seule et simple raison qu’il y a encore tellement de chose à dire et à connaître. C’est de loin le sujet qui m’est le plus passionné depuis que j’étudie cette matière. Pourquoi ? Faut-il vraiment se poser la question alors que l’on sait déjà la réponse ? Ecrire ce que je sais à présent sur une copie où une conclusion doit apparaître ne me satisfait pas. Le seul mot « Fin » ne me satisfait pas…


En cet instant précis, une légère douleur au bras droit vint frapper le jeune Eneas. Celui ci, instinctivement, posa sa main gauche à l’endroit même où il avait senti cette douleur… Ce n’était pas la première fois qu’il ressentait cela. On le remarquait bien. Son visage ne trahissait pas une surprise anodine… Pourtant il ferma tout de même les yeux, attendant que la chose passe. Ce fut qu’après quelques secondes qu’Eneas regarda autour de lui. Il y avait peu d’élèves présents maintenant… A vrai dire, il n’y en avait plus du tout. Eneas était seul. Tout le monde s’était déjà dirigé vers la Grande Salle comme il était coutume de faire à chaque repas. Alors comme si de rien était et d’un air parfaitement naturel, il reprit là où il s’était arrêté, totalement serein.

Le mot « Fin » me dérange sauf s’il est employé pour mettre fin à cela… à ce que je viens encore de subir. Elles continuent toujours, certaines moins fortes que d’autres, d’autres moins anciennes que les premières mais je ne suis plus aussi habitué que je l’ai été. Me faut-il encore peut-être du temps ? La douleur s’atténuera le jour venu, puis j’aurai enfin ce que j’attends… Et j’attends le suivant depuis quelques mois déjà… mais rien ne s’est présenté à l’horizon durant l’été. Peut-être à cause de mon esprit trop à terre, trop présent à s’occuper de ma mère ? Son état empire et le fait d’être reparti à Poudlard n’est pas ce qui m’enchante le plus malgré le devoir d’être enseigné comme il se doit. Peur peut-être qu’elle ne s’écroule alors que je suis ici, à attendre… Peur qu’elle se retrouve seule face à ce qui la menace … Se peut-il que je puisse la perdre plus tôt que prévu ? C’est à medi

Une silhouette vint assombrir la page vierge où était en train d’écrire le Serpentard. Une ombre faisait face au devant de sa table avec une telle assurance qu’Eneas ne put que se résigner à lever la tête sans avoir eu le temps d’achever son mot. Qui osait venir le déranger alors qu’il se retrouvait seul avec lui même ? Qui venait à sa rencontre alors que l’heure sonnait pour convier les plus grands mangeurs de Poudlard ?
Ce n’était autre que le préfet des Serpentards. Le préfet de sa maison, Mark Resnald. Un étrange sourire à peine visible s’allongea sur le visage du jeune Eneas, comme si cette vue n’était autre qu’une scène déjà vécue… Ce sourire bien que discret, rendait aussi bien les traits du jeune homme bien plus fins, ou … dirais-je… bien plus doux qu’à l’accoutumer.


Dernière édition par le Sam 17 Nov 2007 - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Resnald
Elève modèle
Mark Resnald

Nombre de messages : 635
Age : 33
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13701
Date d'inscription : 01/03/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyMar 14 Aoû 2007 - 15:29

Dortoir des Serpentard.

Geignant sous les couvertures dû au sommeil naissant, Mark venait de comprendre à l'instant même qu'il devait se lever rapidement. Or, bien qu'il s'était extirpé tant bien que mal de ce cher Morphée, il ne voulait plus ou plutôt ne pouvait plus s'en passer. Mais quelque chose vint le troubler éhontément. Son félin de toujours.
Trouvé un jour de pluie en Cornouailles. Si le sixième année, l'avait su, il ne l'aurait pas pris. Ce chat était une vraie plaie par moments ... D'ailleurs qu'était-il en train de lui faire présentement ? De lui mordiller le nez. Et surtout de le faire éternuer avec ses moustaches frémissantes. Son poil long se déposait toujours sur les habits de Mark Resnald qui par moments en avait plus qu'assez. Heureusement que la couleur était aussi noire que les abysses.
Et les yeux jaunes, conïcidant étrangement avec ceux du propriétaire. Miaulements rauques à l'oreille du Prince endormi ... C'était fini, Mark était enfin réveillé, du moins officiellement. Il aurait préféré un réveil bien plus chaleureux avec Mademoiselle LaRoche Elda. C'aurait été bien mieux qu'une saleté de boule de poils énervante.
Mais on a jamais vraiment ce qu'on veut dans la Vie et il faut se rendre à l'évidence. Le promu Préfet est de mauvais poil aujourd'hui. En espérant tout bonnement que cela change. Il sent déjà d'ici les bruits étouffants, la masse grouillantes d'ovins présents. Ces élèves qu'il ne supporte pas et dont il veut s'éloigner le plus loin possible. Il est nettement plus tranquille dans son dortoir ou dans sa Salle Commune. Salle qui doit peut-être, être déserte à cette heure.
Il devra y faire un tour pour s'en assurer. Il avait sa place d'attitrée, un superbe fauteuil où il pouvait allonger ses grandes jambes et faire un somme assez réparateur. Durant ces vacances il avait réussi à dormir tout son saoûl. Alors qu'à Poudlard l'étouffement se fait ressentir. Mais il était requinqué, du moins son mental le croyait, pour son corps il verrait.
Tout ce qu'il sait, c'est qu'il ne devra pas forcer sous peine d'ennuis peu attrayants...

Et les Ennuis ? N'est-ce pas un Maître en la matière pour se les attirer ?

En même temps qu'il s'extirpait de ses draps avec une certaine difficulté, oui précisions-le il est tout de même 11heures passées de quelques minutes. Et le temps de s'habiller est extrêmement long... Car les prunelles dorées peinent à retrouver le seul bout de tissu présent dans la chambre. Qu'il est dur pour un Serpent de se lever et de se frayer un chemin dans l'antre de ses comparses. Qui Mark venait à juste titre de le réaliser, s'étaient enfuis vers d'autres horizons. Soupir du préposé au poste de Préfet. Il aurait bien aimé voir Julian Falcon, mais il devait être sûrement très occupé à réchauffer Elisa en ce matin de Septembre.
Il est vrai qu'il ne l'avait pas souvent vu. Puis ce n'était pas vraiment une grosse perte. Tout ce qu'il savait là aussi, c'était en défaveur de Sir Falcon, c'était qu'il avait osé draguer Purdey. Décidément avant qu'il ne parte, il lui fera bouffer son enseigne de Préfet. En tout cas, il est divinement admirable de reprendre le flambeau de Serpentard aux côtés de Charlotte Leonhart. Il est vrai qu'elle est belle, mais d'après les souvenirs douteux du sixième année, elle aurait un cousin. Là encore, pour la mémoire de Mark c'est pas évident, s'il a inventé ou pas. Peut-être pas, mais en ce qui concerne le Fantôme, il ne l'a jamais bien trop vu.
Il était peut-être plus malade qu'il n'en avait l'air ? Puis en même temps, il ne connaissait pas les 3/4 de sa Maisonnée. Donc ... Les Serpentard assez extravertis et qui se mettent en valeur sont les plus faciles à retenir. Les autres restent des énigmes incertaines. Comme cette Moon ... Par moments les yeux dorés la voient passer d'un couloir à un autre. Elle aussi, semble être un spectre emprisonné dans les confins du Château. Casey, peut-être pas assez extraverti mais qui est doublement intéressant. Là encore il restait un mystère. La Vie à Poudlard est vraiment peu commune. Dans chacune des Maisons proposées se trouve un énergumène ou une énergumène. Ne soyons point misogynes.
Certes le jeune homme était discret, mais Mark connaissait tout de même une bonne partie de la populasse Poudlardienne, alors que certains ne mettaient sur Mark qu'un visage assez flou ... Il est bien meilleur de faire son Serpentard et d'espionner la Vie trépidante de ses congénères. Althéa la Préfète des Rouges et Or totalement délurée, et son strip tease. Mark en gardait un assez bon souvenir d'ailleurs. D'ailleurs il venait de rire comme un Niffleur des Prairies. Tiens Niffleur, c'était assez réservé ça aussi. Il venait de se souvenir, c'était Loevi la Poufsouffle qui l'utilisait ... Le sixième année se surprit judicieusement à penser si justement un Niffleur peut se permettre de rire. Encore une question qui demeurera sans réponse apparente.
Ouste ces trucs immondes, il était temps de s'habiller. Que choisir ? Etant un dimanche, il se devait d'être assez décontracté. Pas son uniforme défroqué de Serpentard. Envoyant valser moultes tonnes d'habits de chaque côté de la pièce, il fallait qu'il jette bien son dévolu sur l'un d'entre eux. Oui mais lequel ? Se mordant les lèvres et toujours réfléchissant, il n'allait pas rester en caleçon toute la journée. Quoique ça aurait été drôle, s'il aurait rencontré son Directeur de Maison. Ah ce cher Severus Rogue ...
Non, il ne fallait pas qu'il se promène dans un tel sens de l'irresponsabilité. Or Mark Resnald est un irresponsable de première voulant devenir Préfet ...

... cherchez l'erreur.

Le voilà qui enfile un polo à manches longues rouge foncé et un pantalon noir cintré en haut mais devenant nettement plus large vers le bas. Et ses tennis blanches et délacées. Un exploit qu'il ne se soit pas retrouvé les quatres fers en l'air dans les escaliers. Quoiqu'une fois ...
Mark venait de s'en rappeler mais ce n'est pas pour autant qu'il laça ses chaussures. C'est un Kamikaze le Markounet. Et les gants qu'il enfila rapidement, pour lui cela s'avérait être une sécurité. Certes contraignante, car elle cachait des mains mates et sans imperfections avec de longs doigts de musicien ... Mais rien n'y faisait, ils cachaient les stigmates du Passé. Regard devenu subitement sombre et visage inexpressif. Pourquoi de telles formes lui faisaient cet effet ? Juste parce que cela lui rappelait un Passé rempli de bons moments, de fous rires avec elle ... Par Merlin, il haïssait ses souvenirs douloureux qui prenaient rapidement place. Trop de place ... Secouant ses cheveux auburn, il prit son sac en bandoulière noir pour ne plus y penser.
Et son chat ? Toujours dans ses pattes celui là. Jamais il ne pourra s'en dépêtrer. Un peu et il allait lui marcher sur la patte et se prendre des plantations de griffes dans tout le mollet. Et bien sûr suivant le regard du félidé, Mark serait fautif. Sifflant un chapelet de jurons à l'intrépide boule de poils noire, Mark sortit en trombe, suivit de son chat bien évidemment. Blasé au possible, il vit son Testarotho déguerpir à la suite de Miss Teigne. Parfait, tranquille. S'étirant dans les couloirs, il était serein. Un détour par la Salle Commune ? Hm, on approchait tout de même du déjeuner. Et pas envie de voir tout ces morfales. Bon, un autre détour alors... Par où ? La haute silhouette de Mark Resnald se dessinait sur les murs froids et sans saveur, car déserts en ce moment même. De justesse, il évita un convoi de première année... Toutes Maisons confondues.
Plaqué contre le mur, il avait senti son heure arriver. Apparemment pas encore. Du moins il l'espère. Idée lumineuse dans l'Esprit du Vert et Argent. Et pourquoi pas le lieu de quiétude par excellence ? La Bibliothèque de Poudlard ? Elle, elle serait déserte. Heureux de sa divine trouvaille, il s'y rendit confiant. Encore là, il passa au travers du flot continuel de ses comparses avec une mine de blasé pour sûr. Que c'est ennuyeux tout ce monde. Mais il fallait faire avec, il n'y avait pas d'autres choix possible.
Il hésitait tout de même à y pénétrer. C'était plus fort que lui, mais il sentait qu'il le devait. C'était comme ça.

Puis, on ne sait jamais qui on va rencontrer ... Il laisse la chance au pur Hasard.

C'est donc d'un pas aérien qu'il prend place dans ce lieu de Savoir et de Connaissances. Ces dernières parviennent à tarir la soif d'élèves studieux. Mark aime à rester dans les rayonnages de longues heures à cogiter. A ressentir les vieux ouvrages et s'en délecter. C'est tellement mieux que ce brouhaha incessant. Petit à petit, il s'avance dans les rayons noircis d'ouvrages vermoulus quand ....
Quand, assis à une table seul, se trouve un être de sa propre Maison. Eneas Penn plus exactement. Le regard doré prend un plaisir malsain à le détailler. Que fait-il ? Il semblerait qu'il annotes des choses. Le sixième année ne voit pas trop de là où il se trouve. C'est donc pour cette seule raison qu'il s'approche et aussi parce que son confrère est dépourvu de compagnie. Mark n'en est jamais une bonne. L'écrivain le jugera par lui-même. Le prétendu Préfet se plante devant la table sans mot dire. Il peut voir avec amusement, qu'il a stoppé l'Inspiration de son alter ego.
Mark Resnald planta son regard doré dans celui océan d'Eneas Penn. Eneas. Un prénom à consonances grecques. Mais attendez ! Eneas c'est Enée ! Le Héros de la guerre de Troie. un chapitre intéressant de la mythologie Moldue. Mark est calé dans le dommaine et il l'adore. C'est comme ça.
Large sourire face à son interlocuteur. Et Mark prit place tout en le demandant poliment. Ce n'était pas un sauvage, un individu avec des préceptes de bourgeoisie Anglaise inculquée. Un Maître Serpentard. L'Héritier de la dynastie BloodDust. Voilà tout.

Prenant place avec grâce et lenteur, il ne quittait pas son prochain compagnon du regard. Et enfin, le voilà qui pose sa tête mate sur ses deux mains gantées de noir, préalablement croisées.


- Bonjour Eneas, tu n'es pas avec les autres pour prendre le déjeuner ? En même temps, vu la foule ...

Le voilà qui se découvre être loquace. C'était nouveau. En même temps ils étaient seuls. Bon, il allait lui balancer son savoir sur Enée... Le domaine qu'il connaît tant. C'est un Roi d'ailleurs ...

- Ah ! Je me suis toujours posé la question mais je pense être sûr. Eneas c'est le prénom grec d'Enée non ? Le héros de la guerre de Troie ?


Son ton était assuré. Et une lueur de malice dans le regard. Voilà enfin le cousin de Charlotte Leonhart face à lui ... Parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13197
Date d'inscription : 10/08/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyJeu 16 Aoû 2007 - 1:52

Etre seul ou mal accompagné? Dans la vie, cette question revenait toujours dans l'esprit des gens. Chacun, au moins une fois dans son existence, se demandait si la vie valait être vécue au sein d'un groupe qui ne nous correspondait pas ou s'il fallait mieux au contraire, ne se fier qu'à soi même et devenir notre seul ami. L'amitié était un bien grand mot... Il définissait un lien indescriptible qui n'avait la possibilité d'être compris que lorsqu'on le vivait. Eneas en avait entendu des belles phrases sur ce bien grand mot.. de belles citations également de grands auteurs. Et pourtant jusqu'à présent, il n'avait pu qu'imaginer ce que produisait le changement d'une personne lorsqu'elle rencontrait l'Amitié. Pourt tout dire, il n'y croyait pas tellement même si il avait eu beaucoup de témoignage sur ce sujet. Ou plus exactement, Eneas cherchait à l'éviter. L'amitié en ce qui le concernait, était presque semblable à l'effet dangereux que traduisait, entre les lignes, le mot "Amour" Non... Il ne pensait pas comme certains Serpentards qui désiraient être seuls juste parcequ'ils trouvaient que ces sentiments trop émotifs conduisaient à devenir faible. Le terme "Faible" n'était pas exact pour Eneas... Mais l'Amour tout comme l'Amitié demandait à devenir proche et possessif envers la personne. Ce qui voulait dire, devenir incontrolable sur ses propres sentiments... Même si nous ne possedons guère le sentiment de jalousie ou de possession au premier abord, il existe toujours une part de nous prêt à sacrifier sa vie pour sauver ceux qui nous sont proches ou a se sentir manipulé par une force bien plus grande, bien plus obscure comme la colère ou même la tristesse. Justement... Eneas pouvait y croire puisque lui même était attaché à deux personnes de sa famille bien plus qu'il ne l'aurait voulu. Une grave erreur d'aprés lui car... au fond, il sait qu'il se perdra lui même. Sa mère était une de ses failles les plus importantes qu'il soit... Et malheureusement, il était difficile de le cacher. Charlotte était la personne qui le rendait aussi vulnérable qu'un petit garçon ayant perdu ses points de repères. Ainsi, le Petit Prince preferait être seul... de peur de trop s'attacher... pour ne pas perdre le contrôle.

Pourtant, cela ne voulait pas dire qu'Eneas était sauvage! Certes, il était discret dans son caractère et même ... réservé pour certaines choses mais cela ne l'empechait pas d'être sociable et de connaitre des gens. Au contraire, il était une personne avec qui on pouvait parler facilement... Mais il s'interdisait juste une chose: trop connaitre la personne et inversement. Il se cachait des sentiments... et c'était ainsi. Est ce qu'un jour des gens extérieurs à sa famille arriveront à toucher cette facette invisible? Je ne pourrais vous le dire... Lui seul se décidera du moment venu ... Et si ce moment était...?

Eneas vit alors la fameuse silhouette de Mark Resnald, son nouveau prefet! C'était bien lui, il l'aurait reconnu n'importe où. Même si d'habitude Eneas le croisait le plus souvent habillé de noir et non d'un polo rouge à manches longues... Pourquoi cela? C'était simple... Mark était une de ces personnes qui laissaient toujours une marque d'empreinte sur son passage. Une marque indélibile ... Même sans une parole. Rien qu'à sa présence, sa posture fiere et digne pouvait boucler la bouche de tout individu. Il avait un côté obscur qui laissait penser à un Mage... Dans ces conditions, ce serait bien évidemment, un Mage Noir. Il n'était pas plus agé qu'Eneas ... Et pourtant... Alors que celui ci venait de s'installer face à Eneas, aprés une demande habituelle de politesse, tous les élements de la bibliothèque semblaient se concentrer sur les deux jeunes gens..La lumière devenait plus tamisée donnant une lègere ambiance feutrée, propice à la tranquillité que pouvait receuillir ce lieu. Comment cela était possible? ... Aucune idée, ce n'était juste qu'une impression. Peut-être était-ce par l'arrivée de la pluie à l'extérieur du chateau? Ou ...une magie indéfinissable, inexplicable.


Le sourire qu'avait fait apparaitre Eneas était bien mystérieux... C'était étrange. Un peu avant les vacances, un rêve lui avait retranscrit ce passage... Un Mark assis avec sa tête sur ses mains cachées par des gants noires. Dans le rêve, celui ci regardait face à lui et parlait avec simplicité... D'autres images étaient venues par la suite... Mais ce n'est sans aucun doute, guère le moment d'en donner les détails. Le Jeune Serpentard était tout de même étonné de voir son prefet qui ne lui avait jamais adressé la parole auparavant... Que lui voulait il vraiment? "Bonjour Eneas" Il connaissait donc son prénom? C'était étonnant mais... honorant également. Il fallait l'avouer, Eneas connaissait des gens mais jamais oh grand jamais il n'aurait pensé faire la rencontre de ce mystérieux prefet... Bien trop semblables peut-être pour penser un seul instant qu'ils se parleraient? Ainsi les questions de Mark s'enchainerent et Eneas paraissait de plus en plus perplexe par cette compagnie inattendue... Enfin, le Prefet lui parla d'Enée de la mythologie moldue fort connue et lui donna sa reflexion sur un lien possible entre ce prénom héroique et le sien.

- Tu es perspicace Mark. Et bien enseigné en cette matière j'ai l'impression... Contre toute attente, j'avoue qu'effectivement mon prénom provient bien d'Enée, un des héros de la guerre de Troie... Enée jeune fils d'Anchise et de la déesse Aphrodite ou plus connue aussi sous le nom de Vénus, déesse de l'amour.

Eneas sentit que la conversation qu'ils venaient d'entreprendre prenait un chemin bien différent de ceux que le Petit Prince avait connu auparavant... Pour un début, c'était plutôt surprenant. Le Jeune Serpentard avait parlé d'une façon calme et posée... il avait appuyé quelques mots et mit quelques secondes d'arret. En même temps, il avait refermé son journal, posé sa plume et les mirent tout deux de côté...

- Peu de gens font la relation avec ce phénomène mythologique. Tu es bien le seul que je rencontre à y avoir pensé...

C'est au même moment que ses yeux couleur Océan croisa plus longuement le regard Doré de Mark. Ce regard doré qui ressemblait étrangement aux yeux d'un Serpent. A eux deux, ils pouvaient définir tous les secrets et les mystères du monde. Malgré qu'il ait souvent vu Mark dans la salle commune des Serpentards, jamais Eneas ne s'était trouvé face à lui et jamais il n'avait remarqué son regard... si... symbolique. Eneas en resta muet un instant puis repensant à sa première question, il répondit en haussant legerement les épaules mais en continuant tout de même à plonger dans le regard de son "complice" Car ... Oui... dés l'instant où ils avaient partagé un même savoir mythologique, un élan de complicité s'était crée

- Je n'aime pas vraiment me retrouver avec la foule alors dés que je peux l'éviter... Et justement je n'ai pas faim donc... Mais dis moi Mark, que me vaut ta compagnie dans ce lieu déroutant?

Ils s'étaient rencontrés... Enfin....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Resnald
Elève modèle
Mark Resnald

Nombre de messages : 635
Age : 33
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13701
Date d'inscription : 01/03/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyVen 17 Aoû 2007 - 16:05

L'Amitié ? Qu'est-ce donc que cette notion abstraite et sans saveur ? Il n'en est rien. Personne n'en connaît véritablement le sens. Mark Resnald n'a jamais connu de sincère Amitié. Et encore il n'a jamais voulu en chercher ne serait-ce qu'une bribe.
Sa cousine ? Elle fut comme une soeur. Mais durant cinq longues années, il se met à l'ignorer totalement. En étant typiquement Serpentard. Le Serpent qui veut toujours crocheter les autres et leur faire comprendre qu'il leur ait si supérieur. Mark est de cette trempe. Les autres Maisons, il n'en supporte que quelques membres.
Supporter, tolérer. Du moins des synonymes ... Mais sûrement pas accepter. Il en est loin de cela encore. Même ceux de sa Maison, il ne leur offre rien. Pas un traitement de faveur. Même son ancien Préfet, ne fut pour lui qu'une Ombre parmi tant d'autres. Il ne les connaît pas et il s'en contrefiche. Tout ce qu'il veut, c'est qu'on reconnaisse ses pas dans les couloirs sombres et frais de Poudlard.
Pour les "amis", ils ne se comptent même pas sur les doigts d'une main gantée, car pour cause, ils n'existent même pas. Aucun n'est cherché par Mark Resnald. Rien, il ne fait rien comme les autres. C'est un asocial de service. Il préfère se planquer de telle sorte qu'il ne soit pas dérangé pour tel ou tel travail.
Généralement seule sa propre personne compte. Il exècre les autres. Leur fait comprendre qu'ils ne sont pas les bienvenus et violent à eux seuls, son espace vital. Mark a besoin de se retrouver pour réfléchir. Jamais il ne fit de grands discours. C'est une perte de temps. Il octroie quelques sourires aux personnes qu'il jugera importantes.
A Poudlard, il y en avait des semblables. Des entités qui aiment à provoquer la Solitude et qui ne s'attachent pas si facilement. Le sixième année ne donne pas sa Confiance aveuglèment. Purdey la possède.

C'est une marque de survie.

Ne jamais se faire trahir, se recroqueviller sur lui-même. Au fond ne pas souffrir, c'est ce qu'il souhaite. C'est même une évidence entrevue par le Préfet. Alors il préfère ne rien montrer, ne rien dire. Se dévoiler c'est bien trop dur. C'en est même idiot. Il se perdrait dans le tréfonds de son âme et il le refuse. Mais ne l'a t-il pas déjà fait ? Ne l'a t-il point démontré à Purdey ? Il se hait face à ses sentiments.
Ces derniers sont le reflet de sa personne totalement étrange, pradoxale, en un mot si "humaine". Et il veut prouver le contraire, faire jouer les mensonges, les mystifications. Bref, montrer une toute autre personnalité. Plus appréciable, et plaire à la populasse ? Ce serait abhérrant. Rien que cette idée le fait sourire. Jamais il ne changera une seule parcelle d'esprit pour les beaux yeux d'un quelconque individu. Non Mark Resnald est Mark Resnald.
Défauts et qualités à prendre en compte. Sûrement à première vue, plus de défauts que de qualités. Mais si l'on déterre en profondeur, le sixième n'est pas si odieux. Il est juste assez bizarre avec les relations sociales. Il ne sait pas comment les apprécier. Son seul mot d'ordre, c'est de manipuler pour s'amuser. C'est tellement plus attrayant que de se lier d'Amitié stupidement avec un être qui vous trahira dès la première incartade venue ? Mark n'a aucune confiance envers les autres ...
La seule personne qui le connaît par coeur et cela comme un frère c'est Loevi Leroy. Même si son cousin a bien changé, elle sait encore déceler les marques présentes de l'enfance sur la mémoire de Mark Resnald. C'est un fait. Et lui, ça le dérange trop. Il est enchaîné à un Passé révolu qui n'en finira pas de le hanter encore et encore. Il en cauchemarde, il n'en dort pas la nuit, ce qui l'entraîne inexorablement vers la Folie naissante. C'est son Passé qui le met dans un tel état de décomposition.
Certains Serpentard l'ont remarqué, mais il le cache sous de trop grandes révisions. Mais sa santé précaire se stabilise par moments et il ne s'en plaint pas. En espérant juste que sa silhouette sombre ne retombe point en décrépitude. Ce serait le comble. Mais il avait trouvé en ce lieu, uen forte personnalité si semblable à la sienne.
Et là il en était enchanté. Le cousin de Charlotte : Eneas Penn. Tout ce que savait Mark c'était son prénom et son nom et son année. Après pour le reste ce n'était que des saluts énoncés en un courant d'air au détour d'une Salle de Classe.
Apparamment Eneas connaissait le nouveau Préfet et ce dernier n'était peut-être pas là par hasard. Sait-on jamais ...

Mark était tout de même un grand fataliste quand il s'agissait de parler de la Destinée.

Puis de toute manière, la moitié d'un ami c'est la moitié d'un traître. Mark en était intimement persudé et c'était certain que cela ne l'aidait pas à s'en faire. Livrer son âme n'était pas toujours si évident. Il en avait énoncé une bribe au septième année qui l'avait aidé un soir de pluie, quand la déprime avait envahi Mark Resnald.
Ce dernier l'avait .... Mark devait se concentrer sur son interlocuteur. C'était le mieux à faire. Et il s'entendait bien avec lui. Ils étaient seuls tout les deux, et le Préfet ne supporterait pas un dérangement quelconque. L'ambiance était en train de se créer. Il ne fallait pas la briser. Eneas était un sosie, une copie conforme, un alter ego que Mark respectait sans se cacher. Il lui ressemblait de par sa singularité. C'était là encore une évidence.
Peut-être, allait-il réconcilier Mark avec le genre humain ? Pourquoi le Préfet ne lui avait-il jamais parlé auparavant ? Parce qu'il lui ressemblait trop ... Il était tout autant discret, solitaire et peu enclin aux activités en groupes. Et pourtant, il était le cousin de la Préfète. C'était presque une nouvelle sensation, un Jeu auquel le Serpentard excellait : la découverte de compatriotes.
Généralement cela se solde par des échecs cuisants. Ou de la violence gratuite. Si on exaspère Mark, il peut très bien finir l'entrevue avec un sortilège ou pire encore, en se servant de techniques moldues. Quitte à briser l'ossature de son adversaire. Il sait qu'avec Eneas rien ne pourrait se passer comme cela. Il l'apaise, il fait en sorte de rendre serein le Préfet, aussi simplement. Et pourtant l'Héritier BloodDust est odieux avec certains et certaines.
Là encore, il faut chercher l'erreur ... Jamais il n'aurait pu pensé qu'un tel engouement s'était emparé de lui. De lui-même, il s'était placé devant la table de son comparse et s'était assis comme s'ils étaient de vieilles connaissances.

Des vieilles connaissances qui s'étaient retrouvées après des années d'abscence ...

Le Préfet avait tout simplement décidé de l'honorer de sa présence sombre et mystérieuse et ce pour un certain temps. Puis après tout, il n'était pas pressé. Il fallait se poser et se mettre à parler par moments. Puis la Mythologie c'était un immense point de départ, un sujet excellent qui récelait presque tout le savoir de Mark dans un tel domaine.
Il était calé et il le savait. Nombre de fois, il parcourt ces même rayons. Tout l'intéresse, c'en ferait frémir plus d'un. La réponse d'Eneas le fit grandement sourire. Les traits de son visage d'habitude si sombres, étaient détendus. En quelques minutes, il se sentait à l'aise et doté encore de cette assurance qu'il ne connaît que dans de rares occasions.
C'était évident, il s'entendrait bien avec lui. Il en avait l'impression et même cela resterait gravé dans son crâne... Certitude, certitude.


- Oui, je ne suis pas un néophyte en la matière. Je suis un passionné. Oui Aphrodite fut subjuguée par la beauté d'Anquise et s'en éprit. Mais ce dernier eut une fin sordide. Il se fit foudroyé et finit boîteux. Tout ceci pour avoir révélé le nom de la mère d'Enée. Triste fin, ne trouves-tu pas ?

Mark avait réussi à captiver l'attention. Eneas avait laissé de côté son journal et posé sa plume. Ainsi donc, il avait toute son attention. Ce qui ne déplaisait pas du tout au jeune Préfet qui en était fatalement enchanté. Le tournant allait se jouer ici. Il est vrai que cela commencait étrangement pour une discussion. Mais Mark est différent des autres. C'est comme ça.
Lentement il retire ses mains de sous son menton, tout ceci pour les poser à plat sur la table. Affichant un grand sourire non hypocrite face à lui. Lui ? Quel adjectif pouvait-il mettre dessus ? Qu'apposer sur Eneas ? Ce n'était plus une connaissance. Quoi donc alors ? Mark le verrait au fur et à mesure. Mais tout ceci lui laissait entrevoir l'ébauche du mot "ami". Etrange, trop étrange.
Mais il s'en fichait. C'était la meilleure réaction à avoir.


- Bah, il en fallait bien eux. Puis j'ai pas pu m'en empêcher.

Léger rire. C'est vrai cela que ça lui trottait dans la tête. Eneas ==> Enée. C'était une certitude manifeste. Mark se senti fixé durant un court instant. Son regard avait d'étranges attributions. Certains y voyaient un regard lupin, d'autres un félin et les derniers c'était le Serpent. Les yeux fendus en amande corroboraient ceci et surtout l'assombrissement dont ils étaient pourvus par moments. Pour Eneas, Mark vit des prunelles couleur océan. De beaux yeux d'ailleurs.
Mystifiants, attirants, on pourrait s'y perdre. Il se surprit à penser qu'il devait être un séducteur avec les filles. Comme ce Julian Falcon qu'il exécrait tout particulièrement. D'ailleurs rien que d'y penser, le fit se refermer sur ses pensées noires. On ne peut pas aimer tout le monde c'était évident. Mais lui ... c'était différent. Il ne l'avait pas en face de lui, c'était un autre d'ailleurs. Au diable l'ancien Préfet et ses lubies de séducteur de seconde zone. Eneas était bien plus important.
Et tellement ressemblant au jeune Anglais que c'en était assez effrayant. Son complice répondait à sa question sans formulation première. En étant tout simplement honnête. Mark sourit de toutes ses dents, bien blanches. Ah ! Il ne regrettait décidément point de s'être rendu ici...
Puis voir la foule grouillante et étouffante, il s'en laissait bien vite. Alors que les vraies rencontres au détour d'un Mythe moldu, c'était parfait et à ne pas exclure pour une collation ...


- Hm. Tu veux savoir ce petit secret Eneas ? C'est tout simplement parce que j'abhorre la foule et ses principes. Je déteste me retrouver dans un lieu confiné avec elle. Je susi comme toi, dès que je peux je l'évite. Puis pour ma compagnie, c'est bien simple. On se ressemble assez.

Une petite pause, un silence et un grand sourire.

- Dis moi le mot que tu n'as pas achevé quand je suis arrivé, c'était le verbe méditer non ?

Il n'avait pas fait son curieux, juste son regard qui l'avait remarqué.

- J'aime bien être au milieu de toutes ces étagères de connaissances... On s'y sent bien. Bien heureux d'être tombé sur toi Eneas.

Et c'est totalement sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13197
Date d'inscription : 10/08/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyDim 19 Aoû 2007 - 2:13

Les Serpentards semblaient être des personnes d'exceptions. Différentes de la normalité... Ils étaient une enigme, un mystère à eux seuls. Pourquoi tant de froideur envers les autres, les proches et soi même? A croire qu'ils étaient seuls à ne pas savoir ce que signifiait le sens "d'aimer et être aimé en retour" Du moins, respecter l'autre en tant que personne, le traiter comme égal et accepter à continuer sa route... non pas seul mais à l'aide des autres. Etait-ce un défaut ou une qualité de vouloir poursuivre le chemin de l'avenir en solitaire? Les autres... En ce moment même, les autres admiraient les Serpentards pour leur force de caractère, leur ruse et leur facilité à ne ressentir aucune peine produite par les sentiments... Eh oui car l'attachement, la tendresse exigeaient quelque chose en retour: La Souffrance! Le chagrin!... L'amertume.... Et beaucoup de personnes donneraient tant pour ne plus ressentir ne serait-ce qu'une parcelle de cette émotion pathétique! Les Serpentards le savaient, et ils s'en protegaient... ayant comme bouclier l'illusion! Un simple mirage ... Un fantasme aux yeux des autres! Peut-être avaient-ils une différence parallelement aux "autres" mais leur seule différence était de manier parfaitement l'illusion. Du moins pour la généralité des élèves de cette maison... Il n'y avait qu'à regarder l'attitude que les Serpentards adoptaient auprés de leurs proches! Ils changeaient radicalement ... Et je vous mentirais si je vous disais qu'Eneas n'accusait pas à Charlotte Leonhart le fait d'avoir compris ce que devait être un Serpentard, qu'il ne s'accusait pas lui même d'essayer de respecter cette tradition... Ceux qui n'avaient aucun attachement même pas par le biais du mental, c'était une autre histoire Mais ils se faisaient de plus en plus rares.

On critiquait aussi les Serpentards pour cette apparence si prétentieuse, suffisante et dédaigneuse qu'ils abordaient... Ils donnaient une telle représentation de leur maison... Etre Digne des Serpentards en acceptant les conditions, le passé de cette maison et ses principes. Une Maxime pour ceux qui y faisaient un pas... C'en était tellement trop que cela paraissait presque faux et hypocrite à leurs yeux! Soyons sinceres... Les Serpentards étaient les plus tourmentés de Poudlard ... Il n'existait plus tellement de vrais Serpentards, au sang glacial et marmoréen ... Et ça tout les Serpentards le savaient ... Eneas le savait comme Mark devait le deviner également. Et justement c'était à l'aide de ce préfet qu'il venait d'apercevoir cette vérité... C'était en prononçant quelques paroles à son adresse, qu'il avait eu la soudaine envie de connaître plus cette personne. De franchir les limites de l'hypocrisie pour rencontrer la vérité! Il souhaitait le découvrir... Pas comme une simple connaissance, une personne que l'on croise un jour sans lendemain... Mais comme un être cher, un être sur qui l'on.... Non! Mais que pensait-il?! Etait ce parce qu'il sentait un contact inhabituel, insolite avec son "collègue" qu'il devait renier tout ce qu'il désirait auparavant? Rester seul pour lui était un choix! Il avait déjà fait l'expérience d'une amitié et voilà ce qu'il en était advenu! La personne en question ne lui avait plus parlé du jour au lendemain pendant plus d'un an... Elle l'avait rejeté, n'essayant même pas de s'expliquer ou de faire partager ses préoccupations... Qui plus est.... Cette personne était de la famille, sa propre cousine! Si cela ce n'était pas de l'abandon!! Alors pourquoi aurait-il eu envie de refaire cette expérience? ... Non il n'était pas de ceux qui donnaient une image fausse de soi! Il ne se disait pas être un véritable Serpentard certes... Même il savait que parfois, il n'en donnait pas la présentation! Oh ça non, il n'était pas aussi insensible qu'il ne l'aurait voulu... Il ne se voyait pas sans coeur, ni inhumain malheureusement bien qu'il l'aurait voulu ... Peut-être était ce sa vie qui le rendait ainsi... Mais par contre la solitude était de sa propre résolution comme l'ambition d'arriver au sommet ou de porter vengeance ... Avec ces différentes envies, il était difficile de donner sa confiance et d'en recevoir en retour! Quoi que... Cela n'étonnerait guère Eneas de savoir que dans cette école, quelques personnes semblaient avoir la certitude de reconnaître chez lui une personne de confiance! Au contraire, cela pouvait être fort probable et c'est ce qui l'amusait! Un Serpentard en qui on pouvait faire confiance ... C'était bien le paradoxe de l'authentique Serpentard! En gros, ce qu'il y avait de vraiment véridique chez les Serpentards, c'était le gout du jeu! Tous aimaient cela... Faire croire aux autres ce qu'ils voulaient croire... Ils définissaient par leurs seules présences la trahison elle même. C'était un cercle vicieux... Et dans tout ce mécanisme compliqué du Serpentard, il n'y avait que la torture seule qui les expliquait!

Justement, ce qu'il vivait avec Mark en cet instant précis, cela se révelait à quoi? A un jeu? ... Ce n'était pas une invitation à entrer dans une sorte de jeu, du moins pas dans celui de la tromperie... Alors, un passe-temps? Une illusion? Ou quelque chose encore d'ordinaire? .... Nan! C'était bien trop fort, bien trop exceptionnel pour que cela ressemble à tout cela. Il s'était passé quelque chose entre les deux jeunes gens.. Une sorte d'alchimie divine. Ce n'était pas seulement leurs enveloppes charnelles qui s'étaient rencontrées mais bien leurs esprits qui s'étaient retrouvés! Eneas ne croyait pas vraiment aux vies antérieurs et pourtant... à cette seconde, il serait prêt à changer d'avis. Leurs seuls regards pouvaient exprimer leurs pensées! Eneas avait l'impression de lire en Mark et il se doutait que pour son préfet, il en était de même! Une sensation étrange, qui remuait bien des choses dans leurs forts intérieurs! Cela dépassait le jeune Serpentard qui ne savait plus quoi penser... Il avait l'impression de retrouver un double chez Mark pourtant, il était certain que de grandes différences les dissociaient! Il ne lui parlait que depuis quelques secondes et cette perception n'en devenait que plus grande! C'était ainsi, il ne pouvait faire autrement que d'accepter l'envie de connaître son compère... A l'encontre de ses principes!
Eneas comprenait à présent pourquoi il avait rêvé de cela ... Au tout début, alors qu'il venait de se réveiller aprés avoir songé à ce visage si familier à présent, le Serpentard n'avait pas compris pourquoi... bien qu'il se doutait de la relation qu'il allait entretenir avec cette personne le moment venu. Or, il avait essayé de faire abstraction de cette rencontre destinée! Jusqu'à ce que le jeune homme en question vint rencontrer sa route en ce matin de Septembre... Eneas n'avait pas imaginé à quel point il lui était difficile de se controler à faire comme si cette rencontre lui était indifférente. Elle était destinée non? ... Eneas ne pouvait donc que s'incliner.

Oui, Mark avait réussi à captiver son attention. Peu importait le devoir de divination à présent, ni ce qu'il écrivait avant que le Préfet vienne le surprendre... La Mythologie était également un sujet qu'il appréciait. Sa mère aimait la mythologie moldue puisqu'elle avait grandi dans une famille moldue et que cela avait été une de ses lectures favorites étant plus jeune. D'ailleurs, c'était sûrement pour cela qu'elle avait tant insisté auprés de Nathan Penn pour que leur fils porte un prénom provenant d'un des héros de la Guerre de Troie... Elle en avait d'ailleurs profité par la suite, les années qui suivirent l'accident, à en conter quelques histoires
L'ambiance qui régnait entre les deux Serpentards était sereine, limpide ... tout simplement pacifique. Il n'y avait plus personne, ni même la gérante de la Bibliothèque. Ils étaient seuls ... seuls dans un monde qui les appartenait!


- Elle est tragique... Mais comme toute histoire tragique, elle laisse avec elle une partie inachevée. Anquise s'est laissé tout simplement piégé par un Amour qu'il ne pouvait pas controler. Un pouvoir qu'il ne pouvait pas dompter... Un jeu où il n'avait pas les cartes en mains. Il a eu une sentence peut-être injustifiée qui sait? Il est devenu boiteux alors qu'il a été victime d'un envoutement ... c'est tout simple. Cela ne regarde que moi mais cela prouve encore une fois que les sentiments incontrolés ne peuvent amener que miséricorde... La mythologie est bien forte pour les mettre en oeuvre.

Y'avait-il un double sens à ce qu'il disait? Oui... aprés tout il formulait nettement ce qu'il pensait. Et cela voulait bien dire ce que ça voulait dire ... Peut-être que Mark serait en désacord avec cette version. Il est vrai que c'était une vision plutôt pessimiste de la chose mais Eneas avait toujours fonctionné ainsi en écoutant les histoires mythologiques... Etrangement, son prénom provenait d'Enée et sa vie était presque semblable à la sienne... du moins l'histoire de famille. Aphrodite aurait été son père, Anquise sa mère, victime d'un jugement qui ne lui était pas destiné...
Il est vrai que sa silhouette, son charisme, ses yeux pouvaient en faire tomber plus d'une... Comme Mark certainement bien que leurs physiques restaient tout de même trés différents. Pourtant Eneas ne jouait pas de cet atout... A quoi bon faire esperer des filles qui n'avaient que des yeux à la place du cerveau? Le plus interessant était de charmer une personne qui était difficile d'accés! C'était bien plus grisant et plus enrichissant ... Encore le terme de "jeu" qui revenait au sujet! Voilà ce qu'attendait Eneas... Une perle rare ... mais qui n'était pas encore arrivée... Qui n'arriverait sûrement jamais. D'où la non croyance de l'Amour Véritable!
Bref, Eneas pensait justement à ses parents et leur histoire d'amour à Poudlard quand il entendit la réponse de Mark à sa question, sonnant à ses oreilles. Oui ils se ressemblaient même beaucoup de première apparence ... Mais n'était ce pas encore une illusion? ... Eneas n'avait pour une fois pas envie d'envisager cela... Il voulait le croire. D'ailleurs, il était venu à la Bibliothèque pour faire quoi? ... Etre seul bien entendu. Puis au tour de la question concernant son mot encore inachevé... Avait-il vu les mots griffonés sur son journal? ... Oui il aurait pu, il était arrivé en plein milieu. Eneas se leva lentement, prenant des bouquins de divination qui avaient servi à son devoir pour les remettre correctement à leurs places sur les rangées... pré-disposées à cet effet! Puis il se retourna vers son préfet de ses 1m80. Un sourire chineur vint se dessiner sur ses lèvres fines.


- Dois je me méfier de toi à nos prochaines rencontres Resnald? ... Te sachant aussi observateur à présent, je vais devoir me poser cette question tout le long qu'il m'est possible de vivre auprés de toi... Aurais je tort?

Eneas le questionna du regard mais sans aminosité, sans aucune malveillance... Bien au contraire .... Ne lui disait-il pas clairement qu'ils étaient voués à se revoir? à se reparler? Ne lui posait-il pas une question au sens double... qui plaçait les mots "confiance" et "amitié" en tête de ligne? Le jeune Sepentard esperait bien que Mark puisse lire entre les mots...Il voulait être sûr, savoir avec qui il discutait...Et pour cela, il voulait l'entendre de sa propre voix. Il resta encore quelques minutes à l'observer ainsi avant de jeter un vif regard en ce lieu merveilleux. Puis d'un ton absent mais qui était pourtant à l'adresse de Mark

- On y fait des rencontres plus que surprenantes... La connaissance permet d'établir un lien indélébile et parfois indestructible... C'est pour cela qu'elle apaise toutes personnes prêtes à échanger un savoir commun

Eneas laissa un sourire qui en disait long sur ce qu'il pensait. Il parlait d'eux bien évidemment... De qui d'autres sinon? ... Eneas était fier de cette rencontre et cela se voyait dans ces yeux brillants. L'océan qui était en lui restait inoffensif, permettant à son "ami" d'acceder à ses eaux. Le jeune élève se rassit alors en face du préfet puis il lui tendit la main, attendant que celui ci la serre. Aprés une sorte d'étincelle qui put se lire dans son regard, Eneas prononça d'une voix douce et chaleureuse

- Je suis de même ravi de faire ta connaissance mon cher Préfet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Resnald
Elève modèle
Mark Resnald

Nombre de messages : 635
Age : 33
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13701
Date d'inscription : 01/03/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyDim 19 Aoû 2007 - 16:56

La couleur Vert et Argent.

La couleur de l'Espoir et le métal précieux et froid, sans aucune chaleur, représentait le Blason de Salazar Serpentard. Tout ceci agrémenté d'un Serpent en son centre. Le Serpent, l'animal vindicatif par excellence.
Pugnace, rancunier qui aime distiller son venin dans l'esprit d'autres personnes jusqu'à les anéantir par leur méchanceté. Mark en a un bien présent sous son poignet gauche. L'Orobouros, le Serpent qui sempiternellement se dévorera toujours la queue. Mais le sixième année en est un aussi, de Serpent aux écailles rutilantes qui est fier de sa Maison.
Comme jamais, il ne l'eut servie. Mais il n'en reste qu'il n'est qu'un pâle reflet de ce qu'il est vraiment. Il y reste tout de même une parcelle d'humanité. Puis les Serpentard n'en restent pas moins les plus tourmentés. Oui, ils sont si durs à cerner. On ne le peut, même entre eux, ils ne savent point s'écouter. ils préfèrent ne rien dire et rester cloîtrés dans leur douleur.
Mark est bien un Serpentard pour cela. Il n'accorde que très peu de Confiance et encore moins distiller des paroles remplies d'Amour à quiconque. Purdey les possède néanmoins. Mais c'est différent, il en est amoureux depusi sa première année.
Il devait et préférait se taire, elles en profitaient pour sortir avec des garçons de sa propre Maison, mais il préférait ne pas s'en mêler. Il n'était qu'Ombre parmi les ombres. C'était presque un suicide de démontrer qu'il existe. Alors il tentait de se résigner, d'oublier jusqu'au visage de celle qu'il aime ... Mais il ne le pouvait. Or, quand il déambulait dans les couloirs, il cachait tout par son Masque agaçant de fierté.
Elle ne le voyait pas et c'était tant mieux. Il en souffrait mais tant pis. Elle était mieux avec les autres élèves. Nombre de fois, il fut complimenté pour son regard doré et sa fine carrure légèrement musclée. Mais son Esprit n'était contaminé que par un seul être ...

Mais maintenant....

Il y en avait une autre de personne. Si douloureuse qu'elle lui entamait le peu d'Esprit lucide qu'il lui restait présentement. Il ne préférait pas y penser, mais il ne le pouvait. Il voulait ranger d'un côté au plus profond de son cerveau, ce geste iconsidéré. Ce simple baiser qu'il l'avait conduit sur des sentiers de perdition. Durant les vacances, c'était resté ancré.
Et cela n'en démordrait pas. Pourquoi lui, le Serpentard devenu Préfet, en plus de ce poste doit souffrir encore plus ? Peut-être que ça lui est destiné après tout. Il se mettra toujours à courir derrière le Bonheur sans jamais le rattraper. Puis les Anges déchus tout comme lui, ne l'atteignent qu'en rêves. Il aimerait toucher une fois, avec ses mains pourvues de gants, le sentiment d'aimer et d'être aimé en retour. On le lui a exaucé.
Il est doublement heureux avec la belle Vipère de Serpentard, il se saignerait pour elle si elle le lui demandait. Mais ... Il y avait toujours ce "mais". Désormais on pouvait mettre un patronyme sur cette conjonction de coordination : Casey Call. Il ne devrait pas s'en soucier. Mais il n'y peut rien. C'est un adolescent qui se cherche mais peut-être qui ne se trouvera jamais. Il a sa place ? Il l'a obtenue à coups d'efforts répétés et souffreteux. Mais il l'a eue.
Mais tout n'est que superfiacilité, pour bien se faire voir. Pour n'être qu'un fichu automate sans aucune raison valable de penser. Par moments, Mark aimerait s'évader. Il l'a fait quand il s'est rendu au Lac Noir. Mais il ne savait pas qu'il allait y avoir des tumultes qui l'anéantiraient petit à petit. Et l'effondrerait tel un château de cartes. Eneas aurait pu y souffler dessus... Ah Eneas, Mark sentait qu'il se passait un truc, une complicité débordante. Quelque chose d'irréel.
D'étrange même. De surnaturel. En un mot : d'unique. Mais il sentait qu'il pouvait se confier, montrer ses états d'âme. Mais pas encore, il devait garder son mystère de Préfet. Puis Mark n'aime pas se dévoiler. Il se rappelait ce qui lui était arrivé. Il s'était fait avoir et ça le minait.
Mais l'Anglais assis en face de lui avec son regard océan l'intimait du contraire. Un espèce de double, de confident. De "frère" .... Mark se refusa sourdement à cette idée saugrenue. Ils n'avaient jamais grandi ensemble et ne s'étaient jamais parlé, alors pourquoi "frère" ? Tout ça parce qu'il en recherche un ? Non, il recherche un ami....
Non, le Préfet devait faire taire ses murmures incessants. Ses désideratas. Mais il ne pouvait nier que l'Alchimie était bien trop présente entre les deux jeunes membres de l'illustre Salazar Serpentard. Le sixième année aux yeux dorés, ne s'entend donc qu'avec des entités de sa propre Maison ? Bien probable. Les autres, il les étudie à sa guise, perché sur la branche d'un arbre. La plus haute.
C'est marrant comme le Blason influe sur la raison de l'individu qui le porte.

Casey Call avait raison.

Il est certain qu'Eneas Penn et Mark Resnald auront plein de choses à se divulguer par le futur de cette entrevue. L'Héritier BloodDust d'habitude si cynique et qui fuit justement la compagnie, la recherchait en ce moment même. L'effet cousin de Charlotte Leonhart peut-être ? Non ! Il ne devait pas coller une stupide étiquette sur ce jeune homme. Certes il était le cousin de sa collègue et renommée Préfète, mais il était humain avant tout.
Alors, il le connaîtrait en profondeur, il venait de se le promettre. Une promesse silencieuse, comme un serment d'allégeance envers Eneas, sans que ce dernier ne le sache. Il l'aidera quand ça n'ira pas. Qu'on ne lui demande pas pourquoi, il le fera c'est tout. C'est comme ça. Petite claque mentale face à cette pensée étrange. Il était heureux. Hormis le fait qu'il soit de cette trempe de Vert et Argent, il dédierait un autel à la Bibliothécaire qui brillait de par son abscence.
Tant mieux d'ailleurs. Ils étaient en terrain conquis et rien d'autre n'importait désormais. Ils avaient crée cette ambiance rien qu'à eux et ils sauraient la préserver. Ce moment n'appartenait qu'à eux et à eux seuls. Mark serait certain de se porter garant face à lui. Puis la découverte d'Eneas, c'était un Joyau d'un autre Temps. Le cousin de Charlotte était vraiment intéressant et il surenchérissait sur la Mythologie Moldue.
Large sourire du Préfet, tout n'était que placidité, disparition d'animosité. L'ambiance était si propice aux confidences. Mark était à l'aise sur la chaise qui devait en avoir vu des étudiants de Poudlard.


- Nombre d'Histoires moldues ne sont que tragédies. De toute manière, tout se rapproche de la Réalité. Les Humains, nous avons besoin d'attaches et le pauvre Anquise en est un exemple probant. Enfin, je m'enlise et tu ne comprends plus rien, c'est donc ça ?

Eclat de rire du Préfet. Ah mais des fois, il ne pige pas le quart de ce qu'il peut pondre en la présence de personnes. Ah vilain miroir qui lui renvoie l'image d'Eneas en pleine figure. Saleté de double, mais Bonheur intense tout de même. Mark avait fait son curieux, mais la phrase d'Eneas, plutôt la question était dénuée de toute intention malsaine. Se revoir, lui aussi l'avait compris. Puis le Préfet serait là.
Quitte à en être si exclusif. Il avait senti ce sous-entendu caché. Cette vérité fébrile derrière cette simple question. Les yeux dorés étaient teintés d'une lueur malicieuse et ce grand sourire comprimait toutes les lèvres mates. Il avait deviné.


- Nous serons amenés à nous revoir Penn. Souvent même. Mais tu viens d'emettre une question ma foi réthorique. J'espère là encore que tu vivras longtemps auprès de ma personne. Pas dans l'ombre, mais dans la place qu'il t'ait doté d'avoir. Eneas.

Une déclaration. C'était voulu non ? Ah il faisait vraiment bon de rencontrer une personne dotée d'une même âme. Une âme soeur ? Oui c'était cela. Pas amoureuse évidemment, mais amicale, exclusive, unique. A cet instant Mark savait qu'il ne s'entendrait qu'avec lui et aucune place pour les remplaçants au poste d'amis.
Non, il n'y aurait qu'Eneas Penn. Le regard doré voulait lui faire comprendre ceci. Un regard déterminé agreménté d'un délicat sourire. Ah le ton absent, il ne le connaissait que trop bien. Lui même l'employait à défaut d'un autre, mais il lui était adressé. Mark reprit de sa voix habituelle, grave et chantante. Généralement il la troque contre ce venin qu'il insuffle dans les veines de ses interlocuteurs.


- Je ne peux le nier. Oui, ma foi ça aide aux confidences intimes sur des êtres qui ne se connaissaient ni d'Adam ni d'Eve. Mais qui veulent tenter d'imprégner leur marque chacun à leur manière.

Le Préfet rendit le sourire à son interlocuteur. Il voyait poindre dans les yeux océans les prémices d'une Joie intense provoquée par Mark lui-même. Il est vrai qu'Eneas s'était levé, mais étant bercé dans une autre sphère, Mark n'avait rien remarqué. Il n'était obnibulé que par un seul point d'encrage. Eneas Penn en personne. Quel prodige ! Attirer l'attention du jeune Préfet relevait de l'abhérration et de l'irréel. Eenas pouvait en être fier. Il l'était et Mark Resnald le sentait.
D'ailleurs il venait de lui tendre la main. Un geste d'abolition des barrières et des contraintes et une pénétration dans l'espace vital de chacun. Mark n'hésita que sur une seule chose : lui serrer la main avec ses gants ... Souriant pour lui-même, il allait passer outre et quitter l'un d'entre eux pour une fraction de seconde. Juste pour découvrir la sensation qu'une peau douce et chaleureuse pouvait procurer.
Mystérieusement, il retira l'un de ses étaux noirs pour offrir l'une de ses mains fines et mates sans imperfections. Et de serrer amicalement cette main tendue. Main qu'il était heureux de serrer. Un étrange contact, mais un contact quand même.
La poignée de main finie, il se remit à cacher cette main sous ce rideau de cuir noir.


- Ton cher Préfet ? Ote ce titre qui ne veut rien dire devant. Il est tout juste honorifique. Appelle-moi Mark. Je pense qu'on est du même avis tout les deux. Et je le clame pour nous deux : notre sang étrange de Serpentard ne nous fait pas dire nos Sentiments mais ....

* Tu es important *


C'était vrai. Et en plus il venait de poser sa besace remplie de trucs et de machins hétéroclites sur le siège à côté de lui. Mark ne voulait pas être dérangé. C'était indéniable. Certes personne ne s'était encore présenté, mais sait-on jamais.
Puis reprenant aussi naturellement que s'il le connaissait depuis toujours :


- Dis moi, tu rattrapes tes cours non ? Je peux t'aider si tu veux, même si mon assuidité n'a pas été trop prouvée l'année dernière. Ahem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
Eneas Penn

Nombre de messages : 186
Age : 29
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13197
Date d'inscription : 10/08/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyDim 26 Aoû 2007 - 16:13

Difficile de s'attacher à une personne. Eneas contrairement à Mark n'avait même jamais donner son coeur à une jeune fille comme lui pour Purdey malgré sa soit disant indifférence auprés des gens qui l'entouraient. Jamais personne ne l'avait ému au point de confier sa propre vie. Il était peut-être entouré de sa mère et autrefois de sa cousine, mais il avait toujours été seul véritablement. Il n'avait jamais connu une moitié de lui même et esperait ne jamais la rencontrer. Car si la vie l'amenait à rencontrer ce double, il serait conduit à être mis à nu, dévoilé aux yeux de celui ci. Or jamais il n'avait été dénudé, exposé et démasqué par un simple regard ou par l'existence d'un être. C'était simple, il voulait seulement être indépendant et libre. Eneas était un jeune homme rempli de ressources mais justement il avait la possibilité d'observer et de juger sans avoir une quelconque influence. Même quand Charlotte avait été trés proche de lui, Eneas ne s'était jamais confié au point de mettre en avant ses sentiments douloureux qu'engendrait la maladie de sa mère, ou même l'existence de ses rêves prémonitoires et encore moins la place importante que sa cousine gardait dans son coeur. Pourtant il était là pour elle. A chaque faiblesse, il était présent comme un gardien des jardins secrets. Voilà la raison. C'était lui qui arrivait à divulguer la pudeur et les non-dits de ses proches... Non l'inverse. C'était à lui qu'on confiait sa vie et ... Non le contraire. A présent celle ci s'était éloignée de son plein grès mais une chose était sûre, elle n'osait plus le regarder dans les yeux car la prefete était assez intelligente pour savoir que son cousin lirait en elle comme dans un livre ouvert. Il la connaissait trop bien... Qui donc était le plus sûr de soi à présent? Le plus "rusé"? Il est vrai que le fait d'avoir des rêves prémonitoires lui facilitait la tâche. Lui seul pouvait ainsi connaître les mystères de l'avenir... Du moins certains mystères. Bon je vous l'accorde, pour le moment ces rêves avaient tous un rapport avec lui ou une personne de son entourage mais qui sait? Si dans l'avenir, il arriverait à mieux les maitriser?

Etait-ce parce qu'il se trouvait à Serpentard que ce jeune élève restait discret sur sa personnalité? Aurait-il été différent s'il avait atterri dans une autre maison, notamment Serdaigle? Sûrement pas ! Du moins, ce que confiaient les pensées du jeune Eneas. Serpentard certes influençait beaucoup sur les opinions et les manières d'être mais la personnalité en elle même... elle ne changeait pas. On pouvait évoluer comme se dénigrer... Mais la base de nos caractères était toujours présente. D'ailleurs une chose devait être éclaircie... Le choixpeau choisissait la maison de l'individu en fonction de sa personnalité et non inversement... Si Mark et Eneas se retrouvaient à présent à Serpentard, c'était qu'au fond, leurs temperaments l'avaient choisi. Un choix, aussi simple que cela...
Serpentard les enchainait qu'aprés leur avoir donné une étiquette. C'était de leurs devoirs, à eux de se montrer plus forts et plus rusés que leur propre maison. Ici était la vision d'Eneas... Malheureusement à Poudlard, les élèves de cette demeure étaient sûrement les plus influencables malgré ce que l'on pouvait croire. Et c'était une de leur plus grande faiblesse. On pouvait être digne de Salazar Serpentard et posseder sa propre personnalité, une différence qui se faisait de plus en plus rare de nos temps. Eneas ne la possedait peut-être pas mais il essayait d'en arriver à ce stade ... Et par ce simple fait d'essayer, il se sentait fier d'accomplir ce que peu d'élèves voulaient comprendre. Mais peut-être avait-il tout simplement tort? C'était probable aussi. Ainsi pour en revenir au sujet, personne n'arrivait à le dissuader de se fouler dans la masse, dans le moule comme on dit! Personne ne le reprenait dans ses jugements, ses opinions comme ici... Un exemple: Il pouvait parler avec d'autres maisons sans pour autant être réprimander par quelqu'un. Pour lui, l'image que voulait donner sa maison auprés des autres n'était qu'absurdité et niaiserie... Voilà pourquoi Eneas ne voulait pas d'attache par peur justement de changer, d'être influençable. Il n'avait jamais pensé à avoir de vrais amis autour de lui, les connaissances suffisaient. Et il imaginait encore moins avoir de l'Amour dans sa vie. Celle ci aurait totalement changé si il avait donné son coeur à une personne. Cela ne voulait pas dire qu'il n'était pas interessé aux filles... il était déjà sorti avec quelques unes ... Quelques unes mais peu. Et dans toutes ses relations, il s'efforçait à ne jamais s'impliquer entièrement par crainte de perdre son âme solitaire et qui donnait l'apparence d'être impassible.
La solitude lui pesait-elle?... Bien sûr que non! Eneas était assez solide pour garder en lui toute sa souffrance. Il était stable malgré ses conditions familiales. Il était déjà assez mûr.
Evidemment qu'elle pesait lourd! Personne, aucun humain sur cette planète survivrait dans la solitude. La folie le submergerait... Justement n'était-il pas fou de souffrir en silence? N'était-il pas fou de garder tout en lui attendant le moment d'exploser? N'était-il pas fou de rejeter les personnes qui voulaient le découvrir sans le brusquer?

Etait-ce un pas vers la guerison de voir Mark Resnald autre qu'une connaissance? De se promettre de lui donner la chance d'entrer dans sa vie plus qu'en étant une simple personne d'une rencontre au hasard? Sûrement mais Pourquoi lui? Pourquoi Maintenant? A cause d'un rêve prémonitoire qui lui a montré comment agir et se sentir face au préfet? Non! Absolument pas! Eneas ne pouvait s'empecher d'agir de la sorte... Il avait envie que Mark soit plus qu'un élève de sa maison. Il savait certes que Mark allait devenir important dans les jours prochains et qui sait? Dans les années a venir... Mais en dehors de ce fait, Eneas le sentait semblable sur certains points à lui. L'effort qu'il faisait pour ne pas ressembler à ses camarades était flagrant! Et pourtant il était devenu Préfet... N'était-ce pas la preuve qu'il ne fallait pas juger les gens trop vite? Ils étaient parfois bien différents de l'étiquette qu'on pouvait leur imposer. Par exemple, pour Eneas, on le connaissait à présent comme le cousin de la terrible préfete des Serpentards. Pour certains c'était une étiquette plutôt satisfaisante! Connaître le cousin de Charlotte Leonhart, quel honneur! Et pour d'autres, c'était une image bien négative que l'on donnait à ce jeune élève. Mais qu'importe... Il s'en fichait pas mal. C'était une raison de plus pour continuer son chemin sans prêter attention à chaque propos qui le concernait! Il esperait seulement qu'il n'était pas seul à apprécier cette rencontre avec Mark. Mais le préfet lui même avait l'air d'être honoré par sa présence, ce qui était d'autant plus inestimable.

D'ailleurs, il venait tout juste d'enlever le gant d'une de ses mains pour serrer celle d'Eneas. Jamais le jeune Serpentard ne l'avait vu enlever son gant et le voir ôter cela pour lui fut un véritable privilège. Eneas eut largement le temps de regarder sa main sans défaut et ses longs doigts fins... Si longs qu'il ne serait pas surpris d'apprendre son talent de pianiste. Eh oui, Eneas savait reconnaître ce point important... Etant donné que lui même était musicien en quelque sorte. Il jouait de la guitare et savait légèrement se débrouiller au piano à l'aide de sa soeur qui était une excellente pianiste et une joueuse du Quidditch trés douée. Bref, ce n'était pas le sujet voulu alors revenons en à nos sorciers. Le Petit Prince remarqua trés furtivement un tatouage ... mais avait-il bien vu? Il se tut malgré l'envie de faire cette remarque... Il ne voulait en aucun cas rentrer dans les détails ... Surtout si Mark s'efforçait à le cacher. Eneas l'écouta attentivement ... Mark n'avait pas dit clairement la fin de sa phrase mais pourtant, leur entrevue avait donné naissance à une sorte de transmission de pensée. C'était d'autant plus déroutant...


- Tu as raison, "Préfet" n'est juste qu'un titre et rien de plus. Il ne nous donne en aucun cas la définition de ta personne... Mark. Est ce vraiment Serpentard qui t'obstrue à reveler tes sentiments ou est ce simplement toi qui donne raison à notre maison? Tu n'es pas dans l'obligation de me répondre puisque même sans les mots, j'arrive à déceler tes pensées.

Dit-il avec un sourire mystérieux. Le jeune Serpentard regarda la besace de Mark qu'il venait de disposer à ses côtés. Etait-ce un signe? Le signe qu'il venait d'offrir à Eneas toute son estime? Il désirait rester prés de lui comme pour sceller une nouvelle aventure qui se présentait sous forme d' "Amitié" D'ailleurs la déclaration qu'il lui avait dédié il y a quelques secondes, démontrait bien cette évidence. "Dans la place qu'il t'ait doté d'avoir" ... Eneas se devait d'en être fier et se montrer digne de cette attention nouvelle par la suite. Ce qu'il ferait! Il voulait d'abord en revenir sur la réponse de Mark remplie d'ingeniosité concernant le mythe d'Anquise...

- Pour en revenir à notre épisode mythique... Si je ne comprends rien? La réponse est bien trop loin de tes soupçons. Il ne m'est guère difficile de percevoir ce que tu essayes de dire malgré ce que tu peux penser. La mythologie reflete la réalité en l'enrobant par des histoires plaisantes. Malheureusement ... Car il nous assure également qu'il nous est impossible de faire son chemin sans donner une quelconque attention à un être. Ais-je bien compris?

Eneas haussa légerement les épaules en questionnant Mark du regard. Mark n'était tout compte fait pas le seul à pondre des paroles parfois incompréhensibles pour d'autres personnes. C'était une habitude qu'il aimait prendre dans des moments aussi propices que celui ci.
Oui la Mythologie imageait trés bien ce phénomène étrange: Les hommes ne pouvaient s'empecher d'être attachés à une personne, ou un groupe. Mais la Mythologie illustrait aussi la trahison que pouvait engendrer ces attaches. Le danger de s'éprendre sans méfiance... Mais n'était-ce pas ce que les deux jeunes gens faisaient?


- Mais dis moi Mark, n'est ce pas ce que nous sommes en train de faire? Ne sommes nous pas en train d'établir le sens même de l'attachement, de l'attention? En ce lieu précis...

Voilà, il avait enfin placé dans la conversation ce qu'il voulait dire. A présent, ils pouvaient tous deux reprendre un dialogue plus commun. Celui des cours. Eneas fut agréablement touché par le désir de Mark. L'aider à rattraper ce qu'il avait manqué était un bon moyen pour les rapprocher... Mais justement Eneas n'avait plus que la divination à terminer. Et il hésitait par peur que son préfet découvre un de ses secrets et qu'il n'avait encore jamais dévoilé... Il verrait bien comment la suite allait se dérouler. Eneas fit un sourire à la suite des paroles de son camarade

- Ce n'est pas indispensable... Je vois encore que nous avons un point commun concernant l'assuidité. J'avais le devoir de rendre des copies dans toutes les matières pour rattraper mon retard, durant les vacances. Mais il ne me reste plus qu'à terminer la Divination... Je ne pense pas que cela te plairait. D'habitude cette matière est considérée comme trop futile et sans interet auprés des élèves. Or, ce n'est pas mon cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark Resnald
Elève modèle
Mark Resnald

Nombre de messages : 635
Age : 33
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 13701
Date d'inscription : 01/03/2007

:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] EmptyVen 31 Aoû 2007 - 19:44

L'être humain veut toujours se faire aimer, adorer ou encore révérer n'est-il pas ?

Il veut toujours se faire désirer, faire rendre compte aux autres qu'il n'y a que lui dans ce vaste Monde que l'on peut apprécier à sa juste valeur. Qu'il n'y a que lui en ce bas-monde qui peut comprendre les envies et désirs des autres. Qu'il n'y ait que lui qui sache pertinemment ce que les autres ressentent. Ce que les autres ressentent ....
C'est bien la première fois que le Préfet se pose la question. Ce que ressentent les autres ? Il est bien incapable de le dire. Mais il peut ressentir diverses choses, mais il se braque de lui-même et préfère ne point s'occuper des autres. Rester un total égoïste. Un de ceux qui se font haïr pour cette condition. Mark déteste les autres non ? En effet, le jeune Capitaine et Attrapeur des Verts et Argent peut être content d'être un sociopathe accompli.
La vue des autres tend à le revulser tellement qu'il préfère une bonne Aura de Solitude. A rester des heures, allongé dans le Parc à contempler le ciel de ses prunelles dorées mais tant fatiguées. Heureusement que les cernes noirâtres ont disparu de la peau mate. Une peau parfaite. En effet le Préfet a eu le loisir d'en posséder une sans imperfections. Oui, encore heureux qu'il ne possède point ces stigmates de fatigue, l'on pourrait croire qu'il n'est qu'une Ombre parmi les Ombres. N'en est-il pas une après tout ?
Quand le Préfet est malade, il erre tel un ectoplasme dans les couloirs de Poudlard. Seuls les cachots peuvent lui procurer un semblant de fraîcheur.... Le Parc à la nuit tombée ou encore la Grande Salle quand il n'y a plus personne. Que tous partent en d'autres pérégrinations. Mais le meilleur endroit pour rêvasser sur sa condition humaine, c'est la Salle Commune de sa Maison.
Bien fraîche où il peut fermer ses orbes dorées et penser à d'autres lieux et d'autres temps. Il n'est pas souvent dérangé. Mais quand c'est le cas, il préfère se retirer ... C'est comme ça. Comme une peur panique d'être dévoré par les autres. De se sentir étouffé par le poids de personnes dont il n'a cure. Mais dont il doit se rendre compte qu'elles existent et qu'elles ne demeurent pas feux follets à son égard.
Et pourtant, malgré ce dédale de maudites pensées, il sait qu'il donnerait sa Vie si une personne qu'il apprécie farouchement le lui demande.

Mark a un sens du Sacrifice accrû, c'est ce qui causera sa perte ...

Il sait que malgré lui, il ferait tout pour une personne. Qu'elle quelle soit. Juste une seule. Un Ami, une petite amie ou encore un Amant ? Il ne le sait pas encore, mais tout ce qu'il sait, c'est qu'il perdrait face à ce trop plein de Sentiments dont il fait preuve par moments. Mais le sixième année préfère se taire. Rester silencieux sur ce qui le fait tant souffrir et rester digne de sa lignée. Mais après tout, n'est-il pas un humain comme les autres ? A s'écarter des sentiers battus ? A être différent et original face à ses compères ?
A posséder cette singularité qui lui est propre et qui lui restera. Il ne possède qu'un titre honorifique au sein de Poudlard. Mais il reste tel qu'il est. Un individu complexe et solitaire, en perpétuelle quête ... de réponses, qu'il ne trouvera que sur son lit de mort. Car Mark connaît déjà son destin d'Héritier BloodDust. Régenter une dynastie d'une main de Maître. Une main de fer dans un gant de velours. Réhausser l'image ternie de cette dynastie à l'Agonie pour la rendre encore plus belle qu'elle ne fut.
L'encenser, faire en sorte que la descendance soit l'une des meilleures. Qu'on ne réfère qu'à cette dynastie Anglaise. Oui mais .....
Et tout ceci, même si Mark Resnald vend son âme au Malin. Ne l'a t-il pas déja fait quand il est né ? Malgré lui, il sait pertinemment que son Destin est tout tracé.
Rien n'est à exclure que sa Vie n'est qu'un chemin lugubre qu'il devra suivre .... seul.

Il ne peut prendre avec lui les attaches qui le maintiennent sur cette terre. Il a déjà évincé Loevi Leroy, sa propre Cousine de sa Vie, pour qu'elle ne souffre pas. Pour qu'elle l'oublie. Qu'elle le déteste, qu'elle le hait, qu'il sorte de sa Vie. C'est ce qu'il veut au fond de sa propre personne.
Cette Haine et cette Jalousie qu'il porte à ce membre auparavant si adoré de cette famille ne date pas d'hier. Même enfant, il ne pouvait se cacher. Malgré les grands éclats de rire et les jeux avec elle, il possédait toujours ce sentiment étouffé et ce pincement au cœur qui lui faisaient comprendre que tôt ou tard, il ne serait plus dans son Monde de Poésie.
Ce sentiment de n'être qu'un objet enchaîné à un Destin non voulu. De n'être qu'une Marionnette entre les mains d'un Oncle avide de pouvoir. C'est ce qu'est Mark Resnald. Et il le sait. Il n'y a pas d'échappatoire. Patrick Leroy le sait bien lui aussi.
S'il déroge à la règle d'être une ordure de première catégorie, Mark se fait houspiller. Il ne doit posséder que Mépris envers ses congénères, les traitres comme du purin et s'en servir à des fins personnelles. Des finalités de sa propre personne.
Malgré qu'il rejette en bloc tout ceci. Mark sait qu'il l'est.

Il est ce Monstre qu'il tente de cacher aux yeux des autres.

Son grand défaut c'est de s'attacher pourtant. De ne pas être tel un véritable Serpentard. En posséder le fond mais non la forme. Etre ce qu'il est réellement. Et se porter garant d'un sentiment nouveau : l'Amitié, envers Eneas Penn.
Ce jeune homme du même âge que lui ou à quelques mois près, est du même acabit que sa propre personne. Mark le sait si bien, qu'il pourrait en dessiner les contours. Ou faire comme son comparse, le coucher sur le papier. Mais Mark Resnald n'aimerait point que l'on intéragisse dans sa Vie privée et surtout qu'on lui subtilise son journal.
Eneas avait confiance dans le Préfet, car si l'Héritier BloodDust aurait voulu être malsain, il lui aurait subtilisé dès le début du dialogue son Journal et serait parti sans autre forme de procès ....
Mais il y autre chose, cette ambiance, cette atmosphère douce et sereine qui enveloppe les deux jeunes hommes de par sa simplicité. Et se livrer ainsi permet au Préfet de prendre connaissance d'un être formidable.
Aussi torturé que lui, bien que le sixième année aux yeux dorés décroche la palme de ce côté là.
La seule personne qui a vu Mark dans un état de décrépitude atroce, fut Casey Call. Serpentard de 7ème année, qui indubitablement lui fait penser à Sacha de Lansley. Il ne saurait le dire pourquoi. Bien que les deux soient diamétralement opposés. Chez Casey, une note Sachanienne ressort.
Et pour Purdey ?

Elle a capturé son cœur mais pas son Esprit. Il est libre de ses pensées. Mais même son cœur, il peut le partager avec d'autres entités. Eneas en possède une partie. Celle réservée aux grands de ce Monde. Aux grands Hommes si appréciables qu'il faudrait leur dresser un Autel en leur Honneur. C'est trop tard, au bout de quelques minutes, Mark entrevoit déjà le mot "Amitié" pour leur relation.
Le jeune Préfet et Capitaine des Verts et Argent a trouvé une âme sœur parfaite. Il ne parle pas d'Amour non. Mais pour l'Esprit, sa symbiose. Eneas le comprend malgré tout. Et il en est de même pour Mark. Il saurait lui dire ce qui est en train de se passer dans son Esprit à quelques détails près. C'est une Alchimie. Mais il faut un échange équivalent pour tout équilibrer ...
Ne viennent-ils pas tout deux de se rendre compte de leur relation ? De comprendre que l'un et l'autre sont semblables. La Bibliothèque leur a fait grand accueil en étant déserte. Par ce fait, la discussion peut encore évoluer...
Une question vient à l'Esprit du Serpentard. "Pourquoi ne l'ai-je point déniché plus tôt ? C'est une perle si rare ...."
Oh comme il l'apprécie. Il sait qu'il se boufferait la Santé si par malheur, il lui arrivait quelque chose. Mark en deviendrait malade ou encore dément. C'est tellement spécifique cette Alchimie que ça en devient pesant.
Surtout pour le Préfet qui n'est pas habitué.

Et dire qu'il trouve son jumeau dans sa propre Maison. A croire vraiment que Mark Resnald est chauvin et ne jure que par sa Maison. C'est un fait.

Et pourtant ..... Par moments, il en si loin. D'autres pensées, d'autres formes d'appartenance à cette seule Maison qui su l'accueillir dès sa première année. Le Choixpeau ne s'était pas trompé malgré tout. Cette ambition démesurée et ce caractère revêche ont tout fait pour envoyer le Mark en l'antre de Salazar Serpentard. Pour le meilleur mais surtout pour le pire ...
Loevi Leroy trouve qu'il a tant changé en étant chez les Verts et Argent. Peut-être. Mais après tout n'était-il pas déstiné à pénétrer chez les Serpents. Mark est vénimeux. C'est parfait.
Tout comme Eneas, il possède cette capacité de cacher ce si véritable visage. Ce Masque qui se lézarde peu à peu au contact des autres. Jusqu'au jour, où aucune trace ne restera sur le charmant faciès du Serpentard. Mais il préfère garder ce si douloureux mystère ....
Ce qu'il se trouve être réellement, une seule personne le sait : Loevi la Poufsouffle. Préfète elle aussi, mais ceci Mark ne le sait pas.

Et quand il le saura... Vaudrait mieux ne pas être à côté. Encore cette Rivalité et ce fossé, ce ravin entre les deux êtres. C'est seulement le Préfet qui l'élargit par son absence aux côtés de la Jaune et Noir ....

Et il aime cette relation ambigüe : "je t'aime, moi non plus". Je te déteste et je te serre jusqu'à t'étouffer entre mes anneaux. C'est ce qui ressort toujours de leurs altercatoions : Poufsouffle - Serpentard.
Un geste de la part de Mark envers son Ami. Le simple fait d'enlever cet étau de cuir noir et de se dévoiler à Eneas était véritablement important pour ce dernier. Jamais personne, pas même Purdey n'avait vu ce qui se cachait sous l'un des gants .... Les deux dessous des poignets mats possèdent des tatouages. Les yeux dorés voient distinctement les prunelles bleutées se rendre compte de l'existence de ces "horreurs". Mark les abhorre ....
Qu'il ne lui demande point comment il possède ceci. Ce n'était pas encore le moment de le lui dire. Bien qu'il sache qu'il le lui dira un jour très proche. Il lui fait déjà Confiance. Ce geste amical en dit long, Mark l'aurait déjà embrassé le N'Eneas s'il le pouvait ! Mais dans son fort intérieur, il entraperçoit déjà les parties de délire ou encore les mauvais moments. Ils vont s'épauler non ?

Mark avait trouvé son double en la personne d'Eneas Penn.


- Non, "Préfet", n'énonce point qui je suis réellement. Je te l'ai dit c'est juste un titre Eneas. Certes c'est toujours intéressant de le faire valoir auprès des autres. Tu es mon double. Je le ressens et c'est assez spécial. C'est donc que tu peux sentir mes pensées les plus profondes ? Vil Serpent .... C'est étrange, je me sens bien à converser avec toi. Tu m'es similaire sur bien des points Mister Penn.

Large sourire du Préfet qui marquera d'une croix rouge sur son Calendrier cette rencontre inopinée. Non, cette Amitié crée par deux êtres que tout rassemble. Mark l'aime déjà et le principal intéressé doit le savoir au plus profond de lui-même. Mark se remit à sourire de toutes ses dents bien blanches, personne ne parvenait à le comprendre par moments. Même lui, ne se comprenait pas forcément. Alors .....
Ce n'était pas aux autres de le comprendre. Bon, déjà il avait optimisé leur espace pour que personne ne vienne les déranger dans ce moment de pure intimité. Les deux jeunes hommes étaient magnifiquement bien où ils se trouvaient. Le sixième année, n'aurait pu rêver mieux.

- Hm, la Mythologie n'est qu'un travestissement de notre fade Réalité. Tu es perspicace cher Ami, c'est exactement ce que je voulais dire.

Enfin le mot tant désiré, placé dans cette phrase et avec l'appui du regard du Serpentard. Tu t'éprends sans Méfiance Resnald ? Aurais-tu brisé tes barrières infranchissables ?

Oui, je les ai brisées. Peut-être fut-ce trop tôt. Mais c'est le cas.

Tu ferais tout pour lui n'est-ce pas ? Et tu sais qu'au fond de toi tu ne passeras pas une journée sans lui. Tu te damnerais pour sa personne ?

Oui, jusqu'à entrevoir la Porte des Enfers de Dante Alighieri.


- Hm. C'est l'échange équivalent notre attachement. Je te donne ce que je suis, tu me rends la pareille. On obtient sans rien dans la Vie. Surtout pas au niveau des Sentiments, Eneas ...

Ce qui voulait tout dire. Ah un sujet plus d'actualité : les cours. Mark n'était pas un élève du meilleur effet. Et pour un Préfet, ça ne rendait pas bien, surtout vis-à-vis de Severus. Mais bon, on ne peut rien avoir dans la Vie si on ne travaille pas un tant soit peu.
Or Mark était un assez bon élève sans trop se fouler. Que demande le Peuple ? Ce qui fit rire Mark Resnald fut le commentaire sur l'assiduité. Bon les deux Serpentard étaient identiques sur ce point. La Divination ? Mark en connaissait un rayon dessus, enfin il s'endormait rarement dans les cours de la Miss Trelawney.
Cette dernière tournait folle. Mais bon c'est une Professeur.


- Elle n'est pas futile. En aucun cas une matière n'est futile dans Poudlard. Chacune possède ses bons et ses mauvais côtés, comme nous. Mais je vais t'aider pour la Divination Eneas, on verra bien ce que peut produire nos deux cerveaux réunis.


Grand sourire du Markounet qui farfouille dans sa besace noire, et qui sort une Chocogrenouille rescapée. Il la casse en deux et en tend un bout à Eneas.

- Tiens, ce sera la Chocogrenouille de l'Amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=d2Gce9-uQDQ&mode=related&search=
Contenu sponsorisé




:: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty
MessageSujet: Re: :: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]   :: 1 ::  Une affaire personnelle  [ Fin de la rencontre ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
:: 1 :: Une affaire personnelle [ Fin de la rencontre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: La Bibliothèque-
Sauter vers: