Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Catharsis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucille Orthosiphon
Personnage Inactif
Lucille Orthosiphon

Nombre de messages : 170
Maison : Serdaigle
Année : 1ère année
Gain de Gallions : 13620
Date d'inscription : 22/03/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Catharsis   Catharsis EmptyLun 23 Avr 2007 - 13:57

" - Protège moi de ta pureté,
Vole à mon secours !

Evince la peine qui
Vandalise mon coeur
Assomme ces démons...
"


ou pas

Debout sur la falaise, une minuscule silhouette bleue implorait le lac. Le lac ou plus précisement ses eaux... Elle leur criait des mots dont le sens premier échappe à la raison, mais dont l'accrostiche permet de mieux comprendre. De quoi parle-t-elle pouvaient se demander les créatures peuplant ce tumultueux empire, et dont l'écho de cette supplique perturbait le sommeil.

Elle se sentait obligé de changer, renoncer à sa propension naturelle à l'insouciance, juste pour faire plaisir à des gens qui se contrefoutaient d'elle. Deux phrases échangées, un regard croisé et sa jeunesse avait sublimé l'amour qu'il lui portait.


" - Pourquoi m'as-tu fais ça ? Tu ne me connaissais pas ! " hurlait depuis la Terre ce petit point humain.

" - Rah, mais faites-la dont taire... " râlèrent en choeur les eaux et l'univers.

" - Eau divine, purge moi de mes erreurs ; je ne voulais pas gagner son coeur, mais j'ai obtenu de la rancoeur... " Dans son chagrin les mots ne venaient qu'en ennéasyllabes...

Soudain, ses souvenirs rejaillirent. Elle avait voulu plaire à un garçon, lui ne l'aimait pas ou si peu... Elle avait fait son possible pour qu'il la remarque mais... Mais elle n'avait rien fait de mieux que se ridiculiser. Pour lui, elle avait voulu être autre, pour elle il n'avait rien fait... Ce néant de propos, qu'elle avait interprêté comme de la haine, et qui peut-être était juste là pour la faire moins souffrir... De vide de mot...Mais comment aurait-elle pu le savoir ? S'il ne lui dit rien elle ne peut deviner...

Si elle ne l'avait pas humilié, si ses mots d'une violence extrême n'avaient pas perturbé le délire de cette jeune fille, jamais, jamais elle n'aurait songé à sauter... Elle dont le prénom est d'une grande beauté, elle dont le visage angélique avait craché des couteaux aiguisés dans le coeur comprimé de la blonde innocente... Et lui, lui qui n'avait pas demandé des excuses à sa vipère adorée, lui qui l'avait laissé agir et même rejointe lorsque par groupe il fallait s'installer...

Ignorait-il qu'à onze ans on confond assez vite une vague affection avec le grand amour ? Celui qui doit durer toujours, grandir un peu plus à chaque instant et dont la finalité est une vie heureuse, joyeuse sans contrainte et sans chagrin... Rentrée dans sa chambre à Serdaigle, Lucille avait oté ses prothèses absurdes, et s'allongeant sur son lit, le rappel de sa stupidité la rendit malheureuse. Faire bonne figure jusque là n'avait pas été compliqué, mais seule face à elle-même et dans le silence, elle se sentit stupide, ridicule... Elle n'en pouvait plus, elle ne voulait pas... Comment les regarder à présent ? Eux, les autres, les élèves, les professeurs... Tous ils devaient savoir ce qu'elle avait fait... Elle pensait passer inapercue dans ce monde insensé, mais hélas la verte préfète l'avait fustigé par ces quelques mots prononcés...

Oubliant la raison, oubliant ses amis, sa famille, la petite blonde se pencha vers le vide, vers cette eau si pure qui n'attendait qu'elle... Il fallait en finir, elle voulait qu'ils l'oublient tous, eux, elle... lui !

" - Non je ne t'aime pas ! Et oui je te hais !! Tu n'avais pas le droit de la laisser faire ça !! " cria-t-elle une fois encore à l'adresse de cet homme qui ne lui avait pourtant rien fait...

Ambiguité d'un sentiment, l'amour et la haine sont si proche. Soeurs jumelles ou soeurs ennemis, le coeur vierge de tout chaos amoureux, Lucille resta perplexe : plonger ou fuir, rester ou partir... Elle s'approche et se penche, du bord du ravin chutent trois pierres mal accrochées. L'enfant recule, s'affole et s'assit...

*Rester, je dois rester... Mais, à quoi bon vouloir leur ressembler ? Pourquoi n'ai-je pas le droit à ma particularité ?*

Et tandis que sur ses joues d'amères larmes virent couler, du lac un calmar géant venait d'immerger. Face à face inquiétant, que fait la jeune enfant ? Elle le regarde et lui sourit : emmène moi dans les profondeurs, pitié ne me laisse pas ici, semblent lui dire les yeux plein de tristesse de la petite gnomesse... Et l'animal étonné d'une telle demande lui répondit par un plongeon... Assise au bord du précipice, Lucille se retrouva mouillée de la tête aux pieds.

Le regard embrumé de la petite Serdaigle recouvra le sourire ; et oui, les yeux savent rire... Alors, elle se leva et pour saluer son nouvel ami laissa le bonheur l'envahir.

" - Encore gros calamar, s'il te plait, encore !! " Elle criait, elle hurlait de nouveau, mais de joie cette fois.

Au fond d'elle, une petite flamme de gaieté se rallumait, curieux car on la sait trempée... Mais, un rien pouvait l'éteindre, un rien... Comme le souvenir de ce cours où... rien...


Dernière édition par le Lun 23 Avr 2007 - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
Terence Orphens

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14697
Date d'inscription : 28/03/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyLun 23 Avr 2007 - 16:28

Il y avait une petite fille qui se baladait. Son masque asthénique recouvrait son expression habituellement si joyeuse. Le Serdaigle de dix-sept ans avait d'abord songé s'approcher d'elle quand il la vit hésiter à prendre son envol. Seules quelques pierres eurent le courage de le faire... du plus discrètement possible, il tenta de gagner plusieurs mètres pour la rejoindre sur la rive du lac noir. La suite ne fut pas sans surprise puisque le Calmar Géant décida de venir effacer le masque d'un jet d'eau qui ramena son sourire à la petite fille. Entre temps, le jeune homme avait réduit l'écart qui la séparait d'elle.

Par une fois, il lui avait été donné de croiser celle qu'il connaissait sous le prénom de Lucille.

"Qu'est-ce qui fait sauter dans le vide les jeunes filles?" se demandait-il en gardant son sang froid, sans annoncer sa présence.

Le rire le rassura. Il n'était point du genre à dramatiser et prenait les hasards comme ils étaient: incontrôlables, inexplicables petits grains de sable qui viennent corrompre le mécanisme des plus grandes machines même les plus affûtées.

Il n'était venu ici que pour prendre l'air. Sans raison particulière. Sans avoir fait quelque chose de génial auparavant, sans compter faire quelque chose d'extraordinaire ensuite. Maintenant qu'il se tenait silencieusement derrière Lucille trempée des pieds à la tête et qui déploya son rire en faisant un rappel à l'acteur Calamar.

Il hésitait encore à faire connaître sa présence.
Il pouvait toujours reculer et la laisser terminer sa journée de petite fille sans qu'elle ne sache jamais qu'il avait été là.
Mais comment être certain par la suite que la dépression avait totalement quitté son esprit?
Quand on grandit, on oublie comme ça a été d'avoir onze ans...
"A quoi je pensais quand j'avais 11 ans? Qu'est-ce qui me faisait sourire, rire? Qu'est-ce qui me rendait triste et qu'est-ce qui m'ennuyait...? Je ne sais plus. J'ai tout oublié."


Terence recula d'un pas, puis d'un autre.
Il fit chemin arrière car quelque part ne pas savoir quoi dire ou quoi faire face à une fille de 6 ans sa cadette lui faisait peur. Déjà qu'il était particulièrement nulle avec celle de son âge....

Un petit morceau de bois qui craqua sous pas se chargea lui-même d'alerter Lucille de sa présence. Dos à la jeune Serdaigle qu'il tentait de fuir, Terence s'arrêta.

"Grillé..."

Il resta là, planté sans oser se retourner pour voir si elle l'avait entendu.

Edit: Dsl. Moi pas comprendre le message d'Eva et comment elle peut ne pas voir un grand Serdaigle comme je suis quelque soit lendroit où elle se trouvait. Cool Le Théo


Catharsis 80757279du2
:: Diplômé de Poudlard ::


Dernière édition par le Lun 23 Avr 2007 - 18:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Donovan
Elève trouvant ses marques
Eva Donovan

Nombre de messages : 106
Age : 29
Maison : Poufsouffle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13575
Date d'inscription : 06/04/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Catharsis   Catharsis EmptyLun 23 Avr 2007 - 17:25

Eva comme à l’ordinaire se baladait dans le parc, elle avait l’impression de s’envoler et de quitter la monotonie de l’école. Dans son esprit, ses idées s’embrouillèrent. Elle pensait à sa sœur, et surtout sur le fait qu’elle n’avait pas eu de nouvelle depuis la lettre adressée par sa mère. Mais aussi à l’attitude de sa meilleure amie, qui était particulièrement bizarre ces derniers temps. A tout cela s’ajoutait sa rencontre avec une jeune fille de Serdaigle du nom de Lucille. Elle avait précipitamment quitté la table de la bibliothèque où elles se trouvaient au cours d’une discussion ou plutôt d’une rencontre. Eva n’avait pas compris ce geste.

Elle marchait tout en se retournant l’esprit quand, soudain elle aperçu une silhouette près du lac. Des cris retentirent, elle décida de s’approcher tout doucement. La surprise s’empara d’Eva, elle aperçue sur le rivage Lucille.

Sur le coup, elle pensait que la jeune Serdaigle observait son reflet dans l’eau ou les animaux qui y vivaient. Mais elle remarqua très vite que l’intension de Lucille n’était pas exactement celle-ci.

Eva ne pouvait pas rester là sans rien faire. Elle n’avait jamais aimer voir les gens malheureux, et elle ne pouvait en aucun cas rester là à voir la misère humaine. Elle décida donc d’intervenir, ne souhaitant pas voir sombrer une élève de l’école devant ses yeux. Elle se mit à courir en direction de Lucille. Elle ne cria pas, de peur de terroriser Lucille ou de l’inciter par sa présence à sauter.

Eva se mit à se dépêcher, elle leva la tête et son regard fut attiré par la silhouette d’un garçon. Il avait l’air assez grand et plus âgé qu’elle, elle ne se rappelait pas de lui, ou plutôt elle ne le connaissait pas. Il marchait lui aussi en direction de Lucille, mais Eva n’arrêta pas sa course pour autant.

Quand elle fut à une dizaine de mètre d’elle, elle remarqua que Lucille s’était reculé du bord, elle avait certainement réfléchit aux conséquences et ne souhaitait plus rencontrer les abîmes du lac. Quelques secondes plus tard, la jeune Serdaigle était trempée du fait que la créature présente dans l’eau avait voulut s’amuser d’elle. Le garçon était toujours posté derrière elle, ne bougeant pas.

Eva toujours en s’approchant aperçue un sourire qui s’affichait sur les lèvres de Lucille.

Eva se rapprocha de Lucille, et mit sa main sur son épaule. Elle dit d’une voix douce :

- J’étais sur l’autre rive, j’ai tout vu. Qu’est ce qui c’est passé ? Qu’est ce qui t’as pris ?

Eva lui adressa un sourire

- Je suis là pour t’aider, si tu veux parler tu peux … Ne t’en fais pas je ne te jugerais pas…

Eva était soulagée, mais aussi inquiète elle ne comprenait pas l’intension de Lucille. Elle ne pouvait pas la laisser repartir sans rien faire ou sans rien dire. Alors elle espérait que celle-ci se confirait et qu’elle ne se braquerait pas.

Eva regarda derrière elle, et remarqua la présence du garçon qui s’était retourné cherchant certainement à dissimuler sa présence. Elle ne lui dit rien, ne savant pas quoi faire dans cette situation…



[Edit: b1 si je t’avais vu mais à la fin ! Mais bon j’ai changé pour pas qu’il y est de malentendu ou de problème !]


Dernière édition par le Mer 25 Avr 2007 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucille Orthosiphon
Personnage Inactif
Lucille Orthosiphon

Nombre de messages : 170
Maison : Serdaigle
Année : 1ère année
Gain de Gallions : 13620
Date d'inscription : 22/03/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyMar 24 Avr 2007 - 15:49

Criant au géant mollusque de répéter sa scène, Lucille laissa ses noires idées dans un coin reclus de son cerveau... Avec l'espoir de ne plus les r'entendre. Jamais elle n'aurait songé, en arrivant au bord du lac, qu'une si grosse bête pouvait lui réchauffer le coeur. Hélas pour la jeune Serdaigle, le calamar préféra rester dans les eaux agîtées par le remous de son saut, plutôt que de le renouveler. Tête penchée vers le précipice, l'insouciante enfant ne prenait gare à ce qui se tramait autour d'elle. De loin, elle était observée... Laissant échapper un discret soupir, elle regarda, rêveuse le reflet du soleil dans l'eau. A nouveau sans personne pour la distraire, elle se laissa aller à ses pensées...

*Rester, c'est ce que j'ai choisi... Et le calamar lui, il part... Mais... Mais...*

Une nouvelle vague de tristesse l'envahit, son visage se figea, elle tenta de chasser cette image de son esprit, tandis qu'à ses côtés une branche craqua. Rien de suspect, pas de quoi l'affoler... Elle ne bougea donc pas, au pire si un animal féroce venait, elle sauterait dans les marées... Ses yeux observaient l'horizon, parfois elle les levait, pour retenir des larmes, les ravaler, rester fière... C'était sa seule issue, son salut, celui de son âme. Ne t'éteint pas petite flamme.

Elle se croyait seule, mais venant derrière elle, elle entendit des bruits de pas. Ami ? Ennemi ? Pas le temps d'y réfléchir, il fallait qu'elle agisse au plus vite, préparer une riposte, une excuse... Non, non, c'est pas ce que vous croyez, j'attendais le rayon vert... Biensur que j'ai toute la journée, mais je voulais la meilleure place... Elle allait se retourner, prononcer sa tirade, quand une main se posa sur son épaule... Une main fine, une main douce, une main de femme, ou plutôt de fille...

La voix ne lui était pas inconnue... Mais qui donc pouvait être cette personne se refusant au jugement ? Ses yeux se tournèrent, c'était la fille de la bibliothèque, celle du jour où les oies migratrices avaient tenté la bleue. Lucille attrapa la main, l'enlèva de son épaule, et fixant de nouveau le lointain répondit d'un voix calme et solennelle :

" - Le jour où l'on s'est rencontré, Eva, j'étais d'humeur joyeuse... Mais, comme tu dois le savoir... Enfin c'est pas grave ! " allait-elle trahir ses émotions.

Elle était si naïve, qu'elle pensait qu'on parlerait d'elle à des lieux à la ronde, de sa bêtise, de sa stupidité... Elle voyait des foules entières rire d'elle, jamais elle n'aurait pu songer que quelqu'un ignora son drame en botanique. Elle préféra ne rien ajouter, après tout d'Eva elle ne savait que le nom, et rien de ses relations. Si elle était son, leur amie, elle irait lui, leur raconter... Il ne fallait pas leur faire ce plaisir, il ne fallait pas qu'ils sachent, sauf si ils doivaient regretter... Mais que peuvent regretter une couleuvre et un... anaconda ?

" - Fuis, détourne-toi de mon chemin fatal ! Hélas sans le vouloir je te ferais du mal ! Tu connais ? C'est de Victor Hugo, un écrivain moldu... Je sais pas pourquoi je pense à ça, j'suis bête parfois ! " expliqua-t-elle à Eva, qui probablement ne comprenait rien à la détresse de Lucille.

Résistant autant que possible à l'envie de pleurer, elle chercha au fond d'elle la force de sourire. Un truc drôle, une idée quelconque, il fallait qu'elle trouve... Mais avant, le plus prudent était de s'éloigner un peu du bord. Elle se retourna donc, et vit une silhouette masculine, non loin de là. Il était grand, il était de dos, il sentait bon le sable chaud mais cette allure, cette attitude ne lui étaient pas inconnues.

*Oh, mais, ne serait-ce pas Sacha... non son ami, Terence...* Elle l'observa mais n'osa parler. *Tu vas lui dire ? Lui parler ? Et lui comment a-t-il réagir ? De Lansley, mon geste, il te blessera ou bien tu l'ignoreras ?*

Il n'était pas face à elle, il cherchait à s'évader, surement. Peut-être n'avait-il rien vu, rien entendu, peut-être qu'il arrivait et voyant Eva ou Lucille il s'était dit qu'il ferait mieux d'aller ailleurs, peut-être que ? En proie au doute, la petite Serdaigle paniqua... Elle ne voulait plus être ridicule. Ne pas pleurer, surtout ne pas pleurer, pas devant lui...

De peur, elle se recula, oubliant que derrière elle le vide l'attendait. Son pied dérape, elle crit... mais ne tombe pas, elle reste sur la falaise surplombant le lac... Elle est allongée, ses jambes dans le vide, ses mains accrochées aux herbes folles qui avaient poussées ça et là. Et, à nouveau, des larmes... De colère, de dépit... Elle frappa le sol de son poing, se blessant légèrement... C'est pas normal, pas juste, elle n'a rien fait de mal, pourquoi les éléments et la destinée s'acharnaient-ils sur elle ?

En équilibre stable au dessus du vide, un simple mouvement du corps la ramènerait sur la terre ferme. Mais, elle se trouva si bien suspendue qu'elle n'osait plus bouger. Elle regardait les deux êtres face à elle : la jaune Eva qui se voulait courtoise, et le bleu Terence dont le dos avait jusque là était un charmant spectacle. Plus bas, dans les eaux calmes du lac, un calmar géant attendait que la petite Lucille lache prise. Le ferait-elle ? Le voulait-elle ? Elle ne savait plus...

Un jour humiliée, le lendemain ridiculisée par des gestes ou des idées absurdes, elle ne trouvait plus d'issue à sa bêtise. Elle pourrait se confier à la brune Eva, mais le vieux Serdaigle était là et pourrait tout entendre... Elle le connaissait si peu, si mal... Il était dans la même maison qu'elle, pourquoi faudrait-il nécessairement qu'il se moque ? Pourquoi alors qu'à son arrivée elle trouvait en tout le monde des qualités, pourquoi ne sentait-elle à présent que de l'hostilité ?

" - Rigole si tu veux Terence, de toute façon maintenant ça m'est égal... " prononca-t-elle à l'encontre du jeune homme. Si elle s'était trompée sur lui, il le lui ferait savoir, sinon elle n'avait qu'à se laisser glisser. L'eau si belle et si pure, l'eau si froide et si cruelle, l'eau symbole de vie... L'eau plus bas serait sa délivrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Leonhart
Administrateur
Charlotte Leonhart

Nombre de messages : 1369
Age : 31
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année - Moon Shadow
Gain de Gallions : 14191
Date d'inscription : 29/10/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyMer 25 Avr 2007 - 0:51

~†~ Il faisait chaud aujourd'hui... Enfin... Plutôt, Charlotte avait chaud. De toute manière, dès que le thermomètre dépassait les 20 degrés, la jeune anglaise avait chaud. Elle serait bien restée à la fraîcheur de la salle commune, mais il y avait trop de monde dans celle-ci. Et Charlotte n'aimait pas la foule. Elle avait fait un petit tour dans les couloirs, mais elle n'avait pas envie de rester dans le château aujourd'hui. Elle ne savait pas, c'était comme ça, il ne fallait pas chercher à comprendre...

Bref, voilà donc notre jeune Serpentard qui avançait d'un pas léger et silencieux vers le Grand Hall. Elle portait un débardeur noir à fines bretelles, dans le décolleté duquel trônait un pendentif : un pentagramme inversé, ains qu'une jupe de mousseline. Des vêtements assez légers pour la saison, c'était sûrement ce que ses parents lui auraient dit. "Ma chérie, tu ne vas pas sortir comme ça ? Tu vas encore être malade ! ". A quoi Charlotte aurait certainement répondu " Mais non maman, ne t'inquiète pas. " Enfin... C'était ce qu'elle aurait répondu avant. A présent, elle ne savait même pas si sa mère aurait osé lui faire la remarque. Leurs relations avaient quelque peu changé depuis qu'elle avait mis un certaine distance avec sa famille...

La jeune brune poussa les portes de l'entrée du château et un petit vent frais vint chatouiller son visage et se glisser dans ses cheveux. Elle entendait d'ici les cris des et les rires des élèves. Peut-être venir au parc n'était pas une si bonne idée au final... Il y aurait des gnomes qui courraient dans tous les sens en hurlant. Il y aurait des couples qui flirteraient, assis sur un banc ou sous un chêne, et qui colleraient sûrement une petite boule dans le ventre de la jeune fille. Non merci, très peu pour elle. Quoique. Il était où Casey ? C'était parfait pour une chasse au Poufserdor là !

Elle balaya les alentours du parc, peut-être qu'il était là à s'ennuyer. Non. Tant pis. Elle ferait son gage plus tard. Les beaux jours ne faisaient que commencer, ils auraient d'autres journées pour faire un Poufserdor. Notre jeune amie se dirigea vers des coins plus calmes du parc, vers le lac donc. Elle vit une silhouette se découper au bord d'une falaise. Première année probablement. Tiens, ce n'était pas la petite Orthosiphon ? Et il y avait une autre élève qui se dirigeait vers la première. Orphens également, à l'écart. Qu'est-ce qui se tramait par là-bas ? Curieuse, elle décida de s'approcher.

Au fur et à mesure qu'elle approchait, un petit sourire sadique se dessinait au coin de ses lèvres. Elle allait s'amuser un peu. Si elle ne pouvait pas faire de Poufserdor, pourquoi ne pas jouer son rôle de Serpentard pleinement ? Et pour cela, elle venait de voir la cible parfaite. Orthosiphon. Ce sale gnome qu'elle avait publiquement humilié en cours de botanique. Elle allait finir le travail... Et puis, la tâche n'en serait que plus simple car, si elle ne se trompait pas, la petite bleue était en pleine dépression et hésitait à sauter de cette falaise. Elle était déjà à terre. Autant l'achever.

Pitié ? Non, pas de pitié. Charlotte ne connaissait pas ce mot. Compassion ? Empathie ? Elle avait été ainsi, avant... Avant cet "événement" dont personne n'était au courant mais qui l'avait pourtant fait totalement changer de caractère. Mais ce temps était révolu... Plus de pitié, plus de coeur. Sauf pour une personne... Une seule et unique personne. Un seul et unique élève pour lequel son coeur n'était pas aussi froid que de la pierre, mais au contraire brûlant d'amour.

Quoiqu'il en soit, la jeune préfète s'approchait des deux silhouettes au bord de la falaise, tandis que le septième année de Serdaigle s'était immobilisé à quelques mètres. Elle n'était plus qu'à quelques mètres maintenant, peut-être trois ou quatre. C'est alors qu'elle entendit un cri et qu'elle vit la petite Orthosiphon chuter, se rattrapant de justesse. Charlotte franchit les derniers mètres qui la séparait des deux filles et elle s'accroupit aussitôt, saisissant la petite blonde aux poignets avec force. Elle ne chercha pourtant pas à la remonter. Non, elle la laissa là, la fixant avec une petite lueur démentielle dans le regard. ~†~


" Va jouer ailleurs Donovan. "

~†~ Sa voix s'était élevée, douce, mielleuse... Dangeureusement calme... Cependant, ce n'était pas parce-qu'elle n'avait pas ramené sa nouvelle petite proie sur la terre ferme qu'elle allait la jeter dans le vide... Tout de même, pas en public ! Si elle avait su que la petite fille s'apprêtait à sauter par sa faute... Et bien cela n'aurait rien changé. Pas de regrets ni de remords. C'était une de ses règles de vie. Si le cours de botanique était à refaire, il se déroulerait exactement de la même façon... Charlotte tenait donc la responsable de son "immaturité" aux poignets, avec assez de force, la fixant d'un air qui n'annonçait rien de bon... ~†~

" Alors Orthosiphon...
Qu'est-ce que tu fais là ?
Tu as fait tomber tes cotons dans le lac ? "



HJ : euh.... Charlotte tient les deux poignets de Lucille, j'sais pas comment Eva pour lui attraper une main, mais bon, c'est pas grave ^^'


Dernière édition par le Mer 25 Avr 2007 - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/CharlotteLeonhart
Eva Donovan
Elève trouvant ses marques
Eva Donovan

Nombre de messages : 106
Age : 29
Maison : Poufsouffle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13575
Date d'inscription : 06/04/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Catharsis   Catharsis EmptyMer 25 Avr 2007 - 13:30

Lucille enleva la main d’Eva de son épaule. Eva voulait aider la petite Serdaigle mais celle-ci ne paraissait pas vouloir qu’on l’aide.

« De quoi tu parles Lucille, je ne sais rien … »

Eva ne comprenait pas l’attitude de la jeune Serdaigle, ni pourquoi elle l’avait repoussé comme cela. Mais Eva savait au fond d’elle que dans des situations où rien ne va on a tendance à repousser toutes les personnes qui souhaitent nous venir en aide. Eva avait à coup sur pour caractère, celui de ne jamais abandonner les choses, elle ne connaissait certes pas Lucille mais avait la volonté de la connaître. Et si pour cela il fallait que la jeune fille la repousse pour plus tard pouvoir l’apprécier, cela ne lui ferrait rien, elle laisserait faire le temps…

- Mais de quoi tu parles Lucille, je ne sais rien ! Je veux juste t’aider moi … lui annonça-t-elle.

Lucille se recula par peur certainement, en oubliant que le vide était derrière elle. Elle s’était retenue au peu d’herbe et à la terre qui restait sur le rivage. Eva voulut intervenir, elle allait attraper l’enfant, et essayer de la sortir de cette situation. Mais au moment où elle allait agir elle fut devancée par une élève de serpentard. Celle-ci elle ne la connaissait pas, pourtant elle avait appeler Eva par son nom de famille. Sur le coup Eva fut surprise, mais elle ne s’arrêta pas aux paroles de cette Serpentard. Elle n’avait d’ordre à obéir de personne, elle n’allait pas se faire traiter de la sorte. Elle ne le souhaitait pas.

Lucille était toujours suspendue, celle qui la retenait n’avait pas l’intention pour le moment de la faire remonter. Un petit geste, et tout s’arrêterait. Eva prit donc les devants, elle s’accroupie à côté de l’élève.

- donne-moi ta main Lucille, je vais t’aider.

Elle pris l’autre main de Lucille, et commença à la remonter sur le rivage. Ce geste pourrait certainement lui coûter cher, mais peu importe, cela elle s’en fichait du moment que Lucille soit en sécurité.

Eva n’avait pas de doute sur cette maison des Serpentard, tous ceux qu’elle avait connus avaient cette haine au fond d’eux, et cette méchanceté. Elle savait aussi que les Poufsouffle n’étaient pas aimés des Serpentard, mais elle ne savait pas le pourquoi de tout cela. Elle le serait peut-être un jour, mais pour le moment, il y avait plus important que des différents entre les maisons …

La grande parlait de coton, Eva ne connaissait pas cette histoire, mais elle se doutait que ceci était la cause de la dépression de Lucille. Elle ne dit rien, tenant toujours la main de l’enfant fermement en essayant de la remonter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
Terence Orphens

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14697
Date d'inscription : 28/03/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyMer 25 Avr 2007 - 16:47

Terence restait dans une sorte d'attente méditative qui prit fin au moment où il entendit une voix féminine intervenir dans son dos. Il s'était ensuite retourné pour considérer en toute quiétude si sa présence était nécessaire, s'il pouvait partir sans se sentir coupable de n'être pas intervenu. Après tout, ces histoires de filles n'étaient pas son problème.

La jeune fille qui venait d'arriver, Eva de Poufsouffle, tendit une main secourable à Lucille qui la repoussa. Il persista à penser que la discussion se terminerait entre jeunes filles amies et que sa présence n'était pas la bienvenue dans ce drame intime. Pourtant, Lucille s'adressa directement à lui, dont la présence avait maintenant été révélée. Elle risqua de tomber à nouveau et la détresse qui avait quitté son masque rieur reprit ses traits et sa douleur.

Le Serdaigle fronça les sourcils sans comprendre réellement de quoi la première année voulait qu'il rie. Rire de sa chute? De sa tristesse? De son impuissance? De sa jeunesse? Des questions qu'elle se posait sans les partager et qui mettaient à présent toutes les personnes en présence dans l'incapacité de la comprendre ou de la soutenir? La jeune Serdaigle pensait-elle réellement qu'ils étaient tous devins, légilimens, psychologues ou qu'on pouvait voir à travers elle comme à travers un cristal fin?

Il se tourna complètement vers Lucille en lui souriant légèrement et avec tendresse car là où sa mémoire le rappela, à onze ans, les plus petits détails prenaient une importance colossale. Ca, il s'en souvenait. Il fit un petit signe négatif du chef pour qu'elle sache que rire n'avait même pas effleuré ses intentions.

"Mais qu'est-ce que je fais-là?" se prit-il à penser.

Et quand Charlotte, armée de toute sa moquerie arriva à son tour en propulsant vers la première année un pic acéré et acerbe sur un private joke dont Terence n'était pas au courant, il comprit peut-être la raison de sa présence ici.

Un équilibre.
Celui qui manquait à Lucille pour ne plus tomber.
Celui qui manquait à Charlotte pour se modérer.
Celui qu'avait Eva en persévérant dans son affection et son soutien.
Celui qu'il donnerait à la situation si Charlotte, l'aînée de ces trois filles, poussait à bout la Serdaigle.

Charlotte s'accroupissait devant Lucille en la tenant aux poignets, puis Eva essaya de s'interposer. Terence s'avança droit vers elles toutes et tendit sa baguette sur la nuque de Charlotte.

"Pour Charlotte, appuyons là où ça fait mal..."

Charlotte Leonhart de Lansley, fit-il placidement en mettant sa main libre dans sa poche et sans savoir encore de quoi elle parlait, comme tu fais preuve d'une grande dextérité verbale quand ta langue n'est pas occupée ailleurs.

Il appuya un peu plus la baguette sur le dos de Charlotte avant de l'écarter d'elle pour la voir se relever:


Relève-toi et lâche-là.

"Et Bouse! Triple bouse! Dé rouillé et Crêpe au pustule!!! Comment j'arrive à me mettre dans des situations pareilles? Je déteste me disputer... herm. Sauf avec Relou."


Catharsis 80757279du2
:: Diplômé de Poudlard ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Leonhart
Administrateur
Charlotte Leonhart

Nombre de messages : 1369
Age : 31
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année - Moon Shadow
Gain de Gallions : 14191
Date d'inscription : 29/10/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyMer 25 Avr 2007 - 23:01

~†~ Charlotte tenait toujours Lucille aux poignets, lui évitant au passage de tomber. Elle était batteuse, elle aurait eu assez de force pour soulever la petite Serdaigle au-dessus d'elle si elle l'avait voulu. D'autant plus que celle-ci n'était pas vraiment très grosse. Elle était même très fine et légère. La Serpentard était peut-être cruelle, froide, impitoyable et tout ce que vous voulez, mais elle n'était pas non plus une criminelle. La seule chose que l'on pourrait lui reprocher était peut-être de serrer un peu trop fort les petits poignets de la bleue. Et encore, ça, seule Lucille pouvait en témoigner...

Bref, la jeune anglaise retenait Lucille, un petit sourire qui en disait long au coin des lèvres, lorsqu'elle vit entrer dans son champ de vision la Poufsouffle, qui vint même s'accroupir à côté d'elle et saisir l'une des mains de la malheureuse. Elle faisait quoi la quatrième année là ? Il lui semblait qu'elle lui avait demandé d'aller jouer ailleurs, non ? Si. A moins qu'elle ne s'appelle pas Donovan ? Si si, c'était bien elle. Comment Charlotte le savait ? Pendant cinq années, elle avait été plus qu'observatrice, et à présent elle était préfète, elle connaissait le nom de la plupart des élèves.

Elle s'apprêta alors à envoyer ballader la Poufsouffle lorsqu'elle sentit une petite pression sur sa nuque. Du bois... Une baguette probablement. La jeune brune se raidit immédiatement, ne lâchant pas pour autant la petite gnome. Une voix s'éleva. Celle d'Orphens. Quoi ? Pardon ? Comment l'avait-il appelée ? Leonhart de Lansley ? Ouais, ça sonnait bien Une grande dex... Mais de quoi il se mêlait lui d'abord ? Elle l'avait appelé ? Elle lui avait adressé la parole ? Non. Qu'il se mêle de ce qui le regardait. Une vague de rage traversa Charlotte, si bien qu'elle serra encore un peu plus fort les poignets de Lucille, ses ongles allant jusqu'à s'enfoncer dans la peau de la petite fille.

Finalement, elle la lâcha, puisqu'Eva la tenait de toute manière, et se releva comme le lui dem... ordonnait Orphens. Faible, il usait de sa baguette. Avait-il peur.... ? Lentement, elle fit volte-face, afin de faire face au jeune homme. Son visage était... Elle était.... Elle ressemblait... Elle ressemblait probablement à un psychopathe. Les traits livides, les yeux assassins dans lesquels brillaient une lueur malfaisante et un petit rictus qui ornait ses lèvres. Elle fixa ainsi le septième année durant quelques secondes, étrangement silencieuse et immobile. Finalement, elle prit la parole, d'une voix suave et douceureuse... ~†~


" Ce que je fais avec ma langue ne regarde que moi Orphens. Mêle-toi de tes affaires.
D'ailleurs, si j'étais toi, je surveillerai ma copine. J'en connais certains qui lui tournent autour, peut-être un peu trop...

Tu comptes faire quoi avec ta baguette ? Me lancer un sort ? Vas-y, je suis désarmée.
Mais, personnellement, je ne suis pas sûre que ta maison ait besoin de perdre des points... Elle a assez baissé dans le classement comme ça, il me semble... "


~†~ Elle ponctua sa phrase d'un petit sourire vide, avant de se tourner vers Eva qui avait bien du mal à remonter Orthosiphon. Elle allait y arriver ou pas ? Il n'y avait pourtant rien de bien sorcier à faire revenir sur la terre ferme un gnome... Dans la famille pas-dégourdie de Poufsouffle, je voudrais Eva Donovan. Humpf.... Elle se désintéressa de Terence, se moquant pas mal de sa baguette pointée sur elle, et reporta son attention sur la petite bleue. Elle retrouva son petit sourire carnassier et prédateur. Elle n'allait en faire qu'une bouchée. Oh, il était où là Casey ?! Elle allait marquer au moins 10 points ! ~†~

" Alors Orthosiphon, qu'est-ce que tu faisais là, au bord de ce précipice ?
Tu avais envie de faire un petit plongeon ? Sais-tu nager au moins ?
Tu peux l'avouer tu sais, moi je suis persuadée que tu as fait tomber tes cotons et que tu voulais plonger pour aller les chercher.
Je me trompe peut-être ?
Je suis sûre que non.
Mais, si c'était le cas, que faisais-tu ? Tu comptais sauter ? Pourquoi ? Tu espérais que quelqu'un te rattrape ?
Cela n'aurait été ni moi ni... Sacha. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/CharlotteLeonhart
Lucille Orthosiphon
Personnage Inactif
Lucille Orthosiphon

Nombre de messages : 170
Maison : Serdaigle
Année : 1ère année
Gain de Gallions : 13620
Date d'inscription : 22/03/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyJeu 26 Avr 2007 - 17:34

Manquant de justesse une chute, qui lui aurait permis de rejoindre son ami le calmar géant, Lucille avait apostrophé Terence, sous prétexte qu'il cotoyait l'objet de ses tourments. Encore que, rien n'était moins sur, jamais elle n'avait entendu l'un ou l'autre se jurer amour et fidélité... Cependant, dans sa détresse, elle était prête à croire tout et n'importe quoi, du moment qu'on la laisse pleurer en paix. Lucille donc, voyant en ce jeune garçon un ennemi potentiel, avait présumé de sa réaction, qu'elle voulait violente, ou moqueuse. D'ailleurs, qui ne se moquerait pas de l'infortunée demoiselle, les jambes pendant dans le vide et les yeux pleins de larmes. Qui ? Surement pas Charlotte... Celle par qui le scandale était arrivé, celle qui n'avait su retenir sa langue en cours de botanique, celle qui en deux secondes avait anéantit les illusions de la pauvre petite aiglonne... Celle qui du bout de l'horizon arrivait d'un pas joyeux...

Etre vil et sans pitié, Charlotte, préfète de son état, la dernière personne que Lucille aurait souhaité voir un jour comme celui-ci, ne trouva rien de mieux pour se faire remarquer que d'attraper les frêles poignets d'une enfant au bord du gouffre. Sourire aux lèvres, elle demanda mièvrement à sa nouvelle proie ce qu'elle faisait si proche du vide, sans son coton... Coton, le mot résonna dans les oreilles de Lucille comme une insulte dont même le plus infâme troll ne se serait remis... Coton, comment pouvait-elle encore parler de ça... Coton, pouquoi voulait-elle lui faire si mal ? Sacha n'était pas là, Eva ne savait pas de quoi elles parlaient, et Terence... Terence lui était encore dans son coin. Par soucis de protection, la Poufsouffle s'était approché du bord, et avait tendu une main secourable à la petite bleue. Eva la tirait vers l'avant, tandis que Lucille, elle, espérait toucher le fond du lac. Devant Charlotte, le coté infantile, grotesque, ridicule de sa situation, donna à la Serdaigle davantage envie d'en finir que de continuer. Levant les yeux vers celle qui entravait ses poignets, elle pensa, entre deux sanglots, des mots qui n'osaient sortir de son esprit...

*Comment tu peux parler de choses que tu ignores ? Harpie sans coeur... Arrête de m'embeter, je t'ai rien fait moi... Reste pas ici... Laisse-moi tranquille, tu me connais pas, t'as pas le droit de me faire ça... On t'a pas appris les bonnes manières ? T'as pas reçu d'éducation ? Tu sais peut-être même pas ce que ça veut dire... Et puis même, c'est pas un spectacle pour toi, je suis pas ton gnome, je suis pas là pour t'amuser... Pars, lache moi, laisse moi, tu me fais mal ! Aimer, compatir, personne ne te l'a appris non plus ? Sinon, tu n'agirais pas comme ça, pas avec moi... Tu insistes pour quoi ? On va pas te dire que tu as raison, tu sais... Ils sont gentils eux...* Ses yeux se tournaient à présent vers les pieds de Terence, qui au même instant dégainait sa baguette...

Homme de la situation, ou d'expérience, il avait su garder son calme ; et plutôt que de tirer sur le corps de Lucille comme s'il était de chiffon, il se lança dans une harangue menaçante, visant la préfète. Il osa dire à Charlotte qu'elle se trompait... Qu'elle ne devait pas s'acharner, que... Et la verte demoiselle semblait être touchée par les propos du jeune homme, ses mains serraient de plus en plus les poignets meurtris de la fillette, qui mettait toute la force dont elle pouvait faire preuve pour se défaire de cette emprise... Terence demanda à la Serpentard de lâcher son "jouet" dont la main, que ne tenait pas Eva, commençait à saigner...

Alors que rien ne semblait l'atteindre, Charlotte écouta le jeune homme, tout en lui lançant quelques reproches : il attaque une fille sans défense, elle fait ce qu'elle veut de sa langue... Et comme elle possèdait un rien de pouvoir au sein de l'école, elle pourrait ôter à la maison des aigles les quelques points qui lui restait pour ne pas se retrouver dernière... Décidement, la diablesse verte ne redoutait rien, ni personne... Quoi qu'on lui dise, elle trouvait une réplique, quoi qu'on lui fasse, elle savait riposter... Terence aurait-il des problèmes de coeur ? Bah, ce n'était pas le lieu ni l'endroit pour s'en mêler... Mais dans la soif vengeresse de la future (peut-être) madame de Lansley, que venait faire Lucille, qu'est-ce qu'elle avait pu lui faire ? Certes son comportement et ses vêtements, en cours de botanique, avaient prêté à la moquerie, mais quel besoin avait-elle de continuer ainsi ?

Ne sachant quoi dire, ou quoi faire, Lucille laissa Eva la ramener sur terre, tant bien que mal, la remerciant au passage. Debout, face au lac, elle se frotta les poignets, la marque des ongles de Charlotte était encore présente, et quelques perles de sang colorait par endroit les bras de la fillette. Rien de bien grave, pas de quoi pleurer, plus maintenant, pas tant que la grande était là, il ne fallait surtout pas lui faire se plaisir... Elle se retourna, cherchant un truc intelligent à dire... Elle essaya de cacher son inexistente poitrine, personne n'était dupe, mais bon il fallait bien tenter quelque chose...


" - Calamar, vient me chercher, me laisse pas avec elle, s'il te plait..." murmura-t-elle en faisant quelques pas en avant.

Et toi, Eau, toi qui a le pouvoir de soigner les blessures de l'âme, pourquoi tardes-tu à emporter avec toi la minuscule silhouette bleue qui quelques instants plus tôt implorait ton aide, pourquoi as-tu laissé arriver auprès de toi, d'elle, l'unique personne qu'elle ne voulait pas voir... Pourquoi elle, pourquoi pas Sacha ?


Trop tard pour espérer son départ... Charlotte en avait trop dit, trop fait pour partir sans un dernier coup de poignard. S'acharnant sur sa victime, elle lui demanda où étaient ses cotons, encore... La tentative de cacher cette partie de son corps n'avaitt semble-t-il pas marché... Mais, quel mal y avait-il à se féminiser ? N'avait-elle pas elle aussi tenté de se déguiser, pour... Séduire, Lucille voulait le séduire, lui plaire, même si elle refusait de l'admettre, c'était le mot, ce mot coupable de sa détresse... Si elle n'avait voulu plaire à Sacha, jamais elle n'aurait fait ça, jamais Charlotte ne lui aurait reproché, jamais elle ne seraitt debout au bord d'une falaise, attendant qu'un vent violent, ou qu'un mollusque gigantesque viennent la propulser au fond du lac glacé... Manque de courage, elle n'avait pas la force de sauter... Mais Charlotte continuai de parler... Personne ne viendrait l'aider, qu'elle disait, pas elle et ni même... Sacha !

En entendant ce nom si cher à son coeur; elle fut prise d'une crise de rage, et brandissant son poing en direction de la brune préfète, elle recouvra la parole...

" - SACHA ???? JE m'en fous de lui, c'est pas mon problème, il fait ce qu'il veut de ses nuits, surtout s'il les passe loin de toi... T 'as peur de quoi pour être si cruelle envers moi ? AIME le si ça te chante, ca m'est égal... AIDE le à retrouver sa liberté... MOI, de vos amours je m'en moque !!! " cria Lucille, sans trop savoir pourquoi elle s'énervait.

Oubliant Terence, oubliant Eva, elle n'avait d'yeux que pour Charlotte... Elle voulait qu'elle souffre, elle voulait qu'elle pleure, mais elle ne savait comment s'y prendre... Un mot, un geste... Et si... Et si elle la poussait dans le vide avec elle, si elle lui prenait la main et tirait si fort qu'elle tombe... Si...

Seul problème... Lucille faisait bien une tête de moins que sa rivale, et n'avait jusque là rien connu des malheurs de la vie. Comment pourrait-elle se montrer crédible, se rendre effrayante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terence Orphens
Adulte
Terence Orphens

Nombre de messages : 536
Maison : Serdaigle
Année : 7ème année
Gain de Gallions : 14697
Date d'inscription : 28/03/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyJeu 26 Avr 2007 - 23:28

"Gniii? Qui c'est qui tourne autour de Dragon?"

"Mais non, Terence, du calme. Elle te fait marcher, nom d'une bouse concentre-toi espèce de troll. T'as une gamine suicidaire et une Serpentard psychopathe, tu pourrais pas mettre ta vie sentimentale de côté?"

"Ah ouais. C'est vrai."

star


En faisant très vite le calcul des points à perdre, Terence conçu qu'il préférait de loin perdre quelques points plutôt que de laisser Lucille sous les ongles de Charlotte. Les arguments de Charlotte étaient subtils à faire frémir un premier année ou une personne sans âme mais certainement pas Terence.

Elle agit comme s'il n'était plus là, crachant un peu plus de venin, se rendant un peu plus cruelle encore. Elle s'adressa à Lucille en mentionnant Sacha, et Lucille, entre temps totalement remontée sur la rive par son amie Eva, lui répondit au quart de tour.

A cela Terence baissa sa baguette. Olà, non. C'était quoi, ça? Tout ça pour ça? Mais elles sont complètement... par respect pour la gente féminine, Terence arrêta sa phrase ici mais il ne put s'empêcher d'éclater de rire. Un rire sonore qui le força à baisser sa baguette, un rire qui accompagna les remous de l'eau, et il en pleurait! Ah, les filles, elles sont bien tordues quand même! Il récupéra son calme peu à peu et rétablit sa baguette vers Charlotte à laquelle il fit face:


Oh non! Essaya-t-il de poursuivre en s'essuyant une larme du coin de l'œil.. Aaaaah ah ah ! Oh la, la... Oh Oui, alors là, oui, Lucille, désolé, oui, je ris... Tu me fais pleurer Charlotte, non mais regarde... Hun.. bon... ah. Non, j'peux pas ah, ah, ah!!! Hummm... bon... Alors t'as traversé tout le parc, t'as traversé tout le château, t'es là à quatre pattes dans l'herbe en train de faire sa misère à une môme parce que...

Et là, re-crise de rire. Il ne pouvait plus contrôler mais se força tout de même, en se tenant le ventre. Wow, ça charrie bien les abdo de rire:

Herm, désolé, désolé... soyons sérieux. Donc tu viens nous les casser parce que tu te sens en danger? Elle a regardé Sacha de trop prêt? Vilaine Lucille, dites donc. Elle aurait osé? C'est quoi cette histoire de coton? Lucille aurait fait pire? Elle t'aurait volé ton Demakeup? Aaaah, elle est belle la maison des Serpentard! Demain, en grand titre dans le journal de l'école: la préfète de Serpentard témoigne de la dépravation de son petit ami - Oh, pardon - de son EX-petit ami, le très controversé Sacha, qui emmena dans son sillon une première année. On le savait tordu mais à ce point-là. Non, sans rire, Charlotte... Y aurait-il en Lucille quelque chose qu'elle aurait, que tu n'aurais pas et qui puisse satisfaire celui qui ne t'appartient plus.

Terence reprend son calme. Son message avait dû passer, il n'avait pas opté la subtilité. Charlotte devait comprendre qu'il avait parlé avec Sacha et qu'il n'ignorait pas grand chose sur leur rupture. Là où ça fait mal, donc. Alors il cessa sa comédie:

T'es minable là.
Regarde-toi. Regarde autour de toi. Qu'est-ce que tu fais-là? C'est quoi le but? Te ridiculiser? C'est réussi, tu peux donc t'en aller la tête haute. Sans blague, ils ne me croiront jamais à Serdaigle quand je leur raconterai un truc pareil. Huuu.


Sur ce Terence tourna les talons. Sans blague? Qu'est-ce qu'il était allé croire?

OK, OK, avant de partir, il avait bien entendu que Charlotte n'avait pas de baguette. Comme un informulé ne fait de mal à personne, il prit un réel plaisir à...

"Morphoinverso!"

Inverser le corps de Lucille et celui de Charlotte.

"Etre le premier de l'école en Sorts et Enchantements, ça avait vraiment du bon."

Quand il atteignit le Grand Hall et qu'il croisa Draconia, Terence ne put s'empêcha d'éclater de rire à nouveau en la prenant dans ses bras: "Ah, Relou, vous êtes énormes à Serpentard. E-normes!" Il ne lui raconta pas ce qu'il venait de voir ou de faire. La préfète s'en chargerait peut-être quand elle aurait retrouvé son propre corps. Le sortilège ne durait que 48 heures, c'était assez pour un peu d'amusement.


Catharsis 80757279du2
:: Diplômé de Poudlard ::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Donovan
Elève trouvant ses marques
Eva Donovan

Nombre de messages : 106
Age : 29
Maison : Poufsouffle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13575
Date d'inscription : 06/04/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyVen 27 Avr 2007 - 21:26

Eva toujours penchée sur le bord du rivage pour retenir Lucille, avait remarquait que Terence faisait un point d’appuie sur Charlotte, pour certainement permettre à cette derrière de reprendre ses esprits. L’élève de Serpentard avait après cette attaque lâchée la petite serdaigle. Eva la tenait fermement sans lui faire de mal pour ne pas que cette dernière ne tombe de par sa faute dans le vide. Elle observa les poignets de Lucille, du sang s’écoulait petit à petit d’eux. Eva ne pouvait pas laisser Lucille dans cette position. Elle essaya de canaliser sa force, et de tout réunir pour remonter Lucille du gouffre. Certes la petite n’était pas fort lourde, mais Eva ne l’était pas non plus, et n’avait pas trop de force, la manœuvre dura donc plus longtemps mais Lucille toucha le sol quelques minutes après.

- Ca va aller ? Tu vas bien ?

Eva sortit un mouchoir de sa poche et le donna à la petite serdaigle.

- Tiens, mets ça sur tes poignets, pour cautériser un peu la plaie

Pendant ce temps, une discussion mouvementée s’installa entre les deux élèves plus âgés présent au bord du lac. Eva essayait en vain de comprendre et de suivre leur discussion. Mais il faut dire qu’elle avait un sérieux handicap : ne connaissant aucun des deux, ni aucunes histoires se rapportant à eux, elle avait du mal à rentrer dans leur conversation et à comprendre toutes les choses qui se tramaient.

Eva écoutait sans rien dire, toujours en observant Lucille pour être sur qu’il n’y avait pas de problème. Elle se sentait là, étrangère à tous, un peu inutile mais elle ne pouvait pas s’immiscer dans la conversation, l’énervement serait retomber sur elle et elle aurait tout prit. En quelque minutes elle compris qu’il y avait derrière tout ce rafus une histoire de garçon. Elle comprit tant bien que mal que l’élève de première année était amoureuse de Sacha. Sacha elle en avait entendue parlait vaguement mais sans plus. Ce n’est pas qu’elle ne s’intéressait pas aux autres, mais elle n’aimait pas les histoires de commérages, ni espionner les gens à tout va. Charlotte, c’est comme cela que se prénommer l’élève de Serpentard, avait eu une relation avec Sacha, mais ceux-ci avaient dû rompre, et la jeune fille ne pouvait pas imaginer qu’une autre fille s’intéresse à lui. Enfin c’est ce que compris Eva. Mais ce qui effleura son esprit, ce fut l’histoire du coton, elle ne la comprenait pas, certainement car il n’y avait pas trop d’explications de tout cela dans la conversation.

En peu de temps, Eva appris beaucoup de choses sur les deux aînés qui continuaient de s’entretenir. Mais elle ne jugeait pas, les laissant entre eux, dire des choses qu’ils regretteront certainement un jour, ou qu’ils ne pensaient peut-être pas tout. Tout cela dû à l’énervement.

Eva regarda simultanément Charlotte ainsi que Terence, se demandant quand une trêve aller s’installait entre les deux parties. La trêve, elle ne la vit pas venir, enfin pas une comme celle la en tout cas. Terence toujours sa baguette à la main, se retourna et partit en direction de l’école. Il avait un rire accroché aux lèvres, et le regard de quelqu’un qui était fière de lui et fière de ce qu’il avait entreprit.

Eva sur le coup fut surprise, que tout se termine ainsi. La jeune Poufsouffle avait néanmoins un pressentiment qui l’habitait. Elle ne comprenait pas pourquoi il y eu un tel retournement de situation et encore moins pourquoi un rire s’était emparé de Terence.

En regardant les deux jeunes filles, elle se demandait comment ses dernières réagiraient à tout ceci. Mais aussi, la Poufsouffle ne pouvait pas prévoir ce qui allait se passer, elle ne savait pas comment les filles réagiraient, comment elle mettrait fin à leur conflit et comment se passerait la discussion sans Terence. Elle ne pouvait qu’attendre, et voir comment tourneraient les choses.

Eva jeta un petit coup d’œil en direction de la silhouette du jeune homme qui partait au loin, puis elle regarda les deux élèves.

« - et maintenant qu’est ce qui va encore se passer ? Ca va être pour ma pomme ? Pourquoi elles me regardent comme ça ? Qu’est ce que j’ai fait ? OU plutôt qu’est ce que je n’ai pas fait ? Raaahhh j’aurais mieux fait de rester au lit ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Leonhart
Administrateur
Charlotte Leonhart

Nombre de messages : 1369
Age : 31
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année - Moon Shadow
Gain de Gallions : 14191
Date d'inscription : 29/10/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptySam 12 Mai 2007 - 17:00

" Peur ? La peur n'a rien à voir là-dedans...
Tu parles pour ne rien dire. "


~†~ La jeune anglaise lança un regard et un sourire plus que moqueur à la jeune Orthosiphon. Celle-ci venait de lui faire une sorte de mini-sermon dont Charlotte n'avait que faire. Elle se moquait de Sacha. Vraiment ? Pourquoi ce coton en botanique alors ? Pourquoi s'énervait-elle à l'entente de son prénom ? Si elle s'en fichait réellement, elle n'aurait pas réagi au quart de tour. Ou alors elle perdait son sang froid pour tout et n'importe quoi. Pauvre gamine... Mais quoiqu'il en soit, tu mens très mal, petite Lucille. Son petit poing sans force levait vers elle n'eut pour seul effet que d'arracher un petit rictus à la verte. Elle comptait faire quoi ? La frapper ? Tu es trop naïve, petit Lucille.

Charlotte s'apprêtait à reprendre la parole lorsqu'un rire assez franc se fit entendre. Cela venait d'Orphens. Lentement, elle se tourna vers lui, l'observant de manière perplexe, le sourcil droit arqué. Qu'est-ce qu'il lui prenait, à lui, pour avoir une crise de rire aussi subite. Une pensée traversa l'esprit de la jeune fille : il était un peu dérangé mentalement quand même, ce garçon.... Il bredouilla quelques mots décousus... Il fallait qu'il apprenne à parler en plus. Humpf. Et tout ça pour dire quoi ? Elle le faisait pleurer ? Elle avait traversé tout le parc et se trouvait ici pour... Oh... Elle voyait où il voulait en venir. Il n'aurait même pas eu besoin de continuer, elle se doutait de ce qu'il pensait et croyait. Et il se trompait sur tout la ligne...

Néanmoins, elle resta silencieuse, l'écoutant déblatérer toutes ces âneries d'un air désintéressé et ennuyé. Elle se sentait en danger.. Blablabla... Lucile lui avait volé son Demakeup... Blablabla... Sacha, son ex-petit ami qui blablabl.... Quoi ? Ex ? Mais qu'est-ce qu'il racontait ? Et où il avait vu que Sacha et elle avaient déjà été ensemble ? Ils avaient peut-être été au bal de la Saint Valentin tous les deux mais ils n'avaient jamais rien laissé montrer sur une éventuelle relation. Si Lucille avait quelque chose de plus qu'elle ? Idiot. Sacha ne lui appartenait plus ? Mais il ne lui avait jamais appartenu ! Mais c'était quoi ce troll ? Appartenir ? On n'appartient pas aux gens, sauf peut-être à soi-même. Eh bien... Elle plaignait Draconia si elle "appartenait" à ce Serdaigle aux idées tordues...

Cependant, quelque chose tilta dans l'esprit de la jeune brune. Pourquoi disait-il tout cela ? Etait-il au courant de quelque chose ? Forcément, sinon pourquoi avancerait-il de telles choses ? Restait à savoir comment il pouvait savoir tout cela. Et, puisqu'elle ne lui avait rien dit, il ne restait plus qu'une personne qui pouvait l'avoir fait. Humpf. Passons... Orphens continua, lui disant qu'elle était minable, blablabla..., qu'elle se ridiculisait, blablabla.... et que les Serdaigle ne le croiraient pas. Ouais, bah c'est bien. Elle s'en fichait un peu quand même là... Orphens, Orthosiphon, Donovan ou la quasi-totalité de Poudlard pouvaient bien penser ce qu'ils voulaient d'elle, elle n'en avait cure. Les seuls avis qui lui importaient était ceux de ses proches. Autant dire peu de monde. Alors Terence pouvait bien allait balancer tout ce qu'il voulait à son sujet, elle s'en moquait. Il ne comptait pas pour elle, et cela serait probablement valable pour longtemps. Mais, déjà, ce lâche fuyait... ~†~


" Jalouse ? Jalouse de quoi, de ce gnome ? Et la méchanceté gratuite, tu ne connais pas ? "

~†~ Elle n'avait pas crié, mais elle avait parlé assez fort pour que le Serdaigle l'entende, tandis qu'il se dirigeait vers le château, ainsi que les deux filles non loin. Voilà son but. Il n'y en avait aucun. Pourquoi s'acharnait-elle comme ça sur cette pauvre première année ? Comme ça, pour rien. Juste pour s'amuser, pour se distraire. Il n'y avait rien d'autre. Et pourquoi Lucille putôt que quelqu'un d'autre ? Parce-qu'elle avait attiré son attention la veille, lors du cours de botanique. Rien de plus. La situation était plutôt assez simple au final. Une Serpentard qui s'amusait à embêter les autres. Du jamais vu... Bref, Charlotte se tourna vers Eva et Lucille, s'apprêtant à dire quelque chose, mais elle se sentit soudain un peu faible, et elle eut subitement mal à la tête. Elle ferma les yeux, les sourcils froncés, afin de reprendre un peu ses esprits... ~†~

Catharsis Lucille6


~†~ Et lorsqu'elle les rouvrit... Elle se retrouva face à elle-même ! affraid MAIS C'ETAIT QUOI CE BORDEL ?!!!!! Elle jeta un regard effaré à Eva, puis s'observa à nouveau, complètement déboussolée. Elle baissa alors les yeux, afin de s'observer, et vit avec horreur... Qu'elle n'avait pas de seins.... Et qu'elle était blonde. Oh par Merlin, elle se trouvait dans le corps de cette stupide petite gnome. NOOOOOOOOOOOOOOOONNNN ! Mais, pourquoi ?! Comment ?! Sur ce point-là, elle avait sa petite idée. Cela ne pouvait pas être Donovan, et encore moins Orthosiphon. Cela ne pouvait être qu'une seule personne. Une seule et unique personne qui lui paierait... ~†~

" ORPHEEEEEEEEEEEEENSSSSSS !!!!!!!
INVERSE-MOI CA TOUT DE SUITE !!!!!!!!!!!!!!! Rage


Et toi, je t'interdis de toucher mes seins ! "


~†~ Le bougre venait de disparaître dans le château, et c'était avec un doigt accusateur pointé en direction d'une Lucille dans son propre corps que Charlotte avait lancé sa dernière phrase de manière hargneuse. Oh.... Elle sentait.... Elle sentait la colère qui commençait à monter en elle. Peut-être même la haine.... La dernière fois qu'elle avait ressenti cela, c'était avec Edelweiss. Certes, la situation était totalement différente. Mais le ressentiment était tout de même bien présent. Même s'il n'était pas de même nature, et qu'il se prolongerait certainement moins longtemps. Mais... Orphens lui payerait, oh ça oui... Il n'avait... Elle... Elle le détestait. Heureusement qu'il était parti, ou elle l'aurait cogné. Et même si elle avait beaucoup moins de force dans ce corps de première année, elle savait tout de même comment faire mal...

Mais revenons à nos changements. L'heure était grave. Pire, c'était horrible, insupportable. Il fallait réparer cela. Mais elle ne savait pas quelle formule avait utilisé cet abruti. Elle ne connaissait donc pas son contraire. Elle se prit la tête entre les mains, voyant des cheveux blonds se glisser devant ses yeux et se malaxa les temps en fermant les yeux. Réfléchis, réfléchis.... Il doit bien y avoir un moyen... Non, il n'y a pas de moyen pour inverser ce sort. Et puis, il ne devait pas durer infiniment. Peut-être deux ou trois heures. Alors, d'ici là, il fallait simplement ne pas laisser Lucille se balader dans Poudlard avec son corps et faire n'importe quoi. Tout sauf ça. Elle se tourna alors vers Eva, tandis qu'elle s'avançait vers son propre corps pour en saisir le poignet et commençait à le tirer vers un certain endroit du parc. ~†~


" Donovan, si tu racontes cela à quelqu'un, n'importe qui, je te jure de te le faire payer au centuple.

Quand à toi Orthosiphon, nous allons aller nous enfermer dans l'ancienne cabane d'Hagrid, et ce jusqu'à ce que les effets soient inversés. Cela prendra le temps qu'il faudra... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/CharlotteLeonhart
Lucille Orthosiphon
Personnage Inactif
Lucille Orthosiphon

Nombre de messages : 170
Maison : Serdaigle
Année : 1ère année
Gain de Gallions : 13620
Date d'inscription : 22/03/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyMar 15 Mai 2007 - 22:44

Terence, au lieu de s'attendrir sur la détresse de Lucille préféra en rire. Il y avait de quoi vexer le plus frêle des êtres, et pourtant... Pourtant, c'est davantage sur Charlotte que se portaient les moqueries du jeune homme. Après tout, entre aigles on se défend, et ce n'est pas une perfide vipère qui allait détruire ce semblant de solidarité...

*Et moi, je fais quoi pendant que tu rigoles hein ?* se demandait l'incrédule Lucille.


Ridiculisé par les esclaffes du bleu, le geste suicidaire de la petite blonde préféra se résorber. Non, elle n'avait plus envie de mourir, mais simplement de voir Charlotte souffrir, et avec un peu de chance, les mots du septième année suffiraient.

Malheureusement, il ne fallait pas trop lui en demander... Une fois ses larmes de joie ravalées le jeune Orphens prit le chemin inverse à celui qui l'avait mené au bord de la falaise. Pendant ce temps, Eva restait observatrice, ne sachant pas si elle devait répondre, réagir... Charlotte baragouina quelques remarques aux dires de Terence et Lucille n'espérait que le départ de la Serpentard. Le spectacle était fini, tout le monde allait rentrer, la Serdaigle profiterait de la nuit pour trouver comment se venger de la préfète, elle panserait ses poignets et...

*Il se passe quoi là ??* paniqua la jeune blonde, tandis qu'une sensation fort étrange (et indescriptible) s'empara d'elle.

*Nooooon, je suis morte !!* regretta-t-elle ensuite en se voyant face à elle.

Elle allait pleurer, hurler... Décidément, les éléments s'étaient ligués contre elle. Alors qu'elle voulait vivre voilà qu'elle était en dehors de son corps, probablement à l'état ectoplasmique... Puis elle s'entendit crier après Terence... Surprise elle tourna la tête vers le fuyard et remarqua le brun de ses cheveux. Pas tout à fait sur de comprendre, elle baissa la tête, et... Non, elle n'était pas morte, un sort bien pire l'avait frappé, elle était devenue Charlotte.

*Touche pas à mes seins... Mais je fais ce que je veux hein ! Et si t'es pas contente, c'est pareil ! Maintenant, c'est moi la grande...* se réjouissait déjà Lucille à l'idée de faire une chose qui ne plairait de toute évidence pas à sa rivale.

Haussant les épaules, signifiant à la jeune femme, devenu fillette, qu'elle pouvait dire ce qu'elle voulait, ça ne changerait rien, Lucille se tourna vers Eva avec la ferme intention de lui expliquer ce qui venait de se passer. A moins qu'elle n'ait déjà compris toute seule... Quoi qu'il en soit, Lucille ne savait pas si le sort était éternel ou non, et voulait profiter de l'occasion pour ridiculiser la propriétaire légitime du corps dans lequel elle se trouvait. Bah, elle n'était plus à une humiliation prêt !

Alors qu'elle ouvrit la bouche, une petite main ensanglantée accrocha son poignet et la tira loin de là. Charlotte voulait emmener Lucille dans la cabane de Hagrid, jusqu'à ce que l'effet cesse. Donc, ce n'était pas éternel, donc il fallait en profiter et s'amuser...

" - Non, non, non et non Charlotte !! C'est plus toi qui décides ! T'as oublié que maintenant t'es gnomique et donc... Tu me lâches déjà ! " grogna la nouvelle grande, dans un regain de confiance en soi...

Kawaii répondraient les amies moldues de la Serdaigle, si elle pouvait leur raconter ce qui venait de se passer. De l'état dépressif, elle était à présent euphorique. Il ne manquait qu'un petit détail à résoudre, se débarrasser de son corps, qui, elle n'en doutait pas risquait de ne pas la lâcher. Arrêtant donc sa marche, et repoussant Charlotte, Lucille se demanda comment empêcher la perfide demoiselle de la suivre. Elle ne devait ni la frapper, ni la blesser, car après tout, les séquelles ce n'est pas Charlotte qui les subirait mais elle... L'attacher, l'enfermer... Pourquoi pas, mais lorsqu'elles retrouveront leur corps légitimes, qui lui viendrait en aide ? Non, il fallait qu'elle imagine autre chose. Un sort, un petit sort capable de lui permettre l'évasion sans pour autant nuire à la personne le recevant...

*Super idée le sort, mais il me faut une baguette, et Charlotte n'a pas la sienne... C'est du moins ce qu'elle a dit... J'pourrais prendre la mienne mais, est-ce que ça va marcher ?* se demanda Lucille, regardant sa poche originelle.

*Bien, elle n'a pas sa main dessus, donc j'l'attrape et... Bah oui ça doit marcher, c'est ma baguette à moi, donc... Et si ça fait rien, ben j'me sauve en courant, espérant qu'elle a de bonnes jambes...*

On vit alors "Charlotte" bondir sur "Lucille", et arracher la baguette dépassant de son habit. Puis la menaçant de celle-ci, elle prit quelques secondes de réflexion. La Serpentard voulait savoir ce qu'était devenu le coton... Bah, simple dans ses jambes. Un large sourire aux lèvres elle lança sur son corps le sortilège jambencoton et s'assurant qu'elle avait réussi...

" - Yallllaaaaaaa, j'ai gagné !! Viens Eva, on s'en va... " conclut Lucille, entrainant au loin la Poufsouffle, en lui demandant si elle pouvait repasser plus tard dans la journée pour s'assurer que Charlotte avait quitté les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eva Donovan
Elève trouvant ses marques
Eva Donovan

Nombre de messages : 106
Age : 29
Maison : Poufsouffle
Année : 5ème année
Gain de Gallions : 13575
Date d'inscription : 06/04/2007

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptyVen 18 Mai 2007 - 23:06

Les trois filles étaient ensembles, les deux rivales se regardaient. En quelques minutes Eva comprit la supercherie. Terrence avait du probablement décider de ce geste, pour faire réagir les deux filles sur les actes qu’elles avaient commis. Les faires échanger de corps est une bonne idée, si elle n’a pas de conséquences. Eva les observait, mais surtout elle se pencha sur les réactions qu’elles avaient, très différentes l’une de l’autre. La jeune Poufsouffle trouvait la situation comique, enfin plutôt bizarre, mais quand même sogronue.

Charlotte dans le corps de Lucille ordonnait à celle-ci de ne pas touchée à ses seins. A ses mots, Eva ne put s’empêcher d’avoir un rire intérieur ne montrant rien à l’extérieur.

-« ouais bien sûr comme si elle avait que ça à faire… »

Eva cherchait des mots pour les calmer, mais aussi comment rétablir le calme dans Poudlard. Elle se disait également que si cela se savait, il y aurait un grand remue ménage et des têtes tomberaient. Enfin c’est ce qu’elle pensait …

Euhhh ne nous énervons pas, on va trouver une solution pour arranger tout ça …

Le corps de Lucille lui fit des menaces.

-« ah c’est tout ce qui me fallait ça encore … c’est bien ma veine ! J’aurais mieux fait de pas me lever ce matin »

Oui bien sur, dans moins d’une heure toute l’école est au courant … Tu me prends pour quoi ma parole ?

-« m’insulte pas, sinon jvais m’énerver, je suis pas d’humeur ! »

Elle empoigna de force le corps de la Serpentar, cherchant à l’enfermer le temps que le sort n’agisse plus. Elle devait certainement vouloir sauver sa réputation et sa popularité. Eva, elle n’était pas populaire, et cela ne l’intéressait pas, elle se demandait souvent ce que les gens gagner à ça. Mais une chose est sûre cela avait l’air important puisque la préfete ne voulait en aucun cas qu’on déprave son honneur.

L’esprit de Lucille était éprit d’une intelligence, qu’on pouvait sous-estimer, mais plutôt que Charlotte sous-estimer car elle était plus petite. Mais l’âge ne fait rien… Ce n’est pas parce qu’on est vieux qu’on est plus intelligent qu’un autre, ou mieux qu’un autre …

« Charlotte », s’élança donc sur « Lucille » et lui déroba sa baguette, elle prononça une incantation pour immobiliser cette dernière, enfin elle fit un tour de magie à l’aide de sa baguette sans qu’Eva n’entende des paroles. Puis elle interpella Eva, pour qu’elle la suive. Surprise, prise d’étonnement, elle partit à ses côtés.

Eva la regarda
Qu’est ce que tu vas faire maintenant ?

Elle attendit un instant
Oui t’en fait pas je repasserais voir si elle est encore là et si il n’y a pas de problème…

Eva lui adressa un sourire, attendant de voir les événements qui se passeraient…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Leonhart
Administrateur
Charlotte Leonhart

Nombre de messages : 1369
Age : 31
Maison : Ancienne Serpentard
Année : 1ère année - Moon Shadow
Gain de Gallions : 14191
Date d'inscription : 29/10/2006

Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis EmptySam 2 Juin 2007 - 19:25

~†~ Comment ça non ? Comment ça, c'était plus elle qui décidait ? Et pourquoi, s'il vous plaît ? Parce-qu'elle était dans le corps disgracieux car encore enfantin de la première année ? Et puis quoi encore ? C'était elle la Préfète, aux dernières nouvelles ! Oui, bon, officiellement, c'était Charlotte Leonhart qui avait été nommée Préfète. Mais son esprit, pas son corps, non ? Ou plutôt le tout ? Est-ce que cela conférait à Lucille les pouvoirs qu'elle avait en tant que Préfète ou non ? Elle ne savait pas. Elle verrait bien. Au pire, si elle s'amusait à faire n'importe, Charlotte réparerait quand elle aurait retrouvé son corps.

Tiens, justement... Lucille semblait l'oublier cela... Elle retrouverait son corps un jour. Elle serait de nouveau "gnomique" un jour. Ce ne serait plus elle qui déciderait, un jour... Et ce jour ne devait probablement pas être dans très longtemps... Conclusion ? Un jour, Charlotte serait à nouveau elle-même et alors, Lucille pourrait très bien payer. Il faudrait bien que la jeune Serpentard se défoule, il faudrait bien qu'elle calme ses nerfs, d'une manière ou d'une autre. Orphens aussi en subirait les conséquences. Et ce n'était certainement pas parce-qu'il lui avait fabriqué une robe pour le bal de la Saint-Valentin qu'il serait épargné... Mais juste le Serdaigle, cela ne suffirait certainement pas. Oh, pauvre petite Lucille, ce n'était pas de sa faute.... Ce n'était pas elle qui avait lancé le sort ! Ah oui ? Et alors... ?

Et voilà que Donovan se la jouait elle aussi "rebelle" en lui demandant pour quoi elle la prenait. Pour "quoi" ? Ah, pour "qui" est syntaxiquement plus correct, mais après tout, si elle se prenait pour une "chose"... Charlotte leva les yeux au ciel, avant de s'apprêter à répondre à son propre corps, qui venait de la repousser, lorsque celui-ci se jeta sur elle, afin d'arracher la baguette de Lucille qui dépassait de son vêtement. Mince alors, elle n'avait eu le temps de rien faire. Bouse ! Elle resta alors immobile, à observer Lucille, dans son corps, sentant la rage monter encore d'un cran. Oh ça oui, elle payerait... Et maintenant, qu'allait-elle faire ? Lui lancer un sort ? Remarque, elle ne devait pas en connaître des masses... Et elle ne lui en lançerait pas un très grave, à moins qu'elle ne soit encore plus blonde qu'elle ne le paraissait... Charlotte était tout de même dans le corps de la petite fille... Maintenant, si elle voulait abîmer son corps, c'était son problème... Remarque, cela l'embellirait peut-être... ? ~†~


* Et bouse... Pourquoi j'ai pas pris ma baguette ?!
Moi qui ne l'oublie jamais, justement aujourd'hui...

Humpf. *


~†~ Charlotte/Lucille restait silencieuse, observant Lucille/Charlotte réfléchir à un sort. Ses yeux étaient perçants, et la défiaient de lancer n'importe quel sortilège, même un Lumos. Et, malgré qu'elle ait les traits de la Serdaigle, on pouvait très facilement reconnaître les expressions que le visage de la Serpentard avaient habituellement. Une petite lueur dans les yeux de Lucille, enfin les siens, enfin vous avez compris, brilla, montrant à Charlotte qu'elle savait quel sort jeter. Soudain, les jambes du corps dans lequel elle se trouvait se mirent à trembler d'elle-même, se faisant molles. Toutes molles... Elle baissa lentement les yeux vers le bas du corps, ses mâchoires se contractant durement. Elle releva directement son regard sur Lucille, la fusillant du regard alors que celle-ci criait de joie et emmenait la Poufsouffle un peu plus loin. ~†~

* Garce... *

" Garce !!
Orthosiphon, je te promets de te faire ta misère jusqu'à ce que je ne quitte cette école !
Et ni Orphens, ni personne d'autre ne pourra rien changer à cela ou venir à ton secours !!! "


~†~ Oh oui... Oh oui, elle allait payer.... Elle allait souffrir... Et elle ne la lâcherait pas. Pas tant qu'elle serait encore à Poudlard. Manque de chance pour la Serdaigle, Charlotte avait encore une année à faire à Poudlard... Et ce ne serait certainement pas Orphens qui pourrait lui revenir en aide puisqu'il quittait le château dans quelques mois... Un petit rictus mesquin apparut sur le visage de la blonde enfant, mesquin et sadique. Elle ne savait pas à qui elle avait à faire... Elle était vraiment insouciante... Insouciante et naïve... Oui, mais elle était jeune, me direz-vous. Et alors ? Cela n'excuse rien. Et puis... Cela lui forgerait le caractère... ~†~

* Tu crois avoir gagné Orthosiphon ?
Crève, je ne te lâcherai pas. Tu me le payeras. Tu n'aurais jamais dû jouer à ce petit jeu avec moi... Tu n'es pas de taille, et je n'aurai aucun remord à m'en prendre à quelqu'un de plus jeune.
On se reverra, et la prochaine fois.... *


~†~ Charlotte se laissa retomber sur le sol, une expression mauvaise sur le visage, alors que ses jambes faisaient encore des siennes. Elle resta immobile, à observer les deux jeunes filles repartir côtes à côtes, inconsciantes de la colère qui montait petit à petit dans l'esprit de la jeune Serpentard. Colère qui finirait par éclater un jour. Colère qui ferait mal. Très mal... Si bien que la petite bleue préférerait certainement avoir sauté, en ce jour d'avril... Mais pour l'heure, Charlotte resterait assise là, jusqu'à ce que les effets du sortilège se dissipent. Eva pourrait toujours repasser plus tard, elle n'y verrait plus le corps de la petite blonde. Non, car celui-ci serait dans la salle commune des Serdaigle, ayant déjà commencé sa vengeance... ~†~


¤~¤ Fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/CharlotteLeonhart
Contenu sponsorisé




Catharsis Empty
MessageSujet: Re: Catharsis   Catharsis Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Catharsis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Autour du château :: Parc du Château et cour de récréation-
Sauter vers: