Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Pr. Evans Christmas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pr. Evans Christmas
Personnage Inactif
Pr. Evans Christmas

Nombre de messages : 25
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 13281
Date d'inscription : 06/03/2007

Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas EmptyVen 30 Mar 2007 - 23:15

Evans Leroy Maximin CHRISTMAS


Pr. Evans Christmas Avatar11



EVANS CHRISTMAS EN QUELQUES MOTS



Identité:

Prénom complet : Evans Leroy Maximin
Nom : Christmas
Surnom : Vous m’en trouverez bien un.
Age : 29 ans
Maison : Ancien Serdaigle
Statut : Fils de Robert et Mary Christmas, tout deux moldus.
Baguette magique : 24,5 cm, souple et solide, bois de Sorbier et poil de Sphinx.
Balai: Dragonys 3000
Pouvoirs spéciaux : Métamorphomage
Animagus : /
Patronus : Un Tigre Blanc.
Profession: Professeur d’Histoire de la Magie
Langues parlées : Anglais, Français, Italien, Espagnol, Mandarin, Latin et Grec ancien.

Physique:


Taille : 1.78
Cheveux : Châtains
Yeux : Bleus
Origines : Irlandaises
Style : Tout dépend de l’apparence qu’il [color=darkred]prend mais en général quelqu’un de svelte aux cheveux ondulants. S’habille de tout et son contraire.


LA SITUATION FAMILIALE DE EVANS CHRISTMAS



Le 2 Novembre 1978 naissait, dans un quartier agréable de Dublin, le petit Evans Leroy Maximin Christmas, fils de Robert Christmas et Mary Johns mariée Christmas.
Mary Christmas est archéologue. Elle parcoure le monde, appelée par les Etats à fouiller leur sol, explorer leurs temples ancestraux, enrichir les collections privées et les musées nationaux.
Robert Christmas, quant à lui, retrace pour les colonnes du Daily News les recherches de sa femme et la vie, les coutumes et les politiques des pays traversés.
D’origine irlandaise, la famille ne passe jamais beaucoup de temps sur ses terres natales, ayant d’ailleurs vendu leur maison, appelé régulièrement aux quatre coins du globe.
Pr. Evans Christmas Arbre_10
A l’âge de 26 ans, lors d’une expédition dans le Moyen Orient, Evans rencontre Léna. Le coudre foudre est immédiat et le couple ne se quitte plus.
Aujourd’hui, alors qu’il a 29 ans, il revient en Grande Bretagne, appelé à être Professeur d’Histoire de la Magie, avec sa femme et leur jeune fils de 9 mois, Sebastian.


Dernière édition par le Ven 30 Mar 2007 - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Evans Christmas
Personnage Inactif
Pr. Evans Christmas

Nombre de messages : 25
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 13281
Date d'inscription : 06/03/2007

Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Re: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas EmptyVen 30 Mar 2007 - 23:17

L’ENFANCE DE EVANS CHRISTMAS.



Avant même l’âge de 4 ans, le petit Evans était déjà l’un des plus jeunes globe-trotters.
En effet, alors que Mary, sa mère, parcourait le monde, appelée par les Etats à fouiller leur sol, explorer leurs temples ancestraux, enrichir les collections privées et les musées nationaux, et que Robert, son père, retraçait pour les colonnes du Daily News les recherches de sa femme et la vie, les coutumes et les politiques des pays traversés, le tout jeune Evans faisait des pâtés de sable au cœur du Sahara, se pendait aux lianes de la jungle cambodgienne et plongeait dans la neige antarctique.

A l’âge de 4 ans, Evans était devenu trop grand, trop indépendant et trop turbulent pour continuer à suivre ses parents à travers le monde. Robert et Mary décidèrent alors de le confier à un vieil ami, Lord Sean Mc Harwell.
A partir de cette date, Evans sera élevé dans un univers totalement différent. En effet, Lord Sean Mc Harwell, dont les cheveux et la barbe d’argent trahissaient un âge avancé, n’était autre que le conservateur du Palace Home Museum, siège qu’il avait obtenu au principal musée d’Ecosse après avoir céder celui qu’il avait occupé pendant plus de 20 ans au Louvres, à Paris.
Eduqué par Miss Ducal, une vieille femme dont le statut de vieille fille était probablement dû à son aspect aigri mais qui était d’une extrême gentillesse envers Evans, le petit garçon apprit les bonnes manières, l’élégance et un soupçon d’éloquence. La vieille femme, qui n’avait été embauchée que pour s’occuper du jeune garçon, veillait, comme le souhaitait Lord Mc Harwell, à faire d’Evans un parfait gentleman, dans la pure tradition britannique. Et s’il se prêtait aisément au jeu, prenant même parfois les mêmes postures que le vieil homme, qui était devenu son mentor, il ne pouvait, comme tout garçon de son âge, s’empêcher de courir à travers les couloirs du château, frôlant les armures et les sarcophages, les vase Ming et les statuettes néolithiques, sans néanmoins ne jamais poser un doigt sur les peintures ou casser une œuvre, ce que le Pr. Mc Harwell n’aurait laissé impuni.
Mais si le travail de Miss Ducal pouvait sembler aisé, la gouvernante n’était pas moins inquiète. En effet, si le jeune Evans était d’un caractère plutôt facile, le moindre saut d’humeur, aussi rare soit-il, provoquait d’étranges réactions. Dans ses cheveux, naturellement châtains, pouvaient apparaître des mèches blondes, rousses, vertes ou bleues. Ses yeux, d’ordinaire bleus, pouvaient changer de couleur et jusqu’à la pigmentation de sa peau être modifiée.

Si Robert et Mary Christmas n’étaient pas souvent présents pour leur fils, il était une tradition à laquelle ils se refusaient de déroger, celle de fêter Noël en famille. En effet, jamais ils n’avaient manqué cela, se faisant une règle d’être présent pour cette occasion.
Ce fut d’ailleurs ce moment que Miss Ducal choisit pour informer Mr et Mrs Christmas de l’anomalie de leur fils. Les deux parents s’en inquiétèrent grandement, Mary allant jusqu’à chercher au tréfonds de sa mémoire quelle profanation de tombeau pouvait être à l’origine de cette malédiction, mais ils n’en laissèrent rien paraître à Evans.

Il fallut attendre les 6 ans du jeune garçon pour qu’un nouveau tournant n’intervienne dans sa vie.
Ses parents, conscient de l’énorme service que le Pr. Mc Harwell leur avait rendu et ne souhaitant pas abuser davantage de sa générosité, inscrirent Evans dans une institution scolaire élémentaire en plein cœur de la Suisse.
Le cœur du jeune garçon, qui considérait Miss Ducal et le Professeur comme ses deuxièmes parents, se déchira. Lord Mc Harwell, qui quant à lui n’avait eu ni femme ni enfants, s’était attaché à lui. Il ne s’opposa nullement à l’idée de l’internat helvète mais demanda à ce qu’Evans rejoigne la demeure écossaise durant les vacances scolaires, ce que Robert et Mary n’eurent pas le cœur de refuser.
Avant le départ, Miss Ducal prit tout de même soin d’apprendre au jeune garçon à maîtriser ses émotions et l’étrange don qu’il avait reçu.

Evans passa 5 ans dans cet institut et y apprit tout ce qu’un petit garçon moldu devait savoir. Les chiffres, l’écriture, l’histoire ou la géographie, matières dans lesquelles ces dernières années passées chez le Professeur l’avaient rendu incollable, le latin et l’anglais étaient devenues son lot quotidien.
Mais les cours n’étaient bien sûr pas, comme dans toutes les écoles, les seuls endroits où on pouvait apprendre des choses. Cette école était un vrai melting pot des populations mondiales. On y trouvait naturellement des élèves suisses et frontaliers mais également des fils d’armateurs grecs, de bourgeois espagnols ou d’intellectuels scandinaves. Evans se lia particulièrement d’amitié avec le fils d’un ancien aristocrate chinois ayant fui son pays après la chute de l’Empire. Ce qui força le jeune britannique à apprendre à baragouiner le mandarin. Mais il se doutait que sa façon de s’exprimer dans cette langue relevait plus du massacre linguistique que du prodige verbal. Les cours étant quant à eux dispensés en français, en allemand et en italien, afin de respecter la diversité culturelle helvète, Evans n’eut d’autre choix que d’apprendre ces langues, ce qui lui paru nettement moins difficile que le chinois.
Mais si durant l’année scolaire il s’évertuait en suisse à parler toutes ces langues et à retenir Virgil et Thomas d’Aquin, dès que pointaient les vacances, il s’empressait de prendre le train de Genève et l’avion pour Edimbourg dans lequel le Professeur avait prit soin de lui réserver la place côté hublot.

Il eut d’ailleurs la surprise lors de son retour en Ecosse après ses 5 années passées en Suisse et son Certificat d’étude élémentaire en poche, de retrouver, en plein mois de juin, ses parents l’attendant à la résidence Mc Harwell. Sa joie fut si grande qu’il en oublia durant quelques jours tout de ces 5 années de séparation avec la terre d’Ecosse, jusqu’à son ami Shan avec qui il avait tant apprit et tant ri. Mais si les parents d’Evans étaient là, il devait y avoir une raison. En effet, le Professeur et eux tentaient de choisir dans quel collège il irait après. Le Pr. Mc Harwell avait bien quelques contacts dans la History School of Edimbourg, pensant ainsi avoir plus souvent auprès de lui celui qu’il aimait maintenant tel un fils, mais ses parents préféraient l’envoyer dans une école normale de Londres dont ils avaient entendu le plus grand bien.
Miss Ducal ne s’intéressait guère à cette question, même si elle espérait en secret voir le jeune garçon plus souvent que lors de ses années en Suisse. Elle était préoccupée par tout autre chose. Evans avait, durant tout le temps passé loin de chez lui, profité des moments de solitude pour s’amuser à changer la forme, la couleur et la taille de ses cheveux avant de leur faire reprendre apparence habituelle afin que personne ne le remarque. Il en allait de même pour la couleur de sa peau et les poils d’une future barbe, passant d’un instant à l’autre du visage de merlin à celui, imberbe, d’un bébé. Si cela amusait beaucoup le jeune garçon, ça n’inquiéta que davantage sa gouvernante qui s’enquit de prévenir Robert, Mary et le Professeur.
Mais toutes ces questions trouvèrent une réponse le jour où un hibou frappa au carreau de la Grande Salle à Manger du château. Une lettre qu’il tenait en son bec était adressé à :
Mr. Evans Leroy Maximin CHIRSTMAS
Troisième chambre du deuxième étage.
Résidence Mc Harwell
ECOSSE


Ceci intrigua au plus haut point les parents du jeune garçon qui ouvrirent l’enveloppe sans tarder. Les quatre adultes, les yeux écarquillés, relurent plusieurs fois la missive, décortiquant chaque mot y étant inscrit. Evans était un sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Evans Christmas
Personnage Inactif
Pr. Evans Christmas

Nombre de messages : 25
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 13281
Date d'inscription : 06/03/2007

Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Re: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas EmptyVen 30 Mar 2007 - 23:20

EVANS CHRISTMAS A POUDLARD



PREMIERE ANNEE


Ses parents se réjouirent pour lui. Il pourrait enfin rejoindre un monde qui était le sien et rencontrer des gens qui auraient les mêmes particularités que lui, tout du moins était-ce là ce que le couple pensait.

Moins d’une semaine après l’arrivée de la lettre de convocation de Poudlard, les parents de Evans s’étaient au maximum documentés sur les sorciers, s’étaient procurés les ouvrages, chaudrons, baguette et autres ustensiles demandés, …
Le Professeur avait parcouru presque l’intégralité des ouvrages dont il disposait dans sa bibliothèque personnelle et celle du musée afin d’aider tant qu’il pouvait Robert et Mary dans la tâche qui leur incombait.
Evans était prêt à explorer le monde ainsi bardé.

Le jour dit, Evans, ses parents ainsi que Lord Mc Harwell et Miss Ducal se rendirent à la gare de King Cross, à Londres. Le Professeur avait tout spécialement réservé un avion privé afin de faire le voyage de l’Ecosse jusqu’à la capitale anglaise. Arpentant les quais de la gare, aucun ne comprit comment un train pouvait partir d’ici en passant inaperçu. Comment un train pourrait quitter King Cross pour un lieu inconnu de tous sans que cela n’attire l’attention ? Et où était cette voie 9 ¾ ? Mais la réponse vint d’elle-même lorsqu’un homme étrangement vêtu les accosta et leur demanda s’il cherchait la voie 9 ¾ avant de prendre Evans par la main et lui faire passer la barrière qui le mena devant le Poudlard Express.
La suite de l’histoire, chaque enfant la connaît car le jeune garçon n’eut pas de réactions différentes de celles des autres élèves de Poudlard de son âge. A la surprise de cette découverte se mêla l’excitation du voyage suivi de l’extase à la vue du château illuminé par une myriade de chandelles dansant dans la pénombre de la nuit.

Mais l’un des premiers souvenirs qu’il garde de Poudlard est bien entendu la cérémonie de répartition.
Quand il entendit son nom, Evans s’avança vers le pupitre où se dressait la table des professeurs et, sur un tabouret miteux, un chapeau tout aussi délabré. Il s’assit sur le tabouret et le professeur McNuffley posa le Choixpeau sur sa tête. Celui-ci fouilla dans la tête du jeune garçon, Evans entendant en lui les questions que pouvait se poser le couvre-chef à son sujet. Finalement, il clama haut et fort ; « SERDAIGLE ». Evans ne savait si cela était une bonne ou une mauvaise chose mais redescendit tout sourire au bas des marches.

Le reste de l’année se déroula sans encombre, Evans se plaisant énormément au sein d’une maison dont les qualités et les vertus étaient si précieuses. Et c’est le visage radieux qu’il revint à la résidence Mc Harwell pour les vacances de Noël, de Pâques et durant tout l’été.


LA SECONDE ANNEE


Evans trouva rapidement ces marques au sein de la maison Serdaigle. Son caractère l’aida à se faire rapidement des amis mais étrangement, il n’avait pas la même relation avec ceux-là qu’il avait pu avoir avec Shan et ses autres camarades moldus lors de ses années en Suisse.
En ce qui concernait son caractère, ces prénoms semblaient pouvoir dresser son portrait. En effet, les caractéristiques des porteurs du prénom Evans sont la responsabilité, la loyauté, le perfectionnisme et le calme. Le prénom Leroy cache une grande solidité mentale, une sorte de majesté naturelle mais un extraordinaire sens de l’autodérision. Alors que les Maximin sont plus connus pour leur travail, leur adresse, leur adaptabilité et leur exigence. Ses principaux traits de caractère semblèrent être réunis dans ces quelques lignes.

Ce fut au cours de cette année que Evans eut une révélation.
En effet, c’est au cours de cette année que le jeune garçon comprit ce qu’il était vraiment, de quelle nature était le don qu’il avait reçu à la naissance. Ce fut lors d’un cours de Métamorphose que Evans comprit qu’il était Métamorphomage. Une fois le cours terminé, il s’enquit de prendre un parchemin et de raconter sa découverte au Professeur et à Miss Ducal, lesquels passeraient la nouvelle à Mr et Mrs CHRISTMAS pour le moment perdu au fin fond de la pampa sud américaine.

Evans se faisait peu à peu aux coutumes du monde sorcier. Il avait déjà apprit à voler sur un balai, ce qu’il trouvait du plus amusant d’ailleurs. Il avait joué souvent avec le Lord Mc Harwell aux Echecs mais il riait bien plus quand il jouait à la version sorcier du jeu. Il s’était d’ailleurs promis d’acheter un échiquier pour le Professeur dès qu’il pourrait aller au Chemin de Traverse ou à Pré-au-Lard. Mais un problème se posait encore, c’était l’emploi de l’argent sorcier. Il avait déjà eu du mal, lorsqu’il était plus jeune, à comprendre comment marchait la monnaie étant donné que les noms et les équivalences changeaient à chaque fois que ses parents et lui traversaient un nouveau pays. On venait maintenant lui parler de Mornilles, de Noises et de Galions. La première fois qu’on avait fait allusion à ces unités monétaires devant lui, Evans avait pensé à des espèces de chenilles, à des réserves d’écureuils et aux armadas perdues au fond des eaux mais nullement à de l’argent. Néanmoins, après plusieurs semaines d’explications intensives, il avait enfin saisi dans quel ordre de grandeur allait cette monnaie mais les conversions entre la monnaie des sorciers et les livres sterling n’était pas encore son fort.


TROISIEME ANNEE


Alors que l’été touchait à sa fin et qu’Evans commençait à rouvrir ses livres de classe et à ranger ses affaires de magie dans une grande malle spécialement compartimenté par le Professeur afin que chaque ustensile, livre, ingrédient,… trouve ça place, un hibou vint frapper au carreau de la chambre du jeune garçon. Miss Ducal, qui aidait Evans à faire ses valises et n’était toujours pas habituée à voir ces volatiles d’aussi près, sursauta en criant d’une petite voix aiguë, ce qui fit beaucoup rire le garçon et effraya quelque peu le hibou. Evans ouvrit la fenêtre, prit la lettre qui pendait de la patte de l’oiseau et le remercia en déposant un Galion dans la besace qu’il avait accrochée aux serres. Le volatile sortit la pièce du sac de tissus, la déposa sur le rebord de la fenêtre et s’envola.
Evans ouvrit l’enveloppe adressée à son nom et déplia le parchemin qu’elle contenait. Comme il s’en doutait, il s’agissait de la listes de fournitures scolaires à se procurer pour la rentrée et la date de cette dernière. Mais un second parchemin avait était introduit dans l’enveloppe. Ce second parchemin était une convocation du Directeur de Serdaigle ; le Pr. Maniest.
Inquiet, tout autant que Miss Ducal et le Professeur, Evans prit le Poudlard Express et arriva, alors que son cœur battait depuis des heures la chamade, à la gare de Pré au Lard. Dès qu’il entra dans le château, le concierge, Mr Flitch, le conduisit vers le bureau du Professeur Maniest. Ce dernier se leva et accueillit le jeune garçon les bras ouverts et après quelques minutes de politesses il en vint aux faits.

Depuis plusieurs années, chaque maison avait une ou deux pages réservées dans le journal de Poudlard afin de faire partager à toute l’école la vie à l’intérieur des murs de chacune des quatre maisons formant Poudlard. La section réservée à la maison bleu et bronze avait était astucieusement intitulée, par les premiers rédacteurs de cette rubrique, Serdy’Info. L’un de ces fameux premiers rédacteurs n’était autre que la rédactrice en chef du journal de Poudlard et son passage en septième année, et le surplus de travail qu’induit cette nouvelle, l’empêchait désormais de supporter seule la tâche de rédactrice en chef du journal et responsable de la section Serdy’Info. C’était pour cela qu’elle avait fait appel au Pr. Maniest afin que ce dernier trouve, parmi les élèves de Serdaigle, un éventuel remplaçant à la tête de la partie Serdy’Info.
Evans, doutant de ces compétences en la matière, accepta néanmoins l’offre que lui fit le directeur de sa maison, se disant qu’il pourrait toujours trouver de l’aide auprès de son père, spécialiste en la question.


QUATRIEME ANNEE


L’été se passa sans encombre. Le Professeur continuait à apprendre à Evans l’histoire de la Perse durant l’antiquité tandis que Miss Ducal tentait tant bien que mal d’enseigner au jeune garçon l’art de la danse de salon. Mais la fin du mois d’août fut un peu plus tourmentée. En effet, alors que le soleil se levait tout juste sur la plaine écossaise et que ses rayons se réfléchissaient sur le loch tout proche, un bruit énorme réveilla Evans. Il se redressa d’un coup avant de se rejeter en arrière, décidé à replonger dans le sommeil. Une douleur atroce fendit alors le crâne du jeune garçon. Se relevant tout en frottant l’arrière de sa tête, il comprit rapidement qu’il venait de se prendre la tête du lit. Tout sommeil disparut et Evans, encore étourdi par la douleur lancinante, se leva et enfila les premiers vêtements qui lui tombèrent sous la main. C’est alors qu’un second bruit, encore plus important que le premier, retentit, suivi d’un cri aigu. Evans ouvrit à la volée la porte de sa chambre et descendit quatre à quatre les marches qui menaient au rez-de-chaussée. Si ses souvenirs étaient bons, le cri venait du bureau du Professeur. Il entra sans plus attendre dans la salle qui ne lui été d’ordinaire accessible que lors des cours avec Lord Mc Harwell et fut estomaqué par le carnage et la fumée qui planait dans cette pièce. En effet, des morceaux de pierre jonchaient le sol. Le bureau du Professeur était renversé, des livres et des feuilles volantes recouvraient le dallage de la salle. Au milieu de la pièce se tenait, debout, le Pr. Maniest, au pied de qui était évanoui Miss Ducal. Lord Mc Harwell arriva à son tour dans le bureau, vêtu d’une robe de chambre rapidement enfilée. Le Pr. Maniest, directeur de la maison Serdaigle à Poudlard, observa avec une grande attention le jeune Evans de la tête au pied, un sourire naquit sur son visage fin, avant de se diriger vers le Pr. Mc Harwell, la main tendue. En y regardant, Evans se dit qu’il était aussi bien habillé que peut l’être un sorcier tentant de se fondre dans la masse moldue, ce qui le fit légèrement sourire à son tour. Mais le plus drôle était probablement la tête de Lord Mc Harwell. En effet, le conservateur moldu, qui avait déjà beaucoup de problème à s’habituer à la correspondance par hiboux interposés, avait un visage ahuri devant le carnage de la pièce, la présence du Pr. Maniest et sa tenue pour le moins originale. L’enseignant de Poudlard, qui avait vraisemblablement eu du mal à s’extirper de la petite cheminée de cette pièce, sembla se rendre compte du chantier qu’avait provoqué son arrivée et, d’un coup de baguette, remédia au problème en remettant la pièce en ordre. Evans assit Miss Ducal sur un fauteuil et se dirigea rapidement vers le Pr. Mc Harwell pour faire les présentations. Il fallut plusieurs minutes au vieil écossais pour s’accoutumer à l’idée de parler avec un sorcier, autre que le jeune Evans. D’autant plus que c’était la première fois que quelqu’un utilisait la magie dans cette maison. Mais la conversation put enfin débuter.
Après quelques mondanités, le directeur de la maison Serdaigle en vint enfin aux raisons de sa venue ici. Evans avait été choisie pour faire partie de la délégation que le collège de Poudlard enverrait en France, à l’école de Beaubâton, pour la Coupe des Trois Sorciers. Après moult explications et argumentations, le Pr. Mc Harwell céda, pour le plus grand bonheur d’Evans qui bondissait dans toute la pièce.

A cette époque, la Coupe des Trois Sorciers était l’une des rencontres les plus réputées d’Europe, attirant la presse des quatre coins du vieux continent, et aucune réglementation n’avait encore imposé de limite d’âge aux participants de cette compétition.

Ainsi, un mois après son arrivée à l’école, Evans et une vingtaine d’autres élèves des diverses maisons de Poudlard et de tout âge montèrent à bord d’une immense montgolfière, capable d’accueillir une cinquantaine de passager, et firent route vers la France.

Toute l’année scolaire, Evans la passa dans les murs de l’école de Beaubâton.
Pour Poudlard, il n’y eut rien de vraiment exceptionnel à retenir de cette escapade en France puisque ce fut un élève de Serpentard qui fut choisi mais qu’il passa de façon très limite les deux premières épreuves et fut éliminé au cours de la troisième.
Néanmoins, Evans fut marqué par cette année passée en compagnie des étudiants français qui faisaient honneur à leur école. Tout rappelait sans cesse les caractères de cette institution, de l’élégance des uniformes, de la grâce des élèves féminines, de la galanterie et de l’amabilité des élèves masculins, de la finesse de l’architecture jusqu’à l’hospitalité de l’infirmerie puisque c’est en effet dans cette endroit que les élèves de Poudlard félicitaient généralement leur champion après chaque épreuve.
Mais quelque chose d’autre marqua également Evans. Il s’agissait d’une petite frimousse aussi pâle qu’un matin de printemps, une silhouette aussi radieuse qu’un généreux soleil d’août et des cheveux blond ondulant comme l’eau des lochs écossais. Tous ces moments libres, Evans les passaient bien souvent en compagnies de cette créature qui lui offrit son premier baiser.

Peu avant la fin de l’année scolaire, Evans revint en Grande Bretagne. Le ciel s’était à nouveau légèrement assombri, la température de l’air s’était quelque peu rafraîchit,… Mais dans ses souvenirs, il existait un coin de France où il avait laissé une partie de lui. Un goût sur ses lèvres qu’il n’oublierait pas de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Evans Christmas
Personnage Inactif
Pr. Evans Christmas

Nombre de messages : 25
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 13281
Date d'inscription : 06/03/2007

Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Re: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas EmptyVen 30 Mar 2007 - 23:24

CINQUIEME ANNEE


Avant même que sa cinquième année commence, Evans reçu à nouveau, par hibou postal, en même temps que la liste des ouvrages et des ustensiles à se procurer pour la rentrée, une convocation du Pr. Maniest ; le Directeur de Serdaigle.
Moins inquiet que deux ans auparavant, Evans prit le Poudlard Express et arriva à la gare de Pré au Lard. Comme deux ans auparavant, dès qu’il entra dans le château, le concierge, Mr Flitch, le conduisit vers le bureau du Professeur Maniest. Il y entra et fut des plus surpris. Il y avait là le Professeur Maniest, comme il s’y attendait, assis derrière son bureau, mais également le Professeur Grouniev, Directeur de la maison Serpentard, le Professeur McNuffley, Directeur de la maison Gryffondor, le Professeur Florius, la directrice de la maison Poufsouffle, ainsi que le Professeur de Vol, Mme Balowey et, surtout, le Directeur D’Artness. Evans fut incapable de raisonner. Pourquoi étaient-ils tous là ? Aucune réponse ne vint à l’esprit du jeune garçon qui s’attendait déjà au pire.
Le Professeur Maniest se leva et dit :
« Evans, je vais prendre un gros risque. »
Le jeune Serdaigle sentait son cœur battre plus fort encore.
« Tu sais certainement de Yann Mesop, l’ancien Capitaine de l’équipe de Quidditch de Serdaigle a fini ses études à Poudlard et se trouve maintenant en Pologne, en tant que Délégué britannique au ministère polonais de la coopération internationale des jeux magiques. »
Evans hocha légèrement la tête de haut en bas, même s’il ne savait pas jusqu’à lors où était parti celui qui avait toujours perdu la coupe de Quidditch de Poudlard.
« Le Professeur Balowey m’informe que tu es passé expert dans le maniement du balai magique. »
Evans se sentit flatté et regarda le professeur de Vol qui lui fit un élégant sourire tout en courbant légèrement la tête dans une révérence courtoise.
« Sur conseil du Professeur Balowey, et avec l’accord des Directeurs des trois autres maisons ainsi que du Directeur D’Artness, j’ai le plaisir de t’offrir le poste de Capitaine de Quidditch de Serdaigle. »
Evans n’en croyait pas ses oreilles. Il regarda l’ensemble des professeurs qui applaudissaient et lui souriaient, à l’exception du Professeur Grouniev qui devait sûrement caché sa joie derrière son visage froid habituel. Le Professeur McNuffley vint même lui passer la main dans les cheveux dans un geste affectueux de félicitation.
Durant toute l’année qui suivie, Evans s’efforça d’être le meilleur Capitaine qui soit. Occupant le poste de Poursuiveur, il pouvait passer pour un excentrique. Ses méthodes étaient peu orthodoxes. Mais l’équipe de Serdaigle parvint néanmoins en finale du Championnat de Poudlard. Evans n’avait néanmoins personne avec qui partager sa joie, Rose ne l’ayant pas recontacté depuis son départ de Beaubaton.

Mais Evans n’oublia pas non plus que l’année se terminait par le passage des BUSE.
Depuis qu'il était tout jeune, et davantage encore depuis qu'il possédait sa propre baguette, le jeune garçon prêtait une grande attention aux sortilèges et aux enchantements. C'était donc avec une extrême assiduité qu'il participait aux cours du professeur Maniest. Néanmoins, il s'avérait très mauvais, malgré ses efforts qui, il fallait bien le dire, n’étaient pas toujours des plus importants, en botanique.
Il eut néanmoins :


Cours Obligatoires :

Astronomie --> A
Soins aux Créatures Magiques --> A
Sortilèges --> O
Défense contre les Forces du Mal --> O
Divination --> O
Botanique --> P
Histoire de la Magie --> O
Potions --> E
Métamorphose --> O
Vol --> O

Cours Optionnels :

Etude des Runes --> A
Arithmancie --> D
Etude des Moldus --> O


SIXIEME ANNEE


La sixième année représente pour chaque élève de Poudlard une étape importante. C’est en effet à partir de cette date que se dessine le destin des futurs sorciers adultes, les élèves devant choisir leurs spécialités. Mais cette année était encore plus importante pour Evans, autant sur le plan professionnel que sur le plus personnel.

Il avait obtenu 11 BUSE sur 13, dont 7 avec un Optimal. Il était fier d’exhiber ses résultats et ses parents étaient aux anges, tout autant que Miss Ducal et le Professeur, se félicitant du travail qu’ils avaient fait pour le jeune homme.
Evans ne savait, pour le moment, quelle serait sa spécialisation et accepta donc le rendez-vous que lui avait proposé le Professeur Maniest, pour parler justement de son orientation future. Durant cette entrevue, le jeune homme et son directeur de maison discutèrent longuement de ce qui passionnait Evans pour arriver à cerner les choix qui pourraient servir au mieux les intérêts futurs du jeune Serdaigle. Le jeune homme en vint, en fin de compte, à prendre en spécialité, et avec l’accord des professeurs concernés, les Sortilèges et Enchantements ainsi que la Métamorphose. Il délaissa l’Arithmancie et la Botanique, où ses notes avaient été catastrophiques, ainsi que l’Etude des Moldus, matière dans laquelle il avait pourtant eu d’excellents résultats. Le Professeur Balowey, devant le fait indéniable qu’il n’avait besoin de davantage de leçons étant donné ces capacités en vol, le dispensa de cours pour ses deux dernières années. Evans avait donc un peu plus de temps libre pour d’autres activités.

Son travail pour le journal de l’école, appuyé par ses excellents résultats aux BUSE, arriva rapidement aux oreilles d’un grand rédacteur en chef, celui de La Gazette des Sorciers. Ce dernier lui offrit un poste au sein de son journal. Evans, ne souhaitant pas abandonner ses études en cours, déclina aimablement l’offre mais le rédacteur en chef de La Gazette des Sorcier, qui ne devait pas être homme à se laisser abattre si facilement, lui proposa un compromis qui les satisfit tout deux. Evans serait l’auteur d’une chronique hebdomadaire relatant la vie au sein de l’école de Poudlard. Le jeune Serdaigle accepta les nouveaux termes du contrat. Il put donc, en même temps, finir ses études et se lancer dans le journalisme.

Mais quelque chose d’autre occupa Evans cette année-là.
Au bal organisé pour Halloween, le jeune Serdaigle, déguisé en un élégant vampire, croisa le regard d’une certaine Erinya Lémurae. Son cœur battit immédiatement la chamade. Alors qu’elle plongeait son regard dans le sien, Evans sentait monter en lui une étrange chaleur, mêlée d’une sensation de légèreté. Sans savoir ce qui le poussait, il sentit son corps attiré irrésistiblement vers cette fille qui lui faisait face. Erinya faisait partie de la maison Serpentard et était du même âge que le jeune Serdaigle. La nuit ne fut pas assez longue au goût d’Evans et ils prirent donc tout le temps de se découvrir l’un l’autre. La vie semblait s’ouvrir alors devant eux, une vie qu’ils n’envisageaient plus de vivre séparés l’un de l’autre.
Par une sombre nuit de Mars, Erinya et Evans s’étaient même donnés rendez-vous. Se faufilant hors de leurs dortoirs respectifs, tout en prenant le plus grand soin de n’être ni entendus ni suivis, ils se rejoignirent dans un couloir du deuxième étage d’où Evans prit la main d’Erinya et la mena jusqu’à la Salle sur Demande. Cette salle était, à l’époque, utilisée de manière fréquente par les Serdaigles qui y révisaient souvent au calme, jusqu’à ce que des parents d’élèves se soulèvent contre l’idée que leurs enfants puissent se trouver dans une salle où il n’existe aucun contrôle. Evans fit entrer Erinya. La salle était bercée d’une délicate lumière et d’une douce chaleur. Un feu crépitait dans la cheminée dont la lumière des flammes léchait le bois sombre d’un immense lit à baldaquin blanc. La nuit s’écoula, laissant les deux amants enlacés s’abandonner aux bras de la volupté.


SEPTIEME ANNEE


Evans devenait de plus en plus un homme. Ceux qui ne l’auraient plus vu depuis son arrivé à Poudlard 6 ans plus tôt ne l’auraient sûrement pas reconnu. Il était comme métamorphosé, mais ce n’était qu’un début.

En effet, Evans, avide d’apprendre toujours plus, ne maîtrisait pas moins son emploi du temps. Il était toujours responsable du Serdy’info, même s’il avait confié la rédaction du journal à un autre élève. Il continuait à être le Capitaine et Poursuiveur de l’équipe de Quidditch de Serdaigle, avec laquelle il remporta la Coupe cette année-là. Et il se plaisait à relater aux lecteurs de La Gazette des Sorciers les dernières nouvelles de Poudlard tout en poursuivant son histoire avec Erinya.
Mais durant cette septième année, Evans ressentit une profonde aspiration pour la métamorphose. Même s’il était doué dans cette matière, il voulait en savoir plus, et exploiter au mieux les quelques talents qu’il avait su révéler durant le cours du Pr. McNuffley. Il harcela donc cette dernière jusqu’à réussir à obtenir un rendez-vous avec elle.
« Que voulez-vous Christmas… » lui avait-elle demandé d’un ton agacé par l’incessante obstination du jeune homme à vouloir une entrevue. Evans ne dit mot mais ferma les yeux et se concentra intensément. Ce que le Professeur vit ce jour-là, peut être ne l’avait-elle jamais vu jusqu’à présent dans l’enceinte de son bureau. Evans, dont les cheveux étaient naturellement châtains, avait maintenant une tignace sur laquelle des mèches oscillaient étrangement entre le rose et le mauve alors que d’autres passaient du bleu au vert. Evans s’imaginait ce que pouvait ressentir le Professeur face à un sapin de noël ambulant.
« Un métamorphomage… » s’exclama doucement le Pr. McNuffley.
« Vous êtes un métamorphomage. » continua-t-elle en chuchotant comme si cela devait rester entre eux.
Evans ouvrit les yeux et sourit légèrement, ne sachant quelle allait être la réaction du Professeur, tout en hochant doucement la tête.
Leur discussion dura un moment. Le Pr. McNuffley voulait tout savoir. Quand avait-il comprit qu’il disposait de ce pouvoir ? S’en était-il déjà servit ? Y avait-il des antécédents familiaux ? Evans répondit à moult questions ce jour-là. Enfin, le Pr. McNuffley décida d’aider le jeune homme à apprendre à contrôler ce don et à l’exploiter au mieux, mais avec la contrainte d’une plus grande rigueur lors de l’examen de fin d’année. Le jeune Serdaigle faisait preuve d’une extrême curiosité, assiduité et d’un extraordinaire sérieux et il apprit en quelques mois à devenir un parfait Métamorphomage.

Mais la septième année est également, pour tous les élèves, la dernière à Poudlard et synonyme d’ASPIC. Evans, sans perturber outre mesure son emploi du temps habituel, prenait tout le temps qu’il pouvait pour travailler à ces examens, le faisant, si possible, en compagnie d’Erinya, ce qui leur donnait l’opportunité d’être davantage ensembles.
Evans passa les ASPIC et attendit avec une certaine impatience les résultats. L’attente était néanmoins moins longue en présence d’Erinya. Ils avaient en effet décidé de rester un peu plus à Poudlard, jusqu’à la publication des résultats, avant de rentrer chez eux. Ils faisaient de longues balades dans le parc, passaient de longues heures devant une cheminée à parler de tout et de rien et mangeaient même ensembles, à la même table, bousculant tous les préjugés qui figeaient les élèves à une place bien précise.
Les résultats tombèrent enfin. Evans avait eut :


Spécialisations :

Sortilège : O
Métamorphose : E

Cours Obligatoires :

Astronomie --> A
Soins aux Créatures Magiques --> A
Défense contre les Forces du Mal --> O
Divination --> E
Histoire de la Magie --> O
Potions --> A

Cours Optionnels :

Etude des Runes --> E

Evans, enlaçant contre son cœur Erinya, était le plus heureux des hommes. Il avait obtenu tous ses ASPIC, tout comme sa compagne.
Il rentra en grande hâte dans la demeure écossaise du Professeur où ce dernier l’attendait de pied ferme. Les visages du conservateur et de Miss Ducal étaient illuminés de joie. Evans avait réussi et bien réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Evans Christmas
Personnage Inactif
Pr. Evans Christmas

Nombre de messages : 25
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 13281
Date d'inscription : 06/03/2007

Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Re: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas EmptyVen 30 Mar 2007 - 23:29

OÙ COMMENCE UNE NOUVELLE VIE APRES POUDLARD.



L’été qui suivie cette nouvelle passa à toute vitesse.
En effet, le Professeur avait déjà commençait, avant même d’avoir les résultats d’Evans, à chercher dans quelle école il pourrait étudier ensuite. Sa fonction de conservateur et sa réputation lui permis de faire accepter Evans dans de nombreuses Grandes Ecoles britanniques sans qu’on ne lui pose trop de questions sur ses études antérieures. Il était en effet plutôt délicat de dire qu’il avait obtenu 9 ASPIC dont 3 avec la mention Optimal à quelqu’un qui ne connaissait pas le monde sorcier.
Mais un autre problème dérangea Evans, celui d’être séparé d’Erynia. Mais celui-ci fut résolu par la jeune femme qui lui assura qu’ils se verraient régulièrement, il suffisait de transplaner ou d’utiliser la poudre de cheminette. Evans, pour ne pas revivre l’aventure qu’il avait vécu lors de la rentrée de quatrième année, lui fit visiter le château et lui conseilla d’utiliser la cheminée de la Grande Salle à Manger ou, mais il lui chuchota cela comme un secret, celle de sa chambre directement.

Durant trois ans, Evans vécu au rythme des semestres universitaires, des vacances en Ecosse et des rencontres avec Erynia. Sa vie semblait simple.
Il avait choisi d’étudier les histoires anciennes, avec une spécialisation pour les mythes et légendes qui n’étaient, pour les moldus, que des fables mais cachaient bien souvent la véritable histoire du monde sorcier.
Evans passait de plus en plus de temps en compagnie de Lord Mc Harwell, ce qui n’était pas pour déplaire au vieil écossais et à Miss Ducal qui, malgré les 23 ans du jeune homme, restait toujours dans la demeure Mc Harwell mais bénéficiait maintenait du statut de maîtresse de maison. Durant tout ce temps passé avec son mentor, Evans apprenait, de la bouche du conservateur, les dates, les époques, les noms et les titres qui avaient fait l’Histoire.
Ce ne fut donc, avec un tel apprentissage, pas une surprise pour le Professeur quand celui qu’il appelait affectueusement "Mon fils" revint à la maison, son diplôme en poche.
Au même moment, quelque part en Allemagne, Erynia sautait de joie devant une liste de noms des élèves ayant réussi leurs examens de fin d’année.
Afin de fêter leur réussite commune, le couple décida de passer l’été ensemble avant d’engager de nouvelles études. Erynia, dont le poids des bagages l’empêcha de transplaner, prit le train jusqu’à Douvres, puis le bateau afin d’atteindre les falaises anglaises et enfin le train jusqu’à la gare de Badelforest, à une lieu ou deux de la demeure de Lord Mc Harwell.

Evans se prépara soigneusement à cette rencontre. Alors qu’il se rendait à la gare de Badelforest pour accueillir Erinya, il acheta La Gazette du Sorcier. Il s’agissait de voir si son article d’adieu avait été publié. En effet, maintenant qu’il n’était plus élève de Poudlard, il ne pourrait plus écrire d’articles sur la vie de l’école de magie et avait donc édité son dernier article. Mais, alors qu’il n’était plus qu’à quelques pas de la gare, une série de cris retentit et une foule se pressa vers la gare. Evans suivie la vague jusqu’au quai sur lequel un corps gisait au sol. Il s’avança rapidement, prit d’une soudaine inquiétude et ce qu’il craignait le plus venait de se produire. Erinya était étendu à même le sol, une marre de sang s’écoulant autour d’elle. Il s’agenouilla à ses côtés et la prit dans ses bras. Il serra contre lui le corps sans vie et cria de tout son être son chagrin. Les larmes de son corps ne semblaient pas suffire à alléger sa peine. Relevant légèrement les yeux, il vit, d’un regard embrumé de larmes, La Gazette du Sorcier voletant sur le sang et lu le gros titre de la première page :
ARGUS TYRAN, PRISONNIER A AZKABAN DEPUIS 10 ANS POUR HOMICIDE, VIENT D’ETRE LIBERE PAR LE MINISTERE POUR BONNE CONDUITE.
Evans releva la tête et, face à lui, il reconnu le visage qui illustrait cet article. Argus Tyran lui faisait face et lui souriait, d’un sourire machiavélique. Evans sortit d’un coup sa baguette, ce à quoi Argus Tyran ne devait sûrement pas s’attendre dans un tel endroit, où des moldus se trouvaient. Il pointa sa baguette sur l’ancien prisonnier et lança un sonore « Avada Kedavra ». Il manqua sa cible et le fugitif s’évanouit dans la foule. Evans s’effondra à nouveau auprès de la défunte tandis que tous les badauds regardaient impuissants la scène. Dans un léger "pop", Evans transplana avec le corps d’Erinya.

Il enterra Erynia sous le grand saule où ils avaient autrefois l’habitude de se réfugier. Entouré de Sean Mc Harwell et de Miss Ducal, Evans maudissait en silence le Ministère de la magie qui avait lâché sur le monde moldu et sorcier une telle menace.
Haïssant de tout son cœur les institutions sorcières britanniques, il quitta la Grande Bretagne, jurant de ne plus jamais y revenir.
Plusieurs sentiments l’accompagnèrent durant son départ. A la haine qu’il éprouvait envers le Ministère de la magie britannique se mêlait la crainte d’être poursuivi pour avoir utiliser un sortilège impardonnable ainsi que de la colère envers lui-même d’avoir eut recours à ce genre de sortilège tout autant que de ne pas avoir pu éviter cette tragédie.

Il choisit l’Espagne comme terre d’exil.
Loin des juridictions sorcières britanniques, Evans se sentit plus en confiance. Il s’inscrivit à l’université d’Histoire de Barcelone et noya sa peine dans le travail.
Jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, Evans se forçait à oublier celle qui avait partagé ses jours et ses nuits. Il tentait, avec toute sa volonté, d’effacer de sa mémoire les instants passés en sa compagnie, ses réactions, son caractère, ce à quoi elle ressemblait.
Cela faisait cinq ans qu’il avait quitté Poudlard et deux ans qu’il n’avait pas revu les rivages de la Grande Bretagne. Ses études étaient terminées et ses résultats aux examens finaux étaient des plus excellents. Il n’omit pas d’en faire part au Professeur et à Miss Ducal mais malgré leurs demandes incessantes, il n’irait pas les voir, ne remettrait pas les pieds sur les terres britanniques.

Au contraire, il s’en éloigna de plus en plus.
Suivant les traces de ses parents, Robert et Mary Christmas, Evans fut à son tour appelé à parcourir le monde. Et plus la distance qui le séparait de la Grande Bretagne se faisait importante, plus les souvenirs d’Erynia s’évanouissaient dans les méandres du passé. Il avait mis tant de force à cet ouvrage qu’il ne se souvenait plus désormais du parfum qu’elle portait, du bruit de ses pas dans les escaliers, de sa façon de faire tourner sa robe quand elle dansait, jusqu’à la couleur de ses yeux. Evans avait définitivement tourné la page de son passé.

Spoiler:
 

Il avait maintenant 26 ans. Au fur et à mesure que le temps passait, il reprenait goût à la vie, ne manquant pas de tenir le Professeur et Miss Ducal au courant de ses différentes expéditions. Et ce fut au cours de l’une d’elle, qui l’avait mené jusqu’au cœur de l’Iran, que Evans réapprit à aimer, ouvrant à nouveau son cœur à une jeune archéologue, comme lui, qu’il rencontra sur un chantier de fouille. Elle se prénommait Léna Razïr. 6 mois durant les deux jeunes gens explorèrent le sol iranien. 6 mois durant, les deux jeunes gens apprirent à se connaître. 6 mois durant, les deux jeunes gens apprirent à s’aimer.
Au bout de ces 6 mois, le chantier toucha à sa fin et l’Etat iranien n’eut plus guère besoin des deux archéologues. Commença alors un long périple. Evans et Léna explorèrent ensemble les pyramides guatémaltèques, tentèrent en vain de percer les mystères des statues de l’île de Pâques, …
Bien qu’Evans avait coupé tout lien avec le monde sorcier, Léna le replongea violemment dans l’univers de sa jeunesse. En effet, elle était elle aussi sorcière et, contrairement à son compagnon, usait très souvent de la magie dans la vie quotidienne.

Un an et demi venait de s’écouler depuis le jour où Evans avait rencontré Léna en Iran. Un an et demi qu’ils ne s’étaient plus quittés. Et c’est à bord d’une jonque, naviguant au cœur de la baie d’Along, qu’Evans demanda Léna en mariage. Un an plus tard naissait de cet amour le petit Sebastian, qu’Evans avait appelé ainsi en hommage à St Sébastien, le saint patron des archers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Evans Christmas
Personnage Inactif
Pr. Evans Christmas

Nombre de messages : 25
Maison : Aucune
Gain de Gallions : 13281
Date d'inscription : 06/03/2007

Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Re: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas EmptyVen 30 Mar 2007 - 23:30

QUAND EVANS CHRISTMAS RETOURNE À POUDLARD.



En y réfléchissant, la vie du petit Sebastian Christmas ressemblait beaucoup à celle de son père, tout du moins pour le moment.
Il n’avait pas 7 mois qu’il avait déjà, sans le savoir, parcourut 5 pays et traversé 2 océans. Il était à son tour, et comme l’avait était Evans avant lui, un jeune globe-trotter. Mais s’était sans comptait sur un hibou qui vint un jour tout changer.
Alors que la petite famille naviguait sur la mer de Marmara, un étrange volatile attira l’attention d’Evans. L’oiseau descendit en piquet et le jeune homme, maintenant âgé de 29 ans, reconnut son vieux compagnon, Cracotte. Ce dernier déposa une missive dans les mains d’Evans. Il s’agissait d’une lettre du Professeur qui lui faisait parvenir un parchemin provenait de Poudlard. Il était convié de toute urgence à se présenter au Professeur Dumbledore, Directeur actuel de Poudlard. Poussé par Léna, Evans accepta le rendez-vous et revint en Grande Bretagne, ne manquant pas de rendre visite à Sir Mc Harwell et à Miss Ducal.

Le jour dit, Evans se rendit à Poudlard pour l’entrevue avec le Pr. Dumbledore. Ce dernier, très gentil, échangea de nombreuses mondanités avant d’en venir au fait. Evans, qui avait presque oublié l’existence de ce petit bout d’île après toutes ces années d’exil, n’était que trop heureux de se trouver à nouveau dans ces murs. Et lorsque le Pr. Dumbledore lui proposa de reprendre le poste de professeur d’Histoire de la Magie laissé vacant par le Pr. Bennett, et après s’être assuré que le Ministère de la magie n’avait jamais eu l’intention de le poursuivre pour les évènements qui avaient eu lieu plusieurs années auparavant, Evans répondit d’un Oui enthousiaste.
Ainsi commença une nouvelle page de la vie de Evans Christmas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Pr. Evans Christmas Empty
MessageSujet: Re: Pr. Evans Christmas   Pr. Evans Christmas Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Pr. Evans Christmas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Les souvenirs :: Archives Générales :: RP, biographies, répartitions-
Sauter vers: