Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Monologue de l'Arbre Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 12878
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 24 Juil 2007 - 20:10

Levant au ciel un regard dégoûté, Diane prit garde à ne pas afficher la déception qu'elle ressentait à l'égard de celui que le commun des mrtels considérait encore comme son mari, ne conservant que la colère, froide et saine. Comment osait-il tenir de tels propos. Suffoquée, elle lança sans attendre, d'une voix déformée par la rage:

"Quoi?
Qu'entends-je?
C'est vous qui...?
Comment osez...?
Comment osez-vous?
Vous qui ne prenez plus...
Est-ce moi qui ne fait plus...?
Est-ce moi qui ne prend plus la peine
De sortir, de faire taire les rumeurs,
Rumeurs lancées par des êtres malveillants?
Est-ce, encore, moi qui oublie tous mes devoirs
Envers tous ces gens qui travaillent pour la famille?
Est-ce moi qui engouffre votre rente en plaisirs futiles?"


Se calmer, se calmer... Après tout, ça n'avait jamais été la meilleure façon de lui remettre les pieds sur Terre. Elle se tut un instant, interrompant la ronde des cent pas qu'ele avait entamé en même temps que ces paroles, se tourna vers lui, cherchant son regard:

"Je vous en conjure, je vous en prie, écoutez-moi donc...
Reprenez-vous! Luttez! Ne serait-ce que pour votre santé...."





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11718
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Dim 26 Aoû 2007 - 19:01

~Etrangement alors que Melusine fit son discours, le professeur Alhambra toujours dans la peau de son personnage se rendit compte de son trou de mémoire. Il posa son regard sur le côté de la scène et avança vers ce lieu, comme si cela faisait parti de la pièce. Derrière ce rideau se trouvait Eneas vêtu du même costume, prêt à remplacer Alhambra si il devait y avoir un soucis. Et c'est ce qu'il fit! C'était à son tour de continuer avec l'elève de Gryffondor. Mélusine le regarda en attendant une réponse à ses paroles... Eneas regarda la salle et soupira en son fort interieur. Le Spectacle devait continuer... ~



La Doublure de Palamon continua de chantonner une mélodie fausse. Il écouta d'une oreille distraite sa soit disant femme qui devait l'aimer et le chérir jusqu'à la fin de ses jours. En se souvenant de cela, il eut mal au coeur... Mais rien n'éveilla son interet en écoutant sa plainte pathétique. Quand soudain elle vint le prendre par pitié... Ce fut alors à ce moment qu'il la regarda avec insistance. Plongeant son regard dans celui de Diane, il lui faisait comprendre qu'il n'aimait guère ce qu'elle venait de démontrer. Mais au lieu de lui répondre, il hoqueta sous l'effet de la bière sûrement. Il ne put s'empecher de rire d'une façon burlesque:

Cessez ce comportement précieux
Et votre palabre puérile, voulez vous?

La doublure de Palomon reprit à moitié son sérieux et croisa les bras avant de reporter son regard sur sa femme.

Au derrière de l'hypocrisie, dissimule votre haine!
Cette fausseté remplie de compréhension et d'amour
Ne vous convient guère, ma bonne femme.
Exemptez les moi!

La doublure de Palomon prit une autre bouteuille de bière dans une main, il enleva le bouchon de l'autre puis vint s'accouder sur le bord du canapé. Il prit tout son temps comme à son habitude. Avec un sourire suffisant, il haussa légerement les épaules aprés avoir bu une autre gorgée. Il interrompit d'un geste de la main, Diane qui allait protester. Puis il continua:

Tous divertissements frivoles et rumeurs
Ne partent pas de rien trés chère amie...
Certains devoirs nous sont imposés,
A nous les Chalayat!
Notre nom nous y influence,
tous autant que nous sommes!

Le sourire conquérant de la doublure de Palomon disparut pour faire naitre dans ses yeux bleu une douce colère. Un éclair qui ne pouvait guère échapper à la belle Diane.

Avez-vous oublié les vôtres?!
Vous qui sortez on ne sait où
Qui vous retirez avec on ne sait qui
Alors que la foule attend de vous
Que vous exerciez votre devoir
Votre devoir de femme mariée

La doublure de Palomon avait haussé la voix au fur et à mesure de ses paroles. A présent qu'il avait terminé, son souffle devint plus sacadé. La douleur lui transperçait le coeur. Etait-ce encore sous l'effet de l'alcool? Il détourna son regard un moment donné puis il décida de baisser la tête et grogna dans sa barbe

Elle attend de vous...
Que vous vous occupiez de moi !
De votre "cher mari malade" !

Il releva alors le regard sans totalement relever la tête, pour enfin se concentrer sur les traits fins de sa femme.



~Eneas se sentait enfin dans la peau de son personnage. Il n'avait pas l'habitude d'être violent dans son comportement naturel mais ici, il arrivait trés bien à ressentir les sentiments de son personnage. Tout se traduisait dans le regard qu'il arrivait à exprimer avec facilité... Tout en silence, il attendit la suite ... Il n'existait plus d'Eneas. Il n'y avait que sur scène Palomon et Diane. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 12878
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Lun 27 Aoû 2007 - 18:28

Mélusine cilla devant le rapide changement d'acteurs. C'était peut-être aussi bien... C'était difficile de jouer face à lui. Plus encore que la première fois. Ne pas frémir, ne pas trembler. Oui, même si c'était un vert qui le remplaçait... Mais ce cillement fut le seul "décrochage qu'un public difficile aurait eu à lui reprocher. Elle était encore trop dans le rôle.

Ce mépris. Cette colère. Comment osait-il? Ne se rendait-il pas compte combien il était ridicule, sa bouteille à la main....? Et elle devrait écouter son discours d'ivrogne? Il la connaissait mal. Mais l'avait-il jamais connu? A ce point du discours, Diane s'avança vers son mari, son "cher mari malade", mimant un vague geste de compassion, lui effleurant la joue avant de redevenir dure et froide, s'asseyant tout près de lui, donnant ainsi plus d'impact à ses paroles:


"Comment le pourrais-je alors que vous ne cessez
De crier, de jurer et de me rabrouer?
Vous me parlez de devoir quand cela fait longtemps
Que vous n'honorez plus les votres envers vos gens
Tout autant qu'envers moi...."


Elle se pencha un peu plus vers lui, plongeant ses yeux dans les siens... S'il croyait pouvoir lui échapper...Avec de l'amertume dans la voix, elle continua un ton plus bas:

...................................."Les années ont passé
Et j'ai cessé d'attendre. mes rêves sont morts-nés...
J'ai cessé d'attendre des efforts de votre part.
En ferais-je pour vous s'il n'y a plus d'espoir....
Donner sans recevoir? Un effort? Juste une fois?
Pourquoi... Alors que vous n'en faites plus pour moi?"


Sans le quitter des yeux, elle se leva, reprenant la place qui était la sienne à ses côtés.
Celle d'une étrangère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11718
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 28 Aoû 2007 - 0:25

Alors qu'il ne la quittait pas des yeux, la doublure de Palomon fut surpris de ce petit geste de compassion qu'elle lui offrait. Effleurer sa joue serait-il un moyen de dissuasion face à ce qu'il venait de démontrer? Si Diane croyait pouvoir adoucir la douleur de son mari, elle était bien loin du compte. Mais non... Celle ci avait repris son air froid et distant. Comme elle pouvait être désagréable dans ces conditions! Il eut du mal à accepter qu'elle vienne s'asseoir tout prés de lui, mais à quoi cela avancerait de lui interdire de l'approcher? Elle prit la parole et il fit mine de ne pas la regarder jusqu'au moment où elle se pencha un peu plus vers lui pour attirer son attention. Ce fut donc par obligation qu'il laissa les yeux de sa femme pénetrer aussi intensement dans les siens... Que représentait le sens de ses paroles? Ne décelait-il pas une certaine lamentation dans sa voix?

La Doublure de Palomon en resta muet un instant puis suivit sa femme en se levant à son tour et en se tenant bien droit devant elle... Il haussa les sourcils exagerement :


Dans cette douce éloquence
Que je perçois en silence
Est-ce bien des regrets
Qu'ici, vous m'énoncez?

La Doublure de Palomon ne put s'empecher de grommeler en silence. Cette conversation devenait des plus apitoyante... Voici que sa femme se lamentait!

Ma présence dans votre couche
Vous manque-t-elle tellement ?
Pour que sortent de votre bouche
Tous ces mots plein de sentiments
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 12878
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 28 Aoû 2007 - 20:25

Même de là où elle se trouvait, Diane percevait l'odeur lourde d'une haleine chargée d'alcool. Il n'en fallait pas plus pour ajouter à sa répugnance. Il haussait les sourcils? Les siens se fronçaient. Et ses paroles... Ce qu'il laissait entendre... Une grimace de dégoût. Il lui était difficile de dire ce qui la dégoutait le plus entre son apparence, son ivrognerie et la pensée de retourner un jour dans ses draps...

Mes nuits ne sont que plus belles
Depuis que vous n'êtes pas plus
Dans mes draps le bienvenu
Qu'une épidémie de dragoncelle...


D'un large geste de la main, comme on chasse une mouche innoportune, Diane fit s'envoler ces pensées grotesques et c'est la mine sombre qu'elle conclut:

A vos oreilles ne parviendra
Que le mépris que j'ai pour vous...
Pas de regrets, d'aucun de nous
Et surtout pas de moi...."


Enfin, c'était insensé de sa part d'imaginer autre chose après tout ce qui c'était passé entre eux, après toute ces années. Un rictus déforma le visage de Diane...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Eneas Penn
Elève trouvant ses marques
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 28
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 11718
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 4 Sep 2007 - 13:49

Il était temps que la colère monte. Diane avait dépassé les bornes avec ses paroles. La doublure de Palamon ne put s'empecher de prendre son bras avec force... C'était bien la première fois que son impulsivité allait jusqu'à ce stade. Son regard se durcit... Il savait qu'il lui faisait mal mais qu'importait, il fallait à tout prix qu'elle comprenne qu'elle lui appartenait toujours!

N'oubliez pas votre place à mes côtés ma très chère Dame!
Je ne suis peut-être plus celui que vous avez tant aimer
Mais je reste celui à qui vous vous devez de respecter
Etant encore votre mari, vous êtes toujours ma femme!

Alors que la doublure de Palamon continuait à serrer de ses forces le bras de sa femme, ils entendirent tout deux toquer à la porte. Les sourcils de la doublure de Palamon se froncèrent puis il lacha sa femme avec désinvolture. Il était dans une colère noire peut-être aussi sous l'effet de l'alcool? Qui venait les déranger à cet instant? Il ouvrit la porte et un messager s'excusa en conviant la doublure de Palamon à lire le message qui lui était destiné.


Citation :
Monsieur,

Un duel est à l'ordre du jour à tel endroit, où nous serons tout deux adversaires.
Le prix n'est autre que le coeur de votre femme.
En outre, Celui qui en sera gagnant possedera le coeur de Diane.
Je vous invite à accepter. Tel est votre destin.


La doublure de Palamon ne put s'empecher de rugir d'indignation aprés avoir lu le contenu. Alors comme ça, l'amant de Diane le conviait à un duel... Il osait mettre en prix le coeur de celle ci. C'était une honte! Mais également une belle occasion pour lui faire comprendre qui régnait en ces lieux et surtout dans le coeur de sa femme! C'était sa femme! Et personne d'autre ne pouvait la lui voler...
La doublure de Palamon jeta la lettre au messager. Il en fallait peu pour qu'il le poussa hors de l'entrée. D'une voix trahissant sa frustration, il lui répondit:


Va reporter cela à la personne en question
Et dis lui que j'accepte son invitation!
Ma vengeance n'en sera que belle
Quand la lune deviendra pleine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1651
Age : 33
Maison : Ancienne Gryffondor
Gain de Gallions : 12878
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 4 Sep 2007 - 20:33

Cillant sous la douleur mais refusant de lui montrer à quel point il pouvait encore l'atteindre, Diane garda le silence, un instant, sous l'assaut de son mari. Son mari! Pour le meilleur et pour le pire avait-elle entendu un jour. Dans une autre vie semblait-il... Elle n'avait jamais imaginée que le pire puisse atteindre ce degré. Trop tard pour les regrets semblaient-ils également. Trop tard pour un retour en arrière. De toute façon, aurait-elle pu changer quoi que ce soit...?

Le léger toc-toc à la porte vint les distraire, lui dans sa tirade, elle dans ses réflexions. La lecture du message apporté provoqua un rugissement chez son "mari". Rugissement qui ne réussit même pas à la faire trembler. Que pouvait-il contenir pour le mettre dans cet état? Sans vraiment l'écouter davantage, Diane s'éloigna de lui. Le temps était venu.

Alors qu'il semblait toujours en proie à une rage sans nom, la jeune femme laissa glisser dans sa main son médaillon, l'ouvrit avec précaution, prenant bien garde à n'effleurer en rien son contenu, qu'elle versa délicatement dans une bouteille de vin. Ca n'en serait pas qu'une de plus. Ca serait la dernière. L'apothicaire était resté vague quant aux effets du poison. La mort en était néanmoins la seule issue.


"Vous m'avez tout volé
Ma jeunesse et mes rêves
Trop tard pour une trève
Le voile s'est levé.

Je vous hais de tout mon coeur
Un peu plus à chaque heure
Cause de mon malheur
Je veux que vous le sachiez
Je vous hais comme jamais
Je ne vous aurais aimé..."


La poudre était dissoute. D'un geste lent, plein de dédain, Diane tendit la bouteille à celui qui osait encore se juger un mari. Qu'il y voie ce qu'il veut. Un peu de compassion dans son esprit embrumé. Elle garda le silence pendant qu'il s'en saisissait. Le destin était en marche. Doucement pour elle-même, elle murmura:

"Voici où nous en sommes
Le futur se scelle d'un trait...
Vous qui étiez un homme
N'en avez plus l'aspect...

Qu'importe ce qui m'arrivera
Si j'ai la certitude
Que plus jamais, plus une fois
Avec moi serez rude...
Ainsi s'achèvera
Et de manière violente
Le "il était une fois
Un homme et son amante"
Qui devint sa femme
Et pour son grand malheur
Se rendit compte que la flamme
Ne brûlait pas son coeur...

Adieu, mon cher mari
Que vous engloutisse ma nuit..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com/
Julian Falcon
Adulte
avatar

Nombre de messages : 483
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7eme année
Gain de Gallions : 13461
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 4 Sep 2007 - 21:26

ACTE 3:

"Le duel sous l'arbre rouge!"


Palamon et Marc Antoine se défient du regard. Tout deux sont prêt au duel tant attendu, sous un soleil froid. On entend alors au loin les cris du peuple en colére, le cri des révolutionnaires! En ce jour du 14 juillet 1789, qui verra naître un profond changement des mentalités en France, Diane observe ses deux duellistes pour le moment muet, alors qu'au loin, se tiennent les deux témoins du duel, spectateurs vigilants, du premier et dernier, sang versé.

Hj: Le rideau s'ouvre, dévoilant un décor extérieur au centre duquel se trouve un grand arbre aux feuillages trés rouges.


Dernière édition par le Mar 4 Sep 2007 - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Korinodarkwings.skyblog.com
Julian Falcon
Adulte
avatar

Nombre de messages : 483
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7eme année
Gain de Gallions : 13461
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 4 Sep 2007 - 21:30

Legende:
Diane en rouge
Palamon en vert.

*Elle se met à courir sur l’herbe, aussi vite que les plis de sa longue robe le lui permettent. Elle avait assisté entièrement à la scène de ce sinistre duel, elle l'a vu recevoir le tir mortel sorti d'une arme au bout encore fumant. Il s'était agenouillé et avait commencé à ramper vers l'arbre. Agonisant, il avait fini par s'allonger sur le dos, un bras étendu de tout son long, comme un dernier appel envers elle pour ses ultimes secondes de vie. Et il était toujours là, au même endroit, prés de l’arbre rouge. Il y avait aussi les deux témoins du duel ainsi que l’homme qui avait tué son compagnon, ils se tenaient tous à bonne distance de la scène. Vêtu de noir, les porteurs de corps, qui devaient venir pour l'enterrer attendaient patiemment. Lui était allongé sur le dos, ses habits bleus de soie bougeaient dans la légère brise. Elle s’asseoit à ses cotés et l'observe, il est mort d’une balle comme il est de coutume dans les duels entre gens de nobles familles. Elle commence alors à lui parler doucement…*

" Mon aimé… Je sens tes vêtements sous la paume de mes mains, ton corps inanimé semble figé tout comme ton destin. Toutes ces passions qui m'étaient destinées, se sont éteintes à jamais. Cette balle faite de pur argent, a traversé ton corps comme de l'acier brûlant. La chute de l'être aimé atterrissant sur un sol jonché de feuille, a été un choc dans mon cœur tout comme les vagues sur un écueil. La lassitude des tes flancs, qui plus jamais ne seront animé d'un souffle puissant. Ces bras qui refusent de se mouvoir, cet abandon et face à la mort ce désespoir. Pourquoi ne m'as-tu pas laissé souffrir à ta place, pourquoi ne m'avoir laissé qu'une infime trace? Entre les mains de ce mauvais homme, ce gredin, au moins à l'abri tu aurais été avec les tiens. De ta famille qui t'aime, pourquoi leur as-tu préféré ta vie de bohême? En méritais-je seulement la peine, alors que tant de femmes t'avaient voué leur amour et toute leur haine? Quand dans tes refus, elles avaient laissé leurs courroux exploser a nus. Que bien des maris songeurs et jaloux, se sont recroquevillés à ta vue seulement pour quelques sous…
Oh seigneur, puisse le temps qui passe estomper mes pleurs !"


*Changement de tons, changement de larmes. Celle-ci coule pour la haine. Fini la peine, arrive la rancœur. Et les peines de cœur qui s'estompe, laisse place au coupable bonheur.*

" Mon ennemi… J’ai beau pleuré ta mort, celle ci ne m’attriste pas. Tout ce sang versé non pas a tort, l'à été à cause de ta brutalité, tu ne penses pas? Le poison que j'ai versé dans le but de t'étourdir, te laissant aussi fragile qu'un animal blessé, et cet orgueil que tu tendais si souvent dans un sourire, est le même qui ne t'as pas permis de te rendre compte de notre faux hyménée. Tes lèvres congestionnées, tes membres endoloris, tout ceci était maintenant une nécessité, et heureusement pour moi, tu meurs sans un cri. Sans que la vérité jamais ne sorte d'ici. Sans que les témoins ne comprennent jamais ce qu'il s'est réellement passé. Sans que ma beauté n'ait été flétrit par une seule goutte de ton sang maudit. Quand à ta fortune, que tu as si longtemps laissé de coté, crois-en ce ciel nocturne, que nous irons moi et mon amant la chercher. De tes enfants je prendrais grand soin, lorsque je les emmènerais au couvent, l'un deviendra prêtre, ou forgeron ou manant, que m'importe, et ta fille deviendra sûrement une femme qui se pavane, une vulgaire catin de cette sorte. Les sanglots étoufferont cette femme, a moins que le poison, bien avant, y glisse ses flammes. Ta lignée sera éteinte, je serais vengé dés que la douleur lié a tes coups se sera estompé. Dés que plus une larme sur ma joue aura coulé. Que dans un précipice, on jettera ton corps déterré. Que dans un dernier spasme, enfin tu m'oublies…"

*L'homme se retourne alors, son regard de braise signifiant son retour à la vie. De ses lèvres frémissantes jaillissent alors des paroles, que l'on ressent comme source de colère profonde. Le tonnerre éclate alors et la pluie lave le sang ruisselant.*

" Toi qui m'as aimé, désiré, et qui pleure toutes les larmes empoisonné, de ton cœur malade. De ton cœur de pierre, de ton organe fatal! De celle qui m'a tué, en me regardant souffrir, alors que je renaissais, empoisonnant jusqu'à mes cendres si tu en avais eu le temps et même pire! Toi qui allais jusqu'à essayer de convaincre les personnes qui t'entourent d'une mise en scène funeste. D'un dernier adieu en ma faveur, mais qui sera synonyme pour toi de destitution et tout le reste! Regarde et contemple, que tes yeux attristés voient le reflet de ton futur! Voit le démon qui t'appelle, entends le bruit de ses pas, ses raclures! Tu méritais milles tourments diablesse, il n'y ait pas eu un seul coup que j'ai eu regretté de t'infliger, pas un seul que tu ne m'aies reproché. Entends-tu la musique, c'est le signe épique, de ta fin qui s'annonce, et que maintenant tu te dénonces!"

*Le témoin s'approche alors et tire avec une arme sur l'amant qui attendait au loin. Celui-ci s'écroule, le visage fermé par une douleur rapide. Aucun cri n'est sorti de sa bouche. L'amante se lève alors, stupéfié. Le témoin se précipite vers elle et l'enserre. Le deuxième témoin l'aide aussi. Ses gémissements ne rencontrent que le vide. Son mari se relève, époussetant sa veste et son pantalon de toile. Cette fille coupable se retrouve livré aux cruels sorts d'hommes impitoyables. Et nul ne connaît alors le sort qui l'attend…*

-FIN-


Dernière édition par le Mar 4 Sep 2007 - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Korinodarkwings.skyblog.com
Julian Falcon
Adulte
avatar

Nombre de messages : 483
Age : 32
Maison : Serpentard
Année : 7eme année
Gain de Gallions : 13461
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mar 4 Sep 2007 - 22:18

Salut de la troupe au public.


*Le rideau s'ouvre une nouvelle fois. Cette fois, les acteurs et toute l'équipe s'avancent pour saluer le public*

Remerciement.


*Je m'avance alors avec un mot pour chacun d'entre eux...*

Tout d'abord, je tiens à remercier: (ca n'est pas dans un ordre de préférence, c'est totalement au hasard, car tous et toutes vous m'avez été indispensables, dans toutes vos différentes fonctions Le Théo )

- Melusine McEwan, avance toi un peu vers moi, s'il te plait. J'ai vu en toi une actrice, le phare devant mon bateau couvert de brume, devant tout les mirages de facilité qui se mettaient devant moi. J'ai cru que tout serait facile en effet, et ça ne l'est pas été, mais tu ne m'as jamais déçu, j'ai toujours cru en toi, comme au début, et ça tu le sais, et maintenant qu'on en ait au final, je crois encore plus en toi. Je te le dis tout de go. Merci Melusine, merci milles fois.

- Charly Rasmusson maintenant! Applauddissez notre costumiére! Sans elle, impossible de vétir les acteurs correctement avec de si belles tenues d'époque. Sans parler aussi des décors de la piéce. Je remercie aussi le fait qu'elle soit la costumiére la moins rémunérée de tout Poudlard, néanmoins je lui suis quelque peu redevable tant que je suis élève ici, ce qui me rassure de savoir que je quitte Poudlard dans trés peu de temps.

- Eneas Penn! Je te remercie d'avoir magnifiquement joué ton rôle et d'étre venu remplacer au pied levé le professeur Alhambra, victime d'un trou de mémoire. Tu as joué trés bien le role du mari jaloux, ce qui ne devrait pas, malgré tout, détériorer l'image que tu as auprés des filles...

- Ehlana Kalten! Mon aide dialoguiste préféré, sans elle, je crois que j'aurais craqué dés les premiéres lignes de texte, on lui doit quand meme l'acte 2, ce qui n'est pas rien... Elle a réussi a supporter mes exigences aussi... Bref, je lui rend un grand merci.

- Derek Grogan! La bonne surprise de notre piéce. On n'aurait pas songé une seule seconde en le voyant dans les couloirs de Poudlard, qu'il avait un tel talent. Je pense qu'avec cette pièce, il en aura surpris plus d'un.

- Professeur James Alhambra! Je te remercie du fond du coeur de m'avoir apporté ton aide quand j'en avais besoin et même si cela n'a pas pu être parfait, je t'en remercie quand même Le Théo

-Et Adrian Lawrence! Qui voulait bien participer à ma piéce, mais à cause d'une mauvaise concordance de nos rp, j'ai cru qu'il ne revenait plus sur le forum... Désolé.

- Et enfin je tiens à remercier le public (lecteurs) qui ont bien voulu voir et peut-être même apprécier notre pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Korinodarkwings.skyblog.com
Charly Rasmuson
Adulte
avatar

Nombre de messages : 62
Maison : Serpentard
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 12003
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   Mer 12 Sep 2007 - 15:32

A l'annonce de son nom, comme chacun des techniciens de la troupe, Charly avait fait un pas en avant suivi d'un petit signe de tête et d'un sourire. Sourire qui laissa rapidement place à un regard d'étonnement, puis une fusillade sur la personne de Julian.
Ce regard était sensé le transir. Mais Falcon continuait comme si de rien n'était.
Soit...

A la fin de son long discours pompeux d'éloquence, toute la troupe se donna la main pour un salut collectif. On se redressa, un signe de la main, et l'on sortit de scène. Un rappel, et tous revinrent pour un second salut. Chacun courrait, s'exclamant de bonheur, s'extasiant même du simple fait d'être là, sur scène, pour la première pour nombres d'entre eux.

Mais Charly ne souriait plus. Elle maronnait, ruminait les paroles du metteur en scène alors que cet étrange sentiment s'emparait d'elle: la colère. Le besoin de vengeance, la nécessité d'évacuer son amertume primitive. Elle resta derrière la ligne qui se formait, ce qui semblait préoccuper fort peu de monde. Les dents serrés. La respiration sereine mais le coeur battant. Un noeud dans l'estomac. C'était le bazar à l'intérieur bien que l'extérieur ne laissait rien paraître.
Elle leva sa baguette sur ce gestionnaire pathétique sans reconnaissance, sans coeur, et doté d'un orgueil sur-dimensionner.

Pense:... *1*

Elle leva sa baguette.

Pense: STUPEFIX.

La boule de lumière rouge fut projetée à toute vitesse pour attirer directement sur le sol. Le second jet fut bien meilleur puisse qu'il toucha le dos du gestionnaire de plein fouet. Il commença par se figer sur place sous un soupire de terreur de toute la salle. Puis il s'écroula. Dans le silence inquiétant et sous les regards troublés de plusieurs centaines de spectateurs...

-RRRRRRRRRRAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhh

...Il y eut un grand cri, c'était Charly qui se jetait avec furie sur le corps inerte pour le rouer de coups.





C'est le reste de la troupe qui immobilisa Charly qui proférait des paroles en Russe. Nul ne comprenait, mais ça ressemblait bien à des insultes enragées.

Cette conduite endiablée la mena à L'infirmerie, tout comme son collègue. Elle était attachée, et lui étendu tranquillement. Les vacances venus, Charly continuait d'hurler en Russe quand elle voyait quelqu'un, elle fut naturellement conduite à Sainte Mangouste, alors que Julian s'en était assez vite remis.




-Regardez-le! Ce coq, le buste bombé, la fierté transpire des pores de sa peau, dégouline le long de son dos, imbibe ses vêtements, baigne ses chaussures, dégage une effluve de pourriture. Une pourriture, un déchet qui n'a pas d'âme, c'est ce qu'il est... *1*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Monologue de l'Arbre Rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Monologue de l'Arbre Rouge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Château :: Forum des associations du BDE - Salles disponibles-
Sauter vers: