Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La poésie du centre commercial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julian Falcon
Adulte
Julian Falcon

Nombre de messages : 483
Age : 33
Maison : Serpentard
Année : 7eme année
Gain de Gallions : 14727
Date d'inscription : 06/01/2006

La poésie du centre commercial Empty
MessageSujet: La poésie du centre commercial   La poésie du centre commercial EmptyJeu 25 Jan 2007 - 18:46

La poésie du centre commercial.

La poésie du centre commercial Plastic_reflections_by_anandamaya


Le jour se lève, les magasins ouvrent lentement dans le centre commercial, cette surface immense et puissante, qui ne cesse de leur cacher un paysage que l'on dit magnifique. Les anciens en rêvent jour et nuit et ne cessent d'en parler aux plus jeunes. Alors lui comme bien d'autres ont tenté de survoler l'immense magasin. Afin d'apercevoir la beauté qui l'attendait de l'autre coté. Une personne passe prés de sa voiture et il prend alors son envol. C'est le moment de montrer qu'il est prêt à tout faire pour ce qu'il désire. Lentement, il commence à voler, péniblement tout d'abord, il ne sait pas encore bien voler, et le vent n'est pas suffisamment fort pour le porter loin. Alors il commence à voler en droite ligne. Puis un courant arrivant dans sa direction le surprend et le pousse à s'éloigner. Le renvoie en arrière, lui qui avait réussi à parcourir tout ce chemin. L'objectif n'est plus très loin, s'il y arrive, il sera le seul à y être parvenu, mais les vents sont contre lui, ainsi que la chaufferie du centre commercial qui dans un bruit assourdissant ne cesse de détourner les amateurs comme lui des hautes altitudes. Un camion passe au dessous de lui et l'effet d'air le renvoie très haut, il est prêt à retenter de franchir la frontière. Cette fois si le vent le laisse libre, il se rapproche de la soufflerie. Les pales hélices tournoient dans tout les sens, comme si elles n'étaient que des ombres, trop rapide pour être vu à l'œil nu. Ca y est, il passe au dessus! Il va pour franchir l'ultime étape afin de s'envoler là où aucun autre n'est jamais allé. Mais il sait que certains sont déjà arrivés au même point que lui. On ne les a plus jamais revu ensuite, et il en ignore la cause. Les hélices font monter un courant d'air qui lui permet de passer tranquillement… Puis un coup de vent le fait descendre brutalement. Il n'arrive plus à contrôler sa chute, et les hélices se rapprochent dangereusement. Et soudain il comprend ce qui est arrivé aux autres. Son corps meurtri ne lui permet pas de changer de direction, alors qu'il voit les hélices de plus en plus prés, il se rappelle sa courte vie. Et un arrêt du vent soudain, le propulse dans les airs. Il peut respirer, il y est presque, il franchit enfin le magasin… Ca y est, il va pouvoir voir ce qu'il y a derrière… Il y est!

Le vent bourdonne gentiment tout en le portant. Tout n'est ici que beauté. Les arbres ont un feuillage vert comme s'ils ne craignaient pas le temps, ni les saisons. Il se sent tout petit à coté de ces immenses arbres, qui semble saluer son passage en secouant une branche ou même deux parfois. Puis sans qu'il y fasse attention, des fils électriques se mettent en travers de son chemin. Les Gardiens du magasin, ceux qui ne veulent pas que l'on puisse observer les merveilles qui se cachent derrière. Un fil tente de le saisir, mais le vent lui est favorable, il peut l'éviter facilement. Heureusement que ces fils n'ont pas une grande possibilité d'action. Mais un fil finalement se détache du poteau électrique, des étincelles jaillissent de l'endroit où c'est arrivé. Le fil se rue sur lui, le vent n'est plus à ses cotés… Le fil arrache quelques morceaux de lui-même, mais il parvient à s'en détacher et laisse les poteaux sur place. Puis apparaît une plage, un bel endroit couvert d'eau. Le vent s'arrête quelques instants. Il se rapproche de l'eau et effleure sa surface. La sensation est très agréable. Il en avait rêvé. Lui qui voulait être libéré de tout ça depuis bien longtemps, il y est parvenu. Le soleil lui envoie ses rayons qui l'éblouissent. Pas facile de supporte la vue du soleil lorsqu'on est tout blanc et que son regard n'est pas très développé. Le vent faiblit, il le sent, et il commence à lentement descendre. Cela ne l'empêche pas pour autant de continuer à observer. Il heurte quelqu'un en pleine figure qui le renvoie sur le sable, furieux. Le vent ne réapparaît pas. Cette fois il semble bien bloqué là, mais il a connu un grand bonheur. Il a vu ce que les autres ne verront peut être jamais, un magnifique paysage. Puis une personne passe, soulève son corps tordu et rempli de sable et le jette dans une poubelle…
Pas facile la vie d'un sac en plastique, mais au moins, il a été heureux.

FIN

Je n'espére pas tellement que vous aimiez, mais j'espére plus sur le fait que vous soyez surpris... Big Grin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Korinodarkwings.skyblog.com
 
La poésie du centre commercial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1 -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destination Poudlard - Ecole de Magie :: Le royaume du flood et du hors jeu :: Club d'écriture-
Sauter vers: